L’Histoire contre la Fable

 

 

 

L’HISTOIRE CONTRE LA FABLE

I.

 

 

20 octobre 2018

Commémoration à Paris de l’assassinat du colonel Muammar Kadhafi

 

 

 

« Vos preuves ! »

Robert Faurisson meurt sur la brèche

http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/robert-faurisson…rt-sur-la-breche/

 

 

 

 

 

Le genre de nouvelle dont on se passerait bien…

 

 

On a reçu ça :

 

Je vous écris à la place de William Blum.

Je suis son amie, son ex-femme et la mère de son fils, qui vit en Allemagne.

Il ne sera pas capable d’écrire son Rapport Anti-Empire.

Il a fait  une très mauvaise chute dans son appartement. Il est resté ainsi pendant des heures, peut-être même deux jours, jusqu’à ce qu’un de ses amis le trouve.

Il a été emmené à l’ICU. Aujourd’hui, il n’est plus dans un état critique mais il est encore confus, extrêmement faible et il ne peut plus bouger son bras droit.

Il est à l’hôpital depuis plus de deux semaines, maintenant, et il est impossible de dire combien de temps il devra y rester. Ce qui est sûr, c’est qu’il aura besoin d’une longue période de soins.

Comme vous pouvez vous en douter, il n’est pas couvert par la meilleure des assurances. Autrement dit, il a besoin de votre aide !

Si vous le souhaitez, vous pouvez la lui apporter en cliquant sur la mention ci-dessous.

Don soins.

Adelheid Zöfel
Literary Translator
Freiburg, Germany

Email : alad3@aol.com

 

 

 

 

Vous avez dit malédiction ?

Toutankh-Assad

http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/toutankh-assad/

 

 

 

 

 

Et un putsch latino !

Noam Chomsky : « J’ai rencontré Lula, le prisonnier politique le plus important au monde. Un “coup d’État soft” par voie d’élection au Brésil aura des conséquences planétaires. »

  http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/noam-chomsky-jai-rencontre-lula/

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

 

Le pire est à venir…

Assassinat de Khashoggi

http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/assassinat-de-kashoggi/

 

 

 

 

Comme si c’était nouveau…

La barbarie commence seulement

http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-barbarie-commence-seulement/

 

 

 

 

Ainsi que prévu par George Galloway…

Parlement européen : Pour un embargo sur les ventes d’armes à l’Arabie saoudite

http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/parlement-europeen-pour-un-embargo/

 

 

 

 

Cloak and dagger

« Espions russes » et vrais pions

http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/espions-russes-et-vrais-pions/

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 28 octobre 2018

 

 

 

RÉOUVERTURE !

 

 

 

 

RÉOUVERTURE !

 

Ouf, nous y voilà. Non sans mal et avec de la faufilure qui traîne, en attendant mieux.

Par ailleurs, vu la nature de plus en plus glauque, voire sinistre, de l’actualité en général sans que rien permette d’y voir quoi que ce soit de nouveau, nous profitons de l’occasion pour avertir nos lecteurs de notre intention de donner désormais une importance accrue à la littérature et autres fariboles civilisées.

Certaines de nos explorations du monde des livres restées en rade depuis le début de l’année vont enfin leur tomber, comme le ciel des Gaulois, sur la tête. Ainsi que des commémorations, elles aussi en suspens et qui, du coup, risquent de se prolonger, au mépris des chronologies, jusqu’à la saint Glinglin.

 Avec nos remerciements pour la compréhension de tous.

 

 

 

Puisque Aline de Diéguez est la marraine de ce blog, il n’est que juste que ce soit elle qui en essuie les plâtres. Voici enfin, avec les carabiniers, la deuxième partie de son étude sur la célèbre « déclaration Balfour » en même temps que sur le lord lui-même. En attendant les autres… 

 

Les coulisses de la Déclaration Rothschild-Balfour (2)

Aline de Diéguez  –  23 juin 2018

 

 

« Ne pas se moquer, ne pas déplorer, ne pas détester mais comprendre ». Baruch Spinoza

 

Où l’on découvre que le complot vient de loin et qu’une meute de loups s’est déguisée en agneaux pour entrer dans la bergerie.

 

Dépeçage de l’empire ottoman

En 1917, la Palestine, faisait toujours partie de l’empire ottoman. Ni Balfour, ni tel ou tel membre de la tribu Rothschild n’en étaient donc propriétaires. Le gouvernement anglais n’avait aucune légitimité à en disposer ni pour le présent, ni pour l’avenir.

La date de la lettre Rothschild-Balfour (2 novembre 1917) correspond à celle de la victoire de l’armée britannique contre les forces ottomanes à Gaza. Cette victoire, décisive pour la réalisation du projet sioniste, a été obtenue grâce à l’appui des troupes arabes du chérif Hussein, de la Mecque.

Cette « Déclaration » et ses conséquences ne sont intelligibles que dans le cadre de la géopolitique de la région. Nous sommes, en effet, dans une de ces périodes charnières qui déterminent l’avenir du monde. La première guerre mondiale bat son plein. L’Allemagne et son allié, l’empire ottoman qui avait été puissant et glorieux jusqu’à la fin du 17e siècle, sortiront en lambeaux de la confrontation avec les alliés occidentaux, la France, l’Angleterre et les Etats-Unis. La défaite des Allemands et des Ottomans ouvrait alors la boîte de Pandore du démantèlement de ce gigantesque ensemble de nations trop diverses pour survivre éternellement dans un ensemble politique cohérent.

En effet, l’empire ottoman a été le plus vaste qui ait jamais existé et il est miraculeux qu’il ait duré un peu plus de six cents ans (1299-1923). La Turquie, son centre, pratiquement tout le pourtour sud de la Méditerranée, de la péninsule arabique jusqu’à l’Afrique du Nord – le Maroc excepté – mais aussi une partie de l’Europe centrale de la Bulgarie à la Grèce en passant par les Balkans, sans compter l’actuelle Arménie, l’Azerbaidjan et les territoires kurdes étaient sous sa domination.

 

L’empire ottoman, ses acquisitions successives

 

 

 

On tue des femmes en Irak. Parce qu’elles sont des femmes ?

 

Le meurtre de Tara Fares marque une recrudescence des activités des P2OG-Mossad, pas de « l’extrémisme »

Jonathan Azaziah – FortRuss – 17 octobre 2018

 

 

Allons, nous serons francs. Si vous ne savez pas ce qu’est le Groupe d’Opérations Proactif Préemptif (en abrégé P2OG), vous n’avez AUCUN titre à vous mêler de proposer le moindre mot de commentaire sur l’Irak et sur ce qui est en train d’affecter son tissu social. Les meurtres récents de plusieurs irakiennes en vue marquent une recrudescence des activités du P2OG, de concert avec son partenaire, le Mossad de l’entité usurpatrice sioniste, pas de « l’extrémisme », comme le diagnostiquent à l’envi les médias archi-menteurs, archi-insidieux, archi-judaïsés du mainstream. La populaire modèle irako-libanaise et chrétienne Tara Faras, l’esthéticienne en vogue Rasha al-Hassan, la chirurgienne esthétique Rafeel al-Yassari et la militante féministe bien connue Suad al-Ali ont toutes été assassinées au cours des deux derniers mois, dans des circonstances excessivement mystérieuses.

 

 

 

 

En direct (ou presque) de Sochi

 

Poutine à son auditoire stupéfait : « ISIS a pris 700 otages en Syrie, y compris des citoyens US et UE »

Alex ChristoforouTheDuran – 19 octobre 2018

 

 

Dans la vidéo qui suit, Alex Christoforou et son rédacteur en chef Alexander Mercouris, jettent un rapide coup d’oeil sur l’étonnante déclaration faite par Vladimir Poutine au Club de Réflexion de Valdai, qui se tient à Sochi, où le président russe a non seulement annoncé que 700 otages avaient été capturés en Syrie par des terroristes de l’État Islamique, mais aussi qu’il y a, parmi eux, des citoyens US et des Européens, et qu’ils sont exécutés à raison de dix par jour.

 

(En anglais malheureusement)

 

 

 

 

 

 

HEXAGONE

 

Dérives liberticides : quand c’est le tour de Mélenchon

Régis de Castelnau ­– Vu du droit – 18 octobre 2018

 

 

En ce mardi 16 octobre au matin, ayant appris l’annonce imminente du remaniement ministériel, nous étions palpitants, pleins d’impatience et d’espoir attendant les décisions jupitériennes. Une fois celles-ci tombées, vite un petit tour sur les réseaux, histoire de se détendre à la lecture souvent hilarante des commentaires, des parodies et des détournements saluant le nouvel épisode de la série : « Macron fait des trucs ». Avec l’arrivée de Christophe Castaner au poste de premier flic de France, les humoristes numériques disposaient d’une mine d’or, on en riait à l’avance.

Et là surprise, partout le visage de Jean-Luc Mélenchon tout ébouriffé, tout surpris et tout fâché. Par ce qui lui est tombé sur la figure à l’heure du laitier : une perquisition judiciaire en bonne et due forme. La violence légitime de l’État prenant la forme d’un cambriolage au réveil, où l’on rentre chez vous, dans votre intimité, pour tout fouiller, tout saisir, vous avez juste le temps d’enfiler un slip, et si vous voulez prendre une douche c’est en laissant la porte ouverte. Quand ça tombe sur Nicolas Sarkozy et son avocat, ça vous fait ricaner. Mais quand c’est à vous que ça arrive, croyez-moi ça fait vraiment tout drôle.

 

 

 

 

 

Dieudonné et le théâtre interdit

 

Venez soutenir Dieudonné face à la censure :

 

« Nous posons les scellés cet après-midi bien que nous ne soyons pas équipés pour cela, a indiqué l’édile. Nous sommes actuellement dans une histoire de fou, car j’ai des bruits différents de la part de la préfecture et du commissariat concernant la prise en charge de cette situation. C’est assez décourageant. ».

Jean-Pierre Schosteck, Élu maire de Châtillon

 

Le mercredi 3 octobre, les spectateurs venus à la dernière représentation du spectacle « L’émancipation » joué par Dieudonné au Théâtre de l’Ampoule à Châtillon, près de Paris, ont eu la surprise de découvrir un cordon d’environ 20 policiers leur barrant l’accès à l’entrée du théâtre. Le motif de ce déploiement policier exceptionnel ? Un hypothétique arrêté municipal faisant suite à la visite d’une « commission de sécurité » ayant jugé le bâtiment entier comme inapte à accueillir un public. Vous allez voir dans ce reportage de Vincent Lapierre comment, avec humour et un peu d’audace, Dieudonné va encore une fois parvenir à contourner la censure.

Toutes les représentations de Dieudonné prévues au Thêatre L’ampoule à Châtillon sont maintenues.

Dieudonné revient chez vous pour son nouveau spectacle En vérité !

 

 

 

 

Les USA en visite :

Le monde serait un meilleur endroit sans les riches

Sam Pizzigati – Jacobin – 17 octobre 2018

Ils rendent notre culture grossière, érodent notre avenir économique et affaiblissent notre démocratie. Les ultra-riches n’ont aucune valeur sociale.

Avons-nous besoin – le progrès exige-t-il – de grandes fortunes privées ?

Les grands défenseurs des grandes fortunes avancent régulièrement cet argument. La perspective de devenir phénoménalement riche, jurent-ils, donne aux gens de grand talent une puissante motivation pour faire de grandes choses. L’énorme richesse que ces êtres talentueux accumulent, poursuivent-ils, propulse la philanthropie vers l’avant et profite aux individus et aux institutions qui ont besoin d’un coup de pouce.

Même les riches oisifs, comme l’a un jour insisté le saint patron conservateur Frederick Hayek, ont un rôle socialement constructif à jouer. La richesse leur donne la liberté d’expérimenter ’de nouveaux styles de vie’, de nouveaux ’champs de pensée et d’opinion, de goûts et de croyances’. Les riches enrichissent notre culture.

Ces défenseurs ont tort. Les incroyablement riches n’ont pas de valeur sociale nette.

Leur présence rend notre culture plus grossière, érode notre avenir économique et affaiblit notre démocratie. Toute société qui cherche à attirer ces monstrueuses fortunes, qui font que certaines personnes sont décidément plus égales que d’autres, cherche des ennuis.

Mais les ennuis qu’engendrent les riches s’estompent souvent. La plupart d’entre nous passerons toute notre existence sans jamais entrer en contact avec une personne aux moyens énormes. Dans la précipitation quotidienne de nos vies compliquées, nous nous arrêtons rarement pour réfléchir comment nos vies pourraient changer sans un super-riche ne s’acharne sur nous. Alors, réfléchissons.

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 22 octobre 2018