Voilà !

 

 

 

 

 

Il ne s’est pas trouvé, dans les Îles Britanniques trois ou quatre cents Gilets Jaunes pour empêcher quelques flics d’entrer dans l’ambassade d’Équateur, à l’invitation de l’ambassadeur, et d’y capturer Julian Assange.

Étant donné l’état des choses et l’allure actuelle du monde, on peut penser que, comme Sacco et Vanzetti avant lui (et comme Étienne Dolet), il ira au bout de son Golgotha, sous l’œil de sept milliards de ses obligés, qui n’auront pas trouvé en eux la volonté, l’ingéniosité ou le simple courage de tenter d’empêcher le fatum de s’accomplir.

Pas de quoi être fiers.

 

 

 

 

 

 

L’Équateur livre Assange

 

Alex Christoforou  – TheDuran – 11.4. 2019

 

 

 

 

Le président de l’Équateur Moreno a renié l’engagement pris par son pays et retiré l’asile au fondateur de Wikileaks.

Julian Assange a été extrait de force, par les autorités britanniques, de l’ambassade équatorienne à Londres où il a passé ses sept ans d’asile.

RT rapporte que ceci se produit un jour seulement après que l’Éditeur-en-chef de Wikileaks, Krsistinn Hrafnsson ait déclaré qu’une importante opération d’espionnage était menée contre Assange dans l’ambassade d’Équateur. Au cours d’une conférence de presse explosive, Hrafnsson a affirmé que l’opération avait pour but l’extradition d’Assange.

 

VOIR : le moment où Assange est porté hors de l’ambassade d’Équateur à Londres pic.twitter.com/OEeqmoksGr

— RT UK (@RTUKnews) April 11, 2019

 

URGENT: L’Équateur a illégalement mis fin à l’asile politique d’Assange en violation du droit international. Il a été arrêté par la police britannique à l’intérieur de l’ambassade équatorienne il y a quelques minutes :  .https://t.co/6Ukjh2rMKD

— WikiLeaks (@wikileaks) April 11, 2019

 

Source : http://theduran.com/breaking-ecuador-gives-up-assange-wikileaks-founder-arrested-in-london/?mc_cid=3985854bf8&mc_eid=a6bc8ffe32

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

 

 

 

 

Pour les anglophones

 

 

 

 

 

 

 

Rappelons que Wikileaks  a provoqué un énorme intérêt international en 2010 en publiant une video militaire US classée « secret », intitulée Meurtre collatéral, montrant un hélicoptère US de combat Apache en train d’ouvrir le feu – apparemment par jeu –  sur des cibles au sol, tuant ainsi douze civils, deux journalistes de Reuters et blessant gravement deux enfants.

 

 

 

 

La video, de même que des archives de guerre provenant d’Irak et d’Afghanistan et plus de 200.000 cables diplomatiques avaient été transmis à Wikileaks par le soldat US Bradley (à présent Chelsea) Manning qui a été jugé et condamné par un tribunal US à 35 ans de prison pour avoir divulgué ces documents.

Manning a bénéficié d’une amnistie lui accordée par le président sortant Barack Obama en 2017, après avoir passé sept ans sous les verrous. Son actuelle réincarcération est due à son refus de témoigner devant un « grand jury secret » dans une affaire qui serait liée à Wikileaks.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HÉROS

 

Un intraitable Assange lève le pouce en pénétrant dans la Westminster Magistrate’s Court.

 

Alex Christoforou  – TheDuran – 11.4. 2019

 

 

 

 

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange a été conduit devant la Westminster Magistrate’s Court, aussitôt après son arrestation à l’ambassade d’Équateur à Londres.

Les photos d’Assange levant le pouce et souriant bravement à la nuée de photographes  entourant son panier à salade est le seul petit rayon d’espoir en ce jour qui ne peut être décrit que comme le plus sombre dans l’histoire de la liberté de la presse.

Le Département de la Justice US n’a pas perdu de temps pour accuser Assange d’avoir aidé Manning à pirater et à rendre publics des documents US classés « secrets ».

 

 

 

 

Via RT…

 

La Metropolitan Police a déclaré dans un communiqué, qu’elle venait d’arrêter Assange en fonction d’un mandat d’arrêt émis par la Westminster Magistrate’s Court en juin 2012,  pour ne s’être pas constitué prisonnier entre ses mains. La police a été « invitée dans l’ambassade par l’ambassadeur » a précisé cette déclaration

 

 

La foule des medias, en dehors de la Westminster Magistrates’ Court guettant la sortie d’Assange. pic.twitter.com/KPy3dz0qmd

— Stephen Graves (@stephengraves) April 11, 2019

 

 

 

 

Source : http://theduran.com/hero/?mc_cid=3985854bf8&mc_eid=a6bc8ffe32

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

 

 

 

Nous ne pouvons que vous renvoyer aux articles et au dossier très complet qu’a consacrés et ne cessera pas de consacrer à Julian Assange un de ses plus fidèles soutiens : Le Grand Soir. Mais aussi :

 

 

PARIS – Rassemblement pour Julian Assange (Acte II)

 

Samedi 13 Avril à 18h30
80, Boulevard Auguste Blanqui
Métro 6 – Stations Glacière ou Corvisart

A l’appel de citoyens engagés

« Libérez Julian Assange de sa prison médiatique »

 

 

Un page de ressources sur Julian Assange
https://www.legrandsoir.info/julian-assange-prisonnier-politique-depui…

 

 

Soutenu par :

Le Grand Soir
L’Association Nationale des Communistes
Le Cercle Manouchian
Stephanie Gibaud, auteure de La traque des lanceurs d’alerte

 

Pour apporter votre soutien :

assange@legrandsoir.info

 

 

 

 

 

 

Libérez Julian Assange de sa prison médiatique (premiers signataires)

 

 

 

 

Le journaliste Julian Assange est reclus depuis maintenant 8 ans à l’ambassade d’Equateur à Londres, sans qu’aucune inculpation ne vienne étayer les motifs de cette détention de fait.

N’ayant violé aucune loi d’une juridiction dont il dépend, il risque pourtant une extradition vers les Etats-Unis où son sort serait scellé d’avance.

En décidant de faire tomber dans l’oubli Julian Assange ou en désinformant sur les faits qui ont conduit à sa réclusion, les grands groupes médiatiques se sont rendus complices de la situation actuelle du cofondateur de Wikileaks.

Curieusement, Julian Assange ne bénéficie pas de la solidarité de ses collègues, pourtant si prompts à dénoncer les emprisonnements de journalistes, ou les attaques contre les travailleurs de l’information.

En refusant la liberté à Julian Assange, c’est notre droit à être informé qui est bafoué. Droit qui, pourtant, devrait être défendu par tous les médias, comme premier relais de l’information.

Nous exigeons des grands groupes médiatiques la fin du black-out organisé autour du cas Assange et que leurs entreprises de communication informent objectivement des faits qui ont conduit injustement le journaliste australien à la condition inhumaine dans laquelle il se trouve.

 

 

* * *

 

Noam Chomsky, linguiste, écrivain, États-Unis
Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix, Argentine
Jean Luc Mélenchon, Député, France
Frei Betto, Prêtre, Théologien de la libération, Brésil
John Pilger, Journaliste, documentariste, Australie
Guillaume Long, ancien ministre des affaires étrangères, Equateur
Pablo Allende, Médecin, petit fils de Salvador Allende, Chili
Beto Almeida, Journaliste, Brésil
Andrés Barreda, Economiste, Mexique
Boris Barrera, Député, Chili
Ugo Bernalicis, Député, France
Olivier Berruyer, Actuaire, fondateur LesCrises.fr, France
Atilio Boron, Politologue, Argentine
Jean Bricmont, universitaire, Belgique
Luis Britto Garcia, Ecrivain, Venezuela
Fernando Buen Abbad, Universitaire, Mexique
Juan Cruz Cabral, Dirigeant de Peronismo Militante, Argentine
Stella Calloni, Journaliste, Argentine
Hernando Calvo Ospina, Journaliste, Colombie
Alicia Castro, Diplomate, ex ambassadrice au Royaume Uni, Argentine
Camille Chalmers, Economiste, Haïti
Ana Esther Ceceña, Economiste, Coordinatrice de l’Observatoire Latino-américain de Géopolitique, Mexique
Kate Clark, Journaliste, Royaume Uni
Michel Collon, Journaliste, Belgique
Eric Coquerel, Député, France
Alexis Corbières, Député, France
Piedad Cordoba, Avocate, ex sénatrice, Colombie
Viktor Dedaj, Coadministrateur LeGrandSoir.Info, France
Anahi Durand, Sociologue, responsable des relations internationales du Mouvement Nuevo Perú, Pérou
Pavel Eguez, Artiste Peintre, Equateur
Rogerio Favreto, Magistrat, Brésil
Roberto Fernández Retamar, poète, président de la Casa de las Américas, Cuba
Juan Raúl Ferreira, politicien et écrivain, Uruguay
Caroline Fiat, député, France
José Fort, journaliste, France
Claudio Katz, économiste, Argentine
Matt Kennard, Journaliste, Royaume Uni
Annie Lacroix-Ruiz, professeur émérite d’histoire contemporaine, France
Michel Larrive, député, France
Xavier Lasso, ex ministre des affaires étrangères, Equateur
Lowkey, Musicien et activiste, Royaume Uni
Kintto Lucas, ex vice-ministre des affaires étrangères, Equateur
Romain Migus, journaliste, France
Maite Mola, viceprésidente du Parti de la Gauche Européenne, Espagne
Pablo Navarrete, journaliste, Royaume Uni,
Eric Nepomuceno, journaliste, écrivain, Brésil
Jean Ortiz, Universitaire, France
Mathilde Panot, député, France
Elena Poniatowska, Ecrivain, Mexique
Loïc Prudhomme, député, France
François Ruffin, député, France
Francisco Sierra, Universitaire, Président Ulepicc, Espagne
Danielle Simonet, Conseillère de Paris, France
Pablo Siris, journaliste, Uruguay
Bruno Sommer, journaliste, cofondateur de El Ciudadano, Chili
Joao Pedro Stedile, coordinateur du MST, Brésil
Maxime Vivas, Ecrivain, France
Alejandro Valle Baeza, économiste, Mexique
Marie-Christine Vergiat, députée européenne, France
Pablo Villas, La Campora, Argentine
Patricia Villegas, Présidente de Telesur, Colombie

(à suivre)

 

précision : le rassemblement organisé le 13 avril autour du mot d’ordre « Libérez Julian Assange de sa prison médiatique » est une initiative inspirée par mais indépendante de cette pétition.

 

Source : https://www.legrandsoir.info/liberez-julian-assange-de-sa-prison-mediatique-premiers-signataires.html

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 11 avril 2019

 

 

2 Responses

  • Sémimi

    Une journée qui donne la gueule de bois. La honte sur l’Équateur et son minable ambassadeur à Londres. La honte sur les journalistes français qui ont laissé tomber Assange. Où sont le Monde, le Nouvel Obs qui ont fait leurs choux gras en leur temps des révélations d’Assange. La honte sur RSF et ses journaleux qui savent si bien blablater contre la Chine ou la Russie et qui la bouclent devant les US dont Assange a dénoncé les crimes de guerre. Snowden a eu de la chance d’atterrir en Russie – sans même le désirer expressément et pas très reconnaissant envers ses sauveurs. Bref, des pourris partout. Et que dire de la Macronie : mensonge sous serment des cadres élyséens, des ministres tirés du caniveau, une justice aux ordres comme jamais comme le révèle entre autres l’affaire Geneviève Legay. Écœurant.
    Un monde de lâches; une époque sans courage et sans honneur.

    Répondre
  • Sémimi, thanks! And thanks for sharing your great posts every week!

    Répondre

Répondre à Clemens Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *