Le charme indiscret des Gilets Jaunes

 

« Rien n’épouvante plus les politiciens identitaires de gauche qu’un véritable soulèvement de la classe ouvrière. »

 

C.J. Hopkins – UNZ  – 15.12. 2018

 

 

Il semble donc que la privatisation de la France ne se passe pas aussi en douceur qu’on le croyait. Comme j’imagine que vous le savez, depuis plus d’un mois, les gilets jaunes, un rassemblement fort nombreux de gens de la classe ouvrière, sans chefs et exaspérés, se livrent à des manifestations très vives dans les villes grandes et petites, sur tout le territoire français, pour exprimer leur ras-le-bol d’Emmanuel Macron et des efforts qu’il fait pour transformer leur société en une dystopie néo-féodale à l’américaine. Autoroutes bloquées, péages réquisitionnés, voitures de luxe en feu, commerce interrompu sur les Champs Élysées… Ce qui a commencé comme une révolte des quartiers populaires contre une taxe est devenu un soulèvement de la classe ouvrière en bonne et due forme.

Il a fallu quelque temps au « Blouson doré de l’Europe » pour se rendre pleinement compte de ce qui était en train de se passer. Dans le droit fil de son prédécesseur Louis XVI, Macron a d’abord répondu aux gilets jaunes en invitant les journalistes du Monde à s’extasier sur sa rénovation du palais de l’Élysée, en faisant au passage le commentaire condescendant de rigueur et en ignorant par ailleurs complètement les autres. Cela se passait fin novembre. Samedi dernier, il a fait boucler le centre de Paris, mobilisé une véritable armée de flics anti-émeutes, « arrêté préventivement » des centaines de citoyens, y compris des « lycéens extrémistes » (c. à d. suspectés de l’être) et envoyé les blindés.

Les medias de grand chemin de langue anglaise, après avoir fait de leur mieux pour ne pas couvrir ces manifestations (et maintenir en revanche l’attention des publics US et UK focalisée sur des Russes imaginaires) ont été en fin de compte forcés de se livrer à la tâche délicate de délégitimer les gilets jaunes sans mettre en fureur toute la population française ni inciter les prolétariats britannique et américain à sortir dans les rues et à mettre le feu à des voitures. Ils s’en sont tirés par des contorsions réjouissantes.

Voir par exemple cet article d’Angélique Chrisafis, la chef du Bureau parisien du Guardian, et ses remarques sur les manifestations de samedi via Twitter (sans doute une bourde à la maison-mère). Les grands patrons du Guardian ont permis à Chrisafis de faire un peu de reportage qui ne soit pas de propagande pure (et quelques interviews de vrais manifestants) avant de se reprendre au plus vite et de la remplacer par Kim Willsher laquelle s’est illico remise au piapia néo-libéral, chose qui, en l’occurrence, consistait à diviser les gilets jaunes en « vrais » gilets jaunes et « faux » gilets jaunes et à traiter les gens de ce dernier groupe de « violents agitateurs politiques extrémistes ».

Dès le dimanche, tous les « mainstream » insinuaient déjà que les diaboliques trolls russes de Facebook avaient lavé le cerveau des Français pour les pousser à se déchaîner, parce que, c’est vrai, qui d’autre aurait pu le faire ? Sûrement pas le peuple français lui-même ! Les Français, comme tout Américain le sait, sont, par nature, des lâches mangeurs de fromage, qui n’ont jamais renversé leurs dirigeants légitimes ni publiquement décapité leur aristocratie. Non, les Français étaient juste assis là, à fumer comme des cheminées et à jouir de leur asservissement par la dette et de la privatisation sauvage de leur démocratie sociale jusqu’au moment où ils se sont connectés sans méfiance à Facebook et qu’une fois là,  VRAOUM BANG, les hackers russes les kidnappent !

Bloomberg rapporte que les autorités françaises ont ouvert une enquête sur les ingérences russes (avec, au milieu du rapport, une gigantesque photo de Le Pen, surgie sans autre raison apparente que de donner à l‘affaire la saveur « nazie » de rigueur). Selon « une analyse du Times », des comptes liés à la Russie sur des réseaux sociaux on « amplifié » le « chaos » et la « violence » en tweetant des photos de gilets jaunes sauvagement battus par la police et soumis sans raison à des tirs d’« armes pas vraiment létales ». « Les nationalistes sont-ils en train d’infiltrer les gilets jaunes ? » se demandent les producteurs de la BBC. Selon Ryan, Broderick de Buzzfeed, « une bête née presque entièrement de Facebook » avance en rampant vers… eh bien, je ne suis pas très sûr, la Grande Bretagne…  ou même – Dieu nous aide  – l’Amérique ! Et puis, il y a Max Boot qui est persuadé d’être personnellement persécuté par des agents russes comme Katie Hopkins, James Woods, Glenn Greenwald et d’autres opérateurs de haut rang de la conspiration internationale que Boot appelle « l’Internationale antilibérale » (mais en qui les lecteurs de ma chronique reconnaîtront les « Poutine-Nazis »).

Et, voyez, c’est là le problème auquel les medias commerciaux (et autres fervents défenseurs du mondialisme néolibéral) sont confrontés avec ces manifestations de gilets jaunes : ils ne peuvent pas s’en tirer en se contentant de prétendre que ce qui se passe n’est pas un soulèvement des classes laborieuses, c’est pourquoi ils sont forcés d’avoir recours à ces absurdités flagrantes. Ils savent qu’il leur faut délégitimer les gilets jaunes aussi rapidement que possible –le mouvement commence déjà à s’étendre – mais la fable « Poutine-Nazi » qu’ils ont si abondamment utilisée contre Trump, Corbyn et d’autres « populistes », ne marche hélas pas.

Personne ne croit que les Russes sont derrière ceci, pas même les « hacks » qui sont payés pour prétendre qu’ils le sont. Et l’hystérie au « fascisme » a, elle aussi, fait long feu. De fait, les tentatives de peindre les gilets jaunes comme patronnés par « les fascistes de Le Pen » leur ont explosé au nez. Il est évident que l’extrême-droite fait partie des manifestations, comme elle ferait partie de n’importe quel grand soulèvement de la classe ouvrière, mais beaucoup trop de socialistes et d’anarchistes en font partie aussi (et tant de gens des classes défavorisées qui en ont tout simplement marre) pour que les médias puissent en faire en bloc des « nazis ».

Ce qui ne veut pas dire que les médias pressetitués et des intellectuels omniprésents comme Bernard-Henri Lévy ne continueront pas à matraquer leur « fascisme » avec hystérie et à exiger que les « bons » et les « vrais » gilets jaunes arrêtent de manifester contre Macron tant qu’ils n’auront pas réussi à purger complètement leur mouvement des « fascistes » et des « extrémistes » et d’autres ressortissants des classes dangereuses, pour les faire éclater en un nombre aussi grand que possible de factions plus petites et idéologiquement antagoniques susceptibles d’être plus facilement neutralisées par les autorités françaises… parce que c’est ce que font les intellectuels d’establishment.

On peut s’attendre à voir tenir ce raisonnement non seulement par les intellectuels d’establishment comme Lévy, mais aussi par des membres de la gauche identitaire, qui sont bien décidés à empêcher les classes laborieuses de se soulever contre le mondialisme néolibéral, tant qu’elles n’auront pas nettoyé leurs rangs des moindres vestiges de racisme, de sexisme, d’homophobie, de transphobie, et ainsi de suite. Ces gardiens du sérail de gauche ont dû se livrer à pas mal de contorsions pour trouver une réaction adéquate aux gilets jaunes… une réaction qui ne leur donnent pas l’air trop hypocrite. Parce que, voyez-vous, en tant que gauchistes [oups ! pardon, ndt] il leur faut en quelque sorte exprimer leur soutien à un authentique soulèvement des classes laborieuses. Mais, en même temps, il leur faut le délégitimer, parce que leurs adversaires primordiaux à eux sont le fascisme, le racisme, le sexisme, l’homophobie, et toutes les autres sortes d’ismes et de phobies, et pas du tout les classes dirigeantes libérales.

Rien n’épouvante plus les politiciens identitaires de gauche qu’un véritable soulèvement de la classe ouvrière. En présence de masses pas lavées furieuses, livrées à elles-mêmes et sans la moindre retenue humainement décente, les identitaires de gauche ressentent un besoin subit de les analyser, de les catégoriser, de les organiser, de les désinfecter et par-dessus tout de les corriger et de les contrôler.

Ils ne peuvent pas accepter le fait que les véritables classes laborieuses, celles qui vivent et qui respirent, sont désordonnées, multiples, inconsistantes et irréductibles à quelque idéologie particulière que ce soit. Les gens qui les composent sont parfois racistes, parfois fascistes ; d’autres peuvent être communistes, socialistes et anarchistes. Beaucoup n’ont aucune idée de ce qu’ils sont et se foutent éperdument de ces étiquettes. C’est ce qu’est le vrai monde du travail…  un énorme agglomérat contradictoire de gens qui, en dépit de toutes leurs différences ont quelque chose en commun : ils se font tous entuber salement par les classes dirigeantes. Je ne sais pas vous, mais moi, je me considère comme un des leurs.

Vers où on va, qui le sait ?. D’après le Guardian, tandis que je suis assis en train d’écrire ceci, l’Europe entière retient son souffle dans l’attente de la réaction des gilets jaunes à la récente tentative d’apaisement de Macron, cette fois avec une centaine d’euros d’augmentation par mois, quelques concessions mineures sur les taxes et une prime à Noël.

Quelque chose me dit que ça ne va pas marcher, et même que si ça marche et si les gilets jaunes s’arrêtent, ce cafouilleux, « populiste » soulèvement occidental contre le néolibéralisme mondial est entré dans une phase nouvelle. Vous pouvez compter sur les classes dirigeantes capitalistes mondialistes pour intensifier leur guerre en train contre la contestation et pour diaboliser quiconque s’opposera à elles (ou contredira leurs boniments officiels) en le traitant d’« extrémiste », de « fasciste », d’« agent russe », et ainsi de suite. En ce qui me concerne, je m’y attends et je m’en réjouis.

Oh… ouais, et j’allais oublier : si vous vous demandez quel cadeau vous pourriez me faire pour Noël, je viens d’aller jeter un oeil : il y a toute une sélection de gilets jaunes en vente sur Internet, à quelques euros pièce.

 

Source : http://theduran.com/the-indiscreet-charm-of-the-gilets-jaunes/?mc_cid=ab4e0db697&mc_eid=a6bc8ffe32

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

2 Responses

  • jean chérasse

    Cette affaire semble échapper aux observateurs « cultivés » de l’intelligenzia bourgeoise car elle reste atypique pour toutes celles et tous ceux qui ne connaissent pas la véritable histoire de la Commune de Paris de 1871 et que j’invite à lire « Les 72 Immortelles » (éditions du Croquant).
    A cent-cinquante ans de distance, ils pourront y trouver tous les éléments cognitifs indispensables à la compréhension de cette « révolte des ronds points », à l’instar de ces « clubs rouges » qui avaient imaginé une nouvelle société fraternelle dans un ordre libertaire basé sur la démocratie directe et horizontale, sans Dieu ni maître.
    Cette héroïque saga des « sans dents » a été occultée voire diffamée par les trois républiques de notables qui se sont succédées, alors qu’elle nous avait appris à mordre !

    Répondre
  • sémimi

    L’Elysée annonce officiellement que le Président et tout le gouvernement renoncent (royalement) à une augmentation de leur salaire mensuel de 64 euros. Morte de rire.
    Vu sur le Web une manif de Palestiniens face à une rangée de robocops israéliens: tous revêtus de gilets jaunes. La mondialisation des gilets jaunes est en marche.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *