Belgique :  Situation désespérée mais pas sérieuse

 

 

Une histoire belge dont Anatole Atlas-Jean-Louis Lippert est le héros (le protagoniste ? la victime ?)… Coluche, reviens !

 

 

On se rappellera que Lippert-Atlas est invité, par l’université Andrés Bello de Santiago du Chili à participer à  un Colloque consacré à Jacques Lacan

 

 

Une interruption célèbre : Lacan-Lippert 1972

 

Pour l’hilarité de la postérité

 

1) Mon premier message à la responsable culturelle du WBI, envoyé le 17 janvier, signale une invitation à Santiago de Chili et pose la question d’une aide éventuelle de ses services… 

2)  Réponse près d’un mois plus tard :

 

Le 12 février 2019 à 14:40:01 +01:00, Boraczek Aurore <a.boraczek@wbi.be> a écrit :

Bonjour Monsieur,

Toutes mes excuses pour le délai de réponse, j’ai été souffrante.

Nos aides s’adressent généralement aux personnes (belges ou non) résidant en Wallonie et à Bruxelles.

J’indique néanmoins en copie de ce mail mon collègue de la Coopération, Monsieur Fabrice Sprimont. Celui-ci pourra sans doute vous éclairer sur les possibilités de son service.

Bonne journée à vous,

Aurore Boraczek

 

 

 

 

3) Plus de deux mois se passent encore avant de recevoir l’invitation officielle de Santiago, que je transfère à la responsable culturelle du WBI :

 

Bonjour Madame,

Je viens de recevoir la lettre d’invitation de l’Université de Santiago de Chili pour participer, en décembre prochain, à un colloque autour du livre du philosophe Rodrigo Gonzalez  » Lacan y un situacionista « …

Le projet de ce colloque est d’examiner les relations pouvant exister entre une prise de parole qui s’est produite en octobre 1972 face au psychanalyste Jacques Lacan, et mon œuvre littéraire ultérieure…

Cette invitation, jointe au présent message, m’honore et m’oblige…

Dans l’état d’impécuniosité où je me trouve, dépourvu de la moindre rémunération, il me serait toutefois impossible d’y répondre sans le concours de votre organisme : son aide pour couvrir les frais de voyage me serait indispensable…

Dans l’espoir d’un accueil favorable, je vous prie d’entendre, Madame, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

Jean-Louis Lippert   (Comment joindre Mr Fabrice Sprimont ?) 

 

4) Cette responsable culturelle du WBI ne répond ni à mon message ni à ma question : elle m’envoie copie de son envoi de la patate chaude à un collègue :

 

Bonjour Fabrice,

Nos services ne peuvent aider Monsieur Lippert.

Aurais-tu l’amabilité de lui indiquer si tu as d’autres possibilités ?

Merci d’avance, bonne journée,

Aurore

 

5) J’envoie message d’information et lettre d’invitation à ce M. Sprimont (ce que sa collègue n’a pas fait), attendant en vain une réponse…

6)  Quatre jours plus tard (23 avril), je m’adresse aux deux ensemble :

 

Bonjour Madame et Monsieur,
Il semblerait, si j’en crois le programme de WBI, que

« soutenir la présence et le rayonnement des lettres et du livre sur la scène internationale via une intervention dans les frais de déplacement » fait partie des attributions de cette institution.

Pouvez-vous confirmer ou infirmer ?
J-L L 

 

7) L’homme demeure muet ; la responsable culturelle répond ceci :

 

Monsieur,

Comme je vous l’indiquais : « Nos aides s’adressent généralement aux personnes (belges ou non) résidant en Wallonie et à Bruxelles. »

Je vous invite à contacter Emmanuelle Lambert qui gère actuellement ces subsides.

 

8) Ignorant tout de cette Emmanuelle Lambert, je m’adresse encore aux deux ombres ministérielles, persuadé qu’une réponse finira par venir :  

 

Madame et Monsieur,

Parmi cent inaptitudes requises pour tout acte d’écriture, j’avoue celle à traduire le langage automatique des ordinateurs ministériels (ainsi que leurs silences). Aussi n’est-ce pas sans hésiter que je me hasarde à interpréter le message codé du logiciel qui m’a répondu de la manière suivante :

« Notre organisme prévoit généralement des aides, qui ne concernent pas l’Étranger domicilié de l’autre côté de la frontière linguistique, auquel cas ce particulier n’est pas présumé appartenir à notre Communauté ».

Prière à l’ordinateur de confirmer la validité de ma traduction.

J-L L 

 

9) Voici ce que je reçois en guise de réponse :           

 

Comme indiqué dans ma réponse, ma responsable Emmanuelle Lambert est en charge de ces subsides, pas moi.

Bien à vous 

 

10) Ladite grande argentière des trésors culturels de Mummy n’a jamais daigné m’adresser le moindre signe. A ma stupéfaction, se confirme de manière caricaturale ma vision des rouages de la tour Panoptic…

Au-delà de toute attitude hostile, qui pourrait se comprendre de la part de bureaucrates à l’égard d’un écrivain témoignant de pensée critique ; au-delà même d’une condescendance propre à cette caste, qui dans la nouvelle échelle des distinctions leur fait révérer les produits obéissant de préférence à une logique de magazines et de séries télévisées (dans une parfaite bonne conscience idéologique progressiste et libertaire), il s’est produit une sorte de saut qualitatif dans les méthodes nouvelles de la Sensure, par quoi un travail tel que le mien, à leurs yeux, N’EXISTE PAS ! Je me sens donc tenu de faire circuler tous azimuts un petit texte intitulé Offrande à la Parole Améliorée, qui reçoit pour toute réponse :   

 

Bonjour,

Je suis en mission au Salon du Livre de Genève jusqu’au 6 mai inclus.

J’aurai un accès limité à mes courriels.

Merci d’avance pour votre compréhension.

Belle journée,

Aurore Boraczek

 

Bonjour,

Je suis actuellement à l’étranger et n’aurai qu’un accès partiel aux mails. Je vous réponds dans les meilleurs délais.

Bien cordialement,

Emmanuelle Lambert

 

M’incombent l’honneur et le devoir de produire à Santiago de Chili, en décembre prochain, une allocution promise à être autant historique pour la postérité, qu’inexistante pour l’officialité belge contemporaine : Destino estelar de la palabra.  

J-L L

 

« Belgique » (voyez Baudelaire).

 

 

 

 

 

 

Des amatrices de l’interruption en Belgique :

 

 

https://interruptionint.wordpress.com/2013/07/27/correspondance-avec-anatole-atlas/

 

 

 

 

Mais si on a les interrupteurs les plus persévérants de la planète, on a aussi les soutiens de la dette US les plus obstinés

 

 

 

 

 

Qui sont les détenteurs de la dette américaine?

 

Charles Sannat – 10 Mai 2019

 

 

 

 

Voici la liste de tous les coupables !! De tous ceux qui détiennent de la dette américaine et qui en achètent.

Bon, les plus gros acheteurs sont les Américains eux-mêmes, et dans ce monde de dettes massives que chacun se débrouille avec ses propres découverts !!

Vous noterez tout de même que la France et la Belgique sont de « bons » alliés de Trump et que l’on y achète encore de la dette américaine, alors que les Allemands, eux, n’achètent pas de dette américaine, enfin si un peu car il faut bien plaire à Trump mais on voit bien qu’ils tentent de limiter les dégâts.

Tout en haut du classement on retrouve la Chine, et la Chine n’est pas dans un délestage massif des bons du trésor américain, mais vous garderez à l’esprit qu’elle n’augmente plus depuis bien longtemps ses avoirs en dette américaine, et pour cause…

 

 

Liste des détenteurs de la dette américaine

 

 

Source : https://insolentiae.com/qui-sont-les-detenteurs-de-la-dette-americaine/

 

Ah, le prestige d’une croisière sur le Titanic !

 

 

 

 

Mis en ligne le 10 mai 2019

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *