Merveilleux Roger Waters au bout de ses forces et de sa voix

 

Venu réclamer Assange à la bande innommable occupée à saboter le BREXIT en muselant le Parlement.

 

 

 

 

 

 

 

Regardez la légende du rock et leader des Pink Floyd chanter son non moins légendaire succès Wish You Were Here devant le Ministère de l’Intérieur britannique au cours d’une manifestation de soutien à Julian Assange.

 

Se produisant sur une scène bricolée, juste sous les fenêtres du Home Office, le rocker entendait avant tout adresser un message de solidarité au fondateur de Wikileaks arrêté en avril, qui est sous le coup d’une extradition vers les États-Unis. On se rappelle que, supporter de longue date d’Assange et de Wikileaks, Waters avait déclaré « avoir honte d’être anglais », lors de l’arrestation du militant de la transparence.

 

 

 

 

 

 

En présence du plus grand journaliste US vivant

 

 

 

 

Le très célèbre journaliste et cinéaste lauréat de nombreux prix internationaux John Pilger, qui avait tenu à être présent après avoir rendu visite au prisonnier à Belmarsh, a confirmé qu’Assange est soumis à une torture psychologique incessante mais qu’il reste inébranlé.

 

 

 

Pilger a transmis un message de Julian Assange :

 

  Ce n’est pas seulement moi. C’est bien plus que ça. C’est nous tous. Ce sont tous les journalistes et tous les éditeurs qui essaient de faire leur travail qui sont en danger. »

 

Ajoutant :

« Le danger auquel Julian Assange est confronté peut très facilement s’étendre aux éditeurs passés et présents, au Guardian, au New York Times, à Der Spiegel, à El Païs en Espagne, au Sydney Morning Herald et à beaucoup d’autres journaux et médias qui ont publié les révélations de Wikileaks sur les mensonges et les crimes de nos gouvernements » a poursuivi Pilger.

« En défendant Julian Assange, nous défendons nos droits les plus sacrés. Parlez haut et fort maintenant, sous peine de vous réveiller un de ces matins dans le silence absolu d’une nouvelle forme de tyrannie. », a-t-il asséné pour finir

 

Rappelons qu’Assange a été livré (contre espèces) aux Britanniques, par l’actuel président de l’Équateur, et emprisonné pour avoir prétendument violé les règles de sa liberté conditionnelle au royaume Uni. En fait, il a été livré, de la façon la plus déshonorante, parce que les États-Unis le réclament en l’accusant d’avoir publié, en 2010, des milliers de télégrammes militaires et de documents diplomatiques classés « secret-défense » que lui avait transmis le soldat US Brad-Chelsea Manning.

 

 

 

 

 

Pas un seul, PAS UN SEUL merdia occidental n’a couvert l’événement.



Ce qu’ont fait, en revanche, les Russes et les Turcs, et, soyons honnêtes, RT (toujours pas accrédité à l’Élysée)

 

 

 

 

 

Ce silence écrasant des organes de presse dominants n’est pas passé inaperçu des internautes, dont beaucoup se sont exprimés sur les réseaux sociaux.

 

« Si Roger Waters avait ouvert l’étui de sa guitare et s’était mis à chanter à n’importe quel coin de rue de la planète, on en aurait parlé comme d’un  événement culturel majeur dans tous les médias mainstream » a écrit l’un d’eux, « MAIS, parce qu’il va le faire pour Julian Assange, pas un seul organe de la presse dominante dans le monde n’en parle.»

 

Adam Garrie‏ @adamgarriereal

If @rogerwaters were to open his guitar case and sing on any street corner in the world, this would be major cultural news on mainstream media. BUT because he is going to do so for Julian Assange, not a single major news outlet in the world is talking about it. #FreeAssangeNOW

 

 

 

 

Un autre, mentionnant l’absence de couverture par le Guardian a estimé que c’était « une preuve de plus que ce canard n’est qu’un porte-parole des Services Secrets britanniques » :

 

Alan Freestone‏ @AlanFreestone

No mention of the Roger Waters gig for Julian Assange yesterday in that rag @guardian. More evidence that it’s just a propaganda mouthpiece for British Intelligence. @OffGuardian0

 

Enfin, des centaines de commentaires exprimés sur le Net, nous retiendrons encore celui-ci :

THINK AGAIN

think again il y a 2 jours

Where are the Australian Singers? Where is the Australian Government? Where is the Australian Public? SHAME AUSTRALIA. Your own freedom is being taken away from you today. An honest Australian sits in a cell while WAR CRIMINALS AND CORRUPT GOVERNMENTS seek a new illegal war on Iran. More children, women and men were killed in Iraq than both atomic bombs combined….and they didn’t have any so called weapons of mass destruction. American super rich only gained from that war and the people of America and Australia and England were poorer. This is all a sham, a scam, a lie, a curse. Stand up to your governments now or your children will lose their rights to freedom.

Ce qui revient à dire :

Où sont les chanteurs australiens ? Où est le gouvernement australien ? Où est le public australien ? HONTE SUR VOUS L’AUSTRALIE ! C’est votre propre liberté qu’on arrache en ce moment.. Un Australien honnête croupit dans une prison parce que DES CRIMINELS DE GUERRE ET DES GOUVERNEMENTS CORROMPUS veulent se payer une nouvelle guerre illégitime contre l’Iran. Beaucoup plus d’enfants de femmes et d’hommes ont été tués en Irak que n’en avaient tué les deux bombes atomiques ensemble… et ils n’avaient pas d’armes de destruction massives. Les super-riches américains se sont enrichis par cette guerre et les peuples américain, australien et anglais se sont appauvris. Tout ça n’est qu’une imposture, une arnaque, une craque, une malédiction.. Gueulez maintenant sur vos gouvernements, ou vos enfants n’auront jamais aucune liberté.

 

 

 

 

 

Pardon ! La RTBF l’a fait :

 

Et donne même des nouvelles du film qui va sortir : « Nous + Eux »

https://www.rtbf.be/classic21/article/detail_roger-waters-liberez-assange?id=10306830

 

 

 

 

 

Une recherche Google News a trouvé trace de l’événement de ce lundi  sur le site du World Socialist Website, de l’Irish Examiner, de l’antenne équatorienne de Telesur, de certains organes de presse turcs, ainsi que de RT et de Sputnik. Plus, comme nous l’avons dit, celui de la Radio Télévision Francophone belge.

 

Notons encore le député travailliste Chris Williamson, qui a déclaré dans un tweet être « le seul membre du Parlement à avoir assisté à cette manifestation », ajoutant que le scandaleux emprisonnement d’Assange était « une agression contre la liberté d’expression et contre le journalisme ». Il se dit aussi très heureux d’avoir rencontré le grand journaliste John Pilger, qu’il admire depuis le Vietnam, et très fier d’avoir pu lui parler.

 

 

John Pilger (G) et Chris Williamson (D)

 

 

Chris Williamson MP #GTTO‏Compte certifié @DerbyChrisW 2 sept.

I believe I was the only MP to attend today’s demo called by @rogerwaters outside the Home Office against the continued imprisonment of Julian Assange. His outrageous treatment is an assault against freedom of speech and journalism. He must be released immediately. #FreeAssange

 

 

 

 

 

Un autre a tweeté :

 

En réponse à @DerbyChrisW @rogerwaters

Je n’ai pas encore vu la moindre mention de cette manifestation de masse en faveur de Julian Assange sur la BBC : c’est précisément la raison pour laquelle nous tiendrons une manif de protestation devant les locaux de la BBC de 2 à 4 h de l’après-midi, le samedi 26 octobre, pour exiger d’eux qu’ils nous disent pourquoi ils ne s’expriment pas haut et clair en défense de l’OTAGE D’ÉTAT, de l’héroïque véritable journaliste et éditeur Julian Assange.

Truman human‏ @lord_truman 2 sept.

I have not seen this Mass gathering for Heroic Julian Assange on the BBC yet + this is the exact reason why we will b holding a Protest outside the BBC @ 2pm on Sat 26th Oct to Demand why they don’t Stand up for STATE HOSTAGE Heroic real Journalist + Publisher Julian Assange

 

 

 

Et pourquoi quelques GILETS JAUNES ne retraverseraient-ils pas la Manche le 26 octobre ?

 

 

La journaliste australienne indépendante Caitlin Johnstone a souhaité attirer l’attention sur le fait que le concert organisé par le milliardaire Richard Branson contre le président du Venezuela Nicolas Maduro, à la frontière du pays, en février dernier, avait au contraire fait l’objet de très nombreux reportages, parce qu’il correspondait au lavage de cerveaux propagandiste mainstream.

Roger Waters lui-même avait alors violemment éreinté le show de Branson “Venezuela Aid Live”, et il s’est avéré par la suite que les millions collectés à cette occasion pour « la liberté et la démocratie » ont été détournés et engloutis en Colombie par des aides du putschiste pantin des USA Juan Guaido, ainsi que l’avait également rapporté Caitlin Johnstone ici :

 

 

 

Anyone Buying This Venezuela Bullshit Is A Complete Fucking Moron

 

 

 

 

Nos sources :

RT  

https://www.rt.com/news/467881-media-roger-waters-assange/

https://www.rt.com/news/467821-roger-waters-assange-song/

https://www.rt.com/news/467833-pilger-julian-assange-warning/

Russia Insider

https://russia-insider.com/en/media-criticism/pink-floyds-roger-waters-plays-concert-assange-outside-home-office-media-refuse

 

 

 

 

Un peu d’histoire de la musique, pendant qu’on y est  :

(Merci à Pierpaolo Ceccherini de Planck Machine)

 

 

Paroles et traduction de la chanson « Wish You Were Here » par Pink Floyd

 

 

 

 

 

Wish You Were Here (Je voudrais que tu sois ici)

So, so you think you can tell
Alors, alors tu penses que tu peux distinguer
Heaven from Hell
Le paradis de l’enfer
Blue skies from pain
Le ciel bleu de la douleur
Can you tell a green field
Peux-tu distinguer un champ tout vert
From a cold steel rail ?
D’un rail d’acier froid ?
A smile from a veil ?
Un sourire d’un voile ?
Do you think you can tell ?
Penses-tu que tu le peux ?

And did they get you to trade
Et ont-ils réussi à te faire échanger
Your hero’s for ghosts ?
Tes héros contre des fantômes ?
Hot ashes for trees ?
Des cendres chaudes contre des arbres ?
Hot air for a cool breeze ?
De l’air chaud contre une fraîche brise ?
Cold comfort for change ?
Un confort froid pour quelques pièces ?
And did you exchange
Et as-tu échangé
A walk on part in the war
Un rôle de figurant dans la guerre
For a lead role in a cage ?
Contre un premier rôle dans une cage ?

How I wish, how I wish you were here
Comme je souhaiterais, comme je souhaiterais que tu sois ici
We’re just two lost souls
Nous ne sommes que deux âmes perdues
Swimming in a fish bowl
Nageant dans un aquarium
Year after year
Année après année
Running over the same old ground
Courant sur la même terre usée
What have we found ?
Qu’avons-nous trouvé ?
The same old fears
Les mêmes vieilles peurs
Wish you were here
Je souhaiterais que tu sois ici

 

 

 

 

 

Wish you were here a été composée par Roger Waters et David Gilmour pour prendre place dans un album consacré à la profonde déception que s’est avérée être, pour ces jeunes gens aux idéaux meurtris, l’industrie de la musique. Ils l’ont composée pour leur camarade Sid Barrett, qu’ils n’arrivaient plus à atteindre, plongé qu’il était dans la folie. [On a dit que des « amis » de Sid Barrett s’étaient fort divertis à mettre du LSD dans son café, jusqu’à ce qu’il décroche de tout pour s’enfoncer définitivement dans la schizophrénie.]

C’est à lui que la chanson s’adressait alors. S’il n’avait été totalement aliéné, chacun de ces vers lui aurait dit quelque chose. Ce n’est plus à lui que Waters s’adresse aujourd’hui. Pas à Assange non plus. C’est à nous, drogués au LSD de la passivité, de l’indifférence et de la médiocrité.

 

 

 

 

Pink Floyd – Wish you were here – 1975

 

Ceux qui ont l’oreille fine capteront peut-être le violon de Stéphane Grappelli, venu d’un autre studio d’Abbey Road, où il enregistrait lui aussi, donner un coup d’archet en voisin.

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 5 septembre 2019

 

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *