Le Magicien d’Oz est nu, ou l’échec de la propagande

 

Strategika 51 – 7.6.2020

(On regrette qu’il n’y ait pas de nom d’auteur)

 

 

 

 

 

 

« Pour stopper la bombe iranienne, il faut bombarder l’Iran »

 

 

 

« Pourquoi nous savons que l’Irak ment »

 

 

 

« Arrêter Qaddafi »

 

 

 

 

« Bombarder la Syrie, même si c’est illégal »

 

 

 

« Trump utilise l’Armée pour prouver sa virilité »

 

 

 

Le Magicien d’Oz est nu

Nous faisons partie d’une génération assommée à coups de massues. Matraquée en permanence, sans répit aucun. Formatée par un flux ininterrompu d’information destiné à saturer l’ensemble de nos capacités cognitives. Nous avons été conditionnés et programmés. Ce conditionnement pavlovien est inévitable. La propagande façonne une certaine perception d’un semblant de réalité. D’une certaine interprétation subjective et altérée de ce que l’on croit être la réalité. Dans des cas extrêmes, la propagande crée la réalité. Une réalité que nos cerveaux doivent percevoir à travers un prisme unique et redondant, insistant et presque naturel. Cela rappelle les fameuses lunettes du film « Los Angeles 1984 » dont le sujet était et est toujours audacieux.

Le monde change, à défaut de s’écrouler. Les médias traditionnels sont en crise. Leur existence ne se justifie plus. Les piliers de la propagande continue depuis plus de 70 ans se fissurent. On se rappelle certains éditoriaux ou colonnes du New York Times (tout comme ceux du Financial Times, The Economist, Le Monde, Der Spiegel et une centaine d’autres publications à travers quasiment l’ensemble des pays du monde qui servaient de caisses de résonance, adaptés aux langues locales) qui nous assommaient sur commande. Le message n’était pas un massage mais un véritable tabassage. Aucun esprit critique. Aucun recul. C’était une meute. Ou plutôt plusieurs. Il y avait la meute des hurleurs, celle des pleureuses professionnelles, celle des aboyeurs, des jacasseurs ou encore celle fort enviée des supermenteurs scientifiques. Toutes ces meutes servaient des intérêts privés qui se superposaient souvent à ceux des États. Le ciblage médiatique d’un pays ou d’un groupe de pays classés comme hostiles faisait partie de la montée en puissance du dispositif stratégique mis en place pour déclencher un conflit. Les experts en diabolisation émargeaient à tous les budgets. Votre pauvre cerveau, magnifique création dont les connexions neuronales se comptent avec le nombre des étoiles dans les galaxies de notre univers connu, est leur principal champ de bataille. Beaucoup d’entre nous furent manipulés, dupés, amenés par exemple à détester un groupe, une ethnie ou un pays sur la base de leurs mensonges car cela coïncidait parfois avec une expérience subjective et personnelle. L’induction, en sciences sociales, fausse toujours le raisonnement. Or, la configuration actuelle du monde échappe à tout effort de déduction. Certains phénomènes échappent à l’analyse rationnelle. Même la science dure n’échappe pas à la propagande idéologique cachant à peine un enjeu financier de bas étage. On nous a menti. En permanence. On vous ment. Par inadvertance. Ils mentent. Par stratagème. Les spin doctors ou supermenteurs professionnels sont parvenus à un état dégradé de conscience humaine : ils sont convaincus de leurs mensonges, y compris ceux qu’ils se répètent à eux-mêmes en face d’un miroir. Ils y croient. C’est une question de foi. Le mensonge est donc un acte de foi. Il faut y croire pour que ce soit crédible. Plus c’est gros plus ça passe. Cependant la machine bien huilée commence à gripper face au bon sens inné demeuré intact chez certains individus. Cela explique pourquoi tous les systèmes de gouvernance actuellement en vigueur sont en guerre déclarée contre le bon sens commun. La destruction du bon sens passe par l’effondrement programmé des systèmes de transmission du savoir. Inutile de revenir sur l’état de délabrement avancé de la majorité des systèmes éducatifs dans le monde. Ou sur le nivellement par le bas et l’usurpation. Faiblesse humaine, exploitable, impossible à éradiquer. Jadis, on s’inventait des pedigree ou des quartiers de noblesse. La tendance continue. Certains s’arrogent des titres, des qualités qu’ils ne possèdent point. D’autres s’inventent une vie sur les réseaux sociaux, où s’étalent, dans toute leur splendeur, la bêtise, le narcissisme et l’ignorance de la nouvelle race en devenir. Il n’y a plus de blancs, de noirs, de jaunes ou de rouges. Il y a une nouvelle race d’assistés, scotchée à des écrans de réseaux sociaux et souffrant d’une forme aiguë d’addictions aux selfies pris en rafales. Les diplômes ne valent plus rien. Ce sont des bouts de papiers délivrés par une administration aveugle et sclérosée totalement incapable de se réformer. La crise du COVID-19 nous a appris que nos systèmes peuvent se passer du travail et revenir au panem et circences car l’économie réelle est réduite à quelques niches délocalisées. La masse oisive, assistée et se croyant libre, doit avoir la foi. La foi dans une forme de mensonge plus élaborée. À défaut d’une division à l’infini favorisée par le crétinisme et l’étroitesse d’esprit. Diviser pour régner sur une population de presque huit milliards d’êtres humains ne doit pas être un exercice aisé, même pour les grandes multinationales qui monopolisent le cyber-espace. C’est toutefois une opération fort prometteuse, dans un monde où tout le monde est connecté à tout via un terminal personnel mobile.

Une information diffusée et présentée comme un succès dans l’indifférence générale ces dernières 24 heures m’a laissé dubitatif. On ne cesse donc de tuer des morts. Le pire est que même un témoin direct de la première mort du personnage ressuscité par la propagande pour qu’il fasse l’objet d’un raid de drone d’attaque, me confie qu’ils ne se rappelle plus s’il est mort et avoue qu’il va gober la nouvelle en tentant de se convaincre que c’est la vérité la plus commode, qui l’aidera à supprimer ses souvenirs réels de sa mémoire.

C’est un monde basé sur la permanence du mensonge à tous les niveaux. N’oubliez jamais ce point cardinal.

 

Source : https://strategika51.org/2020/06/07/le-magicien-doz-est-nu-ou-lechec-de-la-propagande/

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/le-magicien-doz-est-nu/

 

 

Juin 2020

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *