On fait ce qu’on peut pour rester tranquilles mais…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On fait ce qu’on peut pour rester tranquilles, mais…

 

 

 

 

 

 

Qui profite de l’explosion de Beyrouth ?

 

 

 

 

 

Pepe Escobar – Asia Times – 10.8.2020

via The Saker.is

 

 

 

 

En partant du principe que l’explosion est le résultat d’une attaque…

Le récit selon lequel l’explosion de Beyrouth était la conséquence exclusive de la négligence et de la corruption de l’actuel gouvernement libanais est maintenant gravé dans le marbre, du moins dans la sphère atlantiste.

 

Et pourtant, en creusant un peu plus, nous constatons que la négligence et la corruption ont pu être pleinement exploitées, par le biais du sabotage, pour mettre au point l’attaque.

Le Liban est le premier territoire de John Le Carré. Un repaire multinational d’espions de toutes sortes – agents de la Maison des Saoud, agents sionistes, fournisseurs d’armes à des « rebelles modérés », intellectuels du Hezbollah, « royauté » arabe débauchée, contrebandiers auto-glorifiés – dans un contexte de désastre économique généralisé qui touche un membre de l’Axe de la Résistance, une cible permanente d’Israël aux côtés de la Syrie et de l’Iran.

Comme si cela n’était pas assez volcanique, le Président Trump est entré dans la tragédie pour troubler les eaux – déjà contaminées – de la Méditerranée Orientale. Briefé par « nos grands généraux », le Président Trump a déclaré mardi : « Selon eux – ils le sauraient mieux que moi – mais ils semblent penser qu’il s’agit d’une attaque ».

Trump a ajouté : « C’était une sorte de bombe ».

Cette remarque incandescente a-t-elle laissé le chat sortir du sac en révélant des informations classifiées ? Ou le Président lançait-il un autre non sequitur ?

Trump a finalement retiré ses commentaires après que le Pentagone ait refusé de confirmer ses dires sur ce que les « généraux » avaient dit et que son Secrétaire à la Défense, Mark Esper, ait soutenu l’explication de l’accident pour l’explosion.

C’est encore une autre illustration graphique de la guerre qui a englouti le Beltway. Trump : attaque. Pentagone : accident. « Je pense que personne ne peut le dire pour l’instant », a déclaré Trump mercredi. « J’ai entendu les deux versions ».

Il faut tout de même mentionner un rapport de l’agence de presse iranienne Mehr qui indique que quatre avions de reconnaissance de la marine américaine ont été repérés près de Beyrouth au moment des explosions. Les renseignements américains sont-ils conscients de ce qui s’est réellement passé sur tout le spectre des possibilités ?

 

Ce nitrate d’ammonium

La sécurité dans le port de Beyrouth – le principal centre économique du pays – devrait être considérée comme une priorité absolue. Mais pour adapter une réplique de Chinatown de Roman Polanski : « Oublie ça, Jake. C’est Beyrouth ».

Ces 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, désormais emblématiques, sont arrivées à Beyrouth en septembre 2013 à bord du Rhosus, un navire sous pavillon moldave naviguant de Batumi en Géorgie au Mozambique. Le Rhosus a fini par être saisi par le Contrôle de l’État du Port de Beyrouth.

Par la suite, le navire a été abandonné de facto par son propriétaire, l’homme d’affaires véreux Igor Grechushkin, né en Russie et résident de Chypre, qui bizarrement avait « perdu tout intérêt » pour sa cargaison relativement précieuse, n’essayant même pas de la vendre moins chère pour rembourser ses dettes.

Grechushkin n’a jamais payé son équipage, qui a à peine survécu pendant plusieurs mois avant d’être rapatrié pour des raisons humanitaires. Le gouvernement chypriote a confirmé qu’il n’y avait eu aucune demande à Interpol de la part du Liban pour l’arrêter. Toute l’opération ressemble à une couverture – les véritables destinataires du nitrate d’ammonium étant peut-être des « rebelles modérés » en Syrie qui l’utilisent pour fabriquer des Engins Explosifs Improvisés (EEI) et équiper des camions suicide, comme celui qui a démoli l’hôpital Al Kindi à Alep.

Les 2 750 tonnes – emballées dans des sacs d’une tonne étiquetés « Nitroprill HD » – ont été transférées à l’entrepôt du Hangar 12 sur le quai. Il s’en est suivi un étonnant cas de négligence en série.

De 2014 à 2017, des lettres de fonctionnaires des douanes ainsi que les options proposées pour se débarrasser de la cargaison dangereuse, l’exporter ou la vendre d’une autre manière, ont tout simplement été ignorées. Chaque fois qu’ils ont essayé d’obtenir une décision légale pour se débarrasser de la cargaison, ils n’ont obtenu aucune réponse de la justice libanaise.

Lorsque le Premier Ministre libanais Hassan Diab proclame aujourd’hui que « les responsables paieront le prix », le contexte est absolument essentiel.

Ni le Premier Ministre, ni le Président, ni aucun des ministres du cabinet ne savaient que le nitrate d’ammonium était stocké dans le Hangar 12, confirme l’ancien diplomate iranien Amir Mousavi, Directeur du Centre d’Études Stratégiques et de Relations Internationales à Téhéran. Nous parlons d’un EEI massif, placé au milieu de la ville.

La bureaucratie du port de Beyrouth et les mafias qui en sont réellement responsables sont étroitement liées, entre autres, à la faction al-Mostaqbal, qui est dirigée par l’ancien Premier Ministre Saad al-Hariri, lui-même entièrement soutenu par la Maison des Saoud.

L’immensément corrompu Hariri a été démis de ses fonctions en octobre 2019 au milieu de graves protestations. Ses acolytes ont fait « disparaître » au moins 20 milliards de dollars du trésor public libanais, ce qui a sérieusement aggravé la crise monétaire du pays.

Pas étonnant que le gouvernement actuel – où nous avons le Premier Ministre Diab soutenu par le Hezbollah – n’ait pas été informé de la présence de nitrate d’ammonium.

Le nitrate d’ammonium est plutôt stable, ce qui en fait l’un des explosifs les plus sûrs utilisés dans les mines. Normalement, un incendie ne le fait pas exploser. Il ne devient hautement explosif que s’il est contaminé – par exemple par du pétrole – ou s’il est chauffé au point de subir des modifications chimiques qui produisent une sorte de cocon imperméable autour de lui, dans lequel l’oxygène peut s’accumuler jusqu’à un niveau dangereux où une inflammation peut provoquer une explosion.

Pourquoi, après avoir dormi dans le Hangar 12 pendant sept ans, ce stock a-t-il soudainement eu la démangeaison d’exploser ?

Jusqu’à présent, la principale explication directe, fournie par l’expert du Moyen-Orient Elijah Magnier, indique que la tragédie a été « provoquée » par un forgeron désemparé, équipé d’un chalumeau opérant à proximité du nitrate d’ammonium non sécurisé. Non sécurisé en raison, une fois de plus, de la négligence et de la corruption – ou dans le cadre d’une « erreur » intentionnelle anticipant la possibilité d’une explosion future.

Ce scénario, cependant, n’explique pas l’explosion initiale en « feu d’artifice ». Et n’explique certainement pas ce dont personne – du moins en Occident – ne parle : les incendies délibérés d’un marché iranien à Ajam, aux Émirats Arabes Unis, ainsi que d’une série d’entrepôts alimentaires/agricoles à Najaf, en Irak, immédiatement après la tragédie de Beyrouth.

 

Suivez l’argent

Le Liban, qui possède des actifs et des biens immobiliers d’une valeur de plusieurs billions de dollars, est une pêche juteuse pour les vautours de la finance mondiale. Il est tout simplement irrésistible de s’emparer de ces actifs à des prix aussi bas, en pleine nouvelle dépression. En parallèle, le vautour FMI se mettrait en mode d’extorsion totale et finirait par « annuler » une partie des dettes de Beyrouth tant qu’une variation sévère de « l’ajustement structurel » serait imposée.

Dans ce cas, ce sont les intérêts géopolitiques et géoéconomiques des États-Unis, de l’Arabie Saoudite et de la France qui en profitent. Ce n’est pas un hasard si le Président Macron, un serviteur dévoué des Rothschild, est arrivé à Beyrouth jeudi pour promettre le « soutien » néocolonial de Paris et pour imposer, comme un vice-roi, un ensemble complet de « réformes ». Un dialogue inspiré des Monty Python, avec un fort accent français, aurait pu suivre dans ce sens : « Nous voulons acheter votre port ». « Il n’est pas à vendre ». « Oh, quel dommage, un accident vient de se produire ».

Il y a un mois déjà, le FMI « avertissait » que « l’implosion » au Liban « s’accélérait ». Le Premier Ministre Diab a dû accepter la proverbiale « offre que vous ne pouvez pas refuser » et ainsi « débloquer des milliards de dollars en fonds de donateurs ». Ou autre. La course ininterrompue sur la monnaie libanaise, depuis plus d’un an, n’était qu’un avertissement – relativement poli.

Cela se produit au milieu d’une confiscation massive d’actifs au niveau mondial, caractérisée dans un contexte plus large par une baisse du PIB américain de près de 40%, des faillites en série, une poignée de milliardaires amassant des profits incroyables et des mégabanques trop grosses pour faire faillite, dûment renflouées par un tsunami d’argent gratuit.

Dag Detter, un financier suédois, et Nasser Saidi, un ancien ministre libanais et Vice-Gouverneur de la banque centrale, suggèrent que les actifs de la nation soient placés dans un fonds de richesse nationale. Parmi les actifs les plus intéressants, citons Électricité du Liban (EDL), les services d’eau, les aéroports, la compagnie aérienne MEA, la société de télécommunications OGERO et le Casino du Liban.

L’EDL, par exemple, est responsable de 30% du déficit budgétaire de Beyrouth.

C’est loin d’être suffisant pour le FMI et les méga-banques occidentales. Ils veulent engloutir tout le monde, plus beaucoup de biens immobiliers.

« La valeur économique des biens immobiliers publics peut être au moins aussi élevée que le PIB et souvent plusieurs fois la valeur de la partie opérationnelle de tout portefeuille », affirment Detter et Saidi.

 

 

 

 

Qui ressent les ondes de choc ?

Une fois de plus, Israël est l’éléphant dans la pièce désormais largement dépeinte par les médias d’entreprise occidentaux comme « le Tchernobyl du Liban ».

Un scénario comme la catastrophe de Beyrouth est lié aux plans israéliens depuis février 2016.

Israël a admis que le Hangar 12 n’était pas une unité de stockage d’armes du Hezbollah. Pourtant, le jour même de l’explosion de Beyrouth, et suite à une série d’explosions suspectes en Iran et à une forte tension à la frontière syro-israélienne, le Premier Ministre Netanyahu a tweeté : « Nous avons frappé une cellule et maintenant nous frappons les répartiteurs. Nous ferons ce qui est nécessaire pour nous défendre. Je leur suggère à tous, y compris au Hezbollah, d’y réfléchir ».

Cela est lié à l’intention, ouvertement proclamée à la fin de la semaine dernière, de bombarder l’infrastructure libanaise si le Hezbollah porte atteinte aux soldats des Forces de Défense Israéliennes ou aux civils israéliens.

Un titre – « Les ondes de choc de l’explosion de Beyrouth seront ressenties par le Hezbollah pendant longtemps » – confirme que la seule chose qui compte pour Tel-Aviv est de profiter de la tragédie pour diaboliser le Hezbollah, et par association, l’Iran. Cela rejoint la loi « Contrer le Hezbollah dans l’armée libanaise » de 2019 du Congrès américain {S.1886}, qui ordonne à Beyrouth d’expulser le Hezbollah du Liban.

Les renseignements saoudiens, qui ont accès au Mossad et qui diabolisent le Hezbollah bien plus qu’Israël, interviennent pour brouiller encore les pistes. Toutes les opérations de renseignement auxquelles j’ai parlé refusent de s’exprimer, vu l’extrême sensibilité du sujet.

Néanmoins, il faut souligner qu’une source d’information saoudienne, dont le stock commercial est constitué d’échanges d’informations fréquents avec le Mossad, affirme que la cible initiale était des missiles du Hezbollah stockés dans le port de Beyrouth. Son histoire est que le Premier Ministre Netanyahu était sur le point de s’attribuer le mérite de la frappe – suite à son tweet. Mais le Mossad a alors réalisé que l’opération s’était horriblement mal déroulée et s’était transformée en une catastrophe majeure.

Le problème commence par le fait qu’il ne s’agissait pas d’un dépôt d’armes du Hezbollah – comme même Israël l’a admis. Lorsque des dépôts d’armes explosent, il y a une explosion primaire suivie de plusieurs explosions plus petites, quelque chose qui peut durer des jours. Ce n’est pas ce qui s’est passé à Beyrouth. L’explosion initiale a été suivie d’une seconde explosion massive – presque certainement une explosion chimique majeure – et puis il y a eu le silence.

Thierry Meyssan, très proche des renseignements syriens, avance la possibilité que « l’attaque » ait été réalisée avec une arme inconnue, un missile – et non une bombe nucléaire – testé en Syrie en janvier 2020. (Le test est montré dans une vidéo ci-jointe.) Ni la Syrie ni l’Iran n’ont jamais fait référence à cette arme inconnue, et je n’ai eu aucune confirmation de son existence.

En supposant que le port de Beyrouth ait été touché par une « arme inconnue », le Président Trump a peut-être dit la vérité : c’était une « attaque ». Et cela expliquerait pourquoi Netanyahu, contemplant la dévastation de Beyrouth, a décidé qu’Israël devait garder un profil très bas.

 

Regardez ce chameau en mouvement

L’explosion de Beyrouth pourrait à première vue être considérée comme un coup mortel porté à l’Initiative Ceinture et Route, étant donné que la Chine considère la connectivité entre l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban comme la pierre angulaire du corridor Ceinture et Route de l’Asie du Sud-Ouest.

Pourtant, cela pourrait se retourner contre elle – gravement. La Chine et l’Iran se positionnent déjà comme les investisseurs de référence après l’explosion, ce qui contraste fortement avec les tueurs à gages du FMI, et comme l’a conseillé le Secrétaire Général du Hezbollah, Nasrallah, il y a quelques semaines seulement.

La Syrie et l’Iran sont en première ligne pour fournir de l’aide au Liban. Téhéran envoie un hôpital d’urgence, des colis alimentaires, des médicaments et du matériel médical. La Syrie a ouvert ses frontières avec le Liban, a envoyé des équipes médicales et reçoit des patients des hôpitaux de Beyrouth.

Il est toujours important de garder à l’esprit que « l’attaque » (Trump) du port de Beyrouth a détruit le principal silo à grains du Liban, outre la destruction totale du port – la principale source de revenus du pays.

Cela s’inscrirait dans une stratégie visant à affamer le Liban. Le même jour où le Liban est devenu largement dépendant de la Syrie pour l’alimentation – puisqu’il ne contient plus qu’un mois de blé -, les États-Unis ont attaqué des silos en Syrie.

La Syrie est un énorme exportateur de blé biologique. C’est pourquoi les États-Unis prennent régulièrement pour cible les silos syriens et brûlent leurs récoltes. Ils tentent également d’affamer la Syrie et de forcer Damas, déjà soumise à de sévères sanctions, à dépenser des fonds dont elle a grand besoin pour acheter de la nourriture.

Contrairement aux intérêts de l’axe États-Unis/France/Arabie Saoudite, le plan A pour le Liban consisterait à sortir progressivement de l’emprise des États-Unis et de la France et à se diriger directement vers la Ceinture et Route ainsi que vers l’Organisation de Coopération de Shanghai. Aller à l’Est, à la manière eurasiatique. Le port et même une grande partie de la ville dévastée, à moyen terme, peuvent être reconstruits rapidement et professionnellement par les investissements chinois. Les Chinois sont des spécialistes de la construction et de la gestion portuaires.

Ce scénario résolument optimiste impliquerait une purge des crapules hyper-riches et corrompues de la ploutocratie libanaise – qui, de toute façon, se précipitent dans leurs appartements parisiens au premier signe de troubles.

Ajoutez à cela le système de protection sociale très efficace du Hezbollah – dont j’ai pu constater l’efficacité l’année dernière – qui a une chance de gagner la confiance des classes moyennes appauvries et de devenir ainsi le noyau de la reconstruction.

Ce sera une lutte de Sisyphe. Mais comparez cette situation à celle de l’Empire du chaos – qui a besoin de chaos partout, en particulier en Eurasie, pour couvrir le chaos de Mad Max à venir à l’intérieur des États-Unis.

Le notoire 7 pays en 5 ans du Général Wesley Clark vient une fois de plus à l’esprit – et le Liban reste l’un de ces 7 pays. La lire libanaise s’est peut-être effondrée, la plupart des Libanais sont peut-être complètement fauchés et Beyrouth est à présent à moitié dévastée. C’est peut-être la goutte d’eau qui fait déborder le vase, qui permet au chameau de retrouver sa liberté et de revenir enfin en Asie le long des Nouvelles Routes de la Soie.

Source : https://thesaker.is/who-profits-from-the-beirut-tragedy/

source  d’origine : https://asiatimes.com

Traduction : R.I.

 

 

 

 

 

Le syndrome d’Archimède ou l’art de déclencher le feu à distance – un nouveau concept de guerre hybride

 

Strategika51 – 10.8.2020 – Vidéos

 

 

 

 

https://strategika51.org/2020/08/10/le-syndrome-darchimede-ou-lart-de-declencher-le-feu-a-distance/

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 11.8.2020

 

 

Et que ça saute !

 

 

 

 

 

 

Le Rhosus

 

 

Et que ça saute !

 

 

 

 

 

La vérité derrière les explosions de Beyrouth – La filière sioniste

 

Ziad Fadel – Syrian Perspective – 5.8.2020

Traduction : Les Grosses Orchades

 

 

 

 

Le nuage avait bien la forme d’un  champignon, mais il n’était pas atomique. Le phénomène se produit, selon l’axiome d’instabilité Raleigh-Taylor, quand du gaz très chaud s’élève rapidement et rencontre un air plus lourd qui l’aplatit en forme de champignon. Cela n’en diminue en aucune façon la dévastation. Cela explique juste pourquoi beaucoup de gens ont cru à une explosion nucléaire. Et cela ne veut pas dire, en outre, que des produits chimiques hautement toxiques n’ont pas été disséminés par l’explosion.

 

Remontons le temps jusqu’à la fin de 2013, moment où le navire enregistré en Moldavie d’un propriétaire russe – le Rhosus d’Igor Grechuskin [actuellement domicilié à Chypre, ndt)  – a quitté la Géorgie avec un chargement de « matériel agricole », à destination du Mozambique via le Bosphore. Au tout début de 2014, il avait réussi à traverser la Méditerranée Orientale et avait trouvé, au sud de la Turquie, une mer très agitée.  Brutalisée par des eaux turbulentes au large de l’île d’Ikaria, la baignoire flottante avait réussi à atteindre le port de Beyrouth, où elle avait demandé à pouvoir s’abriter. Les autorités libanaises avaient saisi le navire et son chargement, alléguant qu’il n’avait pas envoyé de message informant de sa route et qu’il transportait du matériel agricole pouvant tout aussi bien servir d’explosifs. C’est exactement ce genre de matière qui avait été utilisée en Oklahoma, le 19 avril 1995, dans l’attentat contre le Murrah Federal Building qui avait fait des quantités de tués et conduit à l’exécution de Timothy McVeigh. Le navire avait donc été confisqué, mais l’équipage n’avait pas été autorisé à débarquer, de crainte que ses membres n’en profitent pour se fondre sans laisser de traces dans la société libanaise. Le capitaine et ses officiers furent ensuite relâchés sur ordre du ministre de la Justice et tout l’équipage finit par être rapatrié.

 

 

 

Résultats de  l’attentat des espions et des saboteurs sionistes

 

 

Ceci aurait dû être la fin de l’histoire. Les espions sionistes avaient pris bonne note du fait que le chargement – toutes les 2.750 tonnes de  nitrate d’ammonium – avait été enlevé du navire et empilé dans le Hangar 12 du Port de Beyrouth, et l’information avait été enregistrée par le MOSSAD, qui la considérait comme une « possibilité » exploitable. Cependant, avec le passage des années et l’accroissement de l’influence iranienne, l’État d’Apartheid Sioniste conclut que  le moment était venu de mettre fin une fois pour toutes à la présence des Perses au Liban. Frapper des cibles iraniennes comme des arsenaux en Syrie était bien beau, mais il était bien plus intéressant de débarrasser définitivement le Liban de ses hôtes, en provoquant un ras-le-bol de la population libanaise contre leur existence même, et a fortiori contre leur intermédiaire, le Hezbollah.

 

https://www.yahoo.com/news/hezbollah-not-escape-blame-beirut-115000724.html

 

 

Ma source me dit qu’empiler une telle quantité de nitrate d’ammonium dans le Hangar 12, c’était ni plus ni moins qu’inviter les Sionistes à y mettre le feu. Il est intéressant de savoir qu’un directeur libanais de l’Autorité Portuaire de Beyrouth, Shafeeq Mir’iy, a écrit pas moins de cinq lettres au gouvernement, le suppliant d’intervenir, parce que la situation dans le port était devenue… eh, bien… explosive. Il a écrit ces lettres le 5 décembre 2014, le 6 mai 2015, le 20 mai 2016, le 13 octobre 2016 et le 27 octobre 2017. Après quoi il a été remplacé par Badri Dhaaher, qui devrait être la prochaine chèvre expiatoire, si l’Histoire nous a appris quelque chose.

L’explosion s’est produite vers 9h15’ du matin, heure de Beyrouth. Ma source m’apprend qu’un véhicule empli de C-2 était garée à proximité du Hangar 12, mais pas dans le but de mettre à feu directement le nitrate d’ammonium. Il avait en revanche pour but de déclencher l’explosion en provoquant un incendie dans un local proche empli de feux d’artifice de fabrication chinoise. C’est juste tout ce qu’il a fallu. Pas besoin de soudeur mettant innocemment le feu par accident ni de souris grignotant un fil électrique. Cela a bel et bien été un meurtre de masse intentionnel, perpétré par les fanatiques homicides de l’État colon d’Israël, par les psycho-sociopathes d’Asie Centrale qui prétendent avoir une histoire au Moyen Orient.

Si le gouvernement du Liban devait procéder à une enquête sérieuse, il lui faudrait probablement conclure que l’opération fut un acte de guerre. Ce qui le forcerait à s’aligner sur le Hezbollah. Le gouvernement libanais ne peut pas faire cela sans se laisser entraîner davantage encore dans le bourbier du conflit sionisto-arabe. S’agissant d’un pays à pathologie de corruption métastatique de niveau 5, il restera muet et mordra sur sa chique, secondant ainsi les efforts des voyous sionistes pour éradiquer toute trace d’influence iranienne au Liban.

 

 

Le malchanceux Premier ministre du Liban, Hassaan Diyaab, a promis que les coupables seraient poursuivis. Qui sera selon vous l’agneau du sacrifice ? Nous prenons les paris. Il faut que quelqu’un soit déclaré responsable. Faites votre choix parmi les suspects habituels.

 

 

Source : https://syrianperspective.com/2020/08/the-truth-behind-the-bombing-in-beirut-the-zionist-connection.html

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/11822-2/

 

 

 

 

 

Où il y a de la gêne…

 

Emmanuel Macron rappelle au Liban « l’exigence » française de « réformes indispensables »

 

RT France – 6.8.2020

 

 

 

 

https://francais.rt.com/international/77564-emmanuel-macron-rappelle-liban-exigence-franc%C3%A7aises-reformes-indispensables

 

 

 

 

 

En anglais…

 

Aftermath Of Beirut Explosion, At Least 300,000 Homeless, 135 Dead

 

Southfront – 6.8.32020 – Photos, vidéos

 

https://southfront.org/aftermath-of-beirut-explosion-at-least-300000-homeless-135-dead/

 

 

 

 

Ça aussi…

 

Lebanon SITREP : Letter from a Lebanese friend

 

The Saker.is – 4.8.2020

https://thesaker.is/lebanon-sitrep-letter-from-a-lebanese-friend/

 

 

 

 

 

Une explosion apparemment meurtrière secoue une ville proche de la frontière entre la Corée du Nord et la Chine

 

VOA News – 5.8.2020

 

 

 

La ville Nord-Coréenne de Hyesan, proche de la frontière avec la Chine.

 

 

Une série d’explosions a secoué cette semaine une ville nord-coréenne, provoquant un nombre indéterminé de morts.

 

Ni les autorités ni les médias nord-coréens n’ont commenté les explosions, qui se sont produites lundi, dans la ville frontalière de Hyesan.

 

 

 

 

Source : https://www.voanews.com/east-asia-pacific/north-korean-border-city-rocked-apparent-deadly-explosion

 

 

 

 

 

 

C’est vrai qu’il fait chaud à Bagdad…

 

Des explosions qui ont frappé un dépôt de munitions dans le sud de Bagdad, attribuées à «  la chaleur ».

 

Les Grosses Orchades – d’après Arab News – 6.8.2020

 

 

Les Forces de Mobilisation populaire en Irak, soutenues par l’Iran,  ont déjà été, dans le passé, prises pour cibles par l’aviation israélienne. La base est utilisée par la police irakienne et par des groupes dr résistance armée

 

 

Un dépôt de munitions appartenant aux forces fédérales de police a explosé dimanche dans un des faubourgs sud de Bagdad, « par suite de la chaleur et d’un mauvais stockage », a déclaré l’armée irakienne dans un communiqué

 

De multiples explosions ont été entendues à Bagdad dimanche soir. Les forces de sécurité ont déclaré que le dépôt de munitions en question avait déjà été la proie d’un incendie en août de l’année dernière.

Cette fois, le feu a déclenché des explosions qui ont été entendues dans tout Badgad. Elles ont tué une personne et en ont blessé 29 autres.

Des groupes de la résistance militaire irakienne liés à l’Iran attribuent les explosions survenues dans leurs dépôts de munitions aux États-Unis et à Israël, tandis que la tension continue de monter entre Washington et Téhéran.

L’assassinat, par les États-Unis, du chef de la résistance militaire irakienne Abu Mahdi Al-Muhandis, lors de la frappe par missile de janvier dernier qui a coûté la vie au général Qassem Soleimani, rend de plus en plus probable la menace, pour l’Irak, se voie transformé en champ de bataille dans la lutte qui oppose Washington à Téhéran

Source : https://www.arabnews.com/node/1710416/middle-east

 

 

 

 

Une usine chimique explose en Chine

 

Sputnik.fr5.8.2020

 

 

 

 

Une puissante explosion a eu lieu dans une usine chimique de la province chinoise du Hubei lundi soir. Les responsables font état de six morts et de quatre blessés, selon le Daily Mail.

 

Une explosion s’est produite lundi soir dans une usine de silicone de Xiantao, dans la province du Hubei, faisant six morts et quatre blessés, relate le Daily Mail.

L’explosion a eu lieu dans un atelier utilisé pour stocker le butanone-oxime, lequel peut être utilisé comme agent de durcissement du silicone, a déclaré dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux le département de la propagande du comité du parti de Xiantao.

 

 

Lire la suite…

 

Source : https://fr.sputniknews.com/international/202008051044205541-une-usine-chimique-explose-en-chine—video/

 

Spontané, tout ça… (réchauffement climatique, hein !)

 

 

 

 

 

Images sidérantes des incendies en Sibérie survolée en drone

 

Futura planète – 27.7.2020

 

 

 

 

Depuis le mois de février, la forêt sibérienne est transformée en gigantesque brasier alimenté par la foudre et les feux déclenchés par les humains. Les images apocalyptiques capturées par Greenpeace à l’aide d’un drone dans la région de Krasnoïarsk témoignent de l’ampleur des dégâts et montrent un paysage de désolation.

 

 

« Près de 11 millions d’hectares de forêt ont brûlé en Russie depuis le début de 2020. »

© Greenpeace…

 

L’équivalent de la surface de la Grèce parti en fumée…

 

Lire/voir la suite…

 

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/incendie-images-siderantes-incendies-siberie-survolee-drone-77118/

 

Distraits, ces Russes…

 

 

 

 

Oui, sauf que, chez eux, juillet, c’est l’hiver…

 

Brésil : augmentation de 28% des incendies en Amazonie brésilienne en juillet

 

RTBF.be – 1.8.2020

 

 

 

 

Le nombre d’incendies de forêt en Amazonie brésilienne a augmenté de 28% le mois dernier par rapport à juillet 2019, selon les données satellitaires publiées samedi, alimentant les craintes que la plus grande forêt tropicale du monde ne soit à nouveau dévastée par les incendies cette année. L’Institut spatial national du Brésil, l’INPE, a identifié 6.803 incendies dans la région amazonienne en juillet 2020, contre 5.318 l’année précédente. Sur la seule journée du 30 juillet, les satellites ont détecté 1.007 incendies en Amazonie, a indiqué l’INPE, le pire jour pour un mois de juillet depuis 2005, a souligné Greenpeace.

 

Ce chiffre est encore plus inquiétant pour les chercheurs car 2019 a déjà été une année dévastatrice pour l’Amazonie, provoquant des manifestations de protestation dans le monde entier. En conséquence, les pressions se sont accrues sur le Brésil, gouverné par le président ultra-conservateur Jair Bolsonaro, pour qu’il s’engage à faire plus pour protéger cette gigantesque forêt, que les scientifiques estiment vitale dans la lutte contre le changement climatique

Les incendies ont essentiellement pour but de défricher illégalement des terres afin de laisser la place à l’agriculture, à l’élevage ou à l’exploitation minière. Les militants écologistes accusent M. Bolsonaro, qui s’est montré sceptique envers le changement climatique, d’encourager la déforestation avec des appels à ouvrir la forêt tropicale à l’activité agricole et à l’industrie. Le président brésilien a mobilisé l’armée pour lutter contre les incendies, mais les écologistes estiment qu’il ne s’attaque pas aux causes réelles des incendies et de la déforestation.

Source : https://www.rtbf.be/info/monde/detail_bresil-augmentation-de-28-des-incendies-en-amazonie-bresilienne-en-juillet?id=10553572

 

 

 

 

 

On vous fait grâce des feux « spontanés » (si, si !) qui ravagent l’Allemagne, surtout dans la région où devrait bientôt s’amener le Nord Stream 2.

 

 

 

 

 

Mais il y a aussi d’autres endroits ou les Schleuhs ne sont pas raisonnables :

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article12062

 

 

De même, d’ailleurs, que les Grand-Bretons :

 

https://www.rt.com/uk/496879-london-mask-protest-bbc-downing-street/

 

Si vous croyez que c’est facile à contenir, ces énergumènes…

 

 

Bonne fin de canicule !

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 6.8.2020

 

 

Arrestation d’Alain Soral

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrestation d’Alain Soral

 

On peut ne point partager – du tout – certains des choix d’Alain Soral, un principe reste un principe : de quoi se mêlent ces délinquants multi-récidivistes ?

 

 

 

 

 

 

Arrestation d’Alain Soral !

 

Mise à jour du 30 juillet à 17h30

 

 

 

Le président d’Égalité & Réconciliation Alain Soral a été arrêté
à Paris mardi 28 juillet 2020 en fin d’après-midi.

 

 

Alain Soral a été déféré devant un juge d’instruction.

Alors qu’il aurait dû être convoqué ultérieurement pour une comparution, Alain Soral a été immédiatement et exceptionnellement mis en examen.

Le procureur de la République a demandé la mise en détention provisoire.

L’article 52 de la loi du 29 juillet 1881 prévoit la détention provisoire pour la provocation aux crimes et délits portant atteinte aux intérêts de la nation.

Si cette demande est accordée par le juge des libertés, Alain Soral risque l’emprisonnement pour une durée indéterminée.

Lire la suite…

Source : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Arrestation-d-Alain-Soral-60300.html

 

 

Ne pas rater surtout, en commentaires – au courant bien avant tout le monde – le chœur des hyènes braillant tendrement au « discours de haine »…

 

Cela dit… « qu’allait-il faire dans cette galère ? »… on le croyait en Suisse.

 

 

 

 

 

Lire aussi :

 

 

À BAS TOUTE CENSURE du Collectif Guerre De Classe sur l’arrestation de Soral + mon grain de poivre

 

 

 

 

N’attendons pas qu’il n’y ait plus personne… pour protester !

 

Analyse de JBL1960

 

Source : https://jbl1960blog.wordpress.com/2020/07/30/a-bas-toute-censure-du-collectif-guerre-de-classe-sur-larrestation-de-soral-mon-grain-de-poivre/

 

 

 

 

 

Gilad, Shamir, Saker, Unz !… on a besoin de vous pour mettre à ces gens-là le nez dans leur caca.

 

 

 

 

 

 

Georges, Julian… et maintenant Soral Ce qui émerveille le plus, dans tout cela, c’est le silence sidéral et inlassable des foules désormais concrètement muselées et heureuses de l’être.

 

 

 

 

 

Courage ! On les aura les moches… si, si, il faut y croire.

 

 

Mis en ligne le 30 juillet 2020

 

 

FLU WORLD ORDER

 

 

 

 

 

 

…et périls jaunes

 

 

FLU WORLD ORDER

 

(Ordre Mondial de la Grippe)

 

 

 

 

La fête nationale belge (21 juillet) ne l’a pas mis en péril. Ouf !

 

 

 

Il y avait même l’Africain obligatoire de service, comme au mariage de Megan et Harry. Ouf, ouf !

 

 

 

 

 

Ah, mais !… On n’est pas pour rien les champions du monde de la soumission.

 

 

 

 

Merci les merdias. On est rassurés.

 

Comment fonctionnera l’application belge de traçage corona ?

 

Le traçage numérique est annoncé pour septembre. Outil majeur dans la lutte contre la pandémie, elle n’aura rien d’un dispositif de surveillance de masse.

 

 

 

 

L’application belge sera bien un outil de « contacts tracing » et non de « tracking », « à la chinoise ».   © Belga.

 

 

  

Par Philippe Laloux

Responsable du pôle Multimédias Le 23/07/2020 à 06:00

 

Dès le mois de septembre, la Belgique devrait disposer d’une application de traçage numérique pour compléter son arsenal de lutte contre le coronovirus. Enfin, quand on dit « la Belgique », on devrait plutôt dire communautés, régions et fédéral, la matière relevant de chacune des couches de la lasagne institutionnelle belge. Tous ont réussi à accorder leur violon sur le protocole à adopter. Et ont décidé, ce mercredi en comité interministériel, de confirmer l’attribution du marché à la société bruxelloise Devside, accompagnée d’un consortium et de plusieurs universités belges. A charge pour elle de développer l’application qui, si elle est largement adoptée par la population, devrait permettre à chacun de savoir s’il a été en contact avec une personne contaminée. Et, le cas échéant, de prendre les mesures sanitaires adéquates.

Lire aussi Coronavirus: l’application belge de tracing sera prête en septembre

Une telle application n’est pas anodine, tant elle réveille les fantasmes d’un dispositif de surveillance de masse. Ce qui, est-il écrit noir sur blanc dans l’accord de coopération, ne pourrait pas être le cas. Particulièrement au taquet sur la question, l’Autorité de protection des données veille au grain.

On décrypte son fonctionnement.

Lire la suite…

Source : lesoir.be

 

Vous avez voté pour ça, vous ? Léchez vos plaies.

 

 

 

 

En France :

 

Un affreux cauchemar

 

François Falcon – Boulevard Voltaire – 21.7.2020

 

 

 

 

Avec cette propagande massive au sujet du Covid-19, j’ai fait un affreux cauchemar. Dans mon rêve, un virulent virus apparaissait dans un pays lointain et sévissait ensuite dans une poignée de métropoles ; au bout de quelques mois, cependant, ce virus avait complètement perdu sa capacité de nuisance.

Curieusement, et c’est là que j’ai compris que c’était un cauchemar, les autorités politiques et les grands prêtres ou prêtresses médiatiques continuaient à distiller la peur dans la population. Comme les chiffres artificiellement gonflés des hospitalisations et des décès restaient ridiculement faibles, on amusait la galerie avec des histoires de clusters et de taux de reproduction du virus. Personne ne semblait se soucier du fait que si le virus circulait, il ne rendait plus personne malade, au même titre que des millions d’autres virus en suspension.

Cette peur savamment entretenue permettait à des organisations internationales et à des gouvernements cyniques ou lâches d’imposer des contraintes insensées à la population : port du masque, distanciation, reconfinement… Et les conséquences étaient apocalyptiques, des milliers d’entreprises déposaient le bilan tandis que la folie gagnait peu à peu les foyers mis en résidence surveillée, les violences intrafamiliales explosaient sans que la délinquance de rue ne diminue car, dans mon cauchemar, seuls les criminels conservaient une pleine liberté de circulation.

Un jour, cependant, les médias et les dirigeants qui persécutaient la population firent une annonce triomphale : on avait trouvé un vaccin efficace contre le virus inefficace ! Les geôliers devenaient des libérateurs et annonçaient que tous ceux qui se feraient vacciner pourraient reprendre une vie normale ; bien sûr, pour pouvoir prendre des transports publics ou entrer dans un commerce, il fallait prouver que l’on était bien vacciné, et comme il eût été fastidieux de montrer sa carte de vaccination à tout bout de champ, le plus simple était de se faire implanter une petite puce sur la main ou sur le front. Ceux qui refusaient cette solution se condamnaient eux-mêmes à une vie de paria.

Je vis alors l’immense cohorte de ceux qui avaient accepté de se laisser soigner et tracer comme du bétail. Ils sortaient, ivres de joie, dans les rues et jetaient leurs masques en l’air en louant la sagesse et la bonté de leurs maîtres ; mais, horreur, sous ce masque, ce n’était plus des visages d’hommes mais des têtes de veaux. Les hommes-veaux se dirigeaient vers un sombre bâtiment au-dessus duquel étaient écrits des mots effrayants : esclavage, abattoir, enfer…

C’est à ce moment-là que je me suis réveillé et que je suis sorti de cet invraisemblable cauchemar.

Source : https://www.bvoltaire.fr/un-affreux-cauchemar/ 

 

 

 

 

Billet pavlovien :

quand les populations doivent exiger le terrorisme sanitaire du coronavirus

 

Karine Bechet-Golovko  – Russie Politics – 16.7.2020

 

 

 

 

Après la furie des masques, bonjour la furie des tests, en attendant celle des vaccins. Avec le coronavirus, on a réussi à développer les réflexes pavloviens dans nos sociétés terrorisées. Chacun s’insurge à qui mieux contre l’absence de dépistage du coronavirus pour voyager. Quelle chance que cette masse hystérique accélère l’avènement du Nouveau Monde. Allons au bout de la logique : seules les personnes saines ont le droit de voyager (pourquoi s’arrêter au coronavirus?); seules les personnes saines ont le droit de sortir de chez elles (pourquoi s’arrêter aux voyages?). Seules les personnes saines ont le droit d’exister. Ainsi, nous pourrons célébrer l’avènement de la société, qui doit être propre, belle. De l’humanité propre, nettoyée. Les vieux – interdits de sortie, c’est moche et en plus ça contamine. Les handicapés et les malades chroniques, idem. On teste tout : le SIDA, la grippe, les hépatites, constamment, toutes les maladies, pour sortir de chez soi et nous obtiendrons enfin un monde sûr – un monde inhumain.

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2020/07/billet-pavlovien-quand-les-populations.html

 

 

 

 

Une fable :

 

LE LOUP ET LE CHIEN

 

Jean de la Fontaine

 

 

 

 

 

Un Loup n’avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
L’attaquer, le mettre en quartiers,
Sire Loup l’eût fait volontiers ;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le Mâtin était de taille
À se défendre hardiment.
Le Loup donc l’aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu’il admire.
« Il ne tiendra qu’à vous beau sire,
D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, hères, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? rien d’assuré : point de franche lippée ;
Tout à la pointe de l’épée.
Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. »
Le Loup reprit : « Que me faudra-t-il faire ?
– Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse. »
Le Loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
« Qu’est-ce là ? lui dit-il. – Rien. – Quoi ? rien ? – Peu de chose.
– Mais encore ? – Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
– Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? – Pas toujours ; mais qu’importe ?
– Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. »
Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

Fables de La Fontaine, Livre I, Fable V.

 

 

 

 

Coronavirus – Olivier Véran avoue que le virus ne circule pas ou peu en France (vidéo 1’36) :

 

http://mai68.org/spip2/spip.php?article6560

 

 

Enregistré le 22 juillet 2020 lors du 20 heures de France 2

Olivier Véran est le ministre de la Santé

On nous fait chier pour rien avec les masques.

C’est juste un test de soumission !

Bien à vous

do

23 juillet 2020

http://mai68.org/spip2

 

 

 

 

Caractère obligatoire, utilité, effets… Les « anti-masque » se mobilisent dans le monde

 

RT France – 20.7.2020

 

 

 

Caractère obligatoire, utilité, effets… Les « anti-masque » se mobilisent dans le monde – Manifestation organisée par « Keep Britain Free » à Londres le 19 juillet 2020

 

 

Dans plusieurs pays, des groupes de citoyens et associations manifestent depuis plusieurs jours contre le port du masque rendu obligatoire sous peine d’amende. Ils mettent en question son efficacité et alertent sur sa potentielle dangerosité. Plusieurs manifestations ont eu lieu en ce mois de juillet à travers le monde contre la généralisation du port du masque obligatoire, notamment dans les transports en commun et les lieux publics, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. En Angleterre, au Canada mais aussi aux États-Unis, des associations et des mouvements de citoyens ont fait entendre leur opposition à cette récente obligation. Des manifestations dans les pays anglophones. Rendu obligatoire dans tous les lieux clos ce 20 juillet en France, le port du masque sera également imposé dans les magasins et les supermarchés en Angleterre dès le 24 juillet, sous peine d’une amende de 100 livres sterling (environ 115 euros). De quoi rendre furieux une centaine de personnes du mouvement « Keep Britain Free », qui se sont rassemblées à Londres le 19 juillet lors d’une manifestation anti-masque. « Il s’agit d’un choix politique et non de santé publique », a estimé l’une des représentantes du mouvement, dans une vidéo publiée par le journal britannique The Sun. Certains protestataires arboraient sur eux ou sur des pancartes des slogans tels que : « Flu world order » [l’ordre mondial de la grippe], « l’amour triomphe de la peur » ou « 2020 est le nouveau 1984 » en référence à l’ouvrage de George Orwell.

Lire et voir la suite…

 

Source : https://francais.rt.com/international/77057-caractere-obligatoire-utilite-effets-les-anti-masque-se-mobilisent-dans-le-monde

 

 

 

Italie :

Les mariés de l’an Covid 19

 

RT France – 9.7.2020

 

 

 

 

 

Dans une Italie post-covid, le nombre de mariages se réduit sensiblement tandis que le nombre de ceux qui manifestent contre les mesures restrictives pour se marier, s’accroît.

 

 

 

Source :  https://francais.rt.com/videos/76723-italie-maries-an-covid-19

 

 

 

 

Manifestations en tous genres, certes, c’est sympa. Mésenfin, ne serait-il pas plus simple et plus expéditif de sortir sans muselière ? En masse.

 

 

 

 

 

 

 

On ne saurait trop vous recommander, sur tout ça, le site de jbl 1960 en général et ceci en particulier :

 

 

 

Fil d’actualité

RAPPEL = LE PORT DU BOUILLON DE CULTURE EST OBLIGATOIRE ! (Vidéos + PDF + INFOS)

jo Busta Lally jbl1960 21.7.2020

 

NON AU MUSELAGE SANITAIRE !

 

 

 

DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS

L’INSOUMISSION, un facteur de notre ÉVOLUTION… (PDF MàJ)

 

Source :  https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/07/non-au-muselage-sanitaire-insoumission-facteur-devolution-20-juillet-20-par-jbl.pdf

 

 

 

 

Cela dit, nous, on aimerait assez que tout le monde s’arrête d’insulter les animaux en les chargeant de nos tares humaines. Haro sur le baudet, sur les veaux, vaches, cochons, couvées, moutons, mâtins, etc. : basta !

 

 

 

 

 

Bien entendu, l’Asie n’est pas indemne de la pandémie de connerie

 

Hong Kong, la Covidhystérie et la guerre du Nouveau monde

 

Karine Bechet-Golovko – Russie Politics – 21.7.2020

 

 

 

 

Les médias et certains groupes politiques ont absolument besoin que le Covid … se survive à lui-même. En tout cas dans ses effets idéologiques. Sinon, à quoi bon avoir mis sous verrous plus de 4 milliards de personnes, détruit l’économie des pays, la vie de millions de personnes, traumatisé tant d’enfants, si finalement tout redevient aussi facilement comme avant ? Le travail ne semble pas encore terminé, il faut donc faire durer le plaisir. L’exemple de Hong Kong est intéressant. La situation est paraît-il grave, quelle horreur : 100 nouveaux cas, sur une ville de plus de 7,5 millions d’habitants, pour … 12 morts. Depuis le début. Ne faisons pas de statistiques, les chiffres seraient ridicules. Mais attention, l’épidémie reprend. Car elle le doit. Bien que cela n’ait que peu de rapport avec le sanitaire.

Ces deniers jours, les médias s’emballent autour de la reprise du coronavirus à Hong Kong.

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2020/07/hong-kong-la-covidhysterie-et-la-guerre.html

 

 

 

 

 

Comme aurait dit Geneviève Tabouis : « Vous entendrez demain »… beaucoup parler de Hong Kong et des Ouïghours. Devinez pourquoi.

 

 

 

 

Dans le monde post-ADM de l’Irak, croire l’Occident sur la Chine est insensé

 

Caitlin Johnstone – Entelekheia – 25.7.2020

 

Paru sur RT sous le titre Caitlin Johnstone : In post-Iraq invasion world, it’s absolutely insane to blindly believe the US narrative on China

 

 

 

 

Ces derniers jours, mes notifications sur les réseaux sociaux se sont multipliées, des Chinagaters [*] virulents partageant une vidéo qui prétend montrer des musulmans ouïghours chargés dans un train pour être emmenés dans des camps de concentration.

 

Il s’agit en fait d’une vieille vidéo qui avait déjà fait surface l’année dernière, mais qui revient comme par magie comme une nouvelle et choquante révélation de 2020, maintenant que l’hystérie occidentale contre la Chine a été officiellement lancée, au moment même où les États-Unis décident de fomenter l’une des escalades les plus dangereuses et incendiaires de ces dernières années dans la mer de Chine méridionale.

Lire la suite…

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/07/24/dans-le-monde-post-adm-de-lirak-croire-loccident-sur-la-chine-est-insense/

 

Au VIIe siècle de notre ère, la Chine avait déjà des problèmes avec les Ouïghours (ou les Ouïghours avec la Chine), comme ne l’ignorent pas ceux qui ont lu les merveilleux polars du Hollandais Van Gulik ou ceux de la Vietnamienne Tran Nhut. Mais n’importe. C’est toujours intéressant de les avoir sous la main quand on veut mettre une 38e guerre sur le feu.

 

 

 

 

 

Bug ou répétition générale ? Google fait disparaître les sites alternatifs de ses résultats de recherche

 

 

 

 

lecridespeuples – 23.7.2020

Source : RT, le 21 juillet 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

 

Google a exclu les principaux médias conservateurs et alternatifs de ses résultats de recherche pendant des heures, faisant complètement disparaître des sites comme Breitbart et RedState même dans les recherches des noms de ces sites internet. Plus tard, tout est mystérieusement revenu à la normale.

Just noticed Google has removed several conservative websites from search results (at least on my end, in the UK). RedState, Breitbart, Daily Caller, Human Events, and more – all like this for pages of results pic.twitter.com/v2PHFgZ3zY

— Charlie Nash (@CharlieNash) July 21, 2020

Je viens de remarquer que Google a supprimé plusieurs sites Web conservateurs des résultats de recherche (du moins de mon côté, au Royaume-Uni). RedState, Breitbart, Daily Caller, Human Events, et davantage : toutes les pages de résultats sont comme ça (Twitter)

I can no longer find @Breitbart or @TheNatPulse on Google, either in news results or regular search. Where did they go? pic.twitter.com/d0O0TF2eHM

— August Takala (@AugustTakala) July 21, 2020

Je ne trouve plus @Breitbart ou @TheNatPulse sur Google, que ce soit dans les résultats d’actualités ou dans la recherche régulière. Où sont-ils passés ? (Twitter)

Les sites conservateurs étaient en panique mardi matin, rapportant qu’ils semblaient avoir été mis sur liste noire par Google. Les articles et pages publiés par PJ Media, Daily Caller, The Blaze et de nombreux autres sites étaient absents même des recherches du nom de la publication, remplacés par des liens vers Wikipédia et d’autres sites parlant du média en question —généralement de manière négative.

 

 

La Palestine introuvable sur les cartes Google Maps

 

 

Alors que la plupart des sites touchés venaient du côté droit du spectre politique, les sites de gauche dont les opinions ne sont pas conformes à l’orthodoxie dominante semblaient également être victimes de la purge. Charlie Nash, journaliste au média alternatif Mediaite, a publié une capture d’écran d’une recherche Google pour « MintPress News » qui ne comprenait aucun résultat du média anti-guerre de gauche, tandis qu’un autre commentateur a noté qu’Occupy Democrats avait disparu au combat.

Lire la suite…

Source : https://lecridespeuples.fr/2020/07/23/repetition-generale-google-fait-disparaitre-les-sites-alternatifs-de-ses-resultats-de-recherche/

 

 

 

 

En anglais mais facile à comprendre

 

Being Totally « Disappeared » by Google

 

Ron UnzThe UNZ Review –  July 22, 2020

 

 

 

 

Early yesterday morning I received a worried note from one of our regular columnists saying our website no longer came up in any Google search results.

 

Google and Facebook are the top gatekeepers to the global Internet, and in early May they had both purged us, with Facebook blocking our content and Google de-ranking all of our pages.

Google search results had previously placed many of our pieces very high, but now they no longer appeared at all unless one included “unz” in the search string. Thus, only those actually looking for us would ever find our content.

But this latest blow was even more severe, and now neither searches with nor without “unz” ever seemed to return any of our pages. Google had apparently “disappeared” us from the entire Internet

Read more…

Source : https://www.unz.com/announcement/being-totally-disappeared-by-google/

 

 

 

 

L’application Covid Google/Apple : souriez, vous êtes suivi !

 

Karine Bechet Golovko – Russie Politics – 23.7.2020

 

 

 

 

Il l’avait promis, mais quelqu’un, sérieusement, y croyait-il ? Lorsque Google a mis la pression sur les pays pour qu’ils recourent à son application de tracing pour le Covid et abandonnent leurs recherches propres, il avait promis la confidentialité. Pourtant, comme le révèle le New York Times, et le tait respectueusement la presse française, Google peut toujours collecter les données de localisation. Souriez, vous êtes suivi! D’autant plus que le principe même du traçage numérique des personnes n’est en soi absolument pas remis en cause … seules ses modalités sont discutées.

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2020/07/lapplication-covid-googleapple-souriez.html

 

Mais qu’est-ce qui foutredieu les oblige à s’acheter ce genre de gadgets automutilants ? Qu’ont fait les humains, pendant les dizaines de millénaires où il n’y en a pas eu ? Des papillotes ?

 

 

 

Deuxième vague ?!
« C’est difficile de rester silencieux »


Jean-Dominique Michel – Comité Valmy – 22.7.2020

 

 

 

 

Nous vivons une époque formidable ! Alors que l’épidémie, selon les critères usuels en la matière, n’existe plus chez nous, le matraquage médiatique continue de plus belle. Avec des titres confinant au surréalisme comme celui-ci provenant de l’OFSP : nous vivons une stabilité dangereuse. Ah, la vache !

 

 

 

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article12026

 

 

 

 

On vous en a déjà parlé…

 

« Grand Reset, le sujet central de la dette »

 

Charles Sannat – Insolentiae – 23.7.2020

 

 

 

 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Ce que l’on appelle le « great reset », ou la grande réinitialisation, est un processus à plusieurs dimensions.

L’une de ses dimensions est environnementale ou écologique si vous préférez, avec la nécessité d’organiser le ralentissement des activités humaines, ce qui sera croyez-moi, assez désagréable.

Une autre des dimensions de cette grande réinitialisation, de cette grande remise à zéro est évidemment celle de l’endettement.

Quelle est la limite de la dette ?

On pose et l’on se pose souvent cette question.

Quelle est la limite à l’endettement ?

Lire la suite…

 

Source : https://insolentiae.com/grand-reset-le-sujet-central-de-la-dette-ledito-de-charles-sannat/

 

 

 

Sommet européen: accord historique des 27 États sur le plan de relance

 

Les dirigeants des 27 pays de l’UE ont trouvé un accord mardi sur un plan de relance post-coronavirus historique, au cinquième jour d’un sommet marathon à Bruxelles.

 

Le Soir – 21.7.2020

 

 

 

 

Il aura fallu quatre jours et quatre nuits et de multiples prises de bec, mais les 27 dirigeants européens ont trouvé mardi un accord sur un plan historique destiné à soutenir leurs économies frappées par la crise du coronavirus, basé pour la première fois sur une dette commune.

Lire aussi Budget européen: différents mais unis dans la frugalité

« Deal ! », a annoncé en anglais le Belge francophone Charles Michel, président du conseil européen, sur son compte Twitter. « Jour historique pour l’Europe ! », a assuré dans la foulée le président Emmanuel Macron sur le même canal.

Source : https://plus.lesoir.be/314424/article/2020-07-21/sommet-europeen-accord-historique-des-27-etats-sur-le-plan-de-relance

 

 

 

 

Le Parlement européen menace de bloquer le budget approuvé par les 27

 

L’assemblée conteste le budget dans sa forme actuelle et « est prête à refuser de donner son approbation ».

 

Le Soir –  23.7.2020

 

 

 

 

Le Parlement européen a menacé de ne pas approuver l’accord trouvé par les 27 lors d’un sommet marathon sur le budget de l’UE s’il n’était pas « amélioré », mettant notamment en cause les « coupes » prévues, dans une résolution votée jeudi.

Source : https://plus.lesoir.be/314954/article/2020-07-23/le-parlement-europeen-menace-de-bloquer-le-budget-approuve-par-les-27

 

 

 

Et peu importe que la crise climatique d’origine humaine soit aussi bidon que la « pandémie » au Covid-19

 

 

 

 

 

Mais si vous voulez du sérieux

 

Accord de Bruxelles :
une bombe à retardement !

 

Jacques Myard – Comité Valmy – 24.7.2020

 

 

 

 

Après des nuits et des jours d’affrontements, de chamailleries et même d’invectives, un accord entre les 27 membres de l’Union européenne est arrivé aux forceps, le 21 juillet. Soulagé à l’évidence, Emmanuel Macron crie victoire et essaie de présenter cet accord comme une étape historique de l’évolution fédérale de l’Union européenne, évolution qu’il appelle rituellement de ses vœux, dans des discours empreints d’un lyrisme incantatoire.

Les caractéristiques de ce fameux accord sont simples : – 750 milliards d’euros doivent être injectés dans l’économie des États membres : 390 milliards de subventions, 360 milliards de prêts remboursables. – À ce titre, les 750 milliards seront empruntés par l’Union européenne sur les marchés ; cet emprunt serait la première marche d’une mutualisation de la dette par l’Europe.

Cela mérite une analyse point par point :

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article12035

 

Ah, encore la dette…

 

 

 

 

 

Et par ailleurs ?

 

Pour la curiosité de la chose. Complotiste ?

 

Guerre d’anéantissement et extension du domaine de la lutte

 

Strategika51 – 23.7.2020

 

 

 

 

La guerre dans le cyber-espace fait rage. Après une série d’attaques cybernétiques fort complexes ayant ciblés des infrastructures industrielles dans plusieurs pays, y compris des sites hautement stratégiques en Iran, en Chine et aux Etats-Unis, une autre partie se joue au niveau de la guerre de l’information. Les géants de l’Internet viennent de lancer une série d’algorithmes visant à modifier, altérer et orienter les moteurs de recherche mais surtout à neutraliser systématiquement tout contenu du mouvement souterrain QAnon, une nébuleuse de partisans anonymes- dont certains sont issus de la communauté du renseignement et des forces armées- se battant contre ce que l’on appelle l’Etat profond US et ses alliés dans le monde et soutenant que le 45ème président des Etats-Unis, en l’occurence Donald Trump, fait face depuis son élection à un immense complot de nature criminelle s’étendant à la plupart des pays d’Amérique du Nord, d’Europe occidentale et centrale, d’Europe orientale, du Moyen-Orient, du Golfe et d’Asie.

Lire la suite…

Source : https://strategika51.org/2020/07/23/guerre-daneantissement-et-extension-du-domaine-de-la-lutte/

 

Quand même salué dans les commentaires d’un « MAGNIFIQUE TEXTE BRAVO STRATEGIKA », par Nicolas Bonnal.

 

 

 

 

 

 

 

« Il faut mourir puisque les technocrates triomphent »

M.R.

 

Comment la chute de Robespierre
a inauguré le règne des technocrates

 

Vincent Ortiz – Comité Valmy –  22.7.2020

 

 

L’arrestation de Robespierre à l’Assemblée Nationale.

 

 

Maximilien Robespierre, la veille encore l’homme le plus puissant de France, est étendu, couvert de sang et la mâchoire fracassée. Le grand fauve est capturé. La Terreur prend fin. Avec elle s’éteint l’esprit enflammé de la Révolution ; l’ère héroïque est terminée. C’est l’heure des héritiers, des chevaliers d’industrie et des profiteurs, des faiseurs de butin et des âmes à double visage, des généraux et des financiers ». C’est par ces mots que Stefan Zweig évoque le 9 Thermidor an II (27 juillet 1794), qui a vu l’arrestation de Robespierre et de ses alliés. C’est une certaine conception de la République qui meurt : le jacobinisme, qui a marqué ses contemporains par son caractère violemment plébéien, « populiste », dirait-on aujourd’hui, et donc résolument conflictuel. Il laisse la place au règne du consensus, du compromis, de la « modération ». On proclame la fin des conflits et des idéologies (des « opinions », disait-on alors). On souhaite achever cette ère d’agitation et de guerre civile qui s’est ouverte en 1789. Pour cela, on décide de transférer le pouvoir à une classe restreinte, qui se distingue par sa maîtrise de l’art politique et de la science économique, suffisamment sage, dit-on, pour gouverner dans l’intérêt de tous.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article12027

 

 

 

 

 

Les 75 ans de la Conférence de Potsdam :
encore une occasion de falsification de l’histoire

 

Karine Bechet-Golovko – Russie Politics – 20.7.2020

 

 

 

 

À l’occasion des 75 ans de la Conférence de Potsdam qui a dessiné les contours du monde de l’après-guerre, monde qui a duré jusqu’à la chute de l’Union soviétique, une exposition est organisée en Allemagne, à laquelle la Russie était invitée à participer. Jusqu’au moment où la différence d’approche de la guerre et des personnalités ne soit tellement forte, qu’une participation serait revenue, pour le ministère russe de la Culture, à valider une énième réécriture de l’histoire. Cette différence de « vision » est par ailleurs revendiquée haut et fort par l’organisateur de l’évènement, l’appelant en Novlangue « objectivité ».

 

 

 

 

La Fondation des châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg a organisé pour les 75 ans de la Conférence de Potsdam, tenue à Potsdam du 17 juillet au 2 août 1945, une exposition, qui se veut, je cite, « objective et non idéologique » de ce qui est appelé immédiatement « les jours fatidiques de l’été 45 ». Dès les premiers mots, l’objectivité semble très orientée. L’on aurait aimé savoir ce qui est fatidique en été 1945 ? La capitulation de l’Allemagne nazie ?

Lors de l’organisation, la Russie a été contactée, afin de prêter des objets historiques, pouvant entrer dans le cadre de l’exposition. Le ministère russe de la culture, entre autres choses, a proposé des affaires personnelles de Staline, les uniformes des participants à la Conférence, des documents d’époque, des objets de la vie sous la guerre, etc. Bref, ce qui peut donner vie à une époque.

Tout se passait bien tant que les annotations, devant accompagner ces objets, ne furent pas écrites par les organisateurs. La Russie, qui voulait en vérifier notamment la traduction, demanda à les voir. Après expertise des historiens russes, la situation s’est compliquée. Medinsky, ancien ministre de la Culture et conseiller du Président, explique que la présentation des faits était à ce point détournée et dégradante, que l’on assistait à une nouvelle tentative de falsification de l’histoire.

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2020/07/les-75-ans-de-la-conference-de-potsdam.html

 

 

 

 

À propos de falsifications de l’Histoire

 

Il n’est jamais trop tôt pour annoncer que le prochain Colloque Henri Guillemin – qui doit se dérouler vers le mois de novembre – portera sur les conditions d’enseignement de l’histoire aujourd’hui.

 

« L’enseignement de l’Histoire en péril – histoire politique, littéraire, histoire de la pensée économique… – une amnésie collective organisée. »

 

Et qu’y participeront – c’est déjà sûr – Annie Lacroix-Riz et Shlomo Sand.

Nous ne savons pas encore qui seront les autres. (On aimerait qu’en soit Mathilde Larrère, qui s’y connaît par exemple en histoire du maintien de l’ordre, mais ce n’est pas nous qui organisons…) Quoi qu’il en soit, gageons qu’ils auront tous des choses à dire et des solutions à préconiser. Car il serait temps, grand temps, que l’enseignement d’une matière aussi cruciale soit arraché aux embrassements libidineux du capitalisme philantropico-libéral et à la pensée zéro de ses petites mains aussi ignares que vendues.

À suivre en temps utile sur : http://www.henriguillemin.org/

 

 

 

La seule alternative à Macron et au RN s’appelle FREXIT progressiste

 

Georges Gastaud, Fadi Kassem – LGS – 22.7.2020

 

 

 

 

Au sortir du désastre qu’ont été les gestions française et européenne de la crise sanitaire (et nous n’avons pas encore tout vu en la matière !), après l’abstention massive aux municipales qui montre à quel point les classes populaires se détournent désormais de l’ensemble du dispositif institutionnel, après l’affichage on ne peut plus patronal et droitier du gouvernement Castex, l’espoir subsiste-t-il d’offrir à notre peuple une issue progressiste à la crise gravissime qui déchire notre pays ?

 

Continuer avec Macron, c’est en réalité, sous les discours pseudo-patriotiques du chef de l’Etat et le saupoudrage “social” paternaliste de Jean Castex, opter pour l’extinction programmée d’une France indépendante et tant soit peu sociale. Chaque contre-réforme annoncée signe la mise en extinction d’un acquis du CNR, d’une partie du produire en France, d’un service public, d’un pan nouveau de la souveraineté nationale, d’une liberté démocratique durement conquise ; sans parler de l’officialisation galopante du tout-anglais à l’Université, du démantèlement des communes au nom des « euro-métropoles » et du démontage de la République une et indivisible au nom du « pacte girondin » et des euro-régions. Au rythme infernal où va Macron, après Sarkozy, Hollande et Raffarin, la « France » ne sera bientôt plus qu’un « couteau sans manche dont on a jeté la lame » à l’intérieur d’une « construction » euro-atlantique elle-même en crise dont les membres ne s’accordent que pour financer l’OTAN, maintenir l’euro-austérité, multiplier les emprunts non remboursables aux marchés financiers, aggraver la tutelle continentale de Berlin et la supervision de Washington, adouber des gouvernements cléricaux et nostalgiques du fascisme (pays baltes, Hongrie, Pologne, Ukraine…) et criminaliser les symboles communistes sur tout le continent (voir la résolution du parlement européen qui ose mettre sur le même plan le IIIème Reich et son principal vainqueur militaire, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques…).

Lire la suite

Source : https://www.legrandsoir.info/la-seule-alternative-a-macron-et-au-rn-s-appelle-frexit-progressiste.html

 

 

 

 

Ah, un nouveau Garde des Sceaux en France !…. Régis de Castelnau n’est pas emballé.

 

Retour des djihadistes, Traoré : Dupond Moretti commence fort

 

Régis de Castelnau – Vu du Droit – 23.7.2020

 

 

 

 

Éric Dupond-Moretti, le bravache de la société du spectacle dont Macron dans un souci de diversion avec son lugubre remaniement nous a fait un Garde des Sceaux, n’ira probablement nulle part. Car quelles que soient ses intentions, et il y en a peut-être de souhaitables, nous savons bien qu’il ne pourra rien faire d’utile. Ne pouvant échapper à ce qu’il est, une caution sans pouvoir. Juste un exemple, la justice française une des plus pauvres d’Europe, est complètement en faillite, l’avons-nous entendu s’exprimer sur la nécessité absolue et urgente d’augmenter considérablement son budget ? Eh non, parce que là il s’agit d’affronter Bercy, où résident les vrais patrons du système Macron et où effets de manches et aboiements n’impressionnent personne.

On l’entend en revanche plus facilement sur des sujets secondaires jetés en pâture à la polémique, comme par exemple le rapatriement des djihadistes de nationalité française partis rejoindre le terrorisme islamiste au Moyen-Orient, ou son ingérence dans la procédure judiciaire concernant la mort d’Adama Traoré.

Lire la suite…

Source : https://www.vududroit.com/2020/07/retour-des-djihadistes-traore-dupond-moretti-commence-fort/

 

 

 

 

 

 

Des lectures d’importance pour votre été

 

 

Une mise à plat du Saker, qui s’exprime désormais moins souvent mais plus densément

 

 

 

 

 

L’arbre en feu qui cache la forêt sombre et dangereuse

 

Le Saker  – Unz Review & thesaker.is  –  14.7.2020

Traduction : Le Saker francophone

 

 

 

 

À peu près au milieu de l’année 2020, il devient assez évident qu’il existe un certain nombre de développements majeurs qui ont retenu presque toute notre attention, et pour une bonne raison, car ce sont des changements tectoniques qui sont vraiment qualifiés des « catastrophes » – selon la définition du mot « un changement violent et soudain dans une caractéristique de la terre ».

 

Les voici :

 

    • L’initiation de l’effondrement global de l’Empire anglo-sioniste.
    • L’immense bulle économique dont la taille sans cesse croissante est le meilleur indicateur de l’ampleur de l’énorme explosion qu’elle entraînera inévitablement.
    • L’implosion de la société américaine due à une combinaison de plusieurs crises systémiques profondes – effondrement économique, tensions raciales, pauvreté de masse, aliénation, absence de protections sociales, etc.
    • La pandémie de COVID-19 – alias «c’est comme la grippe saisonnière !!» – qui ne fait qu’exacerber tous les autres facteurs majeurs énumérés ci-dessus.
    • Enfin, il est difficile d’imaginer à quoi ressemblera la prochaine élection présidentielle américaine, mais une chose est sûre : d’ici novembre, nous connaîtrons déjà une tempête parfaite – l’élection ne fonctionnera que comme une source d’énergie qui alimentera encore plus cette tempête déjà parfaite.

 

Certes, il s’agit d’évolutions véritablement importantes, historiques, dont l’importance ne peut être surestimée. Ce ne sont cependant pas les seuls développements très graves. Il existe, en effet, plusieurs zones de tensions politiques sévères qui pourraient également entraîner une explosion majeure, bien que «seulement» régionale !

J’en énumérerai quelques-unes, en commençant par la plus visible

Lire la suite…

 

Source : https://lesakerfrancophone.fr/larbre-en-feu-qui-cache-la-foret-sombre-et-dangereuse

 

 

 

 

Victimes de la mode…

 

 

 

 

 

Celle-ci est en anglais – nous le regrettons fort – et longue – mais ce n’est pas sa faute –, en attendant que quelqu’un l’ait traduite, car elle mérite de l’être.

 

Il y est question d’un certain M. Moshe Kantor, milliardaire, russe, israélien et anglais, qui veut instaurer la tolérance obligatoire dans le monde, comme Bill Gates la vaccination, tout en pratiquant dans un de ses pays d’élection l’apartheid. Il n’est pas seul. On voit grenouiller à son entour nombre de lobbies et think tanks, plus Toni Blair, qui s’activent à faire légiférer ensemble et séparément, de gré ou de force, l’Union Européenne et chacun des pays d’Europe, dans le sens cher au magnat altruiste.

 

 

“Secure Tolerance” : the Jewish Plan to Permanently Silence the West

 

Andrew JoyceThe Unz Review – July 15, 2020

 

 

 

“The promotion of secure tolerance will be permanent and irreversible.” Moshe Kantor, Manifesto on Secure Tolerance, 2011.

 

 

In 2010, Harvard duo Christopher Chabris and Daniel Simons published The Invisible Gorilla, which detailed their study of the human capacity to overlook even the most obvious things. In one of their experiments, Chabris and Simons created a video in which students wearing white and black t-shirts pass a basketball between themselves. Viewers were asked to count the number of times the players with the white shirts passed the ball, and many were later very satisfied to find that they were accurate in their counting. This satisfaction was tainted, however, when they were asked if they had spotted “the gorilla.” Amidst considerable confusion, the video would then be replayed for the puzzled viewers, who were stunned to see a man in a gorilla suit walk among the students and balls, take up a position in the center of the screen, and wave at the camera. They’d missed him entirely in their initial viewing. The study highlighted the capacity for humans to become fixated on set tasks, events, or other distractions, and miss even the most elaborate and remarkable of occurrences.

When it comes to Jewish activism, and especially Jewish activism in the area of censorship and mass migration, I fear that the same dynamics are at work. Panicked by this or that website or YouTube channel being defunded or banned, we miss the ‘Invisible Gorilla’ — a plan of action far more horrifying and deadly in its implications than any single act of censorship.

There are essentially two forms of censorship. The hard kind we are very familiar with. It consists in the banning or removal of websites, videos, books, podcasts, and social media accounts. It extends to defunding and deplatforming, and it reaches its apogee in the banning of activists from entering certain countries, in the arrest of activists on spurious grounds, and in the development of new laws with harsh criminal penalties for speech. These methods are dangerous and rampant, and I myself have fallen victim to several of them.

I think, however, that softer, more diffuse methods of censorship are even more insidious and perhaps even more catastrophic. We could consider, for example, the manipulation of culture so that even if certain speech is not illegal and carries no legal repercussions, it nevertheless leads to the loss of employment, the destruction of education opportunities, and the dissolving of one’s relationships. This is a form of cultural self-censorship, involving the modification of in-group standards, that has demonstrable Jewish origins. “Soft” censorship can also take the form of socio-cultural prophylaxis. Take, for example, the recent initiative of the U.S. State Department to initiate a drive to engage in the global promotion of philo-Semitic (pro-Jewish) attitudes. I really don’t believe that this will play out in the manner the State Department hopes, and I watch with interest to see precisely what the methodologies of this policy will be. I sincerely doubt its prospects for success. But what other way can this be interpreted than as a preventative measure, obstructing the growth of organic attitudes that, let’s face it, are more likely to skew to the anti-Jewish? Finally, isn’t it in the nature of contemporary culture, with its emphasis on entertainment, consumption, and sex, to be the perfect environment in which to hide many “Invisible Gorillas”? Isn’t it a whirlwind of fixations and distractions, replete with untold numbers of “woke” viewers happy to report that they’ve been enthusiastically counting passes and have the accurate number? Isn’t it rather the axiom of our time that, from the idiotic Left to the idiotic Right, Invisible Gorillas stroll freely and unhindered, laughing and waving as they go, hidden in plain sight?

 

Moshe Kantor : Oligarch Activist

If I could single out one point in time at which a process was set in motion that culminated in the heightened censorship that we see today, it wouldn’t be the recent banning of the NPI/Radix YouTube channel, or the removal of the Daily Stormer from the internet after Charlottesville. No answers will be found in the banning of Alex Jones, of Stefan Molyneaux, the European travel ban on Richard Spencer, the eviction of NPI from Hungary, or recent revelations about PayPal’s selective banning process. These are all symptoms that possess no answers in themselves. I do believe, however, that we can locate the immediate intellectual and political beginnings of our present situation in 2011, in the publication of a document titled Manifesto for Secure Tolerance. The document was written by Moshe Kantor, a Russian billionaire, pernicious oligarch, and president of no less than the European Jewish Congress, the European Council on Tolerance and Reconciliation (ECTR, which we will return to), the World Holocaust Forum Foundation, the European Jewish Fund, and the Policy Council of the World Jewish Congress. In short, this Jewish billionaire is the quintessential strongly-identified leading Jewish activist, fully committed to the advancement of the interests of his ethnic group.

As leader of so many groups, and mover in so many high circles, Kantor fulfils the qualifications of the early modern stadtlans, Court Jews who boasted of significant wealth and intensive relationships with non-Jewish elites. And he exemplifies many of the same qualities, acting always in un-elected but highly-influential intercessory roles, seeking to improve the tactical and material advantages of his tribe. When not crossing the continent bleating about ‘tolerance,’ Kantor also advances Jewish interests in his capacity as the President of Moscow’s Museum of Avant-Garde Mastery — a dubious establishment dedicated to extolling the disgusting and poisonous art of co-ethnics like Marc Chagall, Chaim Soutine, and Mark Rothko (Rothko is the subject of a 3-part series of TOO articles by Brenton Sanderson).

Although masquerading as a world-renowned “peace activist,” Kantor is in fact a devoted practitioner of international Zionism. A citizen of Russia, the United Kingdom, and Israel, this world parasite wages unconventional warfare by means of backstage diplomacy, policy development, and ceaseless lobbying for repressive legislation to be imposed on Europeans everywhere.

Let’s start with his Manifesto for Secure Tolerance.

Read more…

Source : https://www.unz.com/article/secure-tolerance-the-jewish-plan-to-permanently-silence-the-west/

 

P.S. : Nous ne partageons pas le sentiment de l’auteur sur Chagall et Soutine, mais ce n’est pas la question.

 

 

 

 

Tout ceci n’est cependant pas sorti du bleu…

 

 

Le dernier sioniste

 

Gilad AtzmonThe Unz Review – 25.7.2020

Traduction : Maria Poumier pour Arrêt sur Info

 

 

 

 

Dans son livre « Memories » le premier Premier ministre israélien et premier sioniste pragmatique, David Ben Gurion parle de ses premières années à Płońsk, en Pologne.

 

« Pour beaucoup d’entre nous, le vécu de l’antisémitisme n’avait pas grand chose à voir avec notre dévouement (sioniste). Personnellement, je n’ai jamais souffert de persécution antisémite. Płońsk en était remarquablement exempt… Il y avait trois communautés principales : Les Russes, les Juifs et les Polonais. … Le nombre de Juifs et de Polonais dans la ville était à peu près égal, environ cinq mille chacun. Les Juifs, cependant, formaient un groupe compact et centralisé occupant les quartiers les plus centraux tandis que les Polonais étaient plus dispersés, vivant dans des zones périphériques et se fondant dans la paysannerie. Par conséquent, lorsqu’un gang de garçons juifs rencontrait un gang polonais, ce dernier représentait presque inévitablement une seule banlieue et était donc moins apte à combattre que les Juifs qui, même s’ils étaient initialement moins nombreux, pouvaient rapidement faire appel à des renforts de tout le quartier. Nous étions loin d’avoir peur d’eux (les goyim), c’étaient plutôt eux qui avaient plutôt peur de nous (les Juifs). Mais en général, les relations étaient amicales, bien que lointaines ». (Memoires, par David Ben-Gourion (1970), p. 36)

Ben Gurion est très explicite lorsqu’il décrit l’équilibre des pouvoirs entre les Juifs et les Polonais dans sa ville au début du XXe siècle. « Loin d’avoir peur d’eux, c’étaient plutôt eux qui avaient peur de nous (les Juifs) ».

Les Juifs (d’ascendance juive) étaient en effet très puissants en Pologne dans les premières années du 20e siècle. Le parti socialiste juif, le Bund, était une force politique de premier plan lors de la révolution de 1905, en particulier dans les régions polonaises de l’empire russe. Au début de cette révolution, l’aile militaire du Bund était la plus puissante force révolutionnaire de la Russie occidentale.

Le « Vœu », l’hymne du Bund, ne laissait pas beaucoup de place à l’imagination, il déclarait la guerre et condamnait pratiquement à mort ceux qui ne correspondaient pas à leur programme politique :

Lire la suite…

 

Source : https://arretsurinfo.ch/le-dernier-sioniste-par-gilad-atzmon/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=le-dernier-sioniste-par-gilad-atzmon

 

 

 

 

Au bal de la quenelle, on a rencontré du beau monde…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour voir les autres, c’est ici .

 

 

Mis en ligne le 25 juillet 2020

 

 

 

Souvenirs, souvenirs

 

 

 

 

 

 

Navigation de Saint Patrick et des Lévriers d’Irlande

 

 

SOUVENIRS,

SOUVENIRS

 

ou

 

les surprises de l’Internet

 

 

 

Une histoire de chiens

 

Dédié à Brigitte Bardot et à Maria Poumier

 

Tout a commencé par une histoire de chiens… dans un de nos posts de décembre 2015…

Notre blog était hébergé gratuitement par les Télécoms belges, qui venaient d’être privatisés. Les acquéreurs n’avaient que foutre de la gratuité. Nous venions donc d’être priés d’aller nous faire voir ailleurs. Pas du tout gratis.

Le 6 décembre, pour la fête de saint Nicolas-patron-des-enfants-sages, nous nous étions lancés dans une histoire de chiens, de loups et de lévriers irlandais. C’est ici :

https://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/notreblogskynet/les-humains-sont-d-etranges-betes-8537983.html

 

Il y était question, entre autres canidés, des chiens importés d’Irlande à Rome, bien avant J.-C., pour y participer aux jeux du cirque (une tradition veut que saint Patrick, capturé par des pirates et esclave en Irlande, ait pu regagner grâce à eux sa Gaule natale). Lévriers, chiens-loups, mastiffs et autres, ils allaient jusqu’à l’urbs à pied, en meutes, à grand danger pour les populations traversées. On ne sait combien de temps durait leur voyage. Ceux de notre post ci-dessus ont mis cinq ans pour arriver en Nouvelle Zélande.

Des Kiwis qui ont la passion des Irish Wolfhounds (les plus grands chiens du monde) et qui publient sur eux des choses (comment les élever, les nourrir, les soigner, etc.) viennent de nous écrire pour nous signaler leur dernière mise en ligne. Ils seraient heureux qu’on en parle. C’est donc ce qu’on va faire ci-dessous.

Mais…

Pour tout vous avouer…

On n’a pas résisté à la tentation de cliquer sur le lien qu’ils nous renvoyaient : celui de nos archives du mois de décembre 2015. Eh, bien, vous savez quoi ? Il s’en passait des choses… auxquelles vous trouverez peut-être le même intérêt rétrospectif que nous, car ce fut un mois faste.

Pour rappel, c’est alors que Georges Stanechy  a estimé que Mme Asma al-Assad était « la personnalité de l’année », mais ne l’est-elle pas encore aujourd’hui ?

C’est l’année aussi de nos souhaits de Nouvel An assortis des saignants événements habituels, mais aussi de musique et pas de n’importe laquelle, bref, nousvous offrons ici l’occasion de voir ou de revoir les fabuleux Palestine Strings qui, avec l’incomparable Nigel Kennedy, venaient de faire un malheur aux Prom’s de Londres en interprétant Les quatre saisons de Vivaldi. Ne ratez pas ce mariage du prêtre roux et de la musique arabe ! Vous supporterez tout de suite moins mal les coronoconneries :

Il y avait aussi, ce mois-là, Arundhati Roy, déjà poursuivie en Inde pour « outrage criminel ».

Et si vous descendez assez bas dans notre chapelet de posts, vous pourrez revoir en outre Salim Lamrani et ses petits élèves de La Réunion, en visite à Cuba. Et, à Cuba, les petits danseurs et chanteurs en herbe de La Comenita. Et, oui, les brigades internationales en blouses blanches, qui donnaient déjà de l’urticaire aux impériaux.

La cerise sur la chantilly, c’était le Pentagone qui admettait « se préparer pour un soulèvement social massif aux États-Unis ». Personne ne pourra  dire qu’ils ont été pris de court.

Sans parler de Manuel de Diéguez, qui venait d’être opéré de la colonne vertérale, de François Asselineau, qui avait bien des choses à dire sur l’info, et même d’un lauréat du Prix Nobel qui flinguait en vol – on ne l’a pas écouté – le canard du réchauffement climatique, etc. etc.

Voilà, c’est ici en vrac.

https://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/notreblogskynet/index.html.36

 

 

 

Mais venons-en à nos chiens d’Irlande

 

 

Ça, c’était chez nous :

http://www.irishwolfhounds.org/history.htm

 

 

Et voici ce que nous apprend, en anglais, le mail reçu de M. Jess Miller :

 

Dear Editor,

My name is Jess and I’m an Editor at Jen Reviews. I was doing research on Irish Wolfhounds and just finished reading your wonderful piece : 

https://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/notreblogskynet/index.html.36

In that article, I noticed that you cited a solid resource that I’ve come across in the past : http://www.irishwolfhounds.org/history.htm

We just published an updated, comprehensive guide on everything you should know about the Irish Wolfhound on our sister site, Your Dog Advisor. It is completely free and you can find it here: https://yourdogadvisor.com/irish-wolfhound/

 

 

 

 

The Irish Wolfhound – Ultimate Breed Information Guide

 

November 21, 2019 by Sara Seitz

 

 

Despite being the tallest dog breed and one of the most common sights in medieval Hollywood films, the Irish wolfhound is much rarer than their notoriety would suggest. Which is a shame given this breed’s affectionate temperament, calm disposition, and elegant beauty.

If you’ve ever considered adding an Irish wolfhound to your pack, you’ll want to read on to find out what makes this majestic dog so unique, and why they aren’t as popular today as they were five hundred years ago.

 

Contents

General Characteristics of the Irish Wolfhound

  • Other names: Irish Greyhound, Wolf Dog of Ireland
  • Height: 30 inches minimum for females, 32 inches minimum for males
  • Weight: Minimum 105 pounds for females, over 120 pounds for males
  • Lifespan: About 7 years
  • Origin: Ireland
  • Colors: Grey, black, brindle, white, wheaten, fawn
  • Activity level: Moderate
  • Grooming needs: Minimal
  • Best suited for: Homes with large yards or more active families and individuals

 

 

IWs are a kind-natured breed that comes in an extra-large package. While their temperament makes them great for many situations, their large size can lead to trouble fast with an inexperienced owner

 

 

The History of the Irish Wolfhound

The Irish wolfhound is one of the older modern breeds, with records of wolfhound type dogs in Ireland and Europe as far back as 300 B.C. In 391 A.D. the Roman Counsel received a gift of seven dogs from the Gaels to be used to fight lions and bears. These dogs were said to be viewed with wonder by all of Rome.

While these early dogs no doubt resembled modern IWs in terms of having a sleek but powerful sighthound build with enough strength to fight large carnivores, it is unlikely they were anywhere near as large as IWs today. In fact, in reviewing historical records of dog bones from the area, no canines that large are thought to have existed in Ireland before 1200 A.D.

More than likely, the wolfhounds’ great size didn’t become a common trait of the breed until long after the fall of Rome.

What we do know, is that the IW was used to hunt wolves and other large game in Ireland through the Middle Ages and up until the late 1700s. During this time, royal families outside of Ireland took an interest in these majestic beasts and they were often given as gifts to other kingdoms and houses.

 

 

Before 1200 A.D., the Irish Greyhound was a much smaller breed. As time went on, this dog gained height and mass as well as popularity across Europe. 

 

 

This outsourcing of IWs combined with the complete eradication of wolves from Ireland eventually led to the downfall of the breed. In the late 1800s, a man named George Augustus Graham took a keen interest in the now “extinct” breed and attempted to resurrect it. But so few individuals were left, that he was forced to recreate the original breed by crossing Scottish deerhounds, great Danes, borzoi, and even a Tibetan wolfdog, most likely the rare Tibetan Kyi Apso.

Today’s Irish wolfhound shares very little of its DNA with the original members of the breed. But the look and temperament of the new breed have been carefully crafted to mirror that of the famous wolf dogs recorded throughout history.

 

The Temperament of the Irish Wolfhound

The original wolfhounds were often described by the phrase, “gentle when stroked, fierce when provoked.” For so many of this breed today, that idiom still holds true.

Despite their formidable size, these pups make loving, loyal companions and poor guard dogs. They are often friendly with strangers, and, while they may be protective of their people, are not apt to defend property or objects.

 

 

Learn more about the Irish Wolfhound by watching this Dogumentary TV video.

 

 

 

These dogs are strongly independent and often have a mind of their own, but they do not enjoy being alone and can become destructive if kept away from their owner for too long. However, in the right environment,

Read more…

Source : https://yourdogadvisor.com/irish-wolfhound/

 

 

 

 

En cliquant sur quelque chose, nous sommes tombés sur des photos sublimes de chiens-loups hybrides. :

 

 

https://yourdogadvisor.com/wolf-hybrid/

 

 

 

Quelle que soit l’espèce, on apprend ce qu’il faut savoir sur le chien, ses caractéristiques, ce qu’il mange, comment le nourrir, l’éduquer, le soigner, les maladies propres à son espèce, s’il s’entend bien avec les enfants, les autres animaux, etc.

Outre le lévrier irlandais, yourdogadvisor étudie aussi beaucoup d’autres chiens  – savez-vous par exemple ce que c’est qu’un Tibetan Mastiff ? – Peut-il vivre ailleurs qu’au Tibet ? Idem pour les autres.

Hélas, tout ceci est en anglais et nous n’avons, comme tant de nos confrères blogueurs, personne qui soit en mesure de nous traduire cette masse d’informations, qui devrait être une Bible pour ceux qui veulent partager la vie d’un ou de plusieurs chiens.

À défaut de traductions, promenez-vous dans l’original. Et surfez sur les photos qui se passent de traduction :

 

 

Berger des Pyrénées et chat européen

 

 

 

 

Ceux qui le souhaitent peuvent joindre Jess Miller à cette adresse : jess@jenreviews.email

 

 

 

Mis en ligne avec beaucoup de retard le 25 juillet 2020

 

 

 

COVID 19 – WMD

 

 

 

 

 

 

 

Un 2e navire de guerre US – le Kearsarge – explose à Norfolk

 

 

Brève interruption de pause

 

 

COVID-19 WMD

(Arme de Destruction Massive)

 

 

 

 

 

 

 

On ne voudrait pas s’en passer !

 

 

La « Grande Remise à Zéro »

et ses bonnes fées

 

 

 

 

Source : Spiro Skouras https://www.youtube.com/watch?v=X6pzX…

Traduction : DS FRSub https://www.youtube.com/watch?v=sgAey…

 

 

 

 

 

 

 

L’empire mondial de la santé de Bill Gates

(En quatre parties)

 

Par Jeremy Loffredo & Michele Greenstein – Juillet 2020

Traduction : Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia

[ Paru sur The Grayzone sous le titre Why the Bill Gates global health empire promises more empire and less public health ]

 

http://www.entelekheia.fr/2020/07/13/lempire-mondial-de-la-sante-de-bill-gates-promet-toujours-plus-dempire-et-moins-de-sante/

http://www.entelekheia.fr/2020/07/15/lempire-mondial-de-bill-gates-2/

 

http://www.entelekheia.fr/2020/07/17/lempire-mondial-de-la-sante-de-bill-gates-troisieme-partie/

 

http://www.entelekheia.fr/2020/07/19/lempire-mondial-de-la-sante-de-bill-gates-derniere-partie/

 

 

 

 

Dessert pour anglophones :

 

No Holds Barred : The Best of the Worst ! 

 

Blair SabolNew York Social Diary – 14.7.2020

 

 

 

 

Arizona has now become Covid’s “Typhoid Mary.”  Last week we were actually labeled “A Shitshow” with our testing debacle in a Daily Beast headline. We are now “the Best of the Worst.”

Read more…

Source : https://www.newyorksocialdiary.com/no-holds-barred-the-best-of-the-worst/

 

 

 

 

Vacances et Q.I.

 

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 20 juillet 2020

 

 

Avec nos excuses à nos lecteurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec nos excuses à nos lecteurs.

 

 « Blog en pause momentanée » pour cause de virus concurrent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belgrade libérée

 

Israel Adam Shamir – Palestine Solidarité –  13.7.2020

Traduction : Maria Poumier

 

 

 

 

 

Lundi 13 juillet 2020

Cassée, la progression implacable de la terreur coronovirale. Les Serbes récalcitrants se sont rebellés contre leur président lorsqu’il leur a ordonné de retourner en résidence surveillée. Après deux jours de batailles de rue avec des dizaines de policiers hospitalisés, les robustes manifestants ont gagné ; les autorités ont capitulé et ont renoncé à leurs plans de bouclage pour Belgrade. Les magasins, les bistrots et les restaurants de Belgrade auront un couvre-feu en début de soirée ; mais c’est beaucoup mieux que le bouclage complet qu’ils avaient prévu. Le Premier ministre, Mme Brnabic, s’est plainte de ne pas arriver à comprendre pourquoi son peuple protestait. Elle doit avoir une cervelle d’une densité peu commune, cette dame, si après deux jours de manifestations, elle ne pouvait toujours pas comprendre que les gens ne veulent pas de confinement. C’est un revirement rare de la part des autorités, a déclaré le correspondant de la BBC à Belgrade. C’est un euphémisme dans le grand style anglais. Je pense, moi, que c’est un précédent.

Jusqu’à présent, il y avait des pays qui avaient évité complètement le confinement (Japon, Suède, Biélorussie), mais il n’y avait pas de pays où les gens aient demandé puis obtenu leur liberté. La Serbie est le premier du genre. Ce petit pays des Balkans (7 millions d’habitants) a une longue histoire de résistance – ils ont combattu les Turcs pendant des siècles, ils ont résisté à l’Allemagne nazie plus longtemps que la France, ils avaient le plus fort mouvement de guérilla en dehors du Belarus, et, oui, ils ont combattu la puissante OTAN pendant assez longtemps. Les Allemands avaient bombardé Belgrade en avril 1941, suivis peu de temps après par l’Amérique (aidée par les Britanniques bien sûr). En 1944, le jour de Pâques, six cents bombardiers américains avaient lâché un tapis de bombes sur Belgrade, détruisant ses palais, ses théâtres, ses gares et ses hôpitaux. C’était le cadeau de Pâques de l’Amérique aux Serbes. 

En 1999, Bill Clinton a de nouveau bombardé Belgrade, pendant trois mois, tuant beaucoup de Serbes et causant d’immenses destructions. Le président serbe a été capturé et assassiné dans les cellules souterraines du tribunal de La Haye. Mes amis américains, si vous êtes d’humeur à vous excuser, vous pouvez « plier le genou » pour les Serbes, pour des crimes plus récents et plus tangibles que les horreurs du XVIIIe siècle de vos ancêtres. Si les États-Unis avaient choisi de lancer des bombes sur les Serbes c’était pour une bonne raison : Les Serbes ne se rendent pas facilement. Ces géants à la volonté solide ont des c…, plus que tout le reste des Balkans réunis. Il ne fait aucun doute qu’aujourd’hui, de nombreux génies malfaisants aux manettes du Coronavirus regrettent que la Serbie n’ait pas été complètement rayée de la surface de la terre, car elle risque de constituer un exemple gênant pour une population mondiale plutôt souple et docile.

Mais il est trop tard, nous avons assimilé la leçon. La seule façon d’éviter un nouveau confinement, c’est un soulèvement populaire, car il n’en faudra pas moins pour convaincre nos autorités de s’abstenir de nous enfermer. Comme un petit garçon qui a trouvé le pot de confiture, ils ne peuvent plus se retenir. Notre incarcération rend la vie trop facile à nos dirigeants : les sujets restent chez eux ; ils ne s’aventurent dehors, tout tremblants, que pour faire des courses ; ils sont obéissants ; ils sont au chômage et dépendent donc de la bonne volonté de l’État. Le chômage augmente régulièrement avec chaque semaine supplémentaire de confinement. Les petites entreprises mettent la clé sous la porte. Seuls les géants du numérique survivront au déluge. Les gens sont jetables, simple fardeau pour l’économie. Même leur travail n’est plus nécessaire. Bientôt, les gens indépendants et travailleurs seront remplacés par une nouvelle espèce dépendant entièrement des subventions gouvernementales et ne demandant que plus de divertissement ; une version moderne de la foule avide de panem et circenses  (« on veut du pain et des jeux »), la piètre condition à laquelle les fiers Romains avaient été réduits, comme l’écrivait Juvénal vers 100 après J.C.

Pourquoi le gouvernement serbe avait-il décidé d’enfermer son peuple ? Apparemment, c’est à cause de 13 décès « liés » au Covid. C’est 13 de trop, récitait pieusement le Président. Gardez à l’esprit que des centaines de personnes meurent chaque jour dans un pays de millions d’habitants comme la Serbie, et que c’est parfaitement normal. Qu’y a-t-il de si particulier dans le cas de 13 personnes qui sont mortes de pneumonie et qui étaient peut-être porteuses d’un nouveau coronavirus ? Il y a seulement quelques années, des milliers de Serbes ont combattu et sont morts pour leur liberté – c’est du moins ce pour quoi ils se battaient. Aujourd’hui, leurs dirigeants ne pensent plus autant à la liberté. C’est une bonne chose que les gens (par opposition à leurs dirigeants) soient d’une autre trempe.

Les Serbes à qui j’ai parlé ne pensent pas que c’était une décision indépendante de leur président, mais plutôt un ordre envoyé par un obscur Quartier Général du Covid, probablement par l’intermédiaire de l’OMS. Il y a une main secrète qui mijote de nouvelles façons de nous compliquer la vie et qui fait pression sur les gouvernements pour qu’ils bloquent les économies et les populations. Les autorités sont naturellement désireuses de revenir au confinement. C’est l’inertie, la grande force d’inertie. Après avoir, avec tant de bureaucrates, mis en place la culture mondiale du coronavirus, instauré une éducation basée sur l’appli ZOOM, colorié  des taches tous les deux mètres partout, commandé des millions de masques avec un profit décent pour elles-mêmes, formé une armée de fonctionnaires et discipliné le peuple, elles sont trop feignantes pour  laisser tomber. Elles s’y sont habituées, ces autorités qui nous gouvernent, désormais, et elles en savourent  les fruits.

Peter Hitchens a écrit à ce sujet dans sa chronique :

« Quand cette folie a commencé, je me suis comporté comme si une nouvelle religion fanatique se répandait parmi nous. Soyons polis et tolérants, ai-je pensé. C’est peut-être fou et nuisible, mais avec le temps, cela disparaîtra. Aujourd’hui, il est clair qu’une nouvelle croyance, fondée sur la peur de l’invisible et tout à fait immunisée contre la raison, a pratiquement pris le dessus sur le pays. Et il s’avère que c’est l’une de ces religions qui ne tolèrent pas beaucoup ceux qui ne la partagent pas. Ses évangélistes ne nous laissent pas de répit, mais tirent sur la corde pour nous forcer à les rejoindre. C’est pourquoi je fais tant d’histoires sur l’injonction des muselières pour tous. Ce n’est pas une question de santé. C’est une question de pouvoir et de liberté, et cela a de moins en moins à voir avec le Covid-19. Cette obsession de nous dire à quoi il faut ressembler et de nous transformer d’humains normaux en animaux de troupeau soumis et sans bouche, tous sanglés dans un uniforme obligatoire, fait partie, à mon avis, d’une attaque sans précédent contre notre liberté personnelle en général. Restez chez vous. Arrêtez de travailler. Ne voyez pas vos amis ou votre famille. Soumission, soumission, soumission. Habituez-vous à ce qu’on vous dise ce que vous devez faire. Il semble que nous soyons vraiment devenus une nation de masochistes capitulards. »

Aux États-Unis, une nouvelle vague de la prétendue pandémie de Covid est censée chasser le président Trump, après que le RussiaGate et le fiasco de la destitution n’aient pas réussi à faire le travail. Ils ont fabriqué la nouvelle vague sans « réensemencer » le pays (comme Larry Romanoff l’avait suggéré) par le simple truchement des reportages des journaux. « Les nouveaux cas aux États-Unis dépassent les 68.000, un record absolu », s’est écrié le New York Times. Ils ne vous disent pas que ce chiffre ne signifie rien. Les nouveaux cas ne sont pas des cas de malades : ce sont surtout des personnes en parfaite santé qui, par des méthodes défectueuses et douteuses, ont été déclarées porteuses du Covid. Plus vous faites de tests de dépistage d’un virus, plus vous obtiendrez de résultats positifs. George Floyd était porteur du nouveau virus, mais il était encore en assez bonne santé pour se débattre contre les flics.

Un virologiste russe a dit à juste titre : si nous devions tester des personnes en bonne santé pour tout virus de la grippe, nous obtiendrions un nombre énorme de résultats « infecté ». Tout le monde est porteur d’un virus, de ceci ou de cela. Mais nous ne contrôlons jamais les personnes en bonne santé parce que nous n’avons jamais, jusqu’à présent, eu besoin de créer l’illusion d’une pandémie. En 2020, la nécessité d’une telle illusion est devenue primordiale, car les opérateurs de Covid ont l’intention de détruire l’économie mondiale, de briser notre endurance et de renverser tout obstacle. C’est assez inquiétant,  que le Texas et la Floride, qui étaient auparavant des bastions de Trump, aient cédé et commencé à exiger les masques à la suite de ces tests fallacieux.

La maladie n’a rien de nouveau. Le premier mari de Scarlett O’Hara, Charles Hamilton, était mort d’une pneumonie, et personne ne l’avait examiné pour détecter un nouveau coronavirus. Peut-être que s’ils avaient vérifié la présence de virus dans l’armée de Sherman, il ne serait jamais arrivé à Atlanta, et encore moins à Savannah.

La seule nouveauté c’est l’insistance des promoteurs du virus. L’imagerie des adeptes du Covid devient de plus en plus militaire. « L’anneau d’acier », c’est ainsi que les Australiens décrivent fièrement la quarantaine décrétée autour de Melbourne. On pourrait croire que leurs rues sont jonchées de morts, mais rien de tel ! C’est la même menace de « nouveaux cas », qui ne signifie rien du tout – mais cela suffit pour obliger les Australiens à accepter cette tyrannie. 

Je serais découragé et brisé, s’il n’y avait pas ce soulèvement de Belgrade. Ce que les Serbes sont capables de faire, nous aussi, tous, nous pouvons y aspirer. Il y a un besoin urgent de rébellion contre la dictature du Covid, le besoin de se révolter jusqu’à être libres.

À mes frères libres d’esprit, je dirai hier comme aujourd’hui: ne craignez personne d’autre que Dieu. Méfiez-vous des médias car ils vous vendent de la peur. Ils ont inventé l’« homophobie » pour que les homosexuels craignent les gens normaux et se précipitent dans les bras de leur Oncle Sam. Ils ont inventé le « chauvinisme masculin » et les « femmes battues » pour que les femmes aient peur de leurs hommes et cherchent un refuge autorisé par le gouvernement. Ils ont inventé le « racisme » pour que chaque minorité ethnique puisse se réfugier sous la tutelle de Big Brother. Ils ont créé le mythe des « enfants maltraités » pour que les femmes se méfient de leurs maris. Ce sont des mythes. Il n’y a pas d’« homophobie » – on se fiche complètement de ce que vous faites dans votre chambre, tant que vous n’ameutez pas le voisinage. Les hommes sont naturellement protecteurs envers les enfants et chevaleresques envers les femmes. Les Blancs adorent  que les Noirs soient joyeux et qu’ils jouent du banjo, tant que ce n’est pas toute la nuit. Je vous le dis : nous sommes tous des minorités à part, et ensemble nous sommes le Peuple. Nous nous entendons très bien ensemble sans la surintendance oppressante de Big Brother. La peur du Covid a été fabriquée pour nous faire craindre chaque être humain, et il faut la chasser.

Et aux croyants au Covid, je dirai : ne désespérez pas ! Ce n’est pas la dernière catastrophe à laquelle nous assisterons. Il y a encore les sauterelles, les astéroïdes, les événements de Carrington, et des maladies plus récentes et plus performantes. Il y a encore des chances pour que l’humanité marche sur les traces des dinosaures et sombre dans l’oubli. Ne soyez pas si pressés !

P.S. Le confinement ne mène nulle part, comme l’ont découvert les Israéliens. Sprinteurs par nature, les hommes israéliens sont connus pour franchir les obstacles, finir avant les autres, et se vanter de leurs exploits auprès de leurs amis, saper le-hevre, en hébreu. Les Israéliens ont été les premiers à refermer les portes sur eux ; ils pensaient qu’ils gagneraient par blitzkrieg comme ils l’avaient fait lors de la guerre de 1967. Ils ont fêté leur victoire (car ils ont eu très peu de morts), mais ils ont très vite découvert qu’il n’y a pas de victoire possible, pas de triomphe retentissant à attendre, face à un virus omniprésent. C’est une campagne de longue haleine, et le confinement c’est un dispositif apocalyptique – c’est la conclusion des Israéliens qui l’ont essayé. On ne déploie pas l’arme de dernier recours tant qu’on peut survivre sans elle !

Dans le prochain article : Israël, l’annexion et la deuxième vague.

Joindre l’auteur: adam@israelshamir.net

Source : http://www.palestine-solidarite.org/analyses.israel_shamir.130720.htm

Sources d’origine : 

https://plumenclume.org/blog/581-belgrade-liberee

https://www.unz.com/ishamir/belgrade-liberated/

 

 

 

 

 

Non, Elisabeth Lévy : Soral et Mila ce n’est pas pareil !

 

Quand on affirme que tout se vaut rien ne vaut

 

Benoît Rayski Causeur – 13 juillet 2020

 

 

Alain Soral

 

 

Chère Elisabeth,

Je suis comme toi attaché à la liberté d’expression. Je suis très sensible à la beauté d’un ciel étoilé. J’adore le bruit des vagues qui s’allongent sur le sable. J’aime également beaucoup le chant des oiseaux. Autant dire que clamer son attachement à la liberté d’expression, c’est enfoncer des portes déjà largement ouvertes.

Tu déplores que les comptes YouTube d’Alain Soral et de Dieudonné aient été fermés. La censure t’horripile. Et je comprends que tu redoutes qu’elle s’applique, une fois en marche, à d’autres. Toi, moi, tous ceux qui ne pensent pas bien.

Là où je ne te suis plus

Jusque-là je peux sans trop de mal te suivre. Là où je ne te suis plus, c’est quand tu sous-entends que la liberté accordée à Mila vaut également pour Soral. Quel rapport y a t’il entre une gamine qui a trouvé légitime qu’on mette un doigt dans le cul du Prophète et un personnage dont le fonds de commerce est la haine glauque et meurtrière des Juifs ?

Reste que comme toi je souhaite que Soral et Dieudonné puissent s’exprimer. Mais mes raisons ne sont pas les tiennes. Moi je veux que les égouts – leur domicile – restent ouverts. Il est d’utilité publique qu’on puisse voir ce qu’il y a dedans. 

>>> Relire notre couverture de l’affaire Mila <<<

Lire la suite…

Source : https://www.causeur.fr/alain-soral-mila-179160

 

 

 

 

Monsieur Rayski,

Le problème pourtant est d’une simplicité biblique : dès lors que rien ne vous chiffonne dans l’apartheid assumé d’Israël (et dans tout ce qui l’accompagne), vous êtes mal venu de vous offusquer de la judéophobie de Soral et de Dieudonné, à supposer qu’elle existe.

Ce que vous appelez leur « haine » – et que nous appelons « révulsion » pour les crimes sionistes que rien ne distingue de leurs prédécesseurs nazis – est de plus en plus largement partagé sur la planète, y compris par un nombre de juifs trop grand pour être détaillé.

Elisabeth Levy a raison de s’insurger « pour le principe », contre le traitement qui leur est infligé. Lui reste à s’insurger contre l’épine dorsale idéologique et les actes du pays qu’elle défend au grand dam de ses principes.

Elisabeth, encore un effort !

Tout le reste n’est, Monsieur Rayski, que – comme vous le dites très bien – branlette.

Les Grosses Orchades.

 

P.S. : Nous ne savons pas qui est Mila, mais nos lecteurs mieux informés que nous doivent le savoir.

 

 

 

 

 

« Ah, si les Florentins étaient des hommes ! »

Musset, Lorenzaccio

 

Pendant qu’on y est, tel quel, brut de décoffrage, à la mémoire de Manuel de Diéguez :

 

L’Art de la guerre 

Sous le drapeau tricolore qui flotte à Camp Darby

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 13.7.2020

 

 

 

 

Tandis que de nombreuses activités bloquées par le confinement ont du mal à repartir après le relâchement des restrictions, il en est une qui, ne s’étant jamais arrêtée, est actuellement en train de s’accélérer : celle de Camp Darby, le plus grand arsenal USA dans le monde en dehors de la mère patrie, situé entre Pise et Livourne. La coupe d’environ 1.000 arbres dans l’aire naturelle « protégée »  du Parc Régional de San Rossore étant terminée, a commencé la construction d’un tronçon ferroviaire qui reliera la ligne Pise-Livourne à un nouveau terminal de chargement et déchargement, traversant le Canal des Navicelli sur un nouveau pont tournant métallique. 

Le terminal, d’une hauteur d’une vingtaine de mètres, comprendra quatre quais pouvant accueillir chacun neuf wagons. Au moyen de chariots élévateurs de containers, les armes en arrivage seront transférées des wagons à de grands poids-lourds et celles en partance des poids-lourds aux wagons. Le terminal permettra le transit de deux convois ferroviaires par jour qui, en transportant des charges explosives, relieront la base au port de Livourne à travers des zones densément peuplées. Avec l’augmentation du mouvement d’armes, devient insuffisante la liaison par canal et par route de Camp Darby avec le port de Livourne et l’aéroport de Pise. Dans les 125 bunkers de la base, continuellement approvisionnés par les États-Unis, sont stockés (selon des estimations approximatives) plus d’un million de projectiles d’artillerie, bombes pour avions et missiles, auxquels s’ajoutent des milliers de chars d’assaut, véhicules et autres matériaux militaires.

Depuis 2017 de nouveaux grands navires, pouvant transporter chacun plus de 6.000 véhicules et cargaisons sur roues, font escale chaque mois à Livourne, chargeant et déchargeant des armes qui seront transportées dans les ports d’Aqaba en Jordanie, Djeddah en Arabie Saoudite et autres escales moyen-orientales pour être utilisées à l’étranger par les forces étasuniennes, saoudiennes et autres dans les guerres en Syrie, Irak et Yémen. Au moment même où est en cours la potentialisation de Camp Darby, le plus grand arsenal à l’étranger, un journal toscan en ligne titre : « Il était une fois Camp Darby », en expliquant que « la base a été redimensionnée, à cause des coupes dans le budget de la Défense décidées par les gouvernements USA ». Et le quotidien Il Tirreno annonce : « À Camp Darby flotte seulement le drapeau tricolore : le drapeau USA est amené après presque 70 ans ». Le Pentagone est-il en train de fermer la base, rendant à l’Italie le territoire sur lequel elle a été créée ? Pas du tout. 

L’US Army a concédé au Ministère italien de la Défense une toute petite portion de la base (34 hectares, environ 3% de toute la zone de 1.000 hectares), auparavant zone de détente, pour qu’y soit transféré le Commandement des forces spéciales de l’armée italienne (COMFOSE), initialement accueilli dans la caserne Gamerra de Pise, siège du Centre d’entraînement de parachutisme (il manifesto, 5 mars 2019). Le transfert a eu lieu silencieusement pendant le confinement et maintenant le COMFOSE annonce que son quartier général est situé dans le « nouveau domaine militaire », de fait annexé à Camp Darby, base où se déroulent depuis longtemps des entraînements conjoints de militaires étasuniens et italiens. 

Le transfert du COMFOSE dans une aire annexée à Camp Darby, formellement sous bannière italienne, permet d’intégrer en fait les forces spéciales italiennes à celles étasuniennes, en les employant dans des opérations secrètes sous commandement USA. Le tout sous la chape du secret militaire. En visite au nouveau quartier général du COMFOSE, le ministre de la Défense Lorenzo Guerini l’a défini comme « centre névralgique » non seulement des Forces spéciales mais aussi des « Unités Psyops de l’Armée ». 

La tâche de ces unités est de « créer le consensus de la population locale à l’égard des contingents militaires employés dans des missions de paix l’étranger », c’est-à-dire de la convaincre que les envahisseurs sont des missionnaires de paix.  Enfin le ministre Guerini a qualifié le nouveau quartier général de modèle du projet « Casernes Vertes ». 

Un modèle de « bien-être et écodurabilité », qui repose sur un million de têtes explosives. 

Édition de mardi 14 juillet 2020 d’il manifesto

https://ilmanifesto.it/sotto-il-tricolore-che-sventola-a-camp-darby/ 

URL de cet article :  http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/sous-le-drapeau-tricolore-qui-flotte-a-camp-darby/

 

Mais pourquoi diable a-t-on pendu Mussolini par les pieds ?

 

 

 

 

 

 

Héraclès invoqué contre les bacilles

(Péliké trouvée à Thisbé – Musée de Berlin)

 

« Viens, ô saint héros, viens et apporte l’apaisement

À tous nos maux. Brandissant ta massue,

Fais fuir les funestes destinées. De tes flèches empoisonnées,

Chasse au loin les nuisibles Kères. »

                                                                                                 (Prière à Héraclès)

 

 

 

 

Héraclès invoqué aussi contre la vieillesse

(Poterie grecque. Musée de Berlin)

Jane Ellen Harrison, Prolegomena to the Study of Greek Religion, Cambridge University Press, 1903

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 14 juillet 2020

 

 

Dessine-moi un idiot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme vous l’allez voir, In abstentia, que nous ne connaissons pas, énonce d’irréfutables évidences. Qui n’intéressent personne.

Pourquoi les « victimes » préfèrent-elles toujours n’importe quel mensonge à la vérité ?

 

 

 

 

Quand comprendront-elles qu’en acceptant l’esclavage pour elles-mêmes, elles l’imposent à ceux qui n’en veulent pas ?

Quand les autres comprendront-ils qu’au lieu de protéger les victimes, il faut les tabasser ? (Ceux qui ont lu Baudelaire sauront ce que nous voulons dire).  

 

 

 

 

Dessine-moi un idiot

 

In AbsentiaLe vilain  petit canard – 25.6.2020

 

 

 

 

Quand le mystère est trop impressionnant, on n’ose pas désobéir. Aussi absurde que cela me semblât à mille milles de tous les endroits habités et en danger de mort, je sortis de ma poche une feuille de papier et un stylographe. Mais je me rappelai alors que j’avais surtout étudié la géographie, l’histoire, le calcul et la grammaire et je dis au petit bonhomme (avec un peu de mauvaise humeur) que je ne savais pas dessiner.  (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Ch. 2).

Ce passage n’est-il pas de circonstance s’agissant de décrire la sidération dans laquelle nous ont placé nos maîtres depuis l’éclosion de la pandémie de coronavirus ?  Et oui, désormais, en l’absence de démocratie et la condition dans laquelle ces gens entendent nous assigner, je pense que le terme maître est bien plus approprié que celui de dirigeant.  Et penser avec les mots appropriés vous permet de retrouver votre souveraineté, loin de l’impuissance à laquelle vous réduit l’usage de la langue de bois.

Tout d’abord, ceux qui me connaissent savent que j’ai le chic pour poser les questions que personne, tout d’abord, n’aurait pensé à se poser, la raison étant que je crois plus à l’observation et à la raison qu’à la propagande, à laquelle je suis pour le moins rétif.  Ainsi, je vais vous demander de remettre en question une proposition que vous tenez plus que probablement pour vraie, ou en tout cas qu’une majorité d’entre vous tient pour vraie…

 

Nos dirigeants sont des incompétents

Que l’on pourrait traduire par « nos maîtres sont des idiots ».   Mais d’où vient cette étrange idée ?  Ne s’agirait-il pas d’une sorte de pseudo-lapalissade de pure fabrication, une propagande répétée à l’envi par tous les médias à la botte pour précisément instiller l’idée que la seule raison qui pourrait pousser nos maîtres à raboter nos libertés, nous appauvrir toujours plus, mentir en tout temps et en tous lieux serait une supposée incompétence ?

Parce que d’un point de vue strictement logique, il existe nombre d’explications tout aussi valables que celle-ci, et nous le verrons, bien plus crédibles.

 

1/ Dans lequel on casse deux pattes à un canard

Pourquoi nos maîtres seraient-ils plus cons que l’immense majorité d’idiots moutonniers qui leur tiennent lieu de troupeau (moi inclus) ?  Oui, je sais, elle est un peu raide, alors si cela peut vous aider (un peu comme une béquille, en somme) voici la contraposée rédigée en langue de bois garantie 100% bio et disposant du label politiquement correct™

 

   Nos dirigeants, par leur cursus universitaire et leur expérience sont, de toute évidence, les plus aptes à présider aux destinées la nation. »

 

Vu comme ça, c’est nettement plus digeste, n’est-ce pas, et puis cela évite d’avoir à vous poser la question de votre propre entendement, même si cela vient en contradiction directe avec l’idée que nos maîtres seraient systématiquement incompétents1, hypothèse qui implique d’office l’immunité pénale puisqu’au pire, on ne parlerait que d’erreurs ou de fautes, mais jamais de trahison ou d’agissements criminels.  Responsables mais pas coupables, vous connaissez la chanson.

Ceci constitue la première raison pour laquelle votre subconscient inclinera à tenir pour vraie l’idée que les dirigeants seraient tout simplement incompétents, parce que le contraire impliquerait que l’idiot, c’est vous, et l’idée n’est guère plaisante.  A contrario, l’idée que chacun de nous puisse bien voir que nos maîtres tapent systématiquement à côté de la plaque renforce le sentiment que nous serions plus compétents qu’eux, et donc d’accepter le principe de leur incompétence.   Qu’il est doux de se sentir supérieur !  C’est tellement plus gratifiant que d’avoir à réaliser que nous ne sommes que les dindons de la farce.

 

2/  Relais psychologique

Cela pourra vous sembler étrange, mais il y a au moins une étude réalisée par l’American Psychological Association (APA) sur 1.500 sujets qui montre que des personnes perçues comme malhonnêtes sont plus susceptibles d’être vues comme incompétentes par leurs collègues/relations.  Il est également précisé que ce biais découle de l’idée qu’une personne malhonnête serait d’abord une personne peu sociable.   Au contraire, une personne malhonnête qui serait particulièrement sociable serait perçue comme machiavélique.  Vous comprenez pourquoi vos maîtres ajoutent souvent l’outrage à l’insulte en faisant mine de ne rien comprendre, tel le poudré qui ne rate pas une occasion d’insulter les Français, spécialement quand il est à l’étranger ?  En fait cela renforce la probabilité qu’il soit perçu comme incompétent, plutôt que malveillant.

 

3/  Refus de voir la situation en face

La troisième raison pour laquelle la plupart des gens voient nos maîtres comme incompétents, et probablement la plus importante, est la peur que suscite l’idée qu’on n’a pas affaire à des idiots, mais à des gens malfaisants qui sont parfaitement conscients de leurs actes et qui poursuivent des objectifs n’ayant aucun rapport avec le bien public, quand ils ne vont pas à l’encontre des citoyens eux-mêmes.

C’est une chose d’ouvrir peu à peu les yeux au sortir de la caverne2, c’en est une autre que de réaliser pleinement l’horreur dystopique dans laquelle nous nous trouvons.   L’idée étant hautement anxiogène, beaucoup préféreront retourner se réfugier dans la caverne (l’hyperréalité), et tenteront de se persuader que nos maîtres ne peuvent être aussi malveillants, ils ne peuvent donc être qu’incompétents.

 

Vous ne pouvez gagner que si vous savez que vous êtes en guerre.

Qu’une victoire soit obtenue avant que la situation ne se soit cristallisée, voilà ce que le commun ne comprend pas.

Sun Tzu, l’Art de la guerre.

 

Eh oui, au risque de vous choquer, je me permets de vous signaler que vous êtes en guerre, ou plus exactement que vos maîtres sont en guerre avec vous (le peuple), et j’entends bien vous convaincre de ceci au-delà du moindre doute.

C’est seulement lorsque vous aurez intégré cette réalité difficile à contempler que vous pourrez percevoir par quels moyens vos maîtres entendent vous asservir.   Et c’est seulement lorsque vous serez capable de nommer votre ennemi et que vous connaîtrez ses plans que vous serez en mesure de le combattre.

La situation n’est pas désespérée et ne le sera jamais parce que nous sommes l’immense majorité et que l’ennemi ne peut l’emporter que par la duplicité et la sournoiserie.  On n’a jamais vu une dictature reposer sur la seule peur, mais seulement des dictatures qui reposaient sur la collaboration d’un certain nombre d’individus, soit qu’ils disposaient d’un faible entendement, soit de sociopathes qui acceptaient consciemment d’être instrumentalisés par le pouvoir en échange de quelques rogatons ou menus avantages.

 

Les faits, plutôt que la propagande

Vous conviendrez que l’histoire récente, et notamment la pandémie de covid, s’est avérée une tribulation saisissante à l’échelle de l’Occident.  Cela a donné lieu à toutes sortes de dysfonctionnements et d’erreurs…  Mais était-ce bien des erreurs ?  Prenons le cas des masques par exemple.  Vous savez que le gouvernement français a fait détruire son stock stratégique de masques, mais saviez-vous que c’est exactement la même chose pour la Belgique ?  On sait aujourd’hui que le gouvernement français, contrairement à ce qu’il avait prétendu, n’a commandé en réalité que 100 millions de masques, mais savez-vous que c’est tout pareil en Belgique, et que toutes les contradictions, les interdictions, les pénuries, se sont produites systématiquement dans tous les pays touchés ?  Ne distinguez-vous pas le fil rouge ?

De même la France, la Belgique, certains États (démocrates) des États-Unis, l’Angleterre, le Québec ont fait la même « erreur » d’accueillir dans les résidences pour personnes âgées des patients covid, et qu’au contraire ils ont systématiquement empêché que ces malades soient transférés en isolement, voire en réanimation dans des hôpitaux disposant des équipements nécessaires.  La France a même été jusqu’à publier un décret permettant au médecin d’injecter du Rivotril aux patients en détresse respiratoire, ce qui revient à les tuer comme des chiens.  Là, vous ne le voyez toujours pas, le fil rouge ?  Si on avait voulu maximiser la mortalité et accessoirement liquider tous ces petits vieux qui coûtent un pognon de dingue, comme dirait le Poudré, on ne s’y serait pas pris autrement.  Ce sont les faits.

De même on parle dans tous ces pays d’une seconde vague parfaitement hypothétique, en se basant sur strictement aucune donnée scientifique, on parle d’imposer un vaccin alors que la maladie aura très probablement disparu à la fin de l’été, et on veut imposer le port du masque alors que l’épidémie est terminée.

Comment tout ceci pourrait-il être attribué à des erreurs ?  On parle de gouvernements différents de pays se trouvant parfois séparés de plusieurs milliers de kilomètres, et conseillés par des équipes différentes.

S’agissant du confinement, on a constaté rapidement que celui-ci n’avait absolument pas ralenti la progression du virus, mais avait largement accru la mortalité, ne serait-ce qu’en raison du stress induit et de nombre de pathologies nécessitant des soins qui ont été reportés de plus de trois mois.  On le savait, il suffisait de regarder les chiffres de pays n’ayant pas confiné, comme la Hollande, voisine directe de la Belgique.  Et pourtant, tous les pays adeptes du confinement tous azimuts ont persévéré dans l’erreur, mais était-ce bien une erreur ?

Le prix du confinement vient avec la destruction du tissu de l’économie réelle : les indépendants, les petites entreprises, les restaurants, les cafés, le secteur du tourisme.   Mais sachant ce qui précède, était-ce une erreur, ou au contraire était-ce voulu, pour justifier le tsunami économique qui arrive et qui n’a strictement rien à voir avec le virus, mais qui résulte de l’effondrement des marchés les 9 et 12 mars derniers, qui sera suivi par l’effondrement du système économique et monétaire ?

Lors de la Faillite de Lehman  Brothers, en septembre 2008, et qui a marqué le début de la crise bancaire et monétaire de 2009, celle-ci avait un leverage (effet de levier) autour de 37.  Le leverage étant inversement proportionnel au ratio de solvabilité, cela indique que la banque n’était plus solvable, elle n’avait plus de liquidités, et plus aucun moyen de procéder à un margin call (appel de marge), en vendant les meubles, la belle-mère ou l’écran plat du salon.

Aux dernières nouvelles, les banques les plus pourries en Europe sont très largement au-dessus de ce levier, elles sont déjà en état de faillite frauduleuse (pour cause de dissimulation de bilan) mais maintenues artificiellement à flot par l’injection massive de fausse monnaie sur les marchés via le Quantitative Easing.  Il faudrait y ajouter la Monte Paschi di Sienna, qui est une banque systémique italienne, mais celle-là est tellement mourue que plus personne ne prend la peine de faire comme si elle était encore en activité.

 

Banque Leverage
Soc Générale 108,7
Deutsche Bank 74
Groupe Crédit Agricole 73,8
Barclays 63,8
BNP Paribas 48
Unicredit 47,1
Santander 44,9
ING Group 34,9

Source : revue de presse de Pierre Jovanovic

 

 

Parmi les flots tumultueux de la propagande anxiogène autour d’une épidémie qui n’existe plus, vous n’aurez probablement pas lu la déclaration pourtant on-ne-peut plus claire de la directrice générale du FMI :

 

 La « Grande Réinitialisation » (« Great Reset ») sera le thème d’un sommet unique qui aura lieu en janvier 2021, et qui sera convoqué par le Forum Économique Mondial.

La « Grande Réinitialisation » est un engagement à construire conjointement et de manière urgente les bases de notre système économique et social pour un avenir plus juste, plus durable et plus résistant.

Elle exige un nouveau contrat social centré sur la dignité humaine et la justice sociale, et dans lequel le développement économique n’empiète pas sur le progrès de la société.

La crise sanitaire mondiale a mis à nu des ruptures de longue date dans nos économies et nos sociétés, et a créé une crise sociale qui nécessite de toute urgence la création d’emplois décents et significatifs. (…)

Source : Fonds Monétaire International (EN), voir aussi Forum Économique Mondial (FR

 

Et si l’on vous parle d’un grand reset, d’une refonte du système monétaire et économique c’est parce qu’à moment-là, celui que nous connaissons sera tombé.  Ils font tout pour ça.

Et là, vous commencez à le voir, le loup ?  Pourquoi croyez-vous que les mondialistes, sous couvert de soi-disant conflits inter-raciaux essaient de semer la guerre civile aussi bien aux États-Unis qu’en France et en Belgique pour ne citer que ceux-là ?  Ne voyez-vous pas que s’agissant de détruire, piller, mettre le feu et déboulonner les statues (effacer notre passé) les autorités sont plus que tolérantes et empêchent les forces de l’ordre de faire leur travail ?  Essayez un peu de faire une manifestation pacifique de 10.000 gilets jaunes en plein Paris ou à Bruxelles, vous allez voir que ce ne sera plus la même limonade !

Ce que la plupart des observateurs n’ont pas encore bien intégré, c’est la raison derrière tout ceci.  Pourquoi imposer le chaos et l’anarchie ?  Eh bien tout simplement pour le remplacer par une dictature mondiale.  Finis les gouvernements fantoches, finis les États souverains, abolies les frontières, vous serez en prise directe avec vos vrais maîtres, ce sera le règne sans partage des multinationales sur les peuples, asservis comme jamais, écrasés dans un système où se rejoindront le pire du communisme et le pire du néolibéralisme.

N’est-il pas piquant de voir nos maîtres tomber les masques précisément au moment où ils veulent nous les faire porter sans aucune justification scientifique, comme simple marque de notre soumission ?  C’est le même genre d’humour cabalistique qu’on retrouve dans l’acronyme RIP qui désigne le Referendum d’Initiative Populaire.

Quand réaliserez-vous que ce que vous voyez comme des échecs (politique sociale, développement économique, soins de santé, pensions) ne sont un problème que pour la population dans son ensemble, mais sont source de profit pour nos maîtres et leurs serviteurs zélés ?  Loin d’être un échec c’est pour eux une réussite presque totale aujourd’hui, préparant l’avènement du capitalisme mondialisé dans sa forme la plus dure, appuyé sur une dictature à la manière communiste, pour ne pas dire Orwélienne.

_________________  

  1. C’est le « en même temps » du petit marquis Poudré, concept très Orwéllien s’agissant de propositions systématiquement antagonistes et irréconciliables.   En pratique cela vous fait accepter tout, et son contraire, comme étant des propositions également vraies.
  2. Platon, allégorie de la caverne – https://www.institut-pandore.com/philosophie/ca

 

Source : https://www.levilainpetitcanard.be/dessine-moi-un-idiot/

 

 

 

 

Et puisqu’il demande qu’on le fasse connaître, pourquoi n’iriez-vous pas jeter un coup d’œil à son site :

https://www.levilainpetitcanard.be/

 

Les articles de In abstentia :

https://www.levilainpetitcanard.be/author/inabsentia/

 

 

 

 

Bribes d’informations du jour :

 

Conflit libyen : la Russie explore la troisième voie et prend contact avec Saïf-al-Islam Kadhafi

 

Strategika51 28.6.2020

 

 

 

 

Pour la première fois, des officiers russes du GRU ont pris contact avec Saïf-al-Islam Kadhafi et ses partisans en Libye dans une tentative visant à explorer une troisième voie excluant à la fois le maréchal Khalifa Haftar (Cyrénaïque) et le président Fayaz Al-Serradj (Tripolitaine).

Cette initiative russe, prise après des consultations avec l’Algérie, a pour objectif de sonder la popularité du clan des Kadhafi et leur capacité à fédérer les puissantes tribus libyennes, véritables détentrices du pouvoir informel en Libye. La troisième voie permettrait de se débarrasser du très encombrant maréchal Haftar et surtout de ses dangereux soutiens égyptiens, saoudiens, émiratis et français tout en neutralisant la Turquie et le gouvernement de Fayaz Al-Serradj à Tripoli.

La situation demeure explosive autour de Sirte, l’ancien fief des Kadhafi, où des frégates de la marine de guerre turque commencent à se déployer au large. L’Égypte du maréchal Abdelfettah al-Sisi a commencé à mobiliser et à armer, avec des fonds émiratis, les plus puissantes tribus libyennes de Cyrénaïque, notamment les Abidat, ainsi que celles ayant des ramifications en Égypte occidentale. Le véritable enjeu du conflit libyen est la mainmise sur les hydrocarbures et les ressources hydriques.

Le maréchal Khalifa Haftar a disparu de la scène publique depuis l’approche des forces du gouvernement de Tripoli et des forces turques près de Sirte et d’Al-Jufra. Une information non confirmée évoque la crainte de Haftar d’une opération de décapitation turque, au moyen d’une frappe de drone ou d’une opération spéciale.

Dans tous les cas de figure, les pays soutenant Haftar feront tout pour éviter un tel scénario, tandis que la Turquie ne compte pas lâcher le morceau ou plutôt l’opportunité historique extraordinaire de devenir une puissance en jouant le rôle de bras armé de l’administration Trump, tout en avançant ses propres priorités stratégiques néo-ottomanes.

 

Source : https://strategika51.org/2020/06/28/conflit-libyen-la-russie-explore-la-troisieme-voie-et-prend-contact-avec-seif-al-islam-gaddafi/

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/conflit-libyen-la-russie-explore-la-troisieme-voie-et-prend-contact-avec-saif-al-islam-kadhafi/

 

 

 

 

 

Audition du Pr Didier Raoult a l’Assemblée nationale

 

Entelekheia – 24.6.2020

 

 

 

 

Conflits d’intérêts dans la médecine et la recherche, à quel point ? Si vous avez raté l’audition instructive du Pr Didier Raoult à l’Assemblée nationale, séance de rattrapage.

Version intégrale.

Voir la vidéo…

 

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/06/24/audition-du-pr-didier-raoult-a-lassemblee-nationale/

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 29.6.2020

 

 

L’État le Plus Profond

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ÉTAT LE PLUS PROFOND

 

 

 

 

Starbucks, Bain & Co, mormonisme, MOSSAD : découvrez le documentaire « Qui contrôle la famille Gates ? »

 

Comité Valmy  – 26.6.2020

 

 

 

 

À regarder sur grand écran d’un  bout à l’autre

(cliquer en bas à droite)

L.G.O.

 

 

 

 


« Le déconfinement des Français est géré par l’américain Bain, annexe bien connue du MOSSAD »

 

Pierre Jovanovic – E & R –  19.6.2020

 

 

Marianne a publié un joli scoop en montrant que le ministère de la Santé du gouvernement Macron a offert la gestion du déconfinement au cabinet de management américain Bain & Company.

 

 

 

Cette information a littéralement sidéré les Français qui, comme vous et moi, se sont demandé le « pourquoi du comment »… On n’a pas assez de polytechniciens, d’énarques, de saint-cyriens, d’organisateurs de toutes sortes en France, qu’on soit obligés de payer des… Américains pour gérer quelque chose d’aussi stratégique que le déconfinement ???

 

La semaine passée, je me disais que le nom de cette compagnie me rappelait quelque chose. Et cela m’est revenu. Bain & Co a fait sa fortune dans le downsizing, entendez par là les licenciements massifs. Quand une multinationale ou une banque veut virer 3000 salariés ou plus d’un seul coup, elles font appel à Bain, exactement comme la fille que vous voyez au début du film Margin Call venant annoncer à chaque personne sur la liste ce qu’elle va recevoir comme chèque de départ tout en lui demandant de prendre toutes ses affaires perso et de partir dans la minute qui suit.

Et devinez qui a fait le plus souvent appel à Bain ? Une société que je connais bien et qui a toujours été ma boussole en terme de licenciements : IBM.

Bain s’est aussi occupé de virer les gens chez le géant de Las Vegas, MGM Resorts.

Bain s’occupe de tous les secteurs, de l’aéronautique à l’hôtellerie, en passant par la chimie, la banque ou la logistique. Il facture à coup de millions de dollars et ne prend pas de petits comptes. Quand il s’agit de virer 3000 personnes qui vont vous faire économiser 150 millions de dollars, leur prix sera de l’ordre de 20 à 30 millions de dollars.

Mais Bain est aussi connu pour escroquer les gouvernements comme en 2018 avec le service des impôts d’Afrique du Sud (SARS), que Bain était censé réorganiser.

Bref, les gens de Bain font du grand n’importe quoi, y compris détruire, entre autres, le système de perception des impôts d’Afrique du Sud avec des conseils bidons.

Si les activités de Bain sont, on va dire « classiques » dans le monde du privé, on n’arrive pas à comprendre comment le ministère de la Santé a décidé que la France était un pays du Tiers-Monde, n’ayant pas assez de diplômés, au point de confier le programme de déconfinement des Français à Bain & Company. Sans même parler du fait que, historiquement, la société a clairement des attaches claires avec le Mossad israélien. Et qui dit Mossad, dit efficacité radicale.

Aujourd’hui, la patronne de Bain & Co est toujours Mme Orit Gadiesh [photo], une ancienne cadre supérieur du… Mossad, elle même fille d’un général israélien ! Bravo au contre-espionnage de la DCRI qui n’a pas eu, a priori, d’objections, ou bien a été mise devant le fait accompli par Macron ou ses adjoints de donner un dossier ultra-sensible à une ramification du Mossad. Dingue !

Une fois que Bain est informé de toutes les magouilles d’une multinationale ou d’un gouvernement, plus moyen de s’en séparer. Comme un agent recruté par un service, la série Le Bureau des légendes d’Éric Rochant sur Canal+ le montre très bien.

Bain ne communique pas aux États-Unis sur son chiffre d’affaire mondial, et reste également dans le flou dans les autres pays dans la mesure des lois des sociétés et comptables. Ne vous trompez pas, vous êtes en face ici d’une multinationale aux cent bras, mais dont la tête est directement liée aux intérêts du Mossad.

Force est de reconnaître que cette ultra discrète extension des services israéliens est absolument remarquable. Il suffit de temps à autre de faire chanter les PDG ou d’en cibler pour les encourager ensuite à signer avec Bain & Co.

Pour toutes ces raisons, je trouve encore plus scandaleux et surtout HAUTEMENT suspect que des haut-fonctionnaires du ministère de la Santé aient donné la gestion du déconfinement de 60 millions de Français à cause du Covid-19 à Bain & Co. Clairement, certaines mains ont été « gentiment » encouragées à signer avec une société américaine plutôt que de confier le dossier aux officiers français (spécialité Effectifs) qui sont les seuls grands spécialistes en France de ce que l’on appelle « la montée en puissance des effectifs ».

Pierre Jovanovic

 

 

 

 

Et sur le mormonisme,
lire ces extraits de l’article de Slate (Attali, Rothschild, Graham) : « Juifs et mormons : pourquoi ils s’aiment »

 

(…)

« Les mormons se considèrent comme des israélites modernes et comme les héritiers des promesses faites à Abraham, c’est pourquoi ils ont des affinités naturelles avec les juifs », explique Mark Paredes, un mormon originaire du Michigan, qui tient le blog Jews and Mormons pour la revue Jewish Journal of Greater Los Angeles.

(…)

L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours [c’est le nom officiel de la religion mormone ; nous l’abrègerons « SDJ »], elle, se présente comme « restaurationniste » par l’entremise de Joseph Smith, le fondateur du mormonisme. Elle ramène le christianisme à ses authentiques racines, préservées des atteintes de la philosophie grecque d’autres adjonctions profanes.

Bon nombre de ces racines sont clairement juives, même si la plupart des juifs ne le savent pas. Le Livre de Mormon dépeint les Amérindiens comme des Hébreux exilés de la Terre d’Israël vers l’an 600 avant J.-C. Les mormons s’identifient comme des descendants des tribus israélites d’Éphraïm et de Ménashé.

(…)

Le jour du sabbat mormon, les croyants (ou comme on les appelle parfois : la Maison d’Israël) sont encouragés à consacrer leur temps à étudier et à éviter de manipuler de l’argent. Les mormons appellent ceux qui ne sont pas des leurs les « Gentils ». L’Utah a eu son premier gouverneur « Gentil » en 1917, Simon Bamberger, un juif.

Dans le Livre de Mormon, Jésus condamne même avec prescience l’antisémitisme et la « théologie de la substitution », la doctrine chrétienne selon laquelle l’Alliance entre Dieu et le peuple juif est devenue caduque lorsqu’Israël a rejeté l’identité messianique de Jésus.

(…)

« Il n’y a aucun peuple au monde qui comprend mieux les juifs que les mormons », a un jour affirmé David Ben-Gourion, le fondateur et Premier ministre de l’État d’Israël, au futur président des SDJ, Ezra Taft Benson.

Les chefs religieux mormons ont embrassé les valeurs sionistes plusieurs décennies avant la naissance du mouvement national juif. En 1841, Joseph Smith envoya son « apôtre personnel », Orson Hyde, à Jérusalem. Ce dernier se rendit sur le mont des Oliviers pour implorer Dieu de « rétablir le royaume d’Israël, d’élever Jérusalem au rang de capitale et de constituer pour son peuple une nation et un gouvernement distincts ». Aujourd’hui, le parc Orson Hyde de Jérusalem se situe sur le lieu de cette prophétie, à quelques pas du Centre de Jérusalem de l’Université Brigham Young.

(…)

Quoique distendu, le lien est toujours là : de nombreux responsables politiques mormons « sont si pro-juifs que c’en devient presque embarrassant », affirme Stephen Richer, un sondeur de l’Utah, dans une chronique publiée dans le premier quotidien de Salt Lake City. Le sénateur républicain de l’Utah, Orrin Hatch, porte une mezouzah autour du cou et a souvent confié au New York Times qu’il « regrettait » souvent de ne pas être né juif :

« Les mormons considèrent que les juifs sont le peuple élu, conformément à ce que dit l’Ancien Testament. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour le peuple juif. » Le discours de Mitt Romney à propos d’Israël – un discours de soutien si ferme qu’il aurait pu être dicté par la Coalition juive républicaine – suggère que le mormon doit être fait du même bois.

(…)

Sources :

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11947

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-deconfinement-des-Francais-est-gere-par-l-americain-Bain-annexe-bien-connue-du-Mossad-59358.html

 

 

 

 

 

À lire ici pour aller au bout de l’analyse :

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Starbucks-Bain-Co-mormonisme-Mossad-decouvrez-le-documentaire-Qui-controle-la-famille-Gates-59834.html

Vidéo originale de la chaine Reallygraceful :
https://www.youtube.com/watch ?v=dX9O3Yi-Nn0

 

 

 

Mis en ligne le 26.6.2020

 

 

Quadrature du cercle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUADRATURE DU CERCLE

 

 

 

 

(Bruno Guigue s’essaie à la définir. Il n’y réussit pas mal)

 

 

« …ce n’est pas parce qu’on croit aux vertus de l’autonomie locale que le monde entier va s’y convertir, ou même laisser prospérer gentiment ceux qui s’y adonnent ; et ce n’est pas parce que l’État est l’instrument de la bourgeoisie qu’il est destiné à le demeurer éternellement… »

 

 

Michéa et l’impasse libertaire

 

Bruno Guigue – Entelekheia – 22.6.2020

 

 

 

 

Dans le panorama des idées contemporaines, l’anarchisme occupe une place singulière. Ultra-minoritaire dans la société, il exerce une influence diffuse dans les sphères universitaires, notamment aux États-Unis, où des auteurs renommés comme Noam Chomsky ou David Graeber ne font pas mystère de leur adhésion à la doctrine. Que cette influence soit intellectuellement bénéfique, qu’elle contribue à mettre en question nombre d’idées reçues, que l’anarchisme constitue à certains égards un antidote respectable au libéral-conservatisme dominant est évident. Son audience s’est également élargie, en Occident, à l’occasion de la crise pandémique, l’État étant suspecté d’enfermer les populations pour asseoir sa domination et d’imposer au pauvre petit individu des restrictions insupportables. Renouant avec les analyses de Foucault, un vent libertaire a soufflé, incriminant une « biopolitique » visant à l’encasernement des corps et à la soumission des esprits, comme si le confinement, Big Brother et la vaccination obligatoire allaient accoucher d’un nouveau régime totalitaire. Ce regain libertaire justifie en tout cas qu’on revienne sur la doctrine, en se demandant si son relatif succès n’a pas son revers de la médaille, susceptible qu’il est, dans le même temps, de générer des illusions préjudiciables dès qu’il s’agit de penser les solutions alternatives. Les questions posées par l’idéologie libertaire risquent alors de demeurer sans réponse, tant il est vrai qu’elle s’interdit, précisément, de formuler les réponses qu’elles attendent.

On se souvient qu’au début du XXe siècle, les seuls moyens d’action légitimes, aux yeux des anarchistes, étaient la grève générale, l’action directe et la reprise individuelle. Instant magique où le prolétariat interrompt le cycle de l’exploitation, la grève générale, en particulier, apparait comme le concentré idéal de la révolution libertaire : portés par leur élan insurrectionnel, les ouvriers se saisissent de l’appareil productif et l’utilisent désormais pour leur propre compte. Or toute la difficulté, cela n’échappera à personne, réside dans le jour d’après. Si la grève générale suspend la production, sa reprise sous l’égide des travailleurs associés est une autre affaire. Elle nécessite une préparation et une coordination des tâches rarement réalisées dans les faits. L’expérience des soviets de 1917, puis celle des conseils ouvriers catalans de 1936 ont tourné court : non parce que les travailleurs étaient incapables de s’organiser, mais parce que les conditions de la guerre civile exigeaient la centralisation du pouvoir. Le problème de la grève générale révolutionnaire, c’est qu’elle surgit à l’occasion d’une crise qui requiert le contraire de ce qu’elle est censée inaugurer : non la libre association des travailleurs, mais la direction centralisée de la lutte. Rêvée à défaut d’être accomplie, la grève générale est condamnée à rester ce « mythe mobilisateur » dont parlait Georges Sorel : efficace pour stimuler la lutte, elle s’avère inapte à la faire aboutir.

Lire la suite…

 

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/06/22/michea-et-limpasse-libertaire/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jamais sans Karl :

 

Marx, le Capital et l’homme-marchandise

 

Bruno Guigue – LGS – 24.6.2020

 

 

 

 

 

Ce que Marx a mis au jour dans le Capital, c’est ce qu’on pourrait appeler la consubstantialité du capitalisme et de l’esclavage ; derrière la diversité de ses formes, il a perçu la profonde unité de la servitude moderne ; il a vu, dans « l’esclavage direct » des Noirs, la vérité de « l’esclavage indirect » des prolétaires européens ; loin d’ériger l’opposition du travail libre et du travail servile en symbole de la modernité, il y a décelé la manifestation de son hypocrisie, car l’hétérogénéité apparente des statuts ne l’a pas aveuglé sur les mécanismes mis en œuvre sous l’empire de la valeur d’échange ; il a vu en somme, dans l’intensification des rapports marchands, la véritable origine d’une emprise de l’homme sur l’homme qui ne connut ni les frontières ni la différence des temps ; ce faisant, il a bâti une théorie de l’esclavage dont la connaissance nous est précieuse, à l’heure où la mondialisation libérale enfante les formes contemporaines de la servitude ; et il a défait, du coup, les faux prestiges du postulat aujourd’hui dominant selon lequel la liberté ne fait qu’un avec le marché, anéantissant par anticipation la folle prétention du libéralisme contemporain à incarner l’ultima ratio de l’histoire.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/marx-le-capital-et-l-homme-marchandise.html

 

 

 

 

Des qui veulent mordicus y croire que ce n’est pas juste un super Maidan !

 

Vers des « révolutions colorées » ou vers une révolution sociale ?

 

Jean-Pierre Page, Bruno Drweski – LGS – 18.6.2020

 

 

 

 

 « Nous allons combattre le racisme, pas par le racisme mais par la solidarité. Nous allons combattre le capitalisme, pas par le capitalisme noir mais par le socialisme ».

Fred Hampton(1948-1969) [1]

 

Il ne fait pas de doute que l’onde de choc qui a entrainé les évènements sans précédents aux Etats-Unis percute la vision que bien des gens pouvaient avoir d’un pays où semblait-il, le rapport des forces était à leurs yeux immuable. Ce qui allait de pair avec une vision de l’histoire écrite et réécrite selon les besoins du système dominant.

 

Aujourd’hui, ce regard souvent superficiel, ces idées reçues se trouvent bouleversés. Les USA ne sont donc pas invincibles et cette crise ne se réduit pas à ceux-ci mais au capitalisme dans sa version néolibérale la plus brutale. La contestation y est dorénavant devenue globale ! C’est là une des leçons essentielles qu’il faut déjà tirer de ce bouleversement historique et de ses implications. Aux USA, des centaines de villes manifestent, on y trouve des travailleurs, des jeunes, des classes moyennes surendettées, des Blancs, des Noirs, des Latinos, des Asiatiques, unis dans l’action, et pas les uns sans les autres. Ce qui est tout à fait nouveau, c’est le degré massif atteint par ces convergences.

Le même phénomène a en même temps lieu à l’échelle mondiale avec des rassemblements de masse souvent interdits et toujours réprimés, y compris dans le contexte des contraintes de l’épidémie. C’est le cas dans d’autres pays, France, Allemagne, Italie, Espagne, Autriche, Pologne, mais aussi en Amérique latine, au Brésil, au Mexique, en Argentine, au Chili, en Asie, au Japon, en Inde, au Sri Lanka, et jusqu’en Australie ou en Nouvelle-Zélande.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/vers-des-revolutions-colorees-ou-vers-une-revolution-sociale.html

 

 

 

 

Trump contre l’État profond

 

Israel Shamir – Entre la plume… – 23.6.2020

via Palestine Solidarité

 

 

Tulsa, Oklahoma – Supporters de Donald Trump

 

 

On a gagné ! Comme un homme après une longue maladie se relève, lentement, d’une démarche chancelante, et fait ses premiers pas, ainsi l’humanité se relève de son lit de malade. Il y a des infirmières, des médecins, des héritiers et des avocats qui voudraient garder toujours le patient au lit, pour avoir le champ libre, mais le voilà qui se relève, maître de lui, malgré leurs cris d’orfraie. Nous voilà exactement au milieu de l’année 2020. De Noël à la mi-été, les jours rallongent; de la mi-été à Noël, les nuits rallongent. Le jour de la Saint-Jean-Baptiste ajoute un sens religieux à la signification cosmique des événements, amplifiée cette année par l’éclipse solaire.

 

Aux États-Unis, l’événement central c’est le rebondissement de Trump. À Tulsa, Oklahoma, Trump a commencé à regagner le terrain perdu. La conjoncture ne lui était pas favorable. Twitter a encore une fois trollé Trump, avec sa blague sur les média mensonges. La Cour suprême a rejeté deux de ses initiatives, offrant une protection supplémentaire aux personnes qui se déclarent LGBT et aux jeunes immigrants illégaux désormais intouchables. L’armée a manifesté son hostilité envers Trump, en s’excusant pour une séance de photos avec son commandant en chef. Les services secrets ont divulgué le lieu où se trouvait le président. De plus en plus de fonctionnaires ont déclaré leur allégeance au Nouvel Ordre Mondial en s’agenouillant devant lui plutôt que devant Dieu.

Lire la suite…

Source : http://www.palestine-solidarite.org/analyses.israel_shamir.230620.htm

 

Commentaire : On a du mal à partager l’optimisme d’Israël Shamir et sa vision de Trump. On a surtout encore en tête le « banditisme assumé » de Michel Raimbaud, même s’il est simpliste de renvoyer dos à dos toutes les factions US. Et aussi… on ne comprend pas très bien ce que veut dire le dernier paragraphe, mais c’est peut-être seulement nous qui sommes nuls. Jugez par vous-mêmes.

 

 

 

 

 

Deux « hors système » qui font de leur mieux pour essayer d’y voir clair

 

Discussion en 3 vidéos entre  Hervé Juvin  et Charles Gave :

 COVID 19, restrictions des libertés, souveraineté

 

 

Première partie  : Le coup de force des bien-pensants

 

 

 

Deuxième partie : Un seul souverain le peuple

 

 

 

Troisième partie : L’État profond : main basse sur la démocratie

 

 

Source : https://hervejuvin.com/charles-gave-discussion/

 

 

 

 

On a un faible pour les polémistes, dont Jean-Paul Brighelli fait partie. Mais s’ils sont souvent sans peur, ils sont rarement sans reproche. Ainsi, dans l’article ci-dessous, râlant contre l’actuelle mode imbécile de l’antiracisme de la 11e heure et de la repentance made in les pires sous-couches de la crétinerie fière d’elle et dominatrice US, se croit-il obligé de s’écrier :

 

« L’essentiel des actes racistes, rapportés à ce que représentent en proportion les diverses composantes du tissu français, ce sont les Juifs, comme d’habitude, qui les encaissent. »

 

Mais encore ?

Le sionocompatible qu’il est ne se rend-t-il pas compte ou fait-il semblant de ne pas voir l’origine holocaustique de ce qu’il déplore avec tant de raison ? Ne voit-il pas que les revendications victimaires les plus échevelées d’aujourd’hui n’ont pas d’autre origine que le sport pratiqué depuis la fin de la guerre par ceux qui l’hébergent et qu’il ménage en feignant qu’il n’y a pas de différence entre « juifs » et « sionistes » ?

Que ces derniers s’obstinent à le prétendre dans le canard à Finkie, c’est de bonne guerre. Mais il y a des limites au respect humain acceptable et il y a un moment où il faut admettre que les barricades n’ont que deux côtés (Elsa Triolet, si je ne m’abuse) et qu’on ne peut pas camper sur les deux à la fois, surtout quand il faut tirer.

Er ce n’est pas la seule chose à lui reprocher, si on veut pinailler…

Bien sûr qu’il y a du lumpenproletariat noir – pourquoi n’y en aurait-il pas ? – et, bien sûr qu’il est aussi à plaindre et insupportable que les autres.

Bien sûr les Arabes ont pratiqué l’esclavage, comme tous les peuples sans exception depuis la préhistoire, et ce n’est pas non plus, bien sûr, de la judéophobie d’admettre qu’en Europe, des millions d’esclaves slaves ont été émasculés – dont 4 sur 5 mouraient (plaque tournante : Verdun) – par des esclavagistes hébreux ou Khazars qui les vendaient ensuite à qui en avait l’usage, éventuellement des Arabes mais pas que, qu’est-ce que vous croyez ?

Et peut-être est-il vrai que quelque allumé du Vietcong ait coupé le bras d’un compatriote parce que vacciné par les Yankees. Ce sont les généralisations qui font le racisme, quelle que soit sa forme.

Bon. Brighelli râle. Moi aussi.

Théroigne

 

 

 

Iconoclasme

  

Jean-Paul Brighelli – Bonnet d’âne – 12.6.2020

 

Chacun (sauf le CRAN, le PIR, tous ceux qui les soutiennent et mettent un genou à terre pour s’excuser des crimes supposés de leurs ancêtres, et Virginie Despentes, qui est à la Culture ce qu’un poisson est à une bicyclette) — chacun donc sait que le fondement de l’iconoclasme, que ce soit au VIIIe siècle, quand les chrétiens de Léon III tentèrent de se faire aussi bêtes que les Arabes qui leur étaient frontaliers, au IXe quand les sujets de Léon V récidivèrent, ou au XVIe, quand les Protestants, non contents d’adhérer à une religion qui interdisait pratiquement le plaisir, détruisirent les églises et les cathédrales partout où ils passèrent, est essentiellement religieux. Persuadés de prêcher la vraie foi, les barbares se déchainèrent contre tout ce qui leur était hostile — l’Art et la Culture au premier chef.

 

Le mouvement de destruction des statues, amorcé déjà depuis quelques années au nom de la lutte contre le colonialisme (il faudra m’expliquer en quoi massacrer Cecil Rhodes en effigie

 

 

 

 

légitime les massacreurs noirs qui ont pris le pouvoir au Zimbabwe depuis qu’il ne s’appelle plus Rhodésie) ou le racisme — et la destruction des statues de Schoelcher à la Martinique

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/11447-2/

 

 

 

 

Un fauteur de guerre dépeint Trump en pacifiste

 

Le livre de Bolton envoie Trump dans les cordes, mais le réquisitoire à charge pourrait bien faire se relever, avant le dernier round électoral, le dirigeant sonné.

 

Pepe Escobar – Asia Times – 19.6.2020

 

 

Photo un peu retouchée de Donald Trump, au temps où il participait au WWW (World Wrestling Entertainment).

 

 

Un fauteur de guerre de carrière devient l’idole des libéraux à limousines en ridiculisant le président des États –Unis.

 

N’est hélas pas traduit en français. À défaut, le voici en anglais :

https://asiatimes.com/2020/06/warmonger-paints-trump-a-peacenik/

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 24 juin 2020