D’autres squelettes encore dans le placard d’Obama : Une fosse commune à Lougansk, en Ukraine, livre plus de 200 corps.

 

 

Russell Bentley  –  Covert Action Magazine – 21.10.2021

 

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

Deux tranchées de 200 mètres de long chacune, remplies de cadavres humains. [Photo Russel Bentley, avec sa permission]

 

 

Une partie de l’héritage d’Obama qui ne sera sûrement pas célébrée dans sa bibliothèque présidentielle de 482 millions de dollars.

J’ai récemment assisté à l’exhumation des restes humains d’un charnier contenant plus de 200 corps. Ce fut une expérience profondément dérangeante. Chaque corps de cette tombe représentait une mort inutile et injuste, un meurtre, et aucun de ces plus de 200 meurtres ne pourra jamais être oublié ni pardonné.

De ces ossements s’échappe un message, qui doit être entendu et compris, et auquel tous les honnêtes gens du monde doivent donner suite et réponse. Sinon, l’histoire se répétera, et une fois encore les tueurs et les tueries continueront, et d’autres puis encore d’autres fosses communes seront remplies.

 

 

[Photo Russell Bentley, avec sa permission]

 

 

Après sept ans de guerre, d’une guerre qui se poursuit encore aujourd’hui, ces 200 corps sont exhumés d’une fosse commune dans laquelle la guerre les a précipités, l’été 2014, pendant les attaques les plus violentes et le siège des « punisseurs » ukrainiens contre la population de Lougansk.

 

 

Valery Bolotov proclame la Déclaration d’Independance de la République Populaire de Lougansk, le 12 mai 2014. [Source: wikipedia.org]

 

 

Pendant ces terribles jours et ces terribles nuits de bombardements constants et de danger permanent, il n’y avait pas d’eau ni d’électricité, pas d’endroit sûr pour traiter les corps, pas la moindre chance de leur faire des funérailles régulières. Ce n’est qu’aujourd’hui que les conditions et les ressources sont enfin disponibles pour que ces civils pacifiques et innocents, avec certains de leurs héroïques défenseurs, puissent reposer en paix après un enterrement décent.

 

 

Pauvres monuments aux morts, surmontant les fosses communes qui furent créées en 2014, lorsqu’a éclaté la guerre dans l’est de l’Ukraine. [Source: aljazeera.com]

 

 

Toutes les personnes décentes doivent demander comment des charniers (celui-ci n’est pas le seul) ont pu apparaître ici, dans le Donbass, à la frontière de l’Europe, au cours de la deuxième décennie du XXIe siècle. Ils doivent exiger de savoir exactement qui a fait cela et pourquoi, pas seulement qui a appuyé sur la gâchette, mais surtout qui a donné les ordres, et ils doivent exiger que justice soit faite, que l’histoire soit respectée et comprise, et que d’autres fosses communes ne soient pas remplies de civils innocents, non seulement ici à Lougansk, mais dans toute l’Europe et dans le monde entier.

 

 

En bleu : zones de Donetsk et Lougansk tenues par les séparatistes [Source: bbc.com]

 

 

Coup d’État d’Obama/Biden, place Maidan, suivi du siège de Lougansk et de la région environnante

Lorsque l’administration Obama a orchestré le coup d’État contre le gouvernement démocratiquement élu de Viktor Ianoukovitch, à Kiev au début de 2014, elle a dutilisé dans ce but un sinistre assortiment d’agents secrets, de néonazis et d’oligarques traîtres, pour déposer le président Ianoukovitch et installer à sa place un régime fantoche, dirigé par Petro Porochenko et maintenant par Volodymyr Zelensky.

 

 

La place Maidan à Kiev en février 2014, en plein coup d’État orchestré par les États-Unis. [Source: newcoldwar.org]

 

 

Viktor Yanukovich lors de sa prestation de serment comme Président de l’Ukraine, le 25 février, 2010. [Source: Britannica.com]

 

 

Les principales caractéristiques du nouveau régime sont la soumission aux États-Unis, l’avarice et la volonté de terroriser ses propres civils tout en réprimant la moindre résistance ou même une dissidence pacifique.

 

 

Une manifestation contre les brutalités de l’armée “ukrainienne. [Source: newcoldwar.org]

 

 

En été 2014, l’armée ukrainienne a lancé une offensive de grande envergure, pour isoler les villes de l’est de l’Ukraine et bloquer la frontière avec la Russie. Les habitants de Lougansk et de Donetsk avaient voté par référendum pour la sécession, parce qu’ils considéraient le gouvernement ukrainien qui venait de leur être imposé de l’extérieur comme illégitime et qu’ils avaient des liens économiques et culturels étroits avec la Russie.

Lors de cette attaque, la ville de Lugansk (400 000 habitants) a été encerclée et assiégée pendant plusieurs mois. L’eau et l’électricité ont été coupées, aucune personne ni aucun ravitaillement n’a été autorisé à entrer ni à sortir, et la ville a été soumise à un pilonnage constant par l’artillerie lourde. Des centaines de personnes ont été tuées et toutes les infrastructures ont été détruites.

 

 

Un rebelle traverse les ruines de Lougansk après le siège de l’armée ukrainienne soutenu par les USA. [Source: nytimes.com]

 

 

 

Soldat rebelle devant des bâtiments bombardés à Lougansk.  [Source: russelltexasnebtley.com]

 

 

Crimes de guerre

Les responsables de la ville de Lougansk ont été contraints d’aménager une fosse commune dans laquelle ont été enterrées plus de 200 personnes, principalement des civils mais aussi quelques membres de la milice. Les victimes ont été tuées principalement par l’armée ukrainienne, notamment par des bombardements, et non par les Russes.

Des crimes de guerre ont également été commis dans les villages voisins, dont certains occupés par des milices d’extrême droite, sur lesquelles Kiev a dû s’appuyer car de nombreux Ukrainiens refusaient de rejoindre l’armée pour combattre leur propre peuple.

 

 

Membres du bataillon néonazi Azov –  aile active de l’armée ukrainienne dans le Donbass – qui a commis des crimes de guerre. [Source: rferl.org]

 

 

Dans le village de Nyzhnia Krynka, occupé pendant un certain temps par le bataillon néonazi Azov, un médecin légiste a déclaré à RT News que les victimes masculines ont été retrouvées en sous-vêtements, avec de multiples blessures par balle à la tête et au corps et les mains attachées dans le dos.

 

 

Site funéraire de fortune dans la ville de Nizhnaya Krinka, est de l’Ukraine, le 23 septembre 2014. [Source: rt.com]

 

 

Galina Kolomiytsev a déclaré à RT qu’avant d’être « abattu et jeté dans un trou comme un chien », son fils, Nikita, 21 ans, avait été capturé par l’armée ukrainienne dans le cadre d’un échange de prisonniers, ce qui signifie qu’il a été tué en captivité, en violation de la convention de Genève.

 

 

Exhumation de cadavres abattus et enterrés comme des chiens par les forces de l’armée ukrainienne.  [Source: rt.com]

 

 

Amnesty International a trouvé des preuves solides impliquant les forces de Kiev dans les exécutions extrajudiciaires présumées de quatre hommes enterrés dans deux tombes près du village de Komunar.

 

 

Milicien de la République Populaire de Donetsk sur le site où les cadavres de pacifiques habitants ont été découverts près de la mine 22 « Kommunar », à l’extérieur de Donetsk. [Source: rt.com]

 

 

Sergueï Litvinov, un soldat ukrainien du bataillon « Dnepr » capturé – qui a admis avoir tué des civils, dont des femmes et des enfants, dans les villages de Melovoye, Shiroky, Makarovo et Kamushnoye – a déclaré avoir reçu une récompense en argent pour ces meurtres de la part de ses chefs, parrainés par Igor Kolomoïski, le gouverneur de Dnepropetrovsk nommé par Kiev et oligarque propriétaire en titre de Burisma, la société énergétique qui a nommé Hunter Biden à son conseil d’administration[1].

 

 

 

Igor Kolomoïski a offert des primes à qui tuait des combattants d’autodéfense de Donetsk. [Source: 112.international]

 

 

Finalement, l’offensive de l’armée ukrainienne contre Lougansk a échoué, le siège a été brisé et l’armée ukrainienne a été repoussée au-delà de la ville et des limites régionales environnantes, mais elle se trouve toujours à portée d’artillerie, et des bombardements sporadiques, parfois lourds, se poursuivent encore aujourd’hui.

 

 

Exhumations

Les exhumations sont menées par une équipe internationale d’enquêteurs de police de haut niveau, et chaque corps est traité comme une preuve médico-légale dans une affaire de crime de guerre et de meurtre.

Selon le centre des médias de Lougansk, la première exhumation par le groupe de travail d’une victime de l’agression ukrainienne a eu lieu le 11 août dans le village de Sabovka, district de Slavyanoserbsk. Le 31 août, les restes de 40 personnes avaient été récupérés dans des tombes des districts de Slavyanoserbsk et de Pervomaisk. Le 3 septembre, le groupe de travail a signalé l’exhumation de 28 autres victimes de l’agression ukrainienne, d’une tombe à Pervomaisk, sur la rivière Bug du Sud. Ces chiffres s’ajoutent à ceux des 200 victimes de Lougansk.

 

 

Enquêteurs de la police déterrant des victimes de guerre à Lougansk. [Source: lug-info.com]

 

 

Après identification, les restes ont été soit remis à leurs proches soit ré-enterrés. « Les informations recueillies seront incluses dans l’ensemble des preuves des crimes de l’Ukraine contre le peuple du Donbass et transmises aux organismes internationaux afin que les criminels ukrainiens aient à faire face à leurs responsabilités », a déclaré le groupe de travail.

 

 

Le « Projet Ukraine » et la responsabilité de guerre de Biden

Dès le début, l’homme qui était en charge du « Projet Ukraine » d’Obama – et qui porte la responsabilité principale des atrocités commises dans ce pays – n’était autre que l’actuel président américain Joe Biden.

La motivation principale des États-Unis était d’essayer d’arracher l’Ukraine à la Russie, d’y étendre l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et d’y établir une base pour déstabiliser le gouvernement Poutine, qui a restauré la souveraineté de la Russie depuis la fin de l’ère Eltsine.

Obama a délégué Biden – combattant de la Guerre Froide et russophobe de toujours – comme homme de pointe sur l’Ukraine et il y a gouverné comme un proconsul ou un chef mafieux. En 2013 déjà, Victorias Nuland, haut fonctionnaire du département d’État, a reconnu que les États-Unis avaient versé 5 milliards de dollars depuis la chute du communisme, pour transformer l’Ukraine en pays mandataire du camp occidental.

 

 

Biden avec Porochenko en 2015. [Source: nytimes.com]

 

 

Les ordres de Biden d’écraser le soulèvement légitime du Donbass, y compris par des crimes de guerre et des meurtres de masse, n’ont laissé aucun répit à ses sbires de l’Association Ukrainienne des Patriotes (UKROP – parti nationaliste d’extrême-droite), qui se sont empressés d’exécuter les ordres de leur maître, tout comme les collaborateurs de Bandera l’avaient fait pour leurs maîtres nazis allemands, 70 ans auparavant.

 

 

Manifestants Ukrainiens brandissant le portrait de Stepan Bandera, collaborateur des Nazis dans la IIe Guerre Mondiale. [Source: ejinsight.com]

 

 

Soldats du bataillon Azov, soutenu par les néo-nazis, arborant le drapeau de l’UKROP. [Source: wikipedia.org]

 

 

Une femme, dans la banlieue de Yubileynoe, devant sa maison endommagée par un bombardement de l’armée ukrainienne en 2014. La frappe a fait s’incliner un mur intérieur, qui a manqué l’écraser, et a sévèrement endommagé toute la structure du bâtiment. [Source: aljazeera.com]

 

 

Le vice-président Biden a personnellement effectué six voyages en Ukraine, dont la moitié en 2014. C’était pendant les attaques les plus lourdes des forces armées ukrainiennes et des bataillons néo-nazis contre la population du Donbass, et les visites de Biden ont précédé, de quelques jours ou semaines seulement, les pires atrocités de la guerre.

Au nombre de ces crimes on compte l’assassinat, sur la place Maidan, de plus de 100 manifestants et de policiers non armés du Berkut, par des snipers juchés sur les toits, le meurtre de masse par incendie de dizaines de manifestants pacifiques à Odessa le 2 mai, la frappe aérienne à Lougansk le 2 juin et l’attaque sous faux drapeau qui a tué 298 voyageurs civils à bord du MH-17 le 17 juillet.

 

 

Scène sanglante dans le centre-ville de Lugansk après qu’un missile de l’armée ukrainienne ait frappé un bâtiment administratif. [Source: ronpaulinstitute.org]

 

 

[Source: russelltexasbentley.com]

 

 

De la désignation, un par un, des membres du  nouveau gouvernement ukrainien non élu par Victoria Nuland et Geoffrey Pyatt [ambassadeur américain en Ukraine pendant les manifestations de la place Maidan] à la moindre décision juridique, politique, économique et militaire, les larbins ukrainiens ont sauté, chaque fois que leurs maîtres américains leur ont dit « hop là ! ».

 

 

« Fuck UE ! » Victoria Nuland, alors secrétaire d’État adjointe aux affaires européennes et eurasiennes, distribuant, sous le regard de Geoffrey Pyatt, ambassadeur des États-Unis en Ukraine, des biscuits aux manifestants de la place Maidan. [Source: rt.com]

 

 

Les ordres étaient clairs : réprimer le soulèvement du Donbass par tous les moyens, légaux ou illégaux, et plus ils étaient brutaux et impitoyables, mieux cela valait. Et les attaques ont été brutales et impitoyables, et Biden est de retour.

Aujourd’hui qu’il est président des États-Unis, son administration augmente l’aide militaire à l’Ukraine et menace la Russie, tandis que le conflit dans le Donbass se rallume.

 

 

Mais la roue finit toujours par tourner

L’abandon de l’Afghanistan par Biden devrait servir de leçon à l’Ukraine, non seulement au peuple ukrainien, mais aux marionnettes qu’il y a mises au pouvoir. Tout comme les marionnettes afghanes que les États-Unis avaient aussi désignées une par une, les marionnettes ukrainiennes sont absolument jetables au moindre signe d’inutilité.

 

 

Biden tendant la main au président ukrainien Volodomyr Zelensky lors de sa visite de fin septembre à Washington. Zelensky – qui a plaidé en faveur d’une reprise de la guerre avec la Russie – pourrait bien se retrouver sacrifié, tout comme les dirigeants clients des États-Unis en Afghanistan et dans tant d’autres pays. [Source: wilsoncenter.org]

 

 

Et tout comme le sort de l’Afghanistan devrait être une leçon pour l’Ukraine, le sort de l’Ukraine devrait être une leçon pour les peuples et les pays de l’Union Européenne. L’hypocrisie flagrante et le double jeu des intérêts personnels avec lesquels les États-Unis ont traité l’Europe sont maintenant clairs pour tous, tout comme les conséquences fatales pour ceux qui l’ont permis.

Et tout ce qui précède devrait servir de leçon aux citoyens américains et aux britanniques également. On récolte ce que l’on sème, et voilà que ça arrive, maintenant c’est votre tour. À moins que vous n’y mettiez un terme. Les crimes d’empire que vos dirigeants ont commis contre d’autres peuples dans le monde sans que vous songiez à protester, auront une tout autre allure et un tout autre goût, quand ils vous frapperont vous, votre famille et vos amis.

Mais, si vous vous battez, pour vous-mêmes et pour l’Humanité, toutes les personnes décentes qu’il y a dans le monde seront à vos côtés, et soutiendront votre courage et vos efforts autant qu’elles le pourront.

 

____________________

NOTE

  1. Il existe des preuves qui montrent que Burisma a fonctionné comme une société écran de la CIA pour acheminer de l’argent aux milices d’extrême droite en Ukraine orientale sous la direction de Kholomoïsky. Sinon, pourquoi Burisma aurait-elle nommé l’ancien n°3 de la CIA, Cofer Black, à son conseil d’administration aux côtés de Hunter Biden ?

 

 

Russell « Texas » Bentley

Russell Bentley, qui est originaire du Texas, est titulaire de passeports de Russie, des États-Unis et de la République Populaire de Donetsk.

Il est arrivé dans le Donbass en 2014 et y a servi dans le bataillon VOSTOK et le bataillon XAH Spetsnaz jusqu’en 2015.

Il s’est ensuite reconverti dans la guerre de l’information, en qualité d’écrivain et de reporter vidéo, pour combattre la propagande occidentale sur la situation en Ukraine et dans le Donbass.

Il travaille actuellement comme correspondant de guerre accrédité en RPD, est marié et vit dans une petite maison avec un grand jardin, à 5 km de la ligne de front de la guerre actuelle du Donbass.

On peut le joindre à l’adresse : russellbbentley@gmail.com.

Et visiter son site, où l’on peut voir, entre autres choses, ce qu’il écrivait, en mai 2020, sur « la guerre des vaccins aux USA » : http://www.russelltexasbentley.com/2020/

 

Source : https://covertactionmagazine.com/2021/10/21/more-skeletons-in-obamas-closet-mass-grave-in-lugansk-ukraine-yields-over-200-bodies/

 

 

 

 

Mis en ligne le 22 octobre 2021

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *