Réveil de Noël

 

James Howard Kunstlerkunstler.com25.12.2020

Traduction : Le Saker francophone

 

 

 

 

Et ainsi, le matin de Noël, après avoir subi les visites nocturnes d’esprits contrariés – ou n’était-ce que l’étrange interaction du Zyprexa et du Zolpidem – Joe Biden s’est réveillé (pour ainsi dire) pour se trouver transformé. Il n’était plus obnubilé par la perspective de devenir président des États-Unis, mais était plutôt convaincu d’être devenu le plénipotentiaire provincial d’une possession chinoise d’outre-mer connue sous le nom de Golden Wok West [L’Occident Éveillé Doré, NdT], où le secrétaire général du PC Chinois, Xi Jinping, peut commander n’importe quel bien pour l’emporter. Quel soulagement, pensa Joe, alors qu’ils apportaient ses médicaments du matin. Voici maintenant un harnais pour un poney d’une autre couleur, pense Joe en avalant ses 5mg d’Haldol.

 

Le vieux Joe s’est couché pendant cette nuit de silence béni, en se disant qu’il allait bientôt devoir répondre à tous ces perdants qui allaient être expulsés de leurs mini-maisons et appartements après un an de non-paiement. Mais non, dans ses rêves, les logements miteux pouvaient maintenant devenir la propriété de l’Armée populaire de libération [armée chinoise, NdT], car cette très belle organisation se préparait à prendre en gestion le marché aux puces autrefois connu sous le nom d’Amérique.

Restait-il quelque chose de valeur ? De quoi nous laisser perplexe ? Les anciens « Yang-kees » [fast-food chinois, NdT] avaient dilapidé tout leur trésor en transformant leur continent en un derby de démolition – six couloirs bordés de magasins de pots d’échappement, de chaînes de magasins et de baraques à frites – et après avoir dilapidé toutes leurs ressources financières, ils empruntaient tellement d’argent que tous les experts-comptables qui ont jamais vécu ne pourraient pas suivre le calcul des intérêts composés même s’ils devaient travailler nuit et jour jusqu’à la fin des temps. En bref, l’auto-démolition de l’Amérique était un fait accompli.

Il ne restait plus à Joe Biden qu’à signer quelques papiers et, peut-être trois fois par semaine, à sortir de sa cave pour sourire et expliquer aux membres enthousiastes des médias curieux pourquoi il préférait le poulet du général Tao au bœuf du Hunan. C’est du moins ce qui a semblé se passer dans le cerveau de Joe Biden le matin de Noël, lorsque le Dr Jill [sa femme, NdT] l’a aidé à aller aux toilettes….

Ensuite, il y a eu le Golem d’Or de la Grandeur, alias le président Donald Trump. Il s’est levé de son lit rococo à Mar-a-Lago sans avoir été molesté par des visites effrayantes, mais plutôt confronté à des décisions assez sombres sur la manière de procéder à une éventuelle prise de contrôle des États-Unis par des agents de la Chine. Ses conseillers ont décidé d’envoyer des marshalls américains et de commencer à arrêter des centaines de personnes soupçonnées d’avoir triché aux récentes élections par le biais de fraudes électorales et de manipulations des machines à voter de Dominion. D’autres conseillers lui ont répondu qu’il pourrait se contenter d’attendre la grande épreuve de force du Congrès le 6 janvier, lorsque le vice-président Mike Pence présiderait l’épineuse question de savoir quelle délégation électorale était digne de présenter ses votes d’une manière ou d’une autre.

Tout cela est une procédure que peu d’Américains comprennent réellement, mais elle suit les passages de la constitution concernant les élections contestées… et elle a déjà été utilisée deux fois auparavant – en 1824 et en 1876 – dans notre histoire désormais longue de fonctionnement en tant que République. Il fallait que les législateurs des différents États clés se fouillent l’âme, car cela semblait défier les chiffres officiels des votes, et donc une certaine idée du fondement démocratique de cette affaire complexe de légitimation du gouvernement. Mais le langage de la constitution leur laissait en fait le choix.

La moitié de la nation hurlait et commençait à brûler ce qui restait à détruire dans les villes appartenant aux maires et aux gouverneurs du Parti Démocrate – qui se contentaient de rester les bras croisés et de les laisser tout casser. Le décret exécutif 13848 de 2018 fournit une justification pour faire face à l’ingérence étrangère dans une élection fédérale (et à ses malheureuses conséquences potentielles, comme les émeutes et les pillages). Ironie du sort, je suis sûr que vous pensez à cela, après que les antagonistes de M. Trump aient faussement utilisé ce même stratagème d’ingérence étrangère en 2016, et l’aient utilisé comme un gourdin pour le frapper à la tête pendant quatre ans. Mais peut-être y a-t-il quelque chose à faire cette fois-ci, et peut-être que la puissance étrangère en question cette fois-ci est la Chine, pas la Russie. Où sont les preuves ? Vous pourriez vous préparer à les voir. Je pense qu’elles arrivent. Cette année a été suffisamment difficile, bien sûr, sans pour autant démolir complètement le peu qui reste de l’esprit de Noël malmené en l’Amérique. Mais ce sera terminé dans quelques heures. Et maintenant que vous avez ouvert vos maigres cadeaux et que vous avez accompli les autres gestes rituels de la fête, l’humeur de la nation passe du repos nerveux à une résolution déterminée de ce scandaleux affront à notre honneur. Êtes-vous prêts ?

 

Source : https://lesakerfrancophone.fr/reveil-de-noel

 

 

 

 

 

Événements US

 

Vous les aurez vu partout.

Notre photo préférée reste celle-ci :

 

 

Moment de flou à la RADA de Washington

 

 

Tout ce qu’on peut en dire, c’est ce qu’en écrivent les analystes US un peu sérieux, à savoir qu’il s’agit plus que probablement d’un « false flag » destiné à discréditer Trump, voire à l’éliminer (y compris physiquement) avec un semblant de raison. Y entraîner de vrais patriotes et de vrais supporters de Trump est l’ABC du métier des false flaggueurs.

Car il est indéniable que ce qu’on appelle « le Deep State » (haut du panier de crabes) crève d’envie de lui réserver le sort de Saddam Hussein ou de Muammar Kadhafi. Non parce qu’il leur ressemble mais parce qu’il a fait peur, quels qu’aient été ses cafouillages et son calamiteux compagnonnage avec le sionisme israélien. Qui continuera sous les autres.

De ces quatre ans d’intermède dans la descente des USA aux enfers, on retiendra la dignité de Melania et sa conception rigoureuse du rôle qui était le sien. Une reine sans pouvoir, mais royale.

 

 

 

 

Un seul commentaire, qui vient de Russie via la France, à moins que ce soit l’inverse :

 

 

Le boomerang des « révolutions de couleur »

 

Boris Guenadevitch Karpov – RusReinfo – 7.1.2021

 

 

 

 

Le boomerang des « révolutions de couleur » revient en pleine figure des américains, et le monde se déclare « horrifié » de l’invasion du Capitole hier par les partisans de Donald Trump. Que ne s’est-il pas déclaré horrifié du Maydan de Kiev, plus récente « révolution orange » fomentée par l’Occident ! Les images des élus américains, ceux-là même qui ont financé depuis des années les interventions, militaires ou clandestines dans le monde, cachés derrière leurs chaises et s’enfuyant à toutes jambes devant des manifestants sinon complètement pacifiques du moins non-armés, sont un véritable régal.

 

Trump voulait que l’Amérique s’occupe enfin de SES affaires et laisse les autres pays tranquilles, la mafia globaliste ne veut pas en entendre parler et l’a donc déclaré comme « l’homme à abattre ». Un déchainement de haine a été orchestré contre le Président américain durant 4 ans par toute la vermine internationaliste. Mais si son bilan économique est indéniablement un véritable succès, qu’a fait Trump durant ces 4 ans pour défendre sa conception de non-intervention dans le monde ? Rien, et bien que durant sa campagne électorale de 2020 il avait promis des tas de choses, comme l’arrestation des « traitres du Deep State » en particulier. Or personne n’a été arrêté, les globalistes ont renforcé leurs positions (l’énorme poids des réseaux sociaux en est un exemple, qui peuvent décider de censurer un Président !) et on en est arrivé à la situation actuelle.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/13125-2/

 

 

 

 

 

En attendant les traductions :

 

 

 

Mind blowing hypocrisy !

Le Saker – Vineyard of the Saker

https://thesaker.is/mind-blowing-hypocrisy/

 

 

Capitol Hill situation

Le Saker – Vineyard of the Saker

https://thesaker.is/capitol-hill-situation-open-thread/

 

 

 

 

 

The Assange saga : Practicing real journalism is criminally insane

Pepe Escobar – The Saker.is – The Asia Times

https://thesaker.is/the-assange-saga-racticing-real-journalism-is-criminally-insane/

https://asiatimes.com/2021/01/assange-saga-real-journalism-is-criminally-insane/

 

 

 

 

America’s Color Revolution

(Analyse d’un homme qui fut vice-ministre des Finances sous Reagan)

Paul Craig Roberts – Vineyard of the Saker – Son propre site – The Unz Review

https://thesaker.is/americas-color-revolution/

https://www.paulcraigroberts.org/2021/01/07/americas-color-revolution-2/

https://www.unz.com/proberts/americas-color-revolution-2/

 

 

 

 

 

I am So Happy for America

Gilad Atzmon – The Unz Review – Gilad online

https://www.unz.com/gatzmon/i-am-so-happy-for-america/

https://gilad.online/writings/2021/1/7/i-am-so-happy-for-america

 

Traduction par Maria Poumier pour Entre la plume et l’enclume :

https://plumenclume.org/blog/651-je-suis-trop-content-pour-l-amerique

 

 

 

 

 

Vergès, reviens, ils sont nuls !

 

 

 

 

 

L’Empire n’en a pas fini avec Julian Assange

 

Chris Hedges – L.G.S. – 6.1.2021

 

 

Illustration pour ScheerPost par Mr. Fish

 

 

Comme le montre clairement les mémoires de l’un de ses avocats, Michael Ratner, la fin a toujours justifié les moyens pour ceux qui réclament sa persécution globale.

 

Peu après la publication par WikiLeaks des journaux de guerre irakiens en octobre 2010, qui ont documenté de nombreux crimes de guerre américains – y compris des images vidéo de la mort de deux journalistes de Reuters et de dix autres civils non armés dans la vidéo Collateral Murder, la torture systématique de prisonniers irakiens, la dissimulation de milliers de morts civils et le meurtre de près de 700 civils qui s’étaient approchés de trop près des postes de contrôle américains – les éminents avocats des droits civils Michael Ratner et Len Weinglass, qui avaient défendu Daniel Ellsberg dans l’affaire des Pentagon Papers, ont rencontré Julian Assange dans un studio du centre de Londres, selon les mémoires de Ratner « Moving the Bar« , récemment publiées.

Assange venait de rentrer à Londres de Suède où il avait tenté de créer le cadre juridique nécessaire pour protéger les serveurs de WikiLeaks en Suède. Peu après son arrivée à Stockholm, ses cartes bancaires personnelles ont été bloquées. Il n’avait pas accès à des fonds et dépendait de ses partisans. […]

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/l-empire-n-en-a-pas-fini-avec-julian-assange.html

 

 

 

 

Il n’aurait jamais dû faire de doute pour personne que le « procès » d’Assange, et toutes les accusations calomnieuses portées contre lui, n’ont jamais eu pour but l’établissement d’une quelconque vérité ni la poursuite de même un semblant de justice. Il s’est toujours agi et il s’agit plus que jamais d’écraser un homme dont la parole doit être niée et l’existence effacée. Depuis bien avant qu’il se réfugie à l’ambassade d’Équateur, son sort était fixé, et c’est celui d’Andreas Baader et d’Ulrike Meinhof. Le nouveau POTUS démocrate (hihi) ne l’a-t-il pas qualifié de « terroriste technologique » ?

Le défendre devant la mégère anglaise ne faisait que prolonger son martyre. Tout, dans ce qu’a dit et fait l’emperruquée le crie : les USA veulent sa mort et l’annihilation de sa mémoire, mais ils ne veulent pas de ses restes chez eux. Ils veulent que leur toutou britannique se charge du travail salissant et balaie les restes sous son tapis. D’où la préparation du public à un Julian Assange à l’esprit détraqué qui va se suicider pour échapper aux conséquences de ses méfaits ou de sa maladie mentale au choix. Comme le toutou allemand l’a fait pour Baader, Meinhof et quelques autres, connus ou inconnus du grand public. On ne sort pas vivant des prisons occidentales quand on a fait trembler les nazis occidentaux (dont les Israéliens font partie).

On est navré de devoir le dire, mais tout ce qu’ont fait les défenseurs et les partisans de Julian n’a jamais  servi et ne servira jamais à rien, qu’à réconforter leur conscience.

Il ne fallait pas défendre Assange, il fallait accuser, ATTAQUER, ses bourreaux., qui sont les seuls vrais criminels C’est ce qu’aurait fait, c’est ce qu’a toujours fait Jacques Vergès.

Certes, la plupart de ses grandes affaires, il les a perdues (l’en a-t-on assez brocardé) . Il les a perdues parce que ceux qu’il a défendus avaient été condamnés d’avance. Mais il les a surtout perdues parce qu’il a toujours été seul. Si toutes les belles âmes qui se drapent dans leur respect du droit et leurs gémissements sur l’effronterie des assassins avaient eu un minimum de courage (Melle Bardot dirait « des couilles »), il y a longtemps que Georges Ibrahim Abdallah ne pourrirait pas honteusement (pour nous tous) dans sa geôle – 37 ans aux prunes – alors qu’il a, rappelons-le, fini de subir sa peine déjà injuste en 1999 : soient 22 ans d’emprisonnement arbitraire en plus par fait du prince. De plusieurs, en ribambelle.

Pour tenter de se blanchir un peu, « on » (principalement les merdias) a reproché à l’avocat sans peur d’avoir défendu Barbie. Klaus Barbie n’était pas un enfant de chœur, très loin de là, mais ceux qui l’ont kidnappé pour lui faire un procès destiné à servir leurs propres intérêts, l’ont dépassé dans l’ignominie.

Ainsi donc, pour Assange comme pour les autres, la « défense de rupture » était la seule qui eût une chance de l’emporter, comme déjà dans la guerre d’Algérie. Et ce ne sont pas ceux que Vergès a ainsi défendus et qui ont subi des peines souvent horribles qui le lui ont reproché. Répétons-le au risque de nous faire très mal voir : ceux qui se prétendent les partisans et défenseurs d’Assange ne l’ont pas défendu comme tout exigeait qu’il le fût. Le jour où il mourra, lui, sa femme et leurs enfants n’auront personne à remercier.

Quand on défend un être en danger sans aller jusqu’au bout, on le fait pour sa gratification personnelle, pas pour le sauver en y mettant le prix.

Oui, oui, oui ! Il fallait faire ce qu’a toujours fait Vergès, et il fallait le faire en masse. Assange mourra suicidé dans le dos comme tant d’autres, et tout le monde le sait. Alors, arrêtons de nous branler.

Théroigne

 

Rappels :

 

Manifestation pour Georges Ibrahim Abdallah

 

 

 

 

Me Vergès manifestant, peu avant sa mort, devant la prison de Lannemezan.

 

 

 

 

 

Reste du monde

 

 

 

 

Les catastrophes naturelles les plus dévastatrices de l’année 2020

 

Les journalistes ont baptisé 2020 année des catastrophes. Selon eux, c’est la pire du XXIe siècle : des cataclysmes et des catastrophes se sont produits tous les mois.

 

Voir le diaporama :

https://fr.sputniknews.com/photos/202012291044994171-catastrophes-naturelles-2020/

 

 

 

 

D’importantes inondations se sont produites en juillet dans plusieurs pays d’Asie du Sud. En Chine, 140 millions de personnes sont mortes ou ont disparu dans 27 provinces. Au Bangladesh, plus d’un tiers du territoire a été inondé en raison des pluies de la mousson.

 

Selon le rapport de l’organisation caritative Christian Aid, cité par le journal britannique The Guardian, les catastrophes naturelles ont coûté la vie à « au moins 3.500 personnes », en ont contraint plus de 13,5 millions à quitter leur domicile et les dommages matériels se sont élevés à 150 milliards de dollars, dépassant les chiffres de 2019. [Ah, les merdias… Ah, le factchecking…]

 

 

 

Sur la photo: village inondé de Sunamganj, au Bangladesh.

 

 

Vous avez bien lu :

« En Chine, 140 millions de personnes sont mortes ou ont disparu dans 27 provinces. »  [3.500 dans le monde entier, pour The Guardian, ah, les merdias, ah le factchecking !]

Et nous risquons même d’attraper la grippe.

 

 

 

 

 

Chine, puisqu’on y est

 

Un grand Bruno GUIGUE !

 

Jack Ma va-t-il sarcler les pommes de terre ?

 

Bruno Guigue – L.G.S. – 8.1.2020

 

 

 

 

Le 5 janvier. Marianne : « « Disparition » de Jack Ma, fondateur d’Alibaba ». Business : « Le milliardaire chinois Jack Ma, fondateur d’Ali Baba est porté disparu ». RMC : « Chine : Jack Ma, un des hommes les plus riches de la planète a disparu depuis plus de deux mois ». TMC (Le Quotidien) : « Où est passé Jack Ma, le patron d’Alibaba ? Une alerte enlèvement inquiète le monde entier : celle de Jack Ma ». Les Echos : « La spéculation enfle sur le sort de l’invisible Jack Ma ».

Le 6 janvier. RFI : « Chine : comment expliquer la « disparition » de Jack Ma, fondateur d’Alibaba ? ». France Info : « Chine : disparition du milliardaire Jack Ma ». France Inter : « Où est passé Jack Ma ? ».

Le 7 janvier. « Le Journal du Dimanche : « Mais où est donc passé Jack Ma, le fondateur du géant chinois Alibaba ? ». The Cointribune : « Jack Ma a-t-il été Kidnappé par la Mafia Bancaire ? ».

LGS.

[Ajoutons-y quelques merdias belges : « 7 SUR 7.be : La mystérieuse disparition de Jack Ma » ; « rtbf.be : Chine : Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, absent de la scène publique depuis fin octobre » ; « lalibre.be : Malgré la mystérieuse disparition de son fondateur, Alibaba poursuit ses travaux à Liège » ; lameuse.sudinfo.be : Alibaba : “Jack Ma a dit qu’il était à Liège pour 102 ans !” ; etc. etc.]

LGO. Rien n’a changé depuis Coluche

 

 

Avec cette belle unanimité qui la caractérise, la presse pluraliste du monde civilisé nous invite désormais à pleurer sur le sort de Jack Ma, célèbre milliardaire mystérieusement disparu. Le malheureux homme d’affaires va-t-il reparaître un jour, ou sombrer dans les oubliettes d’un régime totalitaire prêt à tout pour asseoir sa domination ? Va-t-il finir dans un camp de concentration, triste compagnon d’infortune des pauvres Ouïghours qui n’ont pas encore été mangés tout crus ?

Est-il en train de sarcler les pommes de terre dans une exploitation agricole, de manier la pelle à charbon dans une centrale thermique, ou bien, peut-être, de se préparer une infusion de chrysanthème dans une obscure maison de retraite pour capitalistes récalcitrants ?

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/jack-ma-va-t-il-sarcler-les-pommes-de-terres/

 

 

 

 

L’actualité du coronacovid en irrésistible ascension-essaimage exponentiel est si dense qu’il nous faudra bien un autre post pour en relever les points les plus saillants. Une apocalypse à la fois !

 

 

 

 

Pour vous aider à prendre patience :

 

Rapport de fin d’année 2020 de la société satanique mondiale

 

Dmitry OrlovClub Orlovvia Le Saker francophone – 30.12.2020

 

 

 

 

 

Chers amis satanistes, chers invités, Mesdames et Messieurs ! L’année 2020 a été une année phare pour notre société et pour Sa Majesté satanique ! [Applaudissements]

Notre principale réussite en 2020 a bien sûr été de confiner la moitié de la planète en mettant en scène un virus respiratoire pas trop dangereux, sauf pour les personnes âgées et les gens déjà malades, avec l’aide du sous-fifre satanique Tedros Adhanom Boutros-Boutros-Boutros Ghebreyesus de notre organisation affiliée, l’Organisation Mondiale de la Santé. Cela nous a permis de mettre en œuvre de manière proactive une démolition contrôlée de l’économie mondiale. Elle est susceptible d’enrichir considérablement nos membres, alors que l’inévitable effondrement spontané nous aurait anéantis. [Applaudissements enthousiastes, cris de « Bravo ! »]

 

Nous ne devons cependant pas nous reposer sur nos lauriers ; le stratagème du virus cessera de fonctionner pour nous à un moment donné. Nous ne voulons pas nous retrouver dans la situation d’un Boutros-Boutros-Boutros qui a crié au loup une fois de trop ! Le battage médiatique se dissipe déjà. L’utilisation du terme « lockdown » est malheureuse ; après tout, c’est de l’argot carcéral américain pour indiquer l’enfermement des détenus dans leurs cellules. De plus, ces satanés Russes semblent avoir développé leur Sputnik V, un vaccin qui fonctionne réellement. Maintenant, tout le monde semble le vouloir au lieu de nos potions toxiques et destructrices de fertilité préférées. Pourtant, cela a fait couler des larmes de joie sur le visage de nombreux satanistes qui ont vu des millions de personnes porter des masques faciaux et se tenir à 1,5 mètre les unes des autres, comme dans l’excellent film de Stanley Kubrik « Eyes Wide Shut » avec Tom Cruise et Nicole Kidman. [Regards confus ; quelques rires étouffés, quelques applaudissements]

Lire la suite…

Source : https://lesakerfrancophone.fr/rapport-de-fin-dannee-2020-de-la-societe-satanique-mondiale

 

 

 

Post Scriptum :

Une de nos lectrices nous signale avoir laissé un commentaire à SUITE ET NON FIN et elle ne le voit pas. Nous non plus.

Chère Sémimi, c’est pas nous, c’est WordPress. On ne sait pas à quoi ils jouent. On va demander (si on y arrive).

Toutes nos excuses.

L.G.O.

Mis en ligne le 8 janvier 2021

M. à J. le 9.1.21 pour l’article de Gilad Atzmon

 

 

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *