Passager de l’Open Arms lisant le Coran, au large de Lampedusa

 

 

Toutes les personnes qui ont été accusées d’une certaine forme de conspirationnisme devraient recevoir des excuses

 

 

 

 

De la déflagration

 

Strategika51 16.8.2019

 

 

Avec les soubresauts de l’affaire Epstein et la tentative de révolution colorée à Hong Kong, toutes les personnes qui ont été accusées d’une certaine forme de conspirationnisme devraient recevoir des excuses officielles et officieuses car la réalité du grand show médiatique actuel dépasse et de loin, toutes les hypothèses les plus folles jamais imaginés par un auteur de fiction.

Nous y voilà. L’Inde vient de mettre les pieds dans le grand plat du Jammu et Cachemire comme une puissance qui n’a jamais eu de véritable diplomatie ou de réflexion stratégique. Le conflit explosif du Cachemire n’a jamais été résolu et voilà que l’Inde l’aggrave et le pérennise pour des générations. La politique du fait accompli puis celle de l’autruche ont rarement réussi à faire perdurer la paix. Le risque d’une guerre généralisée en Asie est très élevé et le sera jusqu’en 2035. Les duels d’artillerie et les accrochages entre les Armées indienne et pakistanaise vont se multiplier par un facteur de vingt sinon plus. Modi semble avoir oublié comment jouer au poker ou aux échecs. Il se contente de jeter des dés pipés d’un seul côté. C’est le règne de l’Amaya en Inde. Jusqu’à l’Apocalypse.

L’affaire Epstein n’est pas terminée. Elle vient juste de commencer. Que le personnage ait eu le cou brisé par un ou plusieurs tueurs en mission commandée ou retiré de la scène en le faisant suicider importe très peu. Sa proximité avec les élites de ce monde en perdition en disent long sur la nature réelle de ce beau monde.

En attendant le grand déballage car il se fera bien un jour, le Grand Jeu continue de plus belle. Comme prévu, la guerre a repris en Syrie depuis la tête de pont d’Idleb et toute avancée de l’axe Damas-Téhéran-Moscou sur cet axe sera contrée de l’Est par les forces US ou du Sud par Israël. On poursuit la politique de ses moyens et le président syrien le sait fort bien. Que faire de plus quand on est entrain de reconstruire laborieusement et fort difficilement une force armée laminée par une très longue guerre de bientôt une décennie? Quand vos alliés jouent à la Realpolitik pour protéger leurs arrières car l’Empire est fou de rage? Pas grand chose. Les syriens devront encore se battre. Il n’y a aucune autre solution pour eux que de mettre fin à cette enclave rebelle sous protectorat militaire turc quitte à se heurter à la Turquie et à l’OTAN. Erdogan se veut indépendant et un héritier du Grand Turc mais en réalité, il continue à contribuer à la stratégie de l’Empire.

Donc nous avons un point très chaud au Cachemire ou plutôt le Jammu-Cachemire avec un risque de guerre nucléaire de près de 1200%, un autre point chaud au Levant avec un jeu de décomposition qui vise toujours à abattre le régime syrien et en complément à ce conflit ouvert, la tension dans le Golfe et les menaces de guerre contre l’Iran, deuxième objectif après la Syrie et devant la Russie. Pour cette dernière, Washington commence à espérer en pensant que la Russie ne survivra jamais à Vladmir Poutine et que le départ ou la disparition de ce dernier signera la fin de l’Etat russe.

La Chine est ciblée par une nouvelle tentative de guerre hybride de type révolution colorée dans sa Région Administrative Spéciale de Hong Kong. Cela signifie que l’usage de l’Islamisme politique soutenu par la CIA et Ryad au Xinjiang, une province chinoise à majorité turcophone et musulmane n’a pas abouti et que les question du Tibet et de la mer de Chine orientale ont échoué ) faire pression ou ralentir la montée irrésistible d’un pays qui a non seulement réussi à donner à manger à plus d’un milliard de prolétaire mais qui aspire à devenir la première puissance mondiale tout court. Cette éventualité effraie au plus point l’Empire lequel ne laissera aucune option lui échapper des mains.

Enfin au sein de l’Empire se joue actuellement une guerre sourde et tenace entre deux factions ennemies et résolues à se neutraliser. Ces factions dépassent largement les cadres nationaux et se superposent à des alliances historiques. La guerre fait rage aux Etats-Unis mais également chez leurs vassaux européens. Ces derniers soutiennent tous une faction US contre l’autre. C’est à ce moment précis qu’éclate l’affaire Epstein, provoquant l’un des plus grands scandales de l’histoire contemporaine. L’Empire a besoin d’une guerre car s’il continue ainsi il succombera à la tentation des révolutions de couleur sur son propre territoire.

Le Grand Jeu va finir en grand feu d’artifice en bourse et dans le ciel

 

 

Source : https://strategika51.org/archives/66779

 

 

 

 

Parce que M. Igor Ogorodnev, qu’on ne connaît pas, se place (d’après nous) un cran au-dessus des autres analystes par l’intelligence de son raisonnement…

 

 

 

 

Pédocriminalité des élites : Epstein fait-il figure de règle ou d’exception ?

 

Igor Ogorodnev – Le cri des peuples – 15.8.2019

Source : Russia Today, le 14 août 2019

Traduction : lecridespeuples.fr

 

 

 

 

 

Oubliez son décès : le vrai mystère est de savoir comment Jeffrey Epstein a vécu en commettant des actes qui mèneraient une personne normale en prison, tout en côtoyant les hommes les plus surveillés au monde. Comment a-t-il pu créer une bulle protectrice autour de lui ?

Prenons, par exemple, la carrière financière d’Epstein, qui est à la base de nombre de ses autres activités criminelles.

Alors que des doutes sur ses méthodes d’enrichissement circulaient à Wall Street depuis des années, il a été unanimement décrit tout au long de cette période comme un financier et un milliardaire, sans que la moindre question se soit posée.

Au cours des derniers mois, nous avons découvert qu’il n’était probablement pas un milliardaire, et personne ne sait vraiment s’il a jamais mené d’activités commerciales légitimes, ni même d’où provient son argent.

Pourtant, il y avait clairement beaucoup d’argent en jeu, comme en témoignent des transactions inexplicables de plusieurs millions de dollars percolant à travers un réseau de comptes à l’étranger, et les biens de luxe très réels qu’il avait accumulés (demeures fastueuses, jet et île privées, etc.).

Malgré le fait que les États-Unis aient la réputation d’employer les agents du fisc les plus agressifs au monde, prêts à aller bien au-delà de leurs frontières, Epstein n’a jamais été mis en accusation, ni même n’a fait l’objet d’une enquête approfondie, tandis que les banques les plus réputées au monde étaient heureuses de continuer à faire affaire avec lui jusqu’à une période très récente encore.

La portée de ses crimes sexuels impunis est encore plus criante.

Ce n’était pas un agresseur banal comme Harvey Weinstein, qui soutirait des faveurs sexuelles à des femmes adultes sur lesquelles il avait du pouvoir, dans une série de rencontres dans des chambres d’hôtel.

Au lieu de cela, Epstein était apparemment l’opérateur d’un réseau international d’exploitation sexuelle regroupant des centaines « d’esclaves » mineures recrutées dans les écoles ou les centres commerciaux, transportées au-delà des frontières internationales (et donc munies de passeports et de visas en règle, ou de passe-droits extraordinaires), se connaissant bien mutuellement, et tout cela avec une multitude de témoins.

Pourtant, Epstein a été arrêté plusieurs décennies après avoir commencé ses prédations, s’est vu infliger une punition incroyablement clémente, et aurait été autorisé à poursuivre son mode de vie tout en éludant facilement les poursuites judiciaires.

Pendant tout ce temps, ce délinquant sexuel condamné a été traité avec une indulgence extraordinaire par les médias, qui sont si fascinés par cette affaire à présent, mais à l’exception de plusieurs journalistes locaux tenaces, ne semblaient pas assez intrigués pour aller au fond des choses et établir qui était vraiment Epstein.

Même si Epstein n’avait pas été un personnage plus grand que nature, un proche collaborateur de l’ancien homme le plus puissant du monde (Bill Clinton) – dont l’épouse (Hillary) a tenté d’obtenir le même poste –, et un ami du prince Andrew et de Woody Allen, tout enquêteur ambitieux aurait fait de sa vie l’objet d’une chasse au trésor.

Certes, certaines des allégations auraient peut-être été difficiles à prouver, et on ne peut pas s’attendre à ce que des journalistes s’infiltrent dans la soute du Lolita Express. Mais au moins depuis 2005, il existe des bases solides pour construire un sujet de reportage ou d’article de presse autour du mode de vie d’Epstein. Dans un monde où un seul article de #MeToo peut détruire une carrière, Epstein a été cajolé comme un Gatsby tombé en disgrâce, recevant les journalistes du New York Times dans sa cour et vantant ses liens avec Mohammed bin Salman.

Pour beaucoup, la tentation la plus forte maintenant est de considérer cela comme un complot. De penser qu’Epstein était un homme protégé en raison de ses liens avec les Clinton, qu’il était une façade pour les combines de la CIA ou du Mossad, que quiconque se mettait en travers de son chemin, qu’il s’agisse d’enquêteurs, de procureurs ou de journalistes, était acheté, écarté par des menaces ou soumis au chantage – ce qui est fort possible.

A part l’acteur Alec Baldwin (qui a affirmé qu’Epstein avait été assassiné par la Russie), tout le monde devrait reprendre son souffle et attendre que d’autres faits émergent, en particulier à propos de Ghislaine Maxwell, la partenaire d’Epstein actuellement difficile à localiser, et dont le nom a été cité à maintes reprises. Mais quiconque espère qu’un inventaire exhaustif et détaillé des crimes commis par Epstein et son cercle émergera un jour se fourvoie probablement.

Mais pour moi, une découverte peut-être plus terrifiante serait qu’il n’y ait pas eu de complot en tant que tel.

Que le seul pouvoir que lui conféraient sa richesse et ses relations, multiplié par la capacité de mener un style de vie international, ait tout simplement mis Epstein hors de la portée des contraintes légales et sociales normales.

Nous présumons déjà que les ploutocrates, l’élite politique et les célébrités vivent selon des règles différentes de celles du commun des mortels. Mais nous ne parlons pas des excès normaux des riches : les yachts, les majordomes et les piscines du sous-sol londonien.

Nous parlons de crimes égalant ceux des méchants qu’on trouve dans les films de James Bond. Une île privée avec un temple secret. Des plans pour « ensemencer » son ADN dans des dizaines de femmes. Un recrutement  de scientifiques de premier plan pour réaliser des études transhumanistes afin de créer une nouvelle super race.

Si nous avions appris qu’au lieu d’asservir des jeunes femmes, le passe-temps d’Epstein était de traquer et de transporter des sans-abri, serions-nous plus surpris ? Aurait-il été beaucoup plus difficile pour lui de s’en tirer ?

 

 

 

 

Nous pouvons nous dire que Jeffrey Epstein était un psychopathe unique, rusé et dépravé, ayant les bonnes connexions. Mais il semble également plausible que ce monde souterrain opulent, mondial et sans foi ni loi soit capable de cacher d’autres transgresseurs dépravés, moins avides de publicité et plus dangereux encore dans leurs intentions.

Le travail consiste à essayer de les arrêter maintenant avant qu’ils ne meurent dans une cellule de prison à New York, laissant derrière eux une traînée de victimes. Mais qui aura le courage d’entreprendre cette tâche ?

Source : https://lecridespeuples.fr/2019/08/15/pedocriminalite-des-elites-epstein-fait-il-figure-de-regle-ou-dexception/

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, abonnez-vous à la Newsletter.

 

 

 

 

Parce que c’est sur l’usure et sur la lassitude du public qu’ils comptent, il ne faut jamais cesser de pendre à leur cou ce carcan d’infamie !

 

Le père d’Assange: « La détermination de Julian est farouche »

 

Oscar GrenfellMondialisation.ca – 8.8.2019

wsws.org – 5.8.2019

 

 

 

 

John Shipton, le père de Julian Assange et l’un des principaux militants pour sa liberté, a parlé dimanche avec le World Socialist Web Site (WSWS) à Sydney des conditions de détention de son fils en Grande-Bretagne et de la lutte pour empêcher son extradition vers les États-Unis. Le fondateur de WikiLeaks risque 175 ans de prison aux États-Unis pour son rôle dans la dénonciation des crimes de guerre américains.

Shipton s’était adressé à une petite manifestation devant la New South Wales State Library, où le gouvernement australien accueillait le secrétaire d’État américain Mike Pompeo pour des consultations ministérielles annuelles entre l’Australie et les États-Unis. Pompeo cherche à obtenir un soutien pour les préparatifs américains de la guerre contre l’Iran et pour sa confrontation avec la Chine.

Pompéo a joué un rôle central dans la persécution d’Assange. En tant que directeur de la CIA, il a déclaré en 2017 que WikiLeaks était un «service de renseignement hostile non étatique» et qu’Assange était un «démon» qui ne méritait pas les protections du premier amendement de la Constitution américaine. En tant que secrétaire d’État, il a été intimement impliqué dans la campagne américaine visant à faire pression sur l’Équateur pour qu’il mette fin illégalement à l’asile politique d’Assange.

Lire la suite…

Source : https://www.mondialisation.ca/le-pere-dassange-la-determination-de-julian-est-farouche/5635963

 

 

 

 

Comment Téhéran s’insère dans la stratégie Russie-Chine

 

Pepe Escobar – The Saker.is – 12.8.2019

posté avec permission

 

 

 

 

Une image prélevée dans une émission de la television  de la République Islamique d’Iran le 22 juillet montre des vedettes rapides des Gardiens de laz Révolution patrouillant a utour du tanker Stena Impero, à l’ancre au large du port iranien de Bandar Abbas (Photo AFP/HD/IRIB)

Le mot “complexe” ne commence même pas à décrire le positionnement Iran-Russie sur l’échiquier géopolitique. Ce qui est clair, en ce volatile moment, c’est qu’ils sont partenaires, ainsi que je l’ai précédemment rapporté. Bien qu’ils ne soient pas des partenaires stratégiques, comme dans le cas du lien Russie-Chine, l’alliance Russie-Chine-Iran reste la triade cruciale dans le processus à facettes multiples du processus à long terme en cours de l’intégration eurasiatique.

Lire la suite…

Source : https://thesaker.is/how-tehran-fits-into-russia-china-strategy/

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/comment-teheran-sinsere-dans-la-strategie-russie-chine/

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

 

L’essentiel de ceci a été dit de façon lapidaire par le même Pepe Escobar (v/n/post du 12 août), mais Bruno Guigue revient sur l’historique des faits, qu’il traite en détail, et c’est un Bruno Guigue des grands jours…

 

Hong Kong : L’ingérence occidentale prise la main dans le sac !

 

Bruno GuigueMondialisation.ca – 15.8.2019

 

 

 

 

La main dans le sac ! Lorsque la presse chinoise a publié la photo de quatre dirigeants du mouvement de protestation hongkongais en compagnie du chef du département politique du consulat des Etats-Unis, on a senti comme un trou d’air dans la rhétorique anti-Pékin. Difficile, tout-à-coup, de nier l’intervention d’une puissance étrangère – à 15 000 km de ses frontières – dans une crise qui ne la concerne pas. Tenter d’occulter ce qui saute aux yeux est toujours un exercice de haute voltige, et l’on sait la propagande occidentale coutumière de ces acrobaties !   Depuis le début des récents événements de Hong Kong au mois de juin 2019, la narration de ces événements par les officines du monde libre offre un concentré de mauvaise foi et d’inversion des signes qui passionnera certainement les politologues du futur. Multipliant les distorsions de langage, en effet, elle fait passer une affaire intérieure chinoise pour un conflit international, une décolonisation pour une colonisation et l’ingérence étrangère pour une entreprise humanitaire.

Lire la suite…

Source : https://www.mondialisation.ca/hong-kong-lingerence-occidentale-la-main-dans-le-sac/5636042

 

 

 

 

Belgique :

 

OUÏ – DIRE

 

 

 

 

Nul meilleur symptôme d’un effondrement de la pyramide idéelle que papotages et commérages magazinesques honorant chaque automne les étals sous apparence livresque au label de la baronne Amélie…

S’en prend-elle à la figure de Jésus ? Ses bavardages d’école maternelle inversent l’idéologie paternelle et colonisent, avant même publication, trois pages du quotidien belge de référence…

Quelque stupide que soit la prétention d’une péronnelle de pérorer sur tout ce qu’elle ignore, quelque insultants pour la littérature que soient ces propos de cloaque, ordures et décombres sont annuellement renouvelés pour encrasser davantage les cerveaux en ruines…

On se grime de plâtre sanguinolent, se chapeaute à l’excentrique, soudoie la valetaille prostituée des gazettes, et déblatère les plus niaises platitudes bourgeoises en mimant par ouï-dire l’esprit des gendelettres d’un autre siècle…

Tout cela pue le cadavre avarié, donc s’impose conformément à l’air du temps : celui d’une ère gouvernée par l’image de marque, garante des positions dominantes. Car cette morgue est celle de la domination de classe, qui ferait illusion si ne manquait l’inspiration. Qui s’en aperçoit, quand on n’existe que par la tour Panoptic et pour Kapitotal ?   

A. A.

www.spherisme.be

 

Ce qu’Ouï-Dire ne dit pas, c’est que la famille de la dame a fait pendant un siècle ou deux son beurre sur les affres du malheureux crucifié, à qui [« Doux Jésus » eût dit François Mauriac en caressant un col de vison] la baronne à chapeaux semble vouloir livrer, si on comprend bien, un combat d’arrière-gard

 

 

 

 

France :

 

Brigitte Bardot appelle Édouard Philippe à supprimer le ministère de l’Écologie

 

Sputnik.fr – 16.8.2019

 

 

 

 

Brigitte Bardot a publié une lettre ouverte destinée au Premier ministre Philippe. Dans celle-ci, elle réclame la suppression du ministère de l’Écologie qui « n’a rien d’écologique ».

Après la récente visite d’une corrida par deux ministres LREM, Brigitte Bardot a publié sur son compte Twitter le texte de sa lettre ouverte adressée à Édouard Philippe.

« Scandalisée » par la récente présence de Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de ce fait chargé du bien-être animal, à une corrida le 14 août aussi bien que par l’invitation de la « minorité meurtrière » des chasseurs par Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, Brigitte Bardot a critiqué les actions du gouvernement en déplorant que celles-ci se moquent « de la condition animale » alors que les Français « sont très majoritairement soucieux du respect de l’animal ».

Lire la suite…

Source : https://fr.sputniknews.com/france/201908161041940275-brigitte-bardot-appelle-philippe-a-supprimer-le-ministere-de-lecologie/

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/brigitte-bardot-appelle-edouard-philippe-a-supprimer-le-ministere-de-lecologie/

 

 

 

 

Nous vivons pour marcher sur la tête des rois

 

Théophraste R. – LGS – 17.8.2019

 

 

 

 

« C’est la goutte noire qui fait déborder le réservoir. Un indigné sommeille en chacun de nous, réveillons-le. Souriez, vous êtes gazés. A trop presser le citron, il ne reste que l’amertume. Je vœux dormir avec toit. Les sans dents ont les crocs. Pour les riches, des couilles en or, pour les pauvres, des nouilles encore. Travail-famine-pâtes-riz. Nous aussi, on veut payer l’ISF. Poulet partout, curry nulle part. Soyez vous-mêmes, les autres sont déjà pris. Regarde ta Rolex, c’est l’heure de la révolte. Macron, toi aussi tu es en train de perdre la main. Je cherchais une idée de slogan, « Bandes d’ordures ! » suffira. Je n’ai pas voté pour les banques, pourquoi elles gouvernent ? Résultat d’un sondage : une chaussure sur deux serait de gauche. Avenue des Champs et Gilets. Les CRS ne sont pas nos fils (signé : les putes). Ils ont la police, on a la peau dure. Ni d’yeux, ni maître ! Je n’ai plus les moyens d’être pauvre. Enfin, les ronds-points servent à quelque chose. J’avais d’beaux yeux, tu sais ? Arrêtez la pédagogie, on a tout compri$. IGPN, tu dors ? Condoléances aux familles des vitrines. Pétain, reviens, t’as oublié tes chiens ! Fin de moi, début de nous. La presse nous dénonce, la police nous défonce, la justice nous enfonce. Allumez, le feu (hommage à Jauni). Pas de Cartier pour les riches. Merci de laisser l’Etat dans les toilettes où vous l’avez trouvé. Le jaune m’émeute beaucoup. Une étude scientifique a démontré qu’un militant LREM sur trois est aussi con que les deux autres. Ils sont morts, leur cœur ne bat plus. Pour quelques profits de plus, ils tueraient terre et mer. ».

C’étaient quelques-uns des 500 documents du livre « La rue était noire de jaune » (272 p. 8,90€) recueillis par le Comité de soutien 31 aux Gilets Jaunes et le site legrandsoir.info

En librairie cet automne. Pour les impatients, il sera présenté et dédicacé aux Amfis d’été à Toulouse du 22 au 25 août et il peut d’ores et déjà être acheté sur le site de l’éditeur : éditions du Croquant : www.editions-croquant.org

Théophraste R. (Critique littéraire engagé auprès des petits, des obscurs, des sans grade).

Source : https://www.legrandsoir.info/nous-vivons-pour-marcher-sur-la-tete-des-rois.html

 

 

 

 

Un film et un livre pour les Gilets Jaunes

 

« J’veux du soleil ! » et « La rue était noire de jaune » jeudi 22 aux amfis d’été à Toulouse

 

          

 

 

Le livre sera présenté aux amfis d’été 2019 à l’issue de la projection du film de François Ruffin « J’veux du soleil ! », jeudi 22 août, 19h30.

Quelques centaines d’exemplaires seront disponibles et dédicacés par les auteurs à la librairie des amfis et au stand du PG du 22 au 25 août, avant la sortie officielle.

Il est le fruit d’une collaboration bénévole du site d’information alternative legrandsoir.info et du Comité de soutien31 aux Gilets jaunes.

Une souscription (merci à nos lecteurs) a permis de réduire le coût de fabrication (il y a des dessins, des photos, de la couleur).

Il est composé de 500 slogans, affiches, pancartes, photos, banderoles, tags, dessins, cueillis les samedis, souvent dans le parfum des lacrymos, au milieu des violences des RoboCops et des machinations de la BAC qui ont valu 42 heures de GAV et un procès à un des auteurs du livre (1) .

Ce livre donne à voir l’incroyable imagination du peuple, son humour, son impertinence, sa lucidité, son intelligence collective, sa férocité parfois. Sa poésie aussi. En un mot : son génie quand il fait l’Histoire et que le monde entier se met à le regarder.

Sur sollicitation des initiateurs du livre, Jean-Luc Mélenchon a rédigé une (magistrale) préface.

« La rue était noire de jaune » , 272 pages. 8,90 €. Éditions du Croquant : www.editions-croquant.org
Les futurs droits d’auteurs seront versés aux avocats des Gilets Jaunes.
Le livre sera disponible en librairie à l’automne. Il peut d’ores et déjà être acheté sur le site de l’éditeur.

LGS

Note (1). Il s’agit de Raphaël Vivas (fils de…). Voir ses déclarations dans une atmosphère de liesse à la sortie du tribunal qui l’a acquitté (reportage de France 3 Occitanie). C’est lui qui présentera le livre jeudi aux amfis.

Source : https://www.legrandsoir.info/j-veux-du-soleil-et-la-rue-etait-noire-de-jaune-jeudi-22-aux-amfis-d-ete-a-toulouse.html

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 18.8.2019

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *