ÊTRE A-T-IL RAISON D’ÊTRE ?

 

Anatole Atlas – spherisme.be – 2.6.2019

 

 

 

 

L’Être est ET n’est pas ; l’État existe OU n’existe pas.

« L’État, c’est l’État », proclame l’État pour justifier sa guerre contre l’Être : aujourd’hui, le massacre des populations du Yémen par les armes françaises et l’agression programmée de l’Iran par l’axe Jérusalem-Washington-Riyad, avec l’appui de l’Europe.

Depuis l’humanisme de la Renaissance, en passant par les Lumières, le processus de la modernité conduisait à un dépassement dialectique du capitalisme. S’il s’agissait bien sûr d’une vue de l’Esprit — lequel baptisa « communisme » cette hypothèse — n’était-ce pas la plus haute vue de l’Esprit de tous les temps, prétendant réaliser liberté égalité et fraternité ?

N’était-il pas des plus légitimes pour l’humanité de concevoir, outre l’au-delà métaphysique, un au-delà historique ?…

L’ironie de l’histoire voulut que se revendiquât du « matérialisme » cette vue de l’Esprit, quand le prétendu « idéalisme » philosophique sous-tendait un capitalisme qui ne fut jamais rien d’autre que vue de la matière ayant la plus-value pour ultime idéal, où toute Parole est soumise à la Valeur…

Ce processus révolutionnaire fut stoppé par trois contre-révolutions, ayant disposé de moyens matériels incommensurables pour s’imposer :  fascisme/nazisme ; social-démocratie ; néo-libéralisme ; les trois idéologies ne se combinant qu’en feignant de s’opposer…

L’éradication de toute conscience historique est au coeur de ces trois régressions qui éliminent la conflictualité démocratique, donc les contradictions dialectiques à l’oeuvre dans l’histoire, pour ne laisser plus subsister que pré- et post-modernismes, symbolisés par l’axe Jérusalem-Washington-Riyad.

Le sujet de l’histoire humaine est la Parole ; son objet, la Valeur.

Entre le « Je » des sujets doués de parole et le « Il » des objets investis d’une valeur, se déploie le « Tu » des relations intersubjectives. Celles-ci pourraient se déployer de manière universelle, grâce à la conscience de cette conjugaison, si les instances psychiques n’étaient tenues séparées par une dictature de valeur d’échange et travail mort sur valeur d’usage et travail vivant : la définition même du capitalisme, où les êtres doués de parole sont des marchandises déterminées par leur valeur…

Énonçant cette subjugaison de la Parole par la Valeur, je traduis en langage pour demain les constats anciens de Marx et de Rimbaud.

Si l’exote exprime ce que nul ne veut entendre, ce n’est pas pour le plaisir de déplaire, mais par nécessité vitale de nager à contre-courant de chutes idéologiques plus puissantes que celles du Niagara…

Celles-ci prétendent : inutile d’essayer, ce n’est pas possible. Je réponds : j’appartiens au cycle des eaux qui m’appellent vers les nuages. Tel est le pouvoir de la dimension symbolique. Même si nul ne veut l’entendre, la Parole se rit de la Valeur, le qualitatif du quantitatif, l’infini du fini quand le fini prétend à l’infini, le quantitatif au qualitatif ; et que la Valeur croit pouvoir fabriquer à son gré des ersatz de prophètes et de philosophes, d’artistes et d’écrivains, s’appropriant toutes les modalités de la Parole.    

Hegel, dans sa Phénoménologie, prévoyait un avènement de l’Esprit qui ne pouvait manquer d’accomplir les virtualités propres à la dialectique du maître et de l’esclave, dans un  processus historique d’émancipation favorable aux classes opprimées. Cette fable s’écroule aux yeux des contemporains, davantage instruits par magazines déguisés en livres et séries télévisées, que par tous les penseurs depuis l’Antiquité…

Dans l’ère post-moderne, après la post-philosophie lancée voici quarante ans par BHL et Glucksman, l’universel pouvoir de cette Bête Sauvage à quoi le même Hegel comparaît un marché non jugulé, fait triompher post-art de Jeff Koons, post-littérature de Houellebecq, post-politique de Killer Donald et Baby Mac. Sans oublier la relève assurée par le rejeton Glucksman (comme son père agent de Central Intelligence), dont la seule existence comme leader de « la gauche », encouragée par un silence de mort de l’intelligentsia, signifie complicité veule et couarde avec le pire.

Contre la vaine illusion d’un quelconque devenir historique pour classes et races damnées, classes et races élues fixent le réquisit exigé de tout ce qui fait commerce de signes : insignifiance et absence de sens. Les carrières sur estrades, podiums et plateaux, n’ont d’autre choix qu’obéir.

Qui peut-il être assez superstitieux pour croire à l’existence de cette chimère omnipotente, omnivoyante et omnisciente, qu’un prophète biblique égaré dans le XIXe siècle et se réclamant de Hegel avait cru bon de baptiser Kapital, posant par un tel geste les fondations du Goulag ? Cette nébuleuse entité fut-elle jamais davantage aperçue que Yahvé ? Ne voit-on pas d’autre part les prolétaires se métamorphoser en start-upers, et les miracles de la technologie, libérant partout  les anciens esclaves, remplacer la notion surannée de travail ?

La pertinence d’un tel schéma théorique s’est définitivement imposée, sans possibilité de remise en question, la vieille dialectique ayant assuré aux classes dépossédées l’illusion d’un « Principe Espérance »  étant jetée au rebut. Toute dynamique historique appartient aux propriétaires !…

Les agents médiatiques de la tour Panoptic furent donc unanimes pour saluer la ruée des électeurs européens vers les mâchoires nouvelles au service du personnel politique de Kapitotal. Un clivage obsolète entre « gauche » et « droite » suggérait encore quelque antagonisme d’un autre âge entre capital et travail. L’Europe nouvelle, fidèle à sa devancière du Reich, abolit d’aussi stériles et artificielles conflictualités. Le mythe de la lutte des classes a vécu, remplacé par la seule division sociale qui vaille en démocratie : celle entre progressisme et conservatisme…

Si tout ce qui s’apparente à Hegel ou à Marx illustre le conservatisme, nul ne représente mieux le progressisme depuis cinquante ans qu’un Cohn-Bendit. À lui seul, il incarne Kapitotal et la tour Panoptic.  

L’exote rétorque pourtant que, sans une catégorie de la médiation, dont l’invention est une nécessité historique, même si les formes de sa réalisation sont contingentes, le capitalisme constitue une contradiction antagonique. Il ne doit son apparence de légitimité qu’à la forclusion de la logique formelle d’Aristote et de la dialectique socratique ; lesquelles, associées, constituèrent un  » matérialisme historique et dialectique  » sans doute éminemment critiquable, mais à ce jour jamais réfuté  …

Les intérêts de Kapitotal sont, par nécessité logique, opposés à ceux de la force de travail : extrême accumulation de richesses à un pôle et extrême accumulation de misères à l’autre pôle est une loi ne pouvant être contredite. Comme osait l’avouer Warren Buffett, la lutte des classes ne peut ne pas être ; ajoutant que sa classe avait triomphé.

Les formes du combat, quant à elles, sont contingentes. Occulter cette articulation – fonction de la tour Panoptic – revient à fermer la catégorie du possible, donc d’un devenir historique : territoire de la dialectique, résumée par Antonio Gramsci dans la formule « Théorie de la Praxis »…

Un tel processus a pour unités de mesure les siècles. Ses ingrédients furent analysés par Georg Lukacs dans Histoire et conscience de classe, livre jeté aux ordures par les mêmes agents qui consacrèrent champion de la pensée du XXe siècle Heidegger, l’idéologue du nazisme.

Le sens unique imposé par crime organisé, finance et gouvernement planétaire fusionne anciennes logiques opposées du sommet de la pyramide et de ses bas-fonds, dans une putréfaction de l’histoire qui fait planer un parfum de cadavre jusqu’en Atlantide…

A l’heure d’une crise de la Parole et de la Valeur insoluble dans et par la pyramide capitaliste,  Il n’est d’autre issue que d’accéder à la Sphère.

Anatole Atlas

www.spherisme.be

 

 

 

 

On ne lit jamais trop !

 

Georg Lukacs, Kostas AXELOS

Histoire et conscience de classe

Éditions de Minuit ; Éd. Nouv. éd. augm. (1974)

Collection : Arguments

417 pages

 

Georg LUKACS

La destruction de la raison : De l’après-Nietzsche à Heidegger et Hitler

Préface de Domenico LOSURDO

Editions Delga (2017)

Collection : Philosophie

465 pages

 

 

 

 

Le 8 juin 2019

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *