La loi de Lady Dorrian

 

publié dans Wings Over Scotland, par Rev. Stuart Campbell, 30 juillet 2021.

 

 

 

 

Pour éviter tout doute, ce site ne croit pas que la deuxième plus haute juge d’Écosse, Lady Leeona Dorrian, soit corrompue.

Il ne croit pas non plus qu’elle agisse sur ordre du gouvernement écossais ou du Premier ministre…

… même si l’on sait que Lady Dorrian souhaite succéder à Lord Carloway en tant que juge le plus ancien du pays lorsqu’il quittera ses fonctions dans un avenir proche et que ce poste – Lord President of the Court of Session – est offert par le Premier ministre.

(Mais…)

 

Ce que ce site croit, c’est qu’elle agit par parti pris. Lady Dorrian est connue pour vouloir se passer de jurés dans les procès pour agression sexuelle, et nous pensons – en nous basant sur l’observation de sa conduite pendant le procès de Craig Murray et sur son investissement émotionnel apparent dans l’affaire – que c’est parce qu’elle appartient au groupe non négligeable de personnes qui pensent fondamentalement que tous les acquittements dans de tels cas sont erronés, et qu’en substance tout homme accusé de viol ou d’agression sexuelle est automatiquement coupable du simple fait d’avoir été accusé, au motif qu’aucune femme ne mentirait jamais sur une telle chose.

(Ou, plus effrayant, qu’une petite minorité d’accusatrices ment effectivement, mais que les fausses condamnations ou les vies ruinées de quelques hommes sont un prix à payer).

Ses actions, cependant, en emprisonnant Craig Murray pendant huit mois pour un crime (appelé « identification par puzzle (recoupements)) » qui est désespérément mal défini et pour lequel personne n’a jamais été emprisonné auparavant dans toute l’histoire du monde, risquent de faire plus pour saper les droits des femmes alléguant une agression sexuelle qu’aucun individu ne l’a jamais fait auparavant.

Craig Murray va en prison sans avoir pu bénéficier d’un jury, sans s’être vu refuser le droit fondamental de faire appel, et, ce qui est le plus remarquable, sans savoir qui il aurait identifié et comment. Dans une circonstance extraordinaire, plus digne d’un roman de Franz Kafka, à aucun moment on ne lui a dit spécifiquement qui il a « identifié » ou comment, ni pourquoi il est la seule personne tenue responsable de la construction de ce qui est apparemment et oxymoriquement un « puzzle » d’une seule pièce. Ce n’est que dans les cas graves de terrorisme que les principes les plus élémentaires du droit et de la justice sont normalement mis de côté avec un tel abandon.

Et au nom de qui cela s’est-il produit ? Les plaignants dans l’affaire Alex Salmond étaient tous soit des conspirateurs, soit des menteurs, soit les deux. Bien qu’elles aient bénéficié de ressources inimaginables pour des femmes ordinaires et de tout le poids de l’État, un jury majoritairement féminin a rejeté chacune de leurs plaintes.

(Pouvez-vous honnêtement imaginer qu’une personne alléguant qu’un homme a un jour « piqué » ses cheveux bouclés dans un ascenseur en présence d’autres personnes aille à la police et soit prise au sérieux, au point que l’affaire se retrouve devant la plus haute cour d’Écosse) ?

Il est matériellement inéluctable qu’au moins certains des témoins – notamment la femme H – mentaient délibérément et sciemment, et pourtant aucune enquête pour parjure n’a été ouverte, ce qui contraste fortement avec les millions de livres sterling d’argent public et les centaines d’heures de travail de la police qui ont été gaspillées pour essayer de prouver que Salmond avait brièvement touché la jambe de quelqu’un pendant un voyage de 60 secondes à l’arrière d’une voiture.

Alex Salmond a été blanchi par le tribunal de toutes les accusations, c’est un homme innocent.

Mais l’apparente détermination obsessionnelle de Lady Dorrian à protéger même les conspirateurs et les parjures de toute conséquence a conduit à une conclusion inéluctable et grave.

[68] Une caractéristique notable des déclarations sous serment est l’accent mis à plusieurs reprises par le défendeur sur l’absence d’une ordonnance du tribunal avant le 10 mars 2020, ce qui signifie que s’il avait voulu identifier les plaignants, il aurait pu le faire avant cette date, « sachant qu’il n’y avait pas de loi générale ou d’ordonnance du tribunal en place m’empêchant simplement de publier ».

Toutefois, cela « n’aurait pas été du journalisme responsable ». Le fait que cela aurait été une violation claire du Code de pratique des rédacteurs de l’IPSO et de la convention locale n’est pas une question qui semble l’avoir préoccupé, bien qu’il soit clair, d’après le paragraphe 40 de sa déclaration sous serment principale, qu’il était au courant de la convention.

https://www.scotcourts.gov.uk/docs/default-source/cos-general-docs/pdf…

 

Les citations ci-dessus sont tirées du jugement de Lady Dorrian du 25 mars de cette année. D’autres ont déjà souligné l’idée profondément dérangeante qui y est exposée, à savoir que les journalistes en ligne devraient être soumis à des interprétations de la loi différentes de celles appliquées aux journalistes de la presse écrite, au motif absurde que ces derniers doivent rendre des comptes au « Code de pratique des rédacteurs de l’IPSO » – un organisme d’autorégulation édenté qui administre de temps à autre de légères tapes sur les doigts et de minuscules corrections en bas de la page 2 plutôt que des peines de prison.

Mais ce qu’ils impliquent aussi inévitablement, c’est qu’à l’avenir, toute personne connaissant le nom des plaignants dans une affaire d’agression sexuelle devrait les nommer en public à la première occasion, à voix haute et à plusieurs reprises.

Si Craig Murray l’avait fait avant le procès d’Alex Salmond, il n’aurait enfreint aucune loi (en supposant bien sûr qu’il l’ait fait d’une manière qui ne porte pas préjudice à l’affaire, une autre loi dont les journalistes « grand public » sont apparemment exemptés).

Lui et n’importe qui d’autre auraient alors pu les nommer librement pendant et après le procès, lorsque leurs affirmations se seraient révélées être des fabrications, car leurs identités seraient évidemment déjà dans le domaine public.

En Écosse, contrairement à l’Angleterre, il n’existe pas de droit automatique à l’anonymat dans les affaires d’agression sexuelle. Il doit être spécifiquement ordonné par le juge dans chaque cas, ce qui ne s’est pas produit jusqu’au premier jour du procès Salmond après que James Doleman du Byline Times ait directement nommé l’une des plaignantes dans un tweet, infraction majeure pour laquelle il a simplement été admonesté et exclu du tribunal les jours suivants.

(Ceci en dépit du fait que Byline Times n’est pas soumis à l’arbitrage de l’IPSO et qu’il qualifie même l’organisation de « régulateur fictif », et donc, selon la propre décision de Lady Dorrian, elle aurait dû traiter Doleman plus sévèrement que les journalistes « normaux »).

Il s’agit là, bien évidemment, d’un état de fait tout à fait indésirable. Les véritables victimes – contrairement aux plaignants de Salmond – seraient fortement dissuadées de porter plainte, sachant que leur nom serait rendu public et qu’elles pourraient elles-mêmes faire l’objet d’un examen intrusif et traumatisant dans la presse.

Mais c’est la logique inéluctable du jugement de Lady Dorrian. Le fait de nommer tous les plaignants de Salmond avant le procès aurait protégé Craig Murray, et il n’irait pas en prison aujourd’hui (pas plus que Clive Thomson, qui a purgé une peine de six mois plus tôt cette année pour avoir nommé certains d’entre eux sur les médias sociaux).

C’est la retenue et la décence dont il a fait preuve en ne souhaitant pas le faire qui ont condamné un homme âgé et fragile, qui ne représente aucun danger pour le public, à des mois d’emprisonnement vindicatif et dangereux pour la santé, en violation directe de la présomption supposée en Écosse contre de telles peines.

Nous ne pensons pas que c’était l’intention de Lady Dorrian. Mais c’est la réalité. Si vous ne voulez pas être emprisonné en Écosse pour « identification par recoupemments », le seul moyen sûr de vous protéger est de nommer absolument tout le monde avant le procès.

La détermination ruineuse du gouvernement écossais et du système judiciaire écossais à mettre en prison quelqu’un, n’importe qui, lié à Alex Salmond, sur la base de la paranoïa démente et de la pure malveillance du Premier ministre, a eu de nombreux résultats désastreux, pour les individus, les contribuables et le pays dans son ensemble. Nous pourrions écrire un article dix fois plus long que celui-ci sur tous les aspects terrifiants de cette affaire. Mais ceci est peut-être le pire de tous.

Si vous êtes une femme en Écosse et que quelqu’un vous a violée ou agressée sexuellement, Lady Dorrian vient de rendre beaucoup plus dangereux pour vous le fait d’aller à la police, parce que les journalistes – ou du moins, les journalistes qui ne sont pas loyaux envers l’État – devront maintenant envisager très sérieusement de vous dénoncer immédiatement par pure précaution d’autoprotection.

C’est un jour terrible pour Craig Murray, le journalisme, la liberté d’expression, la responsabilité, l’intégrité et la réputation de la justice écossaise.

Mais c’est aussi un jour terrible pour les victimes d’agressions sexuelles et de viols, et pour cela, toutes les personnes impliquées, de la Première ministre et de ses collègues conspirateurs, devraient baisser la tête pour toujours dans la honte.

 

Source originale http://wingsoverscotland.com/lady-dorrians-law/
Traduction : https://www.facebook.com/groups/1662956313803099/posts/3978661935565847/

______________

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-loi-de-lady-dorrian/

 

 

 

 

Août 2021 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *