Venezuela, un nouveau front de la guerre mondiale en cours

Strategika5126.1.2019 – (12 Commentaires )

 

 

Le Secrétaire général du mouvement politico-militaire libanais Hezbollah a publiquement apporté son soutien au président vénézuélien Nicolas Maduro dans son bras de fer avec des putschistes soutenus par Washington. 

 

Après l’arrivée au Venezuela d’éléments de la milice privée Wagner et d’une autre société militaire privée ayant des liens directs avec le Kremlin, des « conseillers » militaires du Hezbollah seraient en route vers Caracas avec pour mission d’évaluer la situation politique et militaire de ce pays.

Dans un mouvement inédit, Moscou a déjà mis en garde Washington contre toute tentative d’intervention militaire au Venezuela.

Cuba, l’Iran et la Turquie ont également apporté leur soutien au président Maduro.

La situation est fort complexe dans un pays en plein effondrement socio-économique et sous le coup de sanctions américaines visant les hydrocarbures dont Caracas est mono-exportateur. Les troubles au Venezuela ont un impact direct sur les marchés pétroliers internationaux. 

Pour le moment le haut commandement militaire vénézuélien soutient Maduro dans ce bras de fer. 

Après le Front Sud (Syrie, Yémen), celui des marches occidentales de la Russie (Ukraine orientale et pays Baltes), la mer de Chine orientale, le Congo et la Centrafrique, le Venezuela est devenu un autre Front de la guerre mondiale en cours en Amérique du Sud/Caraïbes.

Source : https://strategika51.blog/2019/01/26/venezuela-un-nouveau-front-de-la-guerre-mondiale-en-cours/

 

Sur le site de Strategika51, ce texte est suivi d’importants commentaires, dont nous extrayons ceux-ci :

 

Chamfort

janvier 26, 2019 à 2:21

Les commentateurs qui se battent entre eux nous bassinent. Qu’ils aillent faire leurs dévotions aux deep state US !
Pour le reste, la situation des Vénézuéliens serait pire encore sous la férule des caincains. Avez-vous oublié la Syrie et le reste ?
Pour rappel, certains désignent ce pays comme détenant les plus importantes réserves prouvées de pétrole.
Pas question donc de les laisser à l’oncle Sam, d’autant que d’ici un an son propre pétrole schisteux va s’écrouler.

Si Wagner et HZB sont sur place, alors ça doit rétro-pédaler sec au Pentagone …

 

Cosworth57200

janvier 26, 2019 à 10:19

La situation économique est tellement bordélique que 10 % de la population à déjà immigré. Les autres états sud-americains commencent à être excédés par cette situation, ces réfugiés sans revenus se transformant en délinquants. Je vois davantage un débarquement de Maduro par les autres pays sud-americains, sous le regard bienveillant des USA, éventuellement via une action militaire genre ile de Grenade puis une expulsion des réfugiés vénézuéliens vers leur pays.

 

Toute la suite répond à Cosworth57200, dont nous ne relevons pas les interventions suivantes (allez-y voir)

 

DKSCP

janvier 26, 2019 à 10:34

Votre opinion est une synthèse de la décadence perverse occidentale. Vous seriez un vrai troll, ça serait un peu drôle, c’est raté. Moi ce que je vois c’est un débarquement de fadaises.

 

DKSCP

janvier 26, 2019 à 11:39

Chacun de vos points méritent d’être repris, c’est fou.

https://www.romainmigus.info/p/francais.html

« Les études récentes les plus sérieuses -comme celles de l’Organisation Internationale pour les Migrations ou le HCR- ont montré que le nombre de Vénézuéliens vivant aujourd’hui à l’étranger oscille entre 6,5% et 9,5% de la population du pays. Ce chiffre, à ne pas prendre à la légère, est toutefois bien en deçà du nombre de Portugais, d’Irlandais, de Roumains, ou de Polonais vivant hors des frontières de leur patrie, selon les chiffres des mêmes organisations. Bien qu’il s’agisse pourtant de pays de l’Union européenne, cela n’émeut ni les médias ni les autorités de Bruxelles, qui pourtant s’agitent beaucoup autour du cas vénézuélien. »

Alors monsieur le cancre, votre punition sera de répondre à cette question :

« Pourquoi donc, ce qui va de soi dans un contexte français est systématiquement nié dès lors que l´on parle du Venezuela? »

 

DKSCP

janvier 26, 2019 à 1:01

Vous vous enfoncez, tout en nous signifiant votre tropisme. Testis unus, testis nullus, quand vous aurez entendu 950 témoins vous aurez encore 5% d’incertitude. De plus un allemand qui se balade en Amérique du Sud, vous ne voyez même pas la provocation. Manquerait plus qu’il s’appelle Mengele. Votre copain louche, c’est votre biais.

Bien sûr qu’il y a de l’exaspération, mais qu’attendre d’autre vu le sabotage permanent dont souffre ce pays, comme tous les pays détenant des ressources primaires. Souffrances que vous ne souhaitez que voir grandir par des interventions criminelles. On n’est plus dans la cour d’école, les morts le sont vraiment.

Je vous incite à étudier la doctrine Cebrowski : https://www.cairn.info/revue-strategique-2006-1-page-51.htm

Revenons au dur, follow the money : https://twitter.com/jespow/status/1088891647612481536

C’est quand même pas compliqué, quand le système cible un gars, il faut rechercher son nom dans google actualité, avec 3 autres mots-clés magiques : « maduro  » + « bank england gold »

Et Bingo !

https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-01-25/u-k-said-to-deny-maduro-s-bid-to-pull-1-2-billion-of-gold

« Nicolas Maduro’s embattled Venezuelan regime, desperate to hold onto the dwindling cash pile it has abroad, was stymied in its bid to pull $1.2 billion worth of gold out of the Bank of England, according to people familiar with the matter.

The Bank of England’s decision to deny Maduro officials’ withdrawal request comes after top U.S. officials, including Secretary of State Michael Pompeo and National Security Adviser John Bolton, lobbied their U.K. counterparts to help cut off the regime from its overseas assets, according to one of the people, who asked not to be identified. »

[Traduction : « Le régime assiégé de Nicolas Maduro, désireux de récupérer une partie de sa réserve d’or à l’étranger a vu refuser sa demande de retrait d’1,2 milliards de $ en lingots par la Banque d’Angleterre, selon des sources proches de l’opération.

« La décision de la Banque d’Angleterre d’opposer un refus à la demande de recouvrement du gouvernement vénézuélien résulte d’un lobbying de hauts fonctionnaires US, dont le Secrétaire d’État Michael Pompeo et le Conseiller en Sécurité nationale John Bolton, qui ont exercé de fortes pressions sur leurs homologues britanniques pour qu’ils coupent au régime [?! ndt] l’accès à ses avoirs à l’étranger, d’après ce que nous a confié une des personnes sur place, qui a souhaité garder l’anonymat. » ]

 

C’est pas neuf, déjà en Novembre dernier : https://www.bullionstar.com/blogs/ronan-manly/bank-of-englands-refusal-to-return-venezuelas-gold-sets-a-worrying-precedent/

« Bank of England refuses to return 14 tonnes of gold to Venezuela
The Bank of England claims to be one of the largest physical gold custodians in the world, holding gold bars in vault storage on behalf of and a number of commercial (bullion) banks.

As a long-standing and well-known gold custodian, it should therefore be a simple matter operationally and logistically for any central bank customer from around the world to withdraw gold bars from the Bank of England and to have those gold bars sent overseas. These types of shipments have been happening at the Bank of England for hundreds of years.

Such an event would normally not generate any media interest nor even be known about in the public domain such is the secrecy and opacity of central bank gold transactions. For these reasons, the current case involving the Bank of England’s refusal to deliver Venezuela’s gold stored in London, and the way its been publicized, raises some questions and deserves comment. »

[Traduction : « La Banque d’Angleterre refuse de rendre 14 tonnes d’or au Venezuela.

« La Banque d’Angleterre se flatte d’être un des plus grands dépositaires d’or physique au monde, conservant dans ses chambres fortes les lingots déposés par une grande quantité de banques du monde. Auprès de ce dépositaire à grande échelle établi de longue date, ce ne devrait donc être qu’une simple affaire de logistique, pour n’importe quelle banque centrale cliente,  de retirer ses lingots de la Banque d’Angleterre et de se les faire envoyer outremer. La Banque d’Angleterre pratique depuis des centaines d’années cette sorte d’expéditions maritimes. Un événement de ce genre ne devrai même pas soulever l’intérêt des médias ni arriver à la connaissance du public, tant sont grandes la tradition du secret et l’opacité des transactions en matière d’or appartenant aux banques centrales.

« Pour ces raisons l’affaire de la Banque d’Angleterre refusant aujourd’hui de rendre au Venezuela un or qui lui appartient et la manière dont ce refus a été rendu public soulèvent des questions et méritent des commentaires. »]

L’or rend fou.

 

 

DKSCP

janvier 26, 2019 à 1:47

« stratégie planifiée d’intervention énoncée dès le 28 octobre 2015 »

https://www.les-crises.fr/coup-detat-en-cours-au-venezuela-par-romain-migus/

« Le président Trump a en effet déclaré que l’option militaire contre le Venezuela restait d’actualité (« toutes les options sont sur la table »). Quant au département d’État, il a d’ores et déjà annoncé qu’il préparait l’envoi « d’une aide humanitaire » pour répondre à la demande de Juan Guaido. Le gouvernement de Nicolas Maduro, qui se bat pour que le blocus financier contre son pays soit levé, n’acceptera jamais que, sous le prétexte « d’aide humanitaire » les USA débarquent. Cette provocation s’inscrit dans le cadre d’une stratégie planifiée d’intervention énoncée dès le 28 octobre 2015 par l’ancien Commandant du SouthCom, John Kelly. »

« Il est vrai que l’opposition vénézuélienne a tout fait pour radicaliser les alliés de la Révolution bolivarienne. En clamant haut et fort que les lignes de crédits autorisées par la Chine et la Russie ou les accords économiques signés par le président Maduro ne seraient pas reconnus par « leur gouvernement », les opposants ont de facto internationalisé le conflit vénézuélien. Pékin, Moscou ou encore Ankara sont désormais indirectement visés par les desseins anti-démocratiques de l’opposition vénézuélienne. »

Il n’y a pas que les tonnes d’or volées par la Banque d’Angleterre, il y donc ces crédits qui ne seraient pas remboursés ainsi que les investissements de Rosneff : https://www.reuters.com/article/us-russia-venezuela-exclusive/exclusive-rosnefts-sechin-flies-to-venezuela-rebukes-maduro-over-oil-shipments-idUSKCN1NT0TJ

La logique voudrait que Rosneff  récupère des actifs pétroliers vénézuéliens en contre-partie des prêts non remboursables.

D’autre part Maduro veut vendre ce pétrole hors-dollars http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/09/09/20002-20170909ARTFIG00019-le-venezuela-veut-se-liberer-du-dollar-au-profit-du-yuan-ou-de-la-roupie.php

« Dans un premier temps, la Banque centrale de Chine va procéder à des échanges de devises (accord de swap) permettant à Caracas d’acheter des produits chinois en yuan, prévoit l’économiste Dembik. Reste le sort de la compagnie PDVSA qui fournit 93% des devises du pays. Le pétrolier doit rembourser 3,2 milliards de dollars d’ici la fin de l’année à ses créanciers internationaux et ne dispose que de 2 milliards de cash. Le salut pourrait venir du pétrolier russe Rosneft qui a déjà prêté de l’argent au Venezuela. En échange, la Russie espère prendre le contrôle d’une partie des colossales réserves pétrolières du pays. »

Alors connaissant l’historique des USA, vous croyez vraiment qu’ils vont accepter d’acheter du pétrole au Venezuela auprès d’un opérateur russe facturant en roubles ? Non mais allo quoi.

 

[Tout ce qui est souligné en gras l’est par nous, ndGO]

 

On aura compris que Cosworth57200  voit Nicolas Maduro déjà « ousted » et que DKSCP lui donne une leçon de « principe de réalité » abondamment documenté. Il faut du temps pour voir ce qu’ont à dégorger tous les liens qu’il donne, mais notre impression à chaud est que ce ne serait pas du temps perdu.

Les lecteurs d’Internet ont parfois bien du talent.

 

 

 

 

Allez, pour finir, on va laisser Strategika y aller de sa petite explosion d’humeur anti-sorosienne :

 

Soros déclare la guerre aux géants technologiques Chinois

 

Strategika5127.1.2019 – (5 Commentaires)

 

 

 

Même en évitant les thèmes complotistes, les médias mainstream ou dominants les reprennent.

Soros, un philanthrope autoproclamé originaire de Hongrie, gourou des bobos pro-sionistes dits libéraux sans aucune liberté, financier à ses heures perdues du Printemps Arabe et des troubles du « Genre » ailleurs, vient de déclarer la guerre aux géants Chinois Huawei et ZTE.

La violente charge sorosienne contre Beijing risque de se briser sur les brises-lames de la grande muraille de feu chinoise.

Soros et ses protégés Trudeau, Macron et Merkel et toute la cohorte de bobos grands amateurs de caviar et de théories du Genre et autres fadaises  # metoo ( # moi aussi) savent qu’ils sont condamnés à finir dans les poubelles de l’histoire pour avoir détruit nos valeurs sociales et civilisationnelles universelles (c’est désuet je l’accorde mais j’y tiens ! ).

Non content d’avoir foutu le bordel aux quatre coins du monde, lui et ses semblables veulent s’attaquer aux derniers gros morceaux. Gare au retour de marteau ! 

Source : https://strategika51.blog/2019/01/27/soros-declare-la-guerre-aux-geants-technologiques-chinois/

 

 

 

28 janvier 2019.

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *