Trump trahit MAGA au Venezuela

 

[« Make America Great Again »]

 

Tom Luongo – Gold, Goats ‘Guns 25.1.2019

via Zero Hedge

 

 

Les USA viennent de soutenir, au Venezuela, un coup d’État qui a foiré. Et le président Trump en était l’architecte. C’est une farce autour d’une intrigue contenue dans une tragédie.

 

 

 

 

 

Ce qui est arrivé au Venezuela est tragique. Nicolas Maduro est un personnage comique égaré dans le « casting » d’un leader de junte sud-américaine. Mais ce sont les desseins des USA sur les réserves de pétrole et de gaz du Venezuela (les plus grande réserves prouvées au monde en 2017) qui sont le véritable scénario derrière les événements de cette semaine.

Pour ceux qui auraient encore des doutes sur qui est vraiment Trump, le Venezuela devrait y mettre fin. La politique d’Hégémonie Énergétique de Trump est le noyau de sa politique étrangère. Et il fera tout ce qu’il pourra pour la mettre en œuvre en ordonnant aux oligarques US et européens de prendre le contrôle du Venezuela.

 

Hégémonie énergétique

Ainsi qu’Alistair Crooke l’a succinctement exprimé l’an dernier dans Strategic Culture :

 

« Les USA – en cas de réussite de l’hégémonie énergétique – contrôleraient le développement économique (ou l’absence de)  de ses rivaux,  de la Chine et de l’Asie. Et les USA pourraient compresser les revenus de la Russie de cette manière-là aussi. En bref, les États-Unis pourraient mettre un garrot aux plans de développement économique de la Chine et de la Russie. Est-ce pour cela que l’Accord de Vienne sur le Nucléaire Iranien a été révoqué par Trump ?

« C’est donc là qu’est la quadrature du cercle (plus de pouvoir US, et pourtant moins d’empire) : Trump ne recherche pas l’« hégémonie », au moyen de l’infrastructure permanente du parapluie militaire US cher aux mondialistes, mais en tirant habilement parti du dollar US et du monopole de la compensation financière, en cloisonnant, en tenant bon, par la technologie US, sont de dominer le marché de l’énergie, qui est à son tour la soupape de commande de la croissance économique de ses rivaux, De cette manière Trump peut « ramener les troupes à la maison » et l’Amérique conserver son hégémonie. Les conflits armés deviennent le dernier recours. »

 

La plupart des supporters de Trump refusent d’admettre que c’est là son plan. Ils préfèrent croire que le conseiller en Sécurité nationale John Bolton et le secrétaire d’État Mike Pompeo lui ont été jetés à la tête par l’État Profond.

Et que Trump est un héros pris au piège dans une cage, mais aspirant de toutes ses forces à respirer librement et à rendre l’Amérique à nouveau grande, si nous voulons juste bien lui apporter un petit peu plus de soutien. Foutaise. 

Trump a été très clair sur sa politique, et ce, depuis des années : Nous nous emparons de ces endroits, nous tuons les mauvais et nous payons pour tout ça en volant leurs ressources naturelles, dans ce cas-ci le pétrole.

C’est la vision XVIIe siècle du commerce selon Trump, écrite en grandes lettres puisque c’est une mentalité coloniale du XVIIe siècle.

Un Venezuela indépendant, même gouverné par un chauffeur de bus incompétent, ne doit pas être autorisé à exister. Quiconque refuse de vendre son pétrole sur les places contrôlées par les USA, contrôlées par Goldman Sachs, et en dollars, doit être mis sous contrôle et se voir imposer un gouvernement fantoche, cf. l’Irak et la Libye.

Mais seulement après que sa production aura été retirée des marchés pour que nous puissions y vendre le nôtre.

C’est de la géopolitique 101 Messieurs-Dames. Rien de nouveau sous le soleil. Est-ce que tout le monde aurait oublié Trump retranchant le Venezuela du système monétaire international à coups de sanctions l’année dernière ?

 

L’épouvantail du socialisme

La pire hyper-inflation du pays s’est produite juste après ça. Hélas, elle a été acclamée par les libertariens et les conservateurs, plus soucieux de prouver que le socialisme est une calamité que d’accepter de voir l’image d’ensemble, à savoir qu’elle avait été froidement fomentée par une politique US immorale sous la conduite de Trump.

 

 

Parce que personne n’ose plaisanter avec le Jésus Orange, mon vieux  !

 

 

Les efforts de Maduro pour reconstruire le système monétaire vénézuélien hors du contrôle de la domination US sur les marchés financiers sont un modèle de résistance à l’Hégémonie Énergétique.

Que la pétro-crypto-monnaie ou le bolivar souverain de Maduro soient des réussites ou non importe peu. La question n’est pas là. Ce qui est important, c’est qu’il a gagné le soutien de la Russie et de la Chine à son plan.

Ils sont tous, eux et l’Iran, déterminés à suivre un autre chemin que celui de l’hégémonie énergétique de Trump. Et il faut qu’ils le soient, parce que les USA ne s’arrêteront pas de verrouiller le système financier international autour du pétrole tant qu’on ne les aura pas arrêtés de force.

Et Trump doit continuer dans la voie où il s’est engagé, s’il croit à la grandeur inhérente des États-Unis (il y croit !), et les anéantir avec tout ce qui sera en son pouvoir.

Et, donc, il s’en prend au maillon le plus faible : le Venezuela. Un pays amolli par l’idiotie de Chavez et l’incompétence de Maduro n’est-ce pas. Même s’il a fallu tout le poids des USA et de leurs sanctions pour détruire ce qu’il en restait et faire s’effondrer son industrie énergétique, afin que la nôtre puisse prospérer.

Après, nous reprocherons aux Vénézuéliens de résister à nos oukases et d’avoir élu l’homme qu’il ne fallait pas.

Et ça, c’est le modèle du changement de régime selon John Bolton. Diaboliser le dirigeant d’un pays qui s’oppose à notre règle impériale, le séparer du reste du monde par des « sanctions » et des pressions politico-militaires, puis attendre que la société s’effondre. Fomenter ensuite un changement de régime en imposant un mannequin de notre fabrication, dans le cas présent le rien du tout Juan Guaido.

Vendre tout ça ensuite, de haut en bas et de droite à gauche comme une faillite de l’autre type. Pour Chavez et Maduro, le spectre du Socialisme suffit, surtout maintenant, avec les Démocrates et les medias qui se font les chantres de notre Che femelle Alexandria Ocasio-Cortez dans le rôle de l’épouvantail féministe.

Si ça rate, et ça en a bien l’air, menacez alors d’une invasion pour raisons humanitaires. La seule chance qu’a tout ceci de marcher auprès d’une population excédée par deux pleines décennies de guerres, est de faire tourner les choses tellement mal sur le terrain que nous ayons l’air de venir vraiment sauver un malheureux peuple du pire.

 

Le modèle du brave type.

Vous savez quoi ? C’est exactement la base préparatoire de ce que Bolton entend faire en Iran. Les presser jusqu’à ce qu’ils soient près d’éclater, et alors soutenir un coup d’État par les Mujaheddin-e-Khalq (MeK). Qui, comme Guaido, ont exactement ZÉRO soutien en Iran et seraient l’antithèse absolue de ce que veut le peuple iranien.

Autrement dit : le shah bis.

Et ils exhalent de vagues relents de communisme, tout comme Maduro. Mais n’allez pas dire ça aux MAGApedes, vous les feriez pleurer.

 

 

C’est la raison pour laquelle nous avons refusé de travailler avec le Venezuela et l’avons accablé de sanctions à la place. Et peut-être la vraie raison pour laquelle Maduro n’a pas tenu, lui, à travailler avec nous est qu’il connaissait l’objectif final du plan.

Mais la tragédie, ici, c’est que Trump a définitivement opté pour une politique interventionniste. Il ressemble au personnage d’Arnold, dans Vrais mensonges de James Cameron. Quand sa femme incroyablement canon et sexy découvre ce qu’il est en réalité et lui demande : « As-tu jamais tué quelqu’un ? ». Et qu’il répond  comme un petit gamin : « Ouais, mais c’étaient tous des mauvais. »

C’est ainsi qu’il vend la trahison de sa base et de MAGA. Parce que le Venezuela aujourd’hui et l’Iran demain.

 

Les étapes suivies pour ne pas MAGA

Retournez à la citation de Crooke ci-dessus. Consolider le flux d’argent du commerce pétrolier et déterminer dans quelle monnaie  il doit se faire est une chose. C’est pourquoi l’Arabie Saoudite est condamnée, parce que, pour survivre, elle a besoin du soutien diplomatique et militaire US, et que, pour les obtenir, elle est contrainte d’accepter des dollars, ce qui détruit sa position financière.

L’étape suivante consisterait à faire produire par les USA le baril de pétrole marginal qui nous donnerait une influence sur les prix au détriment de la Russie. Les Saoudiens et le reste du monde arabe prendraient ce que nous leur permettrions de prendre

L’alternative est écrite dans les gros titres d’aujourd’hui : diabolisation, appauvrissement, changement de régime, et saisie des ressources naturelles.

Mais ceci signifie que Trump a besoin de taux d’intérêt très bas, pour inciter à l’investissement en capital dans l’industrie de la fracturation hydraulique, afin de soutenir la fiction que nous pouvons dépasser les Russes sur la base du prix au baril.

Le Venezuela, avec une monnaie qui commerce à présent en dehors du système SWIFT, peut produire et produira du pétrole à des prix plus bas que les « frackers » US ne le peuvent dans le bassin permien. Et il pourra générer alors une nouvelle richesse nationale.

La dernière phase est ce qu’il vend à la foule des MAGA en rapatriant les troupes. Mais… Trump a dit ce matin qu’il n’écartait pas la possibilité d’une intervention militaire au Venezuela pour chasser Maduro du pouvoir. Qu’est-il donc arrivé à ton « pas de changements de régimes » et à ton intention de mettre fin à l’empire militaire, Jésus Orange ?

Tant que tout ce qui précède marchera, il sera en mesure de se servir des troupes d’outremer pour contrôler le flux énergétique, sauf là où « les mauvais » devront être tués, bien sûr.

 

L’échec est complet

Regardez autour de vous. Est-ce que vous croyez vraiment que ça marche ?

  • Le petroyuan de la Chine est un immense succès. La Russie y vend tellement de pétrole en yuans, avec lesquels elle achète de l’or, qu’elle soutient maintenant le prix mondial de l’or.
  • Maduro a survécu jusqu’à présent au coup d’État. La Russie a fait savoir clairement qu’elle entend aider Maduro à rester au pouvoir, en envoyant à Caracas un bombardier Tupolev 160 à charge nucléaire. Poutine et Maduro viennent de signer un accord d’exploration et de production portant sur des milliards de dollars.
  • Pas d’Exxon-Mobil en vue, Messieurs-Dames.
  • L’Iran vend du pétrole à l’Inde, au taux de 2017 maintenu, et se fait payer en roupies. La plupart des augmentations de 2018 anticipaient les sanctions de Trump, de façon que la chute du pic soit sans conséquence. Elles devançaient simplement la politique prévisible de Trump.
  • La Turquie continue d’acheter du pétrole iranien au prix que l’Iran en demande.

Le Nordstream 2 est en pleine construction et Exxon-Mobiul et Uniper viennent de signer un gros contrat d’achat de LNG avec l’Allemagne.

Puisque Uniper fait partie du consortium de Nordstream 2, croyez-vous que des sanctions vont se pointer maintenant ? Non.

Et l’Hégémonie Énergétique non plus.

 

 

 

 

Source : https://www.zerohedge.com/news/2019-01-25/luongo-trump-betrays-maga-over-venezuela

Source d’origine : https://tomluongo.me/2019/01/25/trump-betrays-maga-over-venezuela/?mc_cid=49d3738b68&mc_eid=a6bc8ffe32 

 

Traductiion : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

 

 

 

28 janvier 2019

 

 

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *