SYRIE

Octobre 2019

 

Le point. Un point temporaire.

 

Entre Turcs et Kurdes, les raisons d’un prudent optimisme

 

Israël Adam Shamir – Entre la plume et l’enclume – 14.10.2019

Traduction : Maria Poumier

 

 

 

 

 

Malgré les habituelles crises d’hystérie sur le « génocide imminent » et la « trahison brutale », l’opération turque qui était attendue depuis longtemps dans le nord-est de la Syrie avance, et les troupes turques accompagnées par leurs alliés syriens rebelles prennent rapidement la place, de la zone à l’est de l’Euphrate, jusque là occupée par les US, repoussant les milices nationalistes kurdes loin de la frontière. Les soldats américains s’étaient retirés de la zone sous les ordres de leur commandement supérieur (à l’exception de certaines Forces spéciales qui ont essuyé des attaques  mais se sont repliées sans pertes).

Les Kurdes (ou leurs conseillers) excellent dans les relations publiques et ont créé une superbe icône avec leur gamine combattante, en résonance avec le paradigme de la superwoman indomptable chassant les porcs chauvinistes et machistes jusqu’en enfer. Un film sur deux, dans ce qui sort comme film d’action actuellement, comporte une fille de ce genre, livrant la guerre à l’Homme. Les féministes gauchisantes d’Occident les adorent, comme elles avaient aimé le prototype, la jeune soldate sabra israélienne. Les Syriens ne partagent pas cet amour. Ils voient les combattants kurdes comme des mercenaires brutaux, faisant du nettoyage ethnique pour le compte des USA.

Lire la suite…

Source : https://plumenclume.org/blog/501-entre-turcs-et-kurdes-les-raisons-d-un-prudent-optimisme

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/enbtre-turcs-et-kurdes-les-raisons-dun-prudent-optimisme/

 

 

 

 

Mise à jour du 18 octobre…

 

Sœurs d’armes

 

Sur le film de Caroline Fourest – L.G.O. – 18.10.2019

 

Si vous n’êtes pas un « ami abonné » de Didier Porte sur Là-Bas si j’y suis, vous venez, cher lecteur, de rater un grand moment de vidéo. Où il était question du film de Caroline Fourest, Sœurs d’armes, qui vient de sortir et de rentrer quasi d’un coup : 50.000 entrées pour trois semaines dans 140 salles… le flop cinoche du siècle, mis à part ceux de Botul. Et Porte de rappeler à l’ordre les animateurs de service public pris en flagrant délit de copinage injustifié par la qualité du produit, qui ont encensé le navet consacré aux combattantes déjà rhabillées par Israël Shamir.

Pour prouver qu’il n’est pas le seul à se gausser, Porte pousse le sadisme jusqu’à passer une « vidéo dans la vidéo » où on voit (et entend) les critiques du Masque et la plume éreinter (il n’y a pas d’autre mot) le « chef d’œuvre » encensé pourtant semble-t-il dans Marianne et autres lieux convenables. Le pire des affreux est Eric Neuhof (quoique Sophie Aron s’en donne aussi à cœur joie). On capte au vol : « nanar de l’espace », « western féministe », « énorme daube » et même « Y’a Arielle Dombasle qui va s’engager dans les YPG ».

Didier Porte ajoute l’insulte à l’outrage en disant que « C’est bien simple, si le film est seulement à ch… et ridicule, ça doit se voir dans la bande-annonce ». Et de la passer pour preuve. En effet.

 

 

 

 

L’OTAN derrière l’attaque turque en Syrie

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 15.10.2019

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

 

Jens Stoltenberg, Recep Tayyip Erdoğan et Mevlüt Çavuşoğlu, le 11 octobre 2019 au palais blanc d’Ankara.

 

 

Allemagne, France, Italie et d’autres pays, qui en tant que membres de l’UE condamnent la Turquie pour son attaque en Syrie, sont avec la Turquie membres de l’OTAN, laquelle, tandis qu’était déjà en cours l’attaque, a renouvelé son soutien à Ankara. C’est le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg qui l’a fait officiellement, dans une rencontre le 11 octobre en Turquie avec le président Erdoğan et le ministre des Affaires étrangères Çavuşoğlu.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/lotan-derriere-lattaque-turque-en-syrie/

 

 

 

 

 

Le gouvernement syrien reprend progressivement le contrôle du Nord-Est du pays

 

Sayed Hasan – Le cri des peuples – 14.10.2019

Source : Moon of Alabama

Traduction : lecridespeuples.fr

 

 

 

 

Il y a huit jours, le Président américain Donald Trump a donné le feu vert à une nouvelle invasion de la Syrie par la Turquie. Cette décision obligeait les Kurdes à se soumettre à Damas et à laisser l’Armée Arabe Syrienne revenir dans le Nord-Est de la Syrie.

Lire la suite…

Source : https://lecridespeuples.fr/2019/10/14/le-gouvernement-syrien-reprend-progressivement-le-controle-du-nord-est-du-pays/

 

 

 

 

 

Parce que Pepe Escobar ne peut pas être contourné et qu’il serait difficile de mieux résumer la question : en anglais faute de mieux pour l’instant.

 

Kurds face stark options after US pullback

 

Pepe Escobar – Asia Times – 14.10.2019

 

Syrian Arabs and Kurdish civilians arrive to Hassakeh city after fleeing bombardment on Syria’s northeastern towns along the Turkish border on October 10, 2019 amid fears of a new humanitarian crisis. Photo: AFP / Delil Souleiman

 

 

Forget an independent Kurdistan : They may have to do a deal with Damascus on sharing their area with Sunni Arab refugees.

 

In the annals of bombastic Trump tweets, this one is simply astonishing: here we have a President of the United States, on the record, unmasking the whole $8-trillion intervention in the Middle East as an endless war based on a “false premise.” No wonder the Pentagon is not amused.

Trump’s tweet bisects the surreal geopolitical spectacle of Turkey attacking a 120-kilometer-long stretch of Syrian territory east of the Euphrates to essentially expel Syrian Kurds. Even after Turkish President Recep Tayyip Erdogan cleared with Trump the terms of the Orwellian-named “Operation Peace Spring,” Ankara may now face the risk of US economic sanctions.


Read more…

 

Source : https://www.asiatimes.com/2019/10/article/kurds-face-stark-options-after-us-pullback/

 

 

 

 

Tahhan : « Nous assistons à la victoire finale d’Assad et ses alliés contre la France et ses alliés »

                                                    

Fabien BuzzancaSputnik France – 15.10.2019

 

 

 

 

La pression s’intensifie sur la Turquie concernant l’offensive lancée le 9 octobre dans le nord-est de la Syrie. Donald Trump souhaite la fin de l’opération et a pris des sanctions contre des responsables turcs. La Turquie ne lâche rien. Pour quelles conséquences diplomatiques ? Quid de la France? Bassam Tahhan nous livre son analyse.

 

« Les États-Unis veulent que la Turquie mette fin à l’invasion, mette en œuvre un cessez-le-feu immédiat et commence à négocier avec les forces kurdes en Syrie. »

 

Le vice-président américain Mike Pence durcit le ton. À l’instar de son Président Donald Trump qui a annoncé le 14 octobre une série de sanctions visant la Turquie. Ankara a lancé le 9 octobre l’opération Source de Paix en investissant le nord-est de la Syrie. De violents affrontements font depuis rage entre forces turques et la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), un groupe relié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une organisation terroriste par Ankara.

L’offensive est largement condamnée par l’Occident, Europe et États-Unis en tête. C’est pourtant l’annonce du retrait des troupes américaines qui aidaient les Kurdes qui l’a permise. Depuis, les Kurdes n’ont eu d’autre choix que de demander le soutien de l’Armée arabe syrienne de Bachar el-Assad.

Lire la suite…

 

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201910151042267495-tahhan-nous-assistons-a-la-victoire-finale-dassad-et-ses-allies-contre-la-france-et-ses-allies/

 

Bassam Tahhan est un arabiste, islamologue et politologue franco-syrien né en Syrie (à une date inconnue). Il est spécialiste des questions internationales.

 

 

 

 

Variations autour du « boucher de Damas » 

(et sur les traces que laissera la Syrie sur DC la Folle)

 

Philippe Grasset – DeDefensa – 15.10.2019

 

15 octobre 2019 – La sanctification des Kurdes est une des deux constantes les plus fermes de la narrative-Système pour ce qui concerne l’explication de l’“Orient [très-]compliqué” en mode-postmoderne, notion qu’il s’agit de simplifier pour mieux articuler le simulacre de service. L’autre “des deux constantes les plus fermes”, installée en 2011, c’est “le boucher de Damas”, alias Assad, président syrien. Quoi qu’il se passe, l’impératif du simulacre est de retrouver Assad menaçant d’une boucherie n’importe qui, pour le plaisir et pour le vice partagés, et particulièrement une boucherie des Kurdes. Nous sommes à un de ces points de rupture qui font naître un malaise diffus dans le bon équilibre de la presseSystème ; il est en effet impossible pour l’instant de transformer en FakeNews/DeepFake le fait que le “boucher de Damas” pourrait bien être celui qui sauverait éventuellement les Kurdes sanctifiés des griffes réputées impitoyables du Turc Erdogan.

Ainsi y a-t-il une invasion et une riposte à l’invasion sur le terrain d’une part, et d’autre part une singulière gymnastique imposée aux plumitifs et porte-voix de la presseSystème, contraints par leur loyauté invertie à respecter les logiques ontologiques du simulacre qui ne peuvent permettre l’association des Kurdes-sanctifiés et du “boucher de Damas”. Alors, on trouve de vagues expressions telles que “les Kurdes contraints de demander de l’aide à Damas”, ou des geigneries plus affectivistes, comme celle du Monde (« Réduits à solliciter le renfort de Damas, les Kurdes pleurent la fin d’un monde »), qui ne font qu’acter les illusions kurdes alimentées par les constructions faussaires et simulacres de ceux qui, aujourd’hui, pleurent leur destin (le bloc-BAO).

Lire la suite…

Source https://www.dedefensa.org/article/variations-autour-du-boucher-de-damas

 

 

 

 

 

Mise à jour du 18 octobre :

Les turpitudes nationalistes kurdes au Rojava délinquant

 

Robert Bibeau – Les 7 du Québec – 16.10.2019

 

 

 

 

La gauche nationaliste candide

La gauche, incorrigible de candeur surfaite, retombe dans les ornières nationales-socialistes dont l’histoire flétrie devrait pourtant l’avoir guérie. Dans un éditorial, déjà ancien, nous avions tracé le chemin de la trahison qu’emprunterait la bourgeoisie kurde au Moyen-Orient ensanglanté. Maintenant que les Irakiens, les Syriens, et les Turques, d’ethnie kurde, ont incarcéré ou planqué, et dans certains cas extradés (vers l’Afghanistan, l’Afrique ou le Yémen), nombre de terroristes de DAESH-EI  réchappés in extrémis des griffes de l’alliance Russo-Irano-Syrienne, voici que les commanditaires occidentaux des mercenaires et des barbouzes kurdes abandonnent leurs engagés à leur triste sort (1)

Lire la suite…

 

Source : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/les-turpitudes-nationalistes-kurdes-au-rojava-delinquant/

 

 

 

 

 

Et, la situation, en effet dalistiquement surréaliste, évoluant d’heure en heure…

 

Temps étranges…

 

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu – 17.10.2019

 

 

 

 

Il se passe des choses irréelles depuis quelques heures, à la limite de l’entendement. Alors qu’ils ont quitté le Rojava dans les conditions que l’on sait, les Américains, qui ne sont donc plus sur le terrain, ont négocié (de quel droit ?) un accord de cessez-le-feu avec la Turquie. Le voici en anglais :

Lire la suite…

Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/10/temps-etranges.html

 

 

 

 

 

Manbij libérée par l’Armée Syrienne.

La patience russe létale pour les ambitions turques.

Les Kurdes coopèrent à contrecoeur.

 

Ziad Fadel – Syrian Perspective – 18.10.2019

 

 

Des soldats syriens posent pour une photo en dehors de Manbij tandis que la victoire se profile sans pertes humaines

 

 

Il a fallu deux bouffons comme Erdogan et Trump pour faire de la journée d’aujourd’hui une des plus plaisantes pour le Dr Assad. D’abord, les Turcs ont envahi le nord-est de la Syrie, ostensiblement  pour bloquer la formation d’une espèce d’enclave kurde bricolée pour ressembler aux enjeux de marchandage habituels des USA, quand ils voulaient essayer d’imposer des élections de leur cru au gouvernement syrien.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/manbij-liberee/

Source : https://www.syrianperspective.com/2019/10/manbij-liberated-by-syrian-army.html

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

 

 

 

AILLEURS

 

France. Suite du précédent.

 

« Travail, salaire, profit », de Gérard Mordillat et Bertrand Rothé, à voir le 15 octobre à 20h50 sur ARTE

Le salariat, cette « gigantesque prise d’otages »

 

Le 15 octobre 2019

Le salariat, cette « gigantesque prise d’otages » par Là-bas si j’y suis

Pourquoi le capital est-il rémunéré ? Qu’est-ce que le « lien de subordination » entre un salarié et son employeur ? Le chômage a-t-il été délibérément inventé ? Pourquoi le salariat a pris la suite de l’esclavage ? Qu’est-ce que le néolibéralisme ? Autant de questions qu’on ne se pose pas tous les jours, parce que l’économie c’est compliqué, parce que l’économie on n’y comprend rien.

Heureusement, ce 15 octobre, ARTE diffuse les quatre premiers épisodes de la nouvelle série de Gérard Mordillat et Bertrand Rothé, Travail, salaire, profit, six heures d’explication pédagogique des mécanismes économiques. Vingt-et-une chercheuses et chercheurs du monde entier revisitent les concepts marxistes (la plus-value, le profit, l’armée de réserve du capital…) pour expliquer les nouvelles formes que prennent l’économie et le travail aujourd’hui.

« Le moteur de la mise au travail, c’est – comme le disait Marx – l’aiguillon de la faim. Nous avons là affaire à une prise d’otages. Je le dis parce que le mot « prise d’otages » est souvent employé dans le débat ordinaire, dans le commentaire médiatique, politique et éditorialiste. Et les preneurs d’otages sont soit les cheminots, soit les éboueurs, etc. À ceci près que le salariat lui-même n’est qu’une gigantesque prise d’otages. » Frédéric Lordon, qui enfile à nouveau sa casquette d’économiste pour cette série, rappelle en quoi le capitalisme, dans ses structures même, est inégalitaire, violent, destructeur. Et qu’on ne peut pas réformer le capitalisme, il faut l’abattre.

Mais pour abattre le capitalisme, encore faut-il faut comprendre ses mécanismes. En voici quelques clefs, que les auteurs de la série, Gérard Mordillat et Bertrand Rothé, professeur d’économie, viennent nous raconter.

journaliste : Jonathan Duong
image : Cécile Frey et Florent Michaux
montage : Pascal Montagna
son : Sylvain Richard

Source : https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages

 

 

 

Reconnaissance faciale et autres joyeusetés : ça y est, c’est « adopté » :

 

Sur Là-Bas si j’y suis, « l’employé de la semaine » de Didier Porte vous en a parlé. Ce qui devait être discuté dans plusieurs mois vient d’être adopté sans discussion. De son côté, Jo Busta Lally ne cesse de sonner le tocsin :

 

NON ! STOP ! ÇA SUFFIT !

REFUSONS LA RECONNAISSANCE FACIALE, en France !

 

 

Si on laisse faire Macron et son orchestre alors ce sera la fusion, actuellement en cours, de la haute finance impérialiste totalitaire et eugéniste occidentale avec son homologue chinoise, qui elle possède une infrastructure coercitive couplée à un arsenal TECHNOTRONIQUE bien plus dévouée que celle de l’Occident à l’heure qu’il est ► DOSSIER COMPLET pour STOPPER NET la mise en place de la DICTATURE TECHNOTRONIQUE par Jo Busta Lally (PDF)

 

CONTRE LA TYRANNIE TECHNOTRONIQUE : NON à la PUCE RFID, à la RECONNAISSANCE FACIALE, aux EMPREINTES BIOMÉTRIQUES

 

Et à tout ce qu’on se prépare à nous inoculer pendant que nous dormons…

 

 

 

Par Jo Busta Lally

C’est ici :

https://jbl1960blog.wordpress.com/

 

 

 

 

Confirmation :

En France, la reconnaissance faciale gagne du terrain à petits pas forcés

 

France 24 – 15.10.2019

 

 

 

 

Les initiatives se multiplient en France pour favoriser l’utilisation de la reconnaissance faciale par les autorités, au grand dam des défenseurs des libertés individuelles. Mais le débat n’est pas qu’éthique, il est aussi technologique.

Lire la suite…

Source : https://www.france24.com/fr/20191014-reconnaissance-faciale-cedric-o-videosurveillance-france-technologie

 

 

 

 

 

Les prédictions de saint Charles Sannat

 

Brexit. Le discours surréaliste de la Reine

 

Charles Sannat  – Insolentiae – 15.10.2019

 

 

 

 

« Le discours solennel et surréaliste de la Reine » c’est sous ce titre que le journal Le Monde, plutôt europhile n’est-ce pas, a rendu compte des propos tenus par sa très gracieuse majesté. En effet, la Reine a présenté le programme de son gouvernement, c’est-à-dire, une « liste de mesures conditionnée à un hypothétique divorce d’avec l’Union européenne, le 31 octobre »….

 

A ce jour, personne ne sait ce qu’il va se passer, mais mon petit doigt me susurre que dans la mesure où tout le monde semble se préparer à un Brexit sans accord, le Brexit devrait avoir lieu, et c’est tout de même exactement le sens du discours de la Reine…

Plus que 15 jours et nous saurons. Normalement le Royaume-Uni demandera un report des négociations.

L’Europe dira d’accord.

La Hongrie mettra son veto.

Le Royaume-Uni sortira brutalement le 1er novembre.

Source : https://insolentiae.com/brexit-le-discours-surrealiste-de-la-reine/ 

 

 

 

 

Pologne : la large victoire des conservateurs contredit le libéralisme bruxellois

 

Pierre Levy – RT France –15.10.2019

 

 

 

 

Même si le Parti conservateur PiS, qui conforte sa majorité absolue à la Diète, ne remet nullement en cause l’Union européenne, les élections polonaises du 13 octobre sont un magistral désaveu pour Bruxelles, analyse Pierre Lévy, du mensuel Ruptures.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/opinions/66856-pologne-large-victoire-conservateurs-contredit-liberalisme-bruxellois

 

 

 

 

Détendons autant qu’il se peut l’atmosphère…

 

En présence de Vladimir Poutine, l’orchestre militaire saoudien s’est essayé à interpréter l’hymne russe

 

 

 

 

 

 

Mise à jour du 18 octobre…

 

Attention ! Il s’agit de l’impression de billets qui ont exactement la valeur d’un papier Q de qualité moyenne…

 

« La crise du REPO… éternelle. Ça r’commence ! »

Charles Sannat – Insolentiae – 18.10.2019

 

 

 

 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Vindiou…. ça devient compliqué la situation aux Etats-Unis sur le marché du repo en crise éternelle…

Le 17 octobre la FED a injecté presque 104 milliards de dollars… alors qu’elle n’adjuge normalement « que » 75 milliards de dollars au maximum chaque jour (73 + 30 milliards).

Lire la suite…

Source :  https://insolentiae.com/crise-du-repo-ca-rcommence/

 

 

 

 

 

 

 

La France en flammes – Conférence de Jean-Michel Vernochet à Lille

 

 

 

Samedi 26 octobre 2019 à 15 h

Conférence de Jean-Michel Vernochet

 

De Notre-Dame à Lubrizol, en passant par les ronds-points des gilets jaunes, la France brûle. À l’occasion de la sortie de son nouveau livre, l’équipe d’E&R Lille accueillera Jean-Michel Vernochet le samedi 26 octobre 2019 à 15h00, pour une conférence intitulée  « La France en flammes ».

Réservations :   reservation.erlille@outlook.fr

 

Vient de sortir :

Jean-Michel VERNOCHET

La France en flammes

Éditions des Cîmes, 2019

154 pages, 14 €

4e de couverture :

« La révolte populaire et sociale des Gilets jaunes a défrayé l’actualité de nombreux mois…

Mais a-t-on bien mesuré l’ampleur du phénomène et compris sa nature ?

Que veulent vraiment ces « Gaulois réfractaires » stigmatisés par Emmanuel Macron ?

Les reproches qu’ils adressent au régime sont-ils légitimes ?

Dans cette rétrospective des événements, l’auteur apporte des réponses et propose des analyses percutantes, au mépris du politiquement correct.

Sous une plume acérée, cette chronique se déroule jusqu’à l’incendie de Notre-Dame, à propos duquel sont rappelés certains enjeux mal connus et certains faits troublants ; le moins que l’on puisse dire est que le Système politico-médiatique en place n’en sort pas grandi…

L’auteur :
Géopolitologue et essayiste, ancien enseignant à l’École supérieure de journalisme de Paris, Jean-Michel Vernochet se consacre depuis des décennies au journalisme pour de nombreux médias. »

 

 

Bref entretien de présentation du livre avec l’auteur

 

 

 

 

 

 

Tout arrive,  mais ce n’est pas tous les jours qu’on emprunte quelque chose au Point

 

Quand Napoléon pillait l’Europe pour remplir le musée du Louvre

 

Créé sous la Révolution, le musée va recueillir les plus grands chefs-d’œuvre grâce aux razzias de Napoléon… qui devra – presque – tout rendre à sa chute.

 

Marc FournyLe Point – 14.10.2019

 

 

 

Napoléon Bonaparte (1769-1821) en uniforme de premier consul, par François-Xavier Fabre.

 

 

Incroyable histoire que les débuts mouvementés du musée du Louvre, retracé dans le récit très documenté du conservateur Pascal Torres, que les éditions Tallandier ont la bonne idée de rééditer*. Vieux projet des monarques, le Muséum est finalement réalisé dans le chaos de la Révolution française quand les collections royales sont présentées au peuple dès 1793, au cœur du palais devenu républicain. C’est alors que débute un pillage systématique dans les pays limitrophes, comme le raconte Pascal Torres dans son ouvrage : la politique de saisie, commencée par Robespierre, est confirmée sous le Directoire et mis en œuvre par les armées républicaines, en Belgique, en Allemagne et surtout en Italie où le jeune général Bonaparte court décrocher la gloire…

Une fois sur place, Napoléon se fait carrément accompagner d’artistes qui font le tri pour le compte de la République. La liste des saisies est impressionnante : des œuvres du Corrège, La Sainte Cécile et La Transfiguration de Raphaël, l’Apollon et Le Torse du Belvédère, Le groupe du Laocoon, Le Tireur d’épine, La Vierge de la Victoire et La Crucifixion de Mantegna…

Défilé triomphal dans Paris

En 1797, on passe à la vitesse supérieure quand le pape Pie VI est contraint de puiser dans ses trésors après le traité de Tolentino : aux 15 millions de livres s’ajoutent « cent tableaux, bustes, vases ou statues, au choix des commissaires qui seront envoyés à Rome ». La razzia continue sur Venise qui doit céder ses chefs-d’œuvre, dont les fameux chevaux de la basilique Saint-Marc, eux-mêmes saisis au XIIIe siècle par les Vénitiens sur l’hippodrome de Constantinople. Ce butin de guerre fera même l’objet d’un immense triomphe dans les rues de Paris, en 1798, avec des chars couverts de lauriers, de couronnes de fleurs, accompagnés de tigres et de lions exposés dans des cages, un défilé tout droit sorti d’un péplum hollywoodien…

Quand Bonaparte parvient au pouvoir absolu, il modèle le Muséum à sa gloire : le Louvre devint le musée Napoléon, dirigé par le graveur Vivant Denon, un ami de Joséphine. Il fait chasser manu militari les derniers artistes qui logent encore dans les lieux, aménage et agrandit les lieux, notamment en faisant construire une nouvelle aile le long de la rue de Rivoli par Percier et Fontaine. Les œuvres affluent encore, par acquisition ou par les guerres, notamment celles menées en Allemagne. Et c’est au milieu de son musée, symbole de sa puissance, que l’Empereur décide d’épouser Marie-Louise d’Autriche, en 1810. Il somme Denon de vider le Salon carré pour le transformer en chapelle, le directeur résiste, Napoléon menace alors de brûler les tableaux s’ils ne sont pas décrochés dans l’heure !

Plus grand musée de l’univers

Une fois marié, le couple impérial rejoignit les Tuileries en traversant la Grande Galerie devant huit mille invités et surtout les plus beaux chefs-d’œuvre de la peinture européenne, dont une grande partie pillée par les troupes françaises… « Le musée Napoléon, à la chute de l’Empire, était devenu le plus grand musée de l’univers, que jamais aucun musée ne pourra égaler dans l’histoire humaine, pas même le Louvre d’aujourd’hui », reconnaît le conservateur Pascal Torres dans son ouvrage.

Mais le musée des rapines ne survivra pas à Napoléon. Si les puissances européennes ferment les yeux en 1814, lors de la première abdication, ils changent de ton en 1815, après la défaite de Waterloo : la France est sommée de rendre les œuvres pillées, qui regagnent leurs pays d’origine, entraînant d’ailleurs chez les peuples une prise de conscience de leur patrimoine commun. « Les Noces de Cana, de Véronèse sont la seule saisie vénitienne qui demeura au Louvre, explique Pascal Torres. Elle fut échangée contre un tableau de Charles Le Brun qui faisait alors l’admiration de l’Europe : La Madeleine aux pieds du Christ. Venise y perdit au change, c’est certain… » Les Noces ne pouvait de toute façon repartir en Italie : le tableau, immense, avait déjà été coupé en deux pour rejoindre la France, il n’aurait pas supporté un nouveau transfert. Au final, les puissances spoliées ne purent tout reprendre, car dès 1807, des dizaines de tableaux avaient été transférés dans des musées de province et les alliés furent peu regardants… Le Louvre, brutalement amaigri, reprenait alors sa mission sous la responsabilité des Bourbons. « Le musée royal entrait dans une nouvelle ère, conclut l’auteur. Celle de la conquête des chefs-d’œuvre par l’acquisition légale, les donations, les achats ».

 

Le livre :

Pascal TORRES

Les secrets du Louvre

Tallandier , 2019

Collection Texto

320 pages, 10 €

Présentation de l’éditeur :

Forteresse militaire, palais royal, emblème de la République, le Louvre poursuit sa métamorphose depuis plus de huit siècles. Si les chefs-d’œuvre y abondent, le premier musée du monde demeure un labyrinthe méconnu.

Des funérailles d’Henri IV à la tourmente déclenchée par la pyramide de verre, entre Nicolas Poussin, Georges Braque ou Belphégor qui hantent toujours ses murs, des pérégrinations de La Joconde aux découvertes archéologiques récentes, c’est une autre histoire du Louvre qui se raconte. Il fallait un guide comme Pascal Torres, au regard passionné et précis, pour explorer ces mille dédales.

L’auteur :

Pascal Torres, conservateur en chef au musée du Louvre, est essayiste. Il est aussi l’auteur d’un roman, Miss Liberty (2008).

 

 

 

 

Et pour finir :

Peter Handke Prix Nobel de littérature ! Quelqu’un leur a vendu du courage en le faisant passer pour du hasch ?

 

Handke Prix Nobel ; le travail de la transparence contre l’opacité de la langue médiatique

 

Rosa Llorens – LGS – 14.10.2019

 

 

 

 

Coup de tonnerre dans le ciel serein des Nobel : après 20 ans de Purgatoire (depuis qu’en 1996 il a commencé à défendre la Serbie contre « la communauté internationale »), Peter Handke accède au Paradis du Nobel ! Les haines qu’il a déchaînées ne désarment pas pour autant, mais cette reconnaissance officielle permet de reparler de la guerre médiatique déchaînée, aussi criminellement que celle des bombes, contre la Yougoslavie, et de mesurer la grandeur de l’écrivain.

 

Journaux et revues, littéraires ou non, ne manquent pas de nous faire connaître les réactions indignées de Croates et Albanais : Actualitté nous informe que le Premier ministre albanais, Edi Rama, a réagi sur Twitter : « Jamais je n’aurais pensé qu’un Prix Nobel puisse me faire vomir ». A-t-il vomi en apprenant que l’UCK, l’armée des Albanais du Kosovo, se livrait à un trafic massif d’organes prélevés sur des prisonniers serbes (Sur le Kosovo, voir, de Pierre Péan, Une guerre « juste » pour un Etat mafieux) ? Pourtant, en 2010, il fallait déjà avoir l’estomac bien accroché lorsqu’on a appris que le Nobel était attribué à Mario Vargas Llosa, ex-candidat libéral (c’est-à-dire adepte des criminels « Chicago boys ») à la présidence du Pérou.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/handke-prix-nobel-le-travail-de-la-transparence-contre-l-opacite-de-la-langue-mediatique.html .

 

Pour jeter un  œil sur les livres de Handke, voir ici par exemple :

https://www.amazon.fr/Peter-Handke/s?k=Peter+Handke

 

 

 

 

 

 

Mise à jour de lundi 22 :

 

GILETS JAUNES : 49e semaine

 

 

 

Vous pouvez, comme nous, aller voir sur RT France où ils en sont :

 

Gilets jaunes, pompiers, SNCF : un samedi de mobilisations sociales dans tout l’Hexagone

 

Une des vidéos qui nous ont accrochés :

 

 

L’ensemble, c’est là :

https://francais.rt.com/france/67085-gilets-jaunes-pompiers-sncf-samedi-mobilisations-sociales-dans-tout-hexagone

 

 

 

 

 

 

Mise en ligne du 16 octobre 2019 différée

Mise à jour les 18 et 21 octobre 2019

(Qui devrait vous donner de quoi lire jusqu’au 11 novembre)

 

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *