La guerre de Churchill : histoire vraie de la IIe Guerre mondiale

 

Paul Craig Roberts – Official Homesite – 19.4.2020

 

 

 

 

NOTE : Une personne plus familière que moi avec les souffrances  endurées par Irving du fait des sionistes m’écrit :

Le fait important, en ce qui concerne l’appauvrissement total d’Irving vient de ce qu’Irving a intenté un procès à Deborah Lipstadt pour avoir affirmé que lui, Irving, était un « négateur de l’Holocauste ». Dans son innocence et/ou sa naïveté, il pensait que la position universitaire qu’il avait adoptée était suffisamment distincte du « révisionnisme de l’Holocauste » et qu’il pouvait à bon droit refuser d’accepter l’étiquette de « négateur ». Dans le système judiciaire britannique, le perdant de ce type de procès (en diffamation) est condamné à payer les frais des deux parties. Lipstadt avait le soutien de tous les sionistes de Grande Bretagne ET, chose essentielle, c’est la Cour qui décide ce que signifient des phrases comme « négateur de l’Holocauste ». Irving avait contre lui tout le poids de l’establishment sioniste et, en outre, pour des raisons impossibles à comprendre, il a choisi de se représenter lui-même. Vu le pouvoir du sionisme, le résultat était réglé d’avance. Les frais de Lipstadt, qui comprenaient la rétribution d’une ribambelle d’« experts » internationaux, suffisaient largement à ruiner Irving. La naïveté, en l’occurrence, fut désastreuse. Encore un grand historien détruit par « la machine ».

 

 

Tous ceux qui disent la vérité sont accusés, poursuivis, et finissent par être détruits. La vérité sert rarement l’Ordre du Jour des intérêts puissants.

 

L’historien, entre tous, dont vous pouvez attendre la vérité sans fard sur la IIe Guerre mondiale est David Irving.

Sur la jaquette des livres d’Irving, la question est posée : « Qu’est-ce que l’histoire véritable ? »

La réponse est que l’histoire véritable est celle qui va en droite ligne de celui qui fait l’histoire aux documents qui en témoignent, et de ces archives au livre de l’historien, sans apport politique extérieur ni préjugés universitaires ou patriotiques.

Hitler‘s War, d’Irving [« La guerre de Hitler », inédit en français, NdT] a été publiée en 1977. Irving est un archéologue qui, en creusant dans l’Histoire, a découvert et exhumé des documents et des archives inconnus jusqu’à lui. Il laisse le dossier factuel raconter l’histoire. C’est un homme exact et scrupuleux, qui ne courtise pas les puissants. Le Conseil des Représentants des Juifs Britanniques en a dit : « Le livre a fait l’objet d’une recherche minutieuse… Il confirme la réputation d’Irving comme étant celle d’un des chercheurs les plus rigoureux du monde et d’un historien aussi passionnant qu’éminemment lisible. »

Le premier volume de Churchill’s War [« La guerre de Churchill », également inédit en français, NdT], d’Irving a été publié en 1987. Le deuxième volume en 2001. On attend le troisième et dernier volume.

Ces travaux surpassent de très loin toutes les précédentes histoires de la guerre et tous les comptes-rendus des Ordres du Jour et des événements qui ont produit cette guerre. Ce qui motive Irving n’est pas la recherche des bonnes grâces des gens en place.

Irving ne recherche pas les faveurs du pouvoir, ni à flatter notre vertueuse auto satisfaction de vainqueurs, en diabolisant l’adversaire pour nous faire plaisir, et il ne cherche pas non plus à régler des comptes personnels, idéologiques ou politiques. Il laisse ceux qui ont fait l’histoire parler pour eux-mêmes, avec leurs propres mots, et l’histoire qui en résulte est rarement plaisante.

Les livres d’Irving se sont vendus à des millions d’exemplaires ec’était un homme financièrement, très à l’aise. Mais il a buté sur les sionistes, assez curieusement pour avoir rapporté de vraies atrocités commises contre les juifs, mais des atrocités qui différaient de l’histoire officielle de l’Holocauste. Il a bien rendu compte d’une espèce d’holocauste, mais pas de celui qui a la faveur des sionistes. Si j’ai bien compris, des sionistes furieux et pleins aux as ont usé de tactiques immorales et l’ont entraîné dans des procès, qui, en le forçant à se défendre,  ont fini par le ruiner. Pas étonnant que la plupart des historiens choisissent de lécher les bottes des puissants en validant leurs affirmations et leurs prétentions. La fausse histoire qu’ils écrivent leur sert d’auto-protection, à la manière d’un gilet pare-balles.

J’ai rendu compte en son temps de Hitler’s War et du premier volume de Churchill’s War, dans celui de mes articles qui a eu le plus de lecteurs : https://www.paulcraigroberts.org/2019/05/13/the-lies-about-world-war-ii/. Comme j’y citais Irving, selon qui des juifs avaient été tués, mais de façon empirique, non planifiée, des sionistes se sont précipités sur ma biographie Wikipedia, déjà si mal en point, pour m’attribuer les mots d’Irving et m’étiqueter dans la foulée « négateur de l’Holocauste ». Quand je me suis plaint de la falsification, ils se sont débarrassés de moi en répondant que je n’aurais pas cité Irving si je n’avais pas été d’accord avec lui. Autrement dit, si vous faites le compte-rendu d’un livre en citant ce qu’y dit l’auteur, cela signifie que vous êtes d’accord avec lui. Je ne suis pas qualifié pour être d’accord ou en désaccord avec Irving. À la vérité, il y a bien peu de gens qui le soient.

Les gens, dans le monde occidental, sont endoctrinés depuis 75 ans par une histoire en blanc ou noir de la IIe Guerre mondiale, qui exonère les « alliés » de tout et diabolise à la fois Hitler et l’Allemagne. Si vous osez dire aux gens – particulièrement à ceux qui sont âgés, c’est-à-dire dont la mémoire de la guerre a été formatée par la propagande de guerre, que les « alliés » ont été d’aussi mauvais ou de pires criminels de guerre que les Allemands, l’enfer se déchaînera sur votre tête imprudente. Il faut pourtant que ce soit fait, parce que la façon dont nous nous voyons nous-mêmes est le reflet des récits imaginaires qui nous ont été inculqués. C’est de l’histoire fabriquée que provient l’opinion  que nous, Américains, et notre pays, sommes exceptionnels et indispensables, et que ces traits justifient l’hégémonie de Washington sur le monde. Notre destruction totale ou partielle de sept pays au XXIe siècle, notre retrait des accords de non-prolifération des armes nucléaires, notre dangereuse diabolisation de pays militairement puissants tels que la Russie et la Chine, sont le produit de notre pharisaïque satisfaction de nous-mêmes. Bien sûr, tous les Américains ne partagent pas cette haute  opinion d’eux-mêmes, mais tout cela est à la base des politiques étrangères des Démocrates et des Républicains. Même la gauche ou ce qu’il en reste croit en la guerre pour « renverser les dictateurs » et « apporter la démocratie et les droits de l’homme ».

Dans ce qui suit, je ne vais pas essayer de faire la critique du 2e volume d’Irving sur Churchill. Je vais plutôt rendre compte des découvertes que les documents lui ont fait faire, découvertes qui seront des informations toutes nouvelles pour la plupart des lecteurs. Mais, d’abord, un avant-propos.

Ce n’est pas Hitler qui a déclenché le IIe Guerre mondiale. C’est l’Angleterre et la France qui l’ont fait par une déclaration de guerre à l’Allemagne. Hitler ne voulait pas d’une guerre avec l’Angleterre et la France et il a essayé de l’éviter, puis d’y mettre fin par un traité de paix très favorable à la Grande Bretagne et à la France. Hitler considérait l’Empire britannique comme essentiel à la survie de la domination européenne. Il a promis à Churchill, en échange d’une fin des hostilités, que l’Allemagne défendrait l’Empire Britannique par les armes partout où il serait en danger dans le monde. Hitler a laissé une grande partie de la France et l’Afrique du Nord inoccupées. Il a laissé la flotte française aux mains des Français.

Le but de Hitler était de restaurer l’intégrité de la nation allemande, qui avait été démembrée, et dont de grandes parts avaient été allouées à la Tchécoslovaquie, à la Pologne, au Danemark et à la France par le Traité de Versailles, lequel avait été imposé à l’Allemagne, à l’issue de la Ière Guerre mondiale, au moyen d’une politique de famine. Les Allemands, dans les territoires donnés à la Tchécoslovaquie et à la Pologne, étaient persécutés et assassinés. Hitler n’avait pas d’autre choix que d’essayer d’y faire quelque chose. Il a récupéré des territoires allemands de la France, de la Tchécoslovaquie et du Danemark sans guerre. On aurait pu s’attendre à quelque chose de semblable en Pologne, sauf que les Britanniques s’en sont mêlés. Ils ont donné à la dictature politique polonaise la « garantie » qu’ils viendraient au secours de la Pologne, si la Pologne refusait les exigences de Hitler. En conséquence, la dictature polonaise a rompu les négociations en cours avec l’Allemagne. L’Allemagne et l’Union Soviétique ont alors partagé la Pologne entre eux.

La garantie donnée obligeait « l’honneur  » des Britanniques à déclarer la guerre à l’Allemagne mais pas à l’Union Soviétique, et les malheureux Français ont été entraînés à leur suite.

Les Britanniques comptaient sur la « puissante armée française » et ont envoyé une force expéditionnaire, qui a été rapidement prise au piège à Dunkerque, où Hitler l’a laissée aller, pensant qu’un acte de magnanimité et son refus d’humilier les Anglais mettrait fin au conflit. Mais Churchill a dissimulé l’offre excessivement généreuse d’Hitler au peuple britannique et à son Parlement. Churchill avait voulu la guerre et travaillé dur pour l’avoir, et au moment où il avait une chance de répéter le commandement militaire de son grand ancêtre, le duc de Marlborough, il avait bien l’intention de garder sa guerre.

L’Europe une fois passée sous le contrôle de Hitler, Churchill a commencé à travailler encore plus dur pour entraîner les USA dans cette guerre. Tout au long de ces événements, le président Roosevelt avait prodigué à Churchill toutes sortes d’encouragements, mais sans jamais promettre un plan d’action défini de l’Amérique. Roosevelt souhaitait que la Grande Bretagne fasse la guerre. Il savait qu’elle ruinerait( la Grande Bretagne et la placerait économiquement dans les mains de Washington, juste ce qu’il fallait pour que les USA arrivent à briser le système des préférences commerciales qui permettait à la Grande Bretagne de contrôler le commerce mondial. Il savait que cette guerre détruirait l’Empire Britannique, détrônerait la livre anglaise et la remplacerait par le dollar. Roosevelt était un ennemi de l’impérialisme, mais pas de celui des États-Unis. Du point de vue de FDR, la IIe Guerre mondiale était l’occasion rêvée d’une attaque sur les préférences commerciales anglaises, colonne vertébrale de l’Empire Britannique.

Churchill a donc eu sa guerre, qui a coûta à la Grande Bretagne son empire, et Roosevelt a remplacé l’Empire Britannique par un Empire Américain. Il n’a pas payé très cher cette victoire : à peu près 300.000 hommes sont morts au combat. Pour battre l’Allemagne, la Russie a perdu plus ou moins 9 millions de soldats au combat et 26 millions de personnes en tout.

Après que les Russes aient eu arrêté l’offensive allemande, la guerre aurait pu prendre fin, mais FDR et Churchill avaient décidé d’une politique jusqu’au-boutiste et voulaient une capitulation inconditionnelle de l’Allemagne. Ils ont ainsi menotté la politique étrangère alliée à deux années supplémentaires de morts et de destructions.

Comme l’a dit Pat Buchanan, ce fut La Guerre Inutile. La guerre a pavé la route de Churchill vers le pouvoir et celle de Washington vers l’Empire. https://www.amazon.com/Churchill-Hitler-Unnecessary-War/dp/B001FVJH84/

Le 2e volume commence en 1941. Irving a retrouvé et exhumé une infinité de documents qui permettent une meilleure compréhension de la guerre. Mais beaucoup de documents officiels sont toujours sous scellés et beaucoup ont été détruits. Les efforts, pour empêcher que la vérité se fasse jour, persistent 75 ans après la fin de la guerre. Le secret sert à cacher des crimes

Source : https://www.paulcraigroberts.org/2020/04/19/churchills-war-the-real-history-of-world-war-ii/   

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-guerre-de-churchill/

 

 

 

 

Mai 2020

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *