Réminiscence du futur…

Si Vis Pacem, Para Vinum  

 

 

Pour 9,60 €, c’est donné.

 

 

 

Les gens demandent. Je réponds. À la va-vite.

 

Blog d’Andrei Martyanov – 18.12.2021

 

Traduction : c.l. pour L.G.O.

 

 

 

 

 

 

Rappelez-vous, jem’ecrime à visser cette idée depuis longtemps : seuls les forts lancent des ultimatums. Les faibles ne peuvent pas lancer d’ultimatums qui aient la moindre signification.

 

1/ La Russie a lancé un ultimatum à tout l’Occident. Les projets de cadre pour un nouvel accord de sécurité entre la Russie et l’Occident (OTAN) ne sont qu’une petite partie d’un ultimatum plus large. Bien que cet ultimatum soit également formulé dans les déclarations des hauts fonctionnaires du ministère russe des Affaires étrangères, comme celle du vice-ministre des Affaires étrangères, Grushko :

 

« Мы как раз даем понять, что мы готовы разговаривать о том, чтобы военный сценарий или военно-технический сценарий перевести в некий политический процесс, который реально укрепит военную безопасность <…> всех государств на пространстве ОБСЕ, Евроатлантики, Евразии. А если этого не получится, то мы уже обозначили им (НАТО – прим. ТАСС), тогда мы тоже перейдем в вот этот режим создания контругроз, но тогда будет поздно нас спрашивать, почему мы приняли такие решения, почему мы разместили такие системы », – сказал он.

 

Traduction : « Nous disons simplement clairement que nous sommes prêts à discuter de la façon de traduire le scénario militaire ou le scénario militaro-technique en un processus politique qui renforcera réellement la sécurité militaire <…> de tous les États de l’OSCE, de l’espace euro-atlantique, et de l’espace eurasien. Si ceci ne devait pas arriver, alors nous les avons déjà désignés (OTAN – commentaire TASS), alors nous passerons également à ce mode de création de contre-menaces, mais alors il sera trop tard pour nous demander pourquoi nous avons pris de telles décisions, pourquoi nous avons déployé de tels systèmes », a-t-il déclaré.

J’ai souligné cette sémantique cruciale.

 

2/ Je suis sur ce dossier depuis des années : La Russie possède à la fois un avantage militaire écrasant et une complète maîtrise de l’escalade en Europe de l’Est, d’où les menaces, au cas où les États-Unis (OTAN) décideraient de continuer à faire les cons :

a) De supprimer les garanties de non-invasion des 404 et, en fait, de préparer un changement de régime à Kiev. Si nécessaire, les installations d’espionnage et les bases militaires de l’OTAN pourraient être éliminées (éventuellement sans avertissement) en guise d’échauffement.

b) La Russie positionnera des armes hypersoniques, y compris à tête nucléaire, à proximité des pays membres de l’OTAN (tels que les États baltes) et pourra en outre :

c) Créer des armées de chars de choc (en réalité, de frappe) supplémentaires ;

d) La Russie fournira à la Chine des versions antérieures du 3M22 (éventuellement le Kinzhal) et veillera à ce que la Chine dispose d’un avantage décisif sur les marines américaine et royale dans sa première chaîne d’îles, tout en lui fournissant simultanément une défense AD/AM de pointe. Le S-500 pourrait y apparaître encore plus tôt qu’en Inde.

e) Il y a toute une réserve de systèmes d’armement russes que nous n’avons pas encore vus et je peux seulement imaginer ce qu’ils sont capables de faire. Je pense que certaines personnes au Pentagone en ont une vague idée et qu’elles n’aimeraient pas s’y frotterf)

f) La Russie, certainement, accélérera le réarmement des pr. 949A à 949AM et pr. 971M pour transporter le 3M14 Kalibr et le P-800 Onyx et les renverra patrouiller le long des deux rives de l’Amérique du Nord.

 

3/ La Russie comprend la rupture avec l’Occident et est prête à en assumer n’importe quelles conséquences, y compris – c’est déjà en train – le diminution du commerce et la réduction de l’approvisionnement en hydrocarbures de l’UE. Laissons les États-Unis se débrouiller avec çà… Ah, attendez, les États-Unis font un malheur en Asie du Sud-Est en vendant leur GNL et, franchement, l’UE ne peut pas s’aligner sur les économies asiatiques qui, elles, ne négocient même pas – elles achètent simplement toute l’énergie disponible, quel que soit le prix. Si l’Europe a quelque chose à dire à la Russie, les pays membres peuvent se pointer à Moscou un par un et voir si Moscou s’en soucie.

 

Ceux qui suivent ce blog attentivement devraient se rappeler ceci, d’il y a un mois :

 

La Russie n’a pas besoin de la 404, en fait, les Russes, dans leur grande majorité, ne veulent pas de ces gens dans leur vie, ils ne veulent pas payer pour eux, et ils veulent qu’ils restent loin de la Russie de toutes les manières imaginables, sauf  géographiquement, puisqu’on ne peut pas changer la géographie. Et c’est bien le problème pour la Russie, parce qu’en fin de compte, la Russie devra s’occuper de ce trou à rats qui s’est placé comme un kyste aux frontières sud-ouest de la Russie et qui tourne à la tumeur cancéreuse à une vitesse croissante. Les États-Unis, si on veut être réaliste, n’ont pas besoin de la 404 non plus, parce que, bien que les USA continuent d’envisager d’utiliser la 404 comme un bélier anti-Russie, tant sur le plan géopolitique qu’économique, et bien qu’ils s’endorment le soir en rêvant d’une « invasion » de ce territoire par la Russie, les États-Unis sont confrontés là à un sérieux défi : que se passera-t-il SI les désirs des États-Unis se réalisent et SI la Russie DÉCIDE effectivement de mettre fin à la pièce et d’en finir avec le régime nazi de Kiev ? 

 

Comme je le répète ad nauseam, la Russie est le seul pays au monde qui peut, sans recourir aux armes nucléaires, vaincre l’OTAN en Europe. De plus, c’est le seul pays au monde qui peut s’auto-suffire économiquement ou qui peut se suffire à lui-même sans commercer avec l’UE. Ce commerce était de toute façon en train de se dégrader. Et si les exportations de la Russie vers l’UE ont augmenté ces derniers temps, cela est dû en grande partie au fait que la Russie fait un malheur sur le marché spot du gaz. À en juger par l’ampleur du projet Power of Siberia et les mesures prises pour construire (en russe) Power of Siberia-2, Xi et Poutine ayant discuté de cette question il y a trois jours, la réorientation stratégique de la Russie vers la Grande Asie est essentiellement terminée et, hé, ils peuvent continuer à sanctionner ce qu’ils veulent. Je connais quelques jardins d’enfants près de la maison de ma mère qu’ils n’ont pas encore sanctionnés. Quelle imprudence de leur part.

 

 

 

 

 

 

Conclusion : La Russie est prête (elle l’était depuis un certain temps) et elle donne à l’OTAN sa dernière chance de sauver la face et d’améliorer l’atmosphère. Sinon, le problème 404 sera éliminé. De plus, l’infrastructure militaire de l’OTAN sera retirée des États baltes.

 

 

Dans des nouvelles connexes, le drone Orion de la Russie fonctionne contre d’autres drones.

 

 

 

 

Vous vous rappelez ? Seuls les forts lancent des ultimatums. Et, comme le dit un vieux proverbe russe : Русские долго запрягают, но быстро ездят. (« Les Russes mettent du temps pour atteler, mais ils conduisent vite ») 

 

Source : Reminiscence of the Future… : People Asked, I Respond. On the Run. (smoothiex12.blogspot.com)

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/15961-2/

 

 

 

 

Décembre 2021

 

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *