En muselière ou à genoux ?

 

Oh ! Les deux, voyons

 

 

 

 

 

Vraies machinations pour fausse commune

 

Quelle sorte de « révolution populaire » est-ce là ?

 

Le Saker – Vineyard of the Saker – 16.6.2020

Traduction : Les Grosses Orchades

 

 

 

 

Je dois dire que je suis stupéfait que tant de gens, à gauche, semblent croire que les émeutes en cours aux USA sont une révolte spontanée contre des violences policières, le racisme systémique et l’histoire des persécutions et de l’exploitation des Noirs, des Indiens, etc. Pour ce qui est de la violence, des pillages et des émeutes, on les excuse en prétendant qu’elles sont le fait d’une vertueuse indignation, à moins qu’on ne les mette sur le compte d’« infiltrés ».

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/quelle-sorte-de-revolution-populaire-est-ce-la/

 

 

 

 

Faisant suite à :

 

L’empire plie le genou. Qu’il le fasse s’il veut. Pas nous !

 

Le Saker – Vineyard of the Saker – 10.6.2020

 

 

 

Diderot disait « ployer le genouil » et il n’était pas pour non plus.

 

Non traduit en français

 

.

En anglais

The Empire Takes a Knee. Let It. But We Don’t Have to !

https://www.unz.com/tsaker/the-empire-takes-a-knee-let-it-but-we-dont-have-to-2/

 

 

En italien :

L’impero si inginocchia, e sia. Ma noi non dobbiamo !

http://sakeritalia.it/america-del-nord/limpero-si-inginocchia-e-sia-ma-noi-non-dobbiamo/

 

 

 

 

 

Sur le même sujet :

 

La Syrie à Seattle : Une Commune défie le régime US

 

Pepe Escobar – Strategic Culture Foundation – 12.6.2020

Traduction : Les Grosses Orchades

 

 

 

 

Le mariage de l’après-confinement et des protestations contre la mort de George Floyd a nourri une bête sauvage, qui est encore immunisée contre toute forme de débat civilisé aux USA : la Commune de Seattle.

 

Alors, de quoi est-il question au juste avec la Zone Autonome de Capitol Hill et sa République Populaire ?

Les communards sont-ils de simples idiots utiles ? S’agit-il d’un Occupy Wall Street nouvelle mouture ? L’expérience est-elle logistiquement viable, reproductible à New York, Los Angeles, Washington ?

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-syrie-a-seattle-une-commune-defie-le-regime-us/

 

 

 

 

 

À titre de curiosité :

 

La bête se révèle : l’idéologue et criminel de guerre John Bolton tente de faire chanter Donald Trump ou la fin de l’Empire

 

Strategika 51 18.6.2020

 

 

 

 

Nous voilà fixés sur un point de détail assez controversé et risqué en ces temps de censure universelle. La publication d’un livre de ragots par l’inénarrable John Bolton, obsédé idéologique au service exclusif des milieux connus sous l’appellation politiquement correcte de néo-conservateurs (lore : ultra-sionistes corrompus), chargeant le président US Donald Trump, son ex-patron, nous révèle un peu plus du dessous des cartes en jeu dans le conflit qui déchire actuellement le pouvoir aux États-Unis d’Amérique. Cela confirme surtout nos suspicions initiales sur le tir groupé contre Trump par l’ensemble de ce que l’on qualifie, faute d’une meilleure définition sémantique, d’État profond US et ses filiales européennes et moyen-orientales.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-bete-se-revele-lideologue-et-criminel-de-guerre-john-bolton-tente-de-faire-chanter-donald-trump-ou-la-fin-de-lempire/

 

 

 

 

 

 

Syrie

 

 

Les sanctions de l’Occident sont l’autre visage du terrorisme

 

Bachar al-Jaafari – Palestine Solidarité – 18.6.2020

 

 

 

 

Ce mercredi 17 juin, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé que les États-Unis imposaient 39 nouvelles sanctions à des personnalités et entités syriennes en vertu du « Caesar Act » [1]. Des sanctions dont il a été beaucoup question la veille, dans le cadre Conseil de sécurité réuni en visioconférence et sous présidence française, tel que nous le rapporte l’organe de presse en langue française [2].

 

Pour l’équité et plus de précisions, nous traduisons ici la déclaration intégrale de l’envoyé spécial de la Syrie auprès des Nations Unies, le Docteur Bachar al-Jaafari. [NdT].   

 

Merci bien Monsieur le Président et je remercie aussi mon cher ami l’envoyé spécial, Monsieur Geir Pederson, pour sa présence et sa participation (en français).

 

Monsieur le Président,

Lorsque les États-Unis volent ouvertement 200 000 barils de pétrole par jour des champs de pétrole syriens et qu’en plus, ils volent 400.000 tonnes de coton, 5 000 000 de têtes de bétail, mettent le feu à des milliers d’hectares de champs de blé, se vantent de diviser la Syrie et de délibérément affaiblir la valeur de sa monnaie nationale; lorsque les États-Unis imposent des mesures économiques coercitives visant à étouffer le peuple syrien, occupent certaines parties de mon pays et protègent leur partenaire turc occupant d’autres vastes parties de terres syriennes ; et lorsque, néanmoins, ma collègue représentante des États-Unis parle du souci de son administration devant la détérioration des conditions de vie des citoyens syriens en l’attribuant à ce qu’elle qualifie de « régime » ; la question légitime devient : n’est-ce pas là une phase de maladie aigüe et ne sommes-nous pas face à des symptômes de schizophrénie politique ?

Le 31 mai 2020, mon pays a adressé une plainte officielle au Secrétaire général des Nations Unies et au Président du Conseil de sécurité contre les gouvernements de certains États Membres, au premier rang desquels les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Turquie.

Lite la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/11307-2/

 

 

 

 

 

Avec de tels protecteurs, plus besoin d’ennemis

 

Michel Raimbaud – Afrique-Asie – 16.6.2020

 

 

Le sinistre printemps 2020 s’estompe, laissant en héritage des multitudes hébétées. Le coronavirus n’a pas seulement suscité d’innombrables vocations de Diafoirus et laissé le champ libre aux théoriciens de l’enfermement global ou aux maniaques du couvre-feu. Sa promotion au rang de tragédie du millénaire s’est faite au prix d’un matraquage médiatique insensé qui a incrusté dans les opinions mises en situation, entre autres sornettes, l’idée que le « monde d’avant » était balayé à jamais, le confinement n’étant que l’entracte permettant de changer le décor pour un « monde d’après » reconstruit sur de nouvelles bases. Les occidentalistes ont repris en boucle cette nouvelle version de la « fin de l’Histoire », relayant le pétard mouillé de Fukuyama, l’une des théories messianistes dont sont friands les intellectuels américains, soucieux de recycler sans fin un rêve hégémonique inoxydable.

 

 

Après avoir héroïquement résisté à dix ans de guerre planétaire conduite par la mal nommée communauté internationale, ce n’est pas la barbare loi américaine dite Caesar Syria Civilian Protection Act, qui entre aujourd’hui en vigueur, qui va changer la donne sur le terrain. Une loi inique, impossible à appliquer, entrée en vigueur alors que la pandémie Covid-19 n’a pas encore été vaincue et condamnable moralement, humainement et stratégiquement. Une forme de terrorisme économique déclenchée par l’Amérique pour tenter de gagner une guerre déjà perdue.

 

 

La pandémie ayant gagné rapidement les cinq continents, pour la première fois peut-être l’humanité entière partageait en temps réel un sort commun face à

« Un mal qui répand la terreur, Mal que le ciel en sa fureur, Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom).[…] »

Tous régimes confondus, des dictatures aux grandes démocraties, « ils n’en mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ». Confronté à ce péril « universel » et conscient de n’être plus tout à fait le centre de l’univers, l’Empire Atlantique, de droit divin plus égal que les autres, se devait de reprendre les choses en main. Ne sait-on pas depuis longtemps que la fiction peut se substituer à la « réalité observable », à condition d’être projetée sans complexe et renouvelée sans trêve ? En 2005, à un journaliste qui l’interrogeait innocemment, Karl Rove, conseiller de George Debeliou, avait expliqué cyniquement :

« Nous les Américains, nous sommes maintenant un Empire, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Pendant que vous étudiez studieusement cette réalité, nous ne perdons pas de temps. Nous agissons et nous créons d’autres réalités nouvelles, qu’il vous est loisible d’analyser. (…) Nous sommes les acteurs et les producteurs de l’Histoire. À vous tous, il ne reste qu’à étudier ce que nous créons ».

En d’autres termes, l’Histoire est écrite par les vainqueurs ; en contrôler ou fabriquer le récit c’est déjà se poser en vainqueur.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/avec-de-tels-protecteurs-plus-besoin-dennemis/

 

 

 

 

Libye

 

 

Courbet et Lafayette dans le même panier… On aura tout vu !

 

 

L’incident naval entre les frégates turque Gokova et française Courbet en Méditerranée illustre la fin non déclarée de l’OTAN et la montée en puissance de la Turquie

 

Strategika 51 – 19.6.2020

 

 

La frégate française Courbet

 

 

La frégate turque TCG Gokova (F-492)

 

 

L’incident ayant opposé des bâtiments de surface des marines de guerre turque et française en Méditerranée illustre la fin non déclarée de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en Libye.

 

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/lincident-naval-entre-les-fregates-turque-gokova-et-francaise-courbet-en-mediterranee-illustre-la-fin-non-declaree-de-lotan-et-la-montee-en-puissance-de-la-turquie/

 

 

 

 

Inde-Chine

 

 

Retour à la philosophie de Ma Jong et de Tsiao-Taï (Théoriquement : VIIe s.)

 

 

Tension frontalière sino-indienne : une bastonnade meurtrière dans les Himalayas

 

Strategika 51 – 18.6.2020

 

 

 

 

Ce qui est remarquable dans les bastonnades ayant opposé des militaires chinois et indiens sur un point de la ligne de contrôle LoC au Ladakh dans les Himalayas, est qu’aucun document photographique ou vidéo n’a pu être pris sur place. Un exploit quand on sait que les militaires des deux premières puissances démographiques et nucléaires engagés dans un étrange face-à-face disposent des meilleurs smartphones des marques montantes Samsung, Oppo, Xiaomi, Huawei, OnePlus, Blackview, Ulefone, Realme et une dizaine d’autres moins connues.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/tension-frontaliere-sino-indienne-une-bastonnade-meurtriere-dans-les-himalayas/

 

 

 

 

L’Inde paie le prix de la myopie de Modi en matière de relations avec la Chine

 

Bhim Bhurtel – Asia Times – 18.6.2020

via Entelekheia

 

 

 

 

Vingt soldats indiens, plus de 43 soldats chinois ont été tués ou blessés dans une échauffourée à la frontière de l’Inde et de la Chine, dans la région du Ladakh. Les deux pays sont férocement nationalistes et aucun des deux ne cédera de bon gré le moindre pouce de territoire. La seule solution est la négociation. Modi l’entendra-t-il  ou continuera-t-il d’écouter le chant des sirènes des USA – qui, bien sûr, attisent les tensions entre les deux géants asiatiques ?

 

Paru sur Asia Times sous le titre India paying price for Modi’s myopic China strategy

 

En ignorant les leçons de la guerre sino-indienne de 1962, Modi a mis son pays sur la voie du désastre

« Ceux qui ne se souviennent pas de l’histoire sont condamnés à la répéter ». Cette célèbre citation du philosophe espagnol George Santayana résonne dans la nouvelle politique du Premier ministre indien Narendra Modi envers la Chine. Modi semble réticent à se souvenir d’une bavure commise par son pays lors de la guerre sino-indienne de 1962.

Lire la suite…

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/06/17/linde-paie-le-prix-de-la-myopie-de-modi-en-matiere-de-relations-avec-la-chine/

 

 

 

 

 

 

Russie

 

 

La Russie inaugure la nouvelle cathédrale des forces armées (VIDEO)

 

RT.com – 17.6.2020

 

 

 

 

Après une polémique, la cathédrale de la Résurrection du Christ, située dans le parc Patriote, près de Moscou, a été inaugurée le 14 juin par le patriarche de l’Eglise orthodoxe russe Kirill.

 

La nouvelle cathédrale de la ville de Koubinka, près de Moscou, devenu le principal lieu de culte de l’armée russe, commence à accueillir ses premiers paroissiens dans la splendeur de son décor.

Pourtant, sa construction a été entachée par une polémique concernant le projet initial des mosaïques murales. Sur certaines d’entre elles, on pouvait apercevoir des portraits de Poutine, de Staline et d’autres personnalités politiques russes. Après de nombreuses critiques, les images controversées ont finalement été retirées.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/11379-2/

 

 

 

 

 

Marché du masque et de la muselière

 

 

 

 

 

Nouvelles frontières…

 

 

 

 

 

Masque pour Julian Assange

 

 

 

 

 

Chez les Zuniens

 

 

 

 

Ben Garrison a de plus en plus mauvais esprit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et la décolonisation des statues

vue par Kroll

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos excuses, on fait avec ce qu’on a.

 

 

 

 

Mis en ligne le 20 juin 2020

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *