Quand la justice prend l’eau

 

La France n’est plus un paradis, pas encore tout à fait un enfer, mais comme purgatoire… sans compter qu’il déborde sur ses colonies

 

 

Où il est rappelé, non sans pertinence, le rôle funeste joué dans le passé par François Hollande, par Le Canard enchaîné et par Mediapart… qui, pour sa part, continue.

 

Instrumentalisation politique de la Justice à la Réunion : la méthode coloniale 

 

Régis de Castelnau – Vu du droit – 2.2.2020

 

 

 

 

L’instrumentalisation politique de la justice a toujours existé. Simplement, avec le mandat de Nicolas Sarkozy qui en fut une cible particulière, et surtout la mise en place par François Hollande d’un véritable dispositif avec la création d’une véritable juridiction d’exception que constitue l’alliance entre le Parquet National Financier (créé par Hollande) et le Pôle d’instruction financier où figurent des magistrats militants qui n’ont en général rien à refuser au pouvoir socialiste et à celui qui en est aujourd’hui l’héritier Emmanuel Macron. Lorsque celui-ci est arrivé à la présidence, ravi de l’aubaine, il en a peaufiné l’organisation en la complétant avec le choix personnel qu’il fit du procureur de Paris et la mise en coupe réglée par Nicole Belloubet des parquets métropolitains à l’occasion de la crise des gilets jaunes. Nous l’avons dit à plusieurs reprises, l’appareil judiciaire a rallié Emmanuel Macron et le bloc élitaire qu’il représente. Aux côtés de la police et des médias, il constitue le principal outil de répression dont a besoin ce pouvoir minoritaire.

Implanté professionnellement depuis longtemps à l’île de la Réunion, nous avons eu l’occasion d’en connaître la vie politique. Aussi c’est avec stupéfaction que nous avons pu assister à un paroxysme d’instrumentalisation de la justice à des fins politiques, que l’on pourrait qualifier sans exagération de pratiques coloniales. LREM n’est pas implantée à la Réunion en tant que tel, mais un certain nombre d’opportunistes politiques ont abandonné leurs anciennes étiquettes ou simplement brutalement émergé afin de profiter de l’appui de Paris. En matière de manipulation, rien ne leur est refusé.

Quiconque en effet consulte sur Internet la presse réunionnaise est frappée par la suractivité médiatique et judiciaire à l’approche des élections municipales. La cartographie des élus dans le collimateur du combiné justice-média-réseaux sociaux doit peu de choses au hasard : elle reflète la guerre politique, qui oppose le président de la Région Réunion, ex-LR à une myriade d’adversaires centristes et encartés Les Républicains.

Un affrontement régi par des spécificités locales, où les étiquettes adoptées par les acteurs ne traduisent pas forcément des options idéologiques. Et également une géographie particulière qui fait que la Réunion à la fois Région et Département, peuplée d’un million d’habitants ne comprend que 24 communes, en général de grande taille.

À la manœuvre, Didier Robert, actuel président de la Région Réunion, maître d’ouvrage de l’immense chantier de la « Nouvelle route du littoral ».

Lire la suite…

Source : https://www.vududroit.com/2020/02/instrumentalisation-politique-de-la-justice-a-la-reunion-la-methode-coloniale/

 

 

 

 

Mieux vaut tard que pas du tout, même si ça ne servira à rien.

 

Jean-Christophe Lagarde et Fabien Roussel appellent à accorder l’asile à Julian Assange

 

RT  français – 24.2.2020

 

 

 

 

Ce 23 février, le patron de l’UDI et le député communiste se sont dits favorables à ce que la France accorde l’asile politique à Julian Assange. Cette prise de position intervient à la veille de l’examen de la demande d’extradition des Etats-Unis.

 

Faut-il accorder l’asile politique à Julian Assange ? Oui, répondent Fabien Roussel (PCF) et Jean-Christophe Lagarde (UDI), tous deux invités de l’émission Dimanche en politique sur France 3, ce 23 février.

Lire la suite…

Source :https://francais.rt.com/france/71510-jean-christophe-lagarde-fabien-roussel-appellent-accorder-asile-julian-assange

 

 

 

 

Pour suivre l’actualité au jour le jour sur Julian Assange, voir notamment  :

 

« Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux » (Republik) – Nils MELZER

 

Mettre fin à la torture et à la négligence médicale de Julian Assange (The Lancet) – Doctors For Assange

 

 

 

 

Et tout le reste ici : https://www.legrandsoir.info/

 

 

 

 

 

 

Ah, le préfet Grimaud !

 

L’indéfendable Benjamin Griveaux

 

Théophraste R – LGS – 15.2.2020

 

 

 

 

Militant du PS, Griveaux a été élu conseiller municipal, vice-président d’agglomération, vice-président de conseil général, membre d’un cabinet ministériel, le tout sous l’étiquette socialiste, celle de Jean Jaurès qui défendait les pauvres contre la finance et contre le grand patronat et qui parlait au peuple dans la rue.

Ainsi lancé en politique, Griveaux est devenu porte-parole de LREM, puis candidat à la mairie de Paris sous l’étiquette de ce parti dont le chef, qui vient de la banque, s’acharne à détruire tous les droits des travailleurs, fait tabasser, mutiler, emprisonner les protestataires et ne peut mettre le nez dehors sans la protection d’escouades pléthoriques de policiers casqués et armés.

Girouette, félon, fourbe, parjure, traitre, renégat, arriviste sans scrupule, Griveaux est moralement indéfendable.

Tout le reste, on s’en (sex)tape.

Théophraste R. (Qu’est-ce qu’ils deviennent, Valls et El Khomri ?).

Source : https://www.legrandsoir.info/l-indefendable-benjamin-griveaux.html

 

Nous, ce qu’on aime bien chez Théophraste, ce sont aussi les commentaires de ses lecteurs, comme ici, après sa brève suivante :

 

Avec Castaner, les Inconnus sont quatre

 

Théophraste R – LGS – 20.2.2020

 

 

 

 

La « légèreté » de Benjamin Griveaux ayant été regrettée par le secrétaire du PS, Olivier Faure, Christophe Castaner nous a assurés sur France Inter que les divorces de ce dernier ne nous-re-gar-dent-pas.

Théophraste R. Auteur du livre-enquête (refusé par tous les éditeurs) « Castaner, les truands marseillais, le poker et les shots de vodka ».

Les voir ici…

Source : https://www.legrandsoir.info/avec-castaner-les-inconnus-sont-quatre.html

 

Nous en extrayons celui-ci… Que celui qui n’a jamais lancé un  pavé…

 

Ellul – 20.2.2020

Ban je pense que la lettre du Préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, datée du 29 mai 1968, ne le regarde pas non plus…

.

https://www.legrandsoir.info/IMG/pdf/mgrimaud_lettre_29mai68.pdf

 

Souvenirs, souvenirs…

 

 

 

 

 

Évidemment, les gens qui fréquentent Twitter ont également vu ceci :

 

Florian Philippot

@f_philippot

J’imagine que Benjamin #Griveaux a aussi retiré sa candidature parce qu’il sentait que sa campagne ne prenait pas, qu’il risquait un très mauvais score.

 

Mais le fin du fin a été, pour les amis abonnés de Là-Bas si j’y suis en général et de Didier Porte en particuliertoujours à propos des remous Griveaux – l’explosion hilarante de Daniel Cohn Bendit sur « les résosocios » qu’il abomine.

 

 

 

 

 

 

Une affaire Skripal délocalisée ?

 

L’art de la guerre

Pandémie du virus de la peur

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 25.2.2020

Traduction : Marie-Age Patrizio

 

 

 

 

Giovanna Botteri, correspondante de la RAI, ici à Pékin (où elle a été transférée de New York), répand la peur du virus mortel chez les Italiens en se montrant sur Tg2 entièrement vêtue de noir, avec une capuche, des gants et un masque de la même couleur funèbre.

 

Étant entendu que le Coronavirus ne doit pas être sous-évalué et qu’on doit suivre les 10 règles préventives du Ministère de la Santé, il faut adopter une 11ème règle fondamentale : empêcher la diffusion du virus de la peur. Celui-ci est répandu surtout par la télévision, à commencer par la RAI qui consacre ses journaux télévisés quasi entièrement au Coronavirus. Le virus de la peur pénètre ainsi dans tous les foyers à travers les chaînes de télé.

Tandis que celles-ci lancent la plus grande alarme pour le Coronavirus, elles taisent le fait que la grippe saisonnière, épidémie beaucoup plus mortelle, a provoqué en Italie, pendant la 6ème semaine de 2020 – selon l’Institut Supérieur de la Santé –  en moyenne 217 décès par jour, dus aussi à des complications pulmonaires et cardiovasculaires liées à la grippe. Elles taisent le fait que – selon l’Organisation Mondiale de la Santé – meurent en Italie, en une année, du HIV/Aids, plus de 700 personnes (en moyenne deux par jour), sur un total mondial d’environ 770.000.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/pandemie-du-virus-de-la-peur/

 

 

 

 

 

 

 

L’ARMÉE FRANÇAISE DOIT QUITTER L’AFRIQUE SAHÉLIENNE !

 

PAS D’INGÉRENCES IMPÉRIALISTES EN NOTRE NOM !

 

Collectif communiste Polex – 20.2.2020

 

 

 

 

 

L’ensemble du Sahel africain, de la Mauritanie au Niger, du Mali au Burkina Faso, du désert aux fleuves, est parcouru par des troupes étrangères, notamment francaises. Le President Macron affirme qu’elles sont nécessaires pour combattre les  » djihadistes « , les integristes-islamistes, à la demande des peuples africains. .En fait, elles sont de plus en plus ressenties par ces peuples du Sahel comme des troupes occidentales d’occupation, inutiles ou nefastes, et ce discours « humaniste  » des dirigeants francais se revele chaque jour davantage un mensonge.

          1/ D’abord parce que le bilan de cette présence militaire étrangère massive ( 12 000 soldats sous le drapeau de l’ONU dits MINUSMA, 5 000 environ de « l’OPEX » francaise Barkhane, qui sillonnent le désert malien avec l’aide de drones US ) s’enlise en opérations inefficaces depuis des années: l’armée française a eu quelques tués, ce qui est fort regrettable. Mais ces pertes sont minimes à côté de conséquences chaque année plus dramatiques pour les Africains:

Les morts maliens, nigériens, et burkinabés, soldats et paysans, hommes, femmes et enfants, depuis le début de la présence militaire étrangère, se comptent en milliers, et des dizaines de milliers de civils ont dû fuir leurs villages au nord du Mali et à l’ouest du Burkina. Il se dit de plus en plus, de Bamako à Niamey, que les soldats français et autres ne sont là que pour protéger les sociétés minières occidentales, Areva qui exploite au Niger le minerai d’uranium NECESSAIRE aux centrales nucléaires françaises, et celles qui tirent de la region pétrole, or, ou voudraient bien le faire.

         2/ Tous ces pays du Sahel, au sud du désert saharien, sont d’anciennes colonies de la France, à qui De Gaulle a octroyé l’indépendance en 1960, à condition qu’ils signent des traités qui assurent depuis leur sujétion économique ( franc CFA, exploitation préférentielle des richesses ),

militaire ( plus de 50 interventions armées de la France en un demi-siècle ), et politique: ils n’ont de ce fait que très peu d’industries, et un Etat souvent corrompu et déficient, incapable d’assurer la sécurité grâce à la police et l’armée nationales, et un emploi aux jeunes: des milliers de diplômés ne survivent qu’en vendant ce qu’ils peuvent dans la rue. Ils sont une proie facile pour les passeurs de migrants, et les recruteurs de groupes armés clandestins, qui leur offrent un salaire comme ils n’en ont jamais eu ( 5 à 6 fois le revenu moyen au Mali ), et des armes leur permettant d’imposer leur volonté à la population.

            3/ Les groupes armés, séparatistes ou trafiquants plus que religieux, sont toujours plus présents et dangereux. Et le fanatisme islamiste-djihadiste, financé dans toute la sous-region par les monarchies pétrolières du Golfe Arabique, alliées de lOccident ( USA et Israel ) ne manque pas de moyens pour recruter des gens réduits à la misère et au chômage.

            4/ La présence des soldats étrangers s’est traduite en quelques années par la croissance du fanatisme religieux et de la xénophobie dans des pays comme le Mali ou le Burkina, dont l’Islam majoritaire était il y a 10 ans extrêmement tolérant. Dans tout ce secteur, les tueries à prétextes ethnicistes (entre Touaregs, Peuls, Dogons, etc) se sont multipliées depuis un an, faisant craindre les pires dérives.

­____________________

À l’inverse des discours claironnants d’Emmanuel Macron, la présence de troupes françaises au Sahel, dans la mesure où elle ajoute au discrédit et à l’impuissance des États africains, n’est pas le moyen d’éradiquer le djihadisme, l’insécurité et la pauvreté qui contraint par milliers chaque année des Africains à migrer au péril de leur vie. Elle en est même une cause essentielle.

 

 

 

 

IL EST TEMPS D’EXIGER DES DIRIGEANTS FRANÇAIS ET OCCIDENTAUX LE RETRAIT DU SAHEL DES TROUPES ÉTRANGÈRES ET NOTAMMENT FRANÇAISES.

 

LES INTÉRÊTS DES ACTIONNAIRES D’AREVA OU DE TOTAL NE PEUVENT JUSTIFIER DES MORTS OU DES DÉPLACÉS  EN AFRIQUE, QU’ILS SOIENT FRANÇAIS, MALIENS, BURKINABÉS OU NIGÉRIENS.

 

 

 

Visiter le site : http://www.collectif-communiste-polex.org/

Courriel : contact.polex@orange.fr

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/larmee-francaise-doit-quitter-lafrique-sahelienne/

 

 

 

 

Le sultan dans son labyrinthe

 

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu – 20.2.2020

 

 

 

 

Dans son palais présidentiel d’Ankara, Erdogan est peut-être en train de lire Le Général dans son labyrinthe, sombre tableau d’un Bolivar épuisé, malade, perdu dans ses souvenirs et l’échec de son projet. Si l’ambition du sultan est bien moins grandiose et désintéressée que celle du Libertador, le voilà peu ou prou dans la même situation, à ruminer sur ce qui n’a pas fonctionné.

Car rien ne marche comme prévu pour l’instant. Le bluff ottoman a de nouveau fait un flop et l’offensive turco-barbue de ce jour sur Nayrab s’est soldée par une fessée. L’aviation russe a châtié les « modérés » tandis que l’aviation syrienne a puni le soutien d’artillerie turc. Dans l’affaire, quelques soldats sultanesques supplémentaires sont morts (deux à quatre selon les sources).

Prise au dépourvu devant la réaction syrienne et l’intransigeance russe, la Turquie revient à ce qu’elle sait faire de mieux : couiner et demander la protection de tonton Sam. Les naïfs qui pensaient que, par ses mamours répétés, Poutine pourrait arracher Erdogan à la sphère atlantique en sont pour leurs frais, nous y reviendrons…

Lire la suite…

Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/02/le-sultan-dans-son-labyrinthe.html

 

 

 

 

 

 

 

Une solidarité qui a coûté cher

 

Bruno DRWESKI

Une solidarité qui a coûté cher

Préface de Jean-Pierre Page

Éditions DELGA – 2019

259 pages

19 €

Présentation de l’éditeur :

Les ouvriers polonais souhaitaient en août 1980 élargir les conquêtes sociales de la Pologne populaire et créer un syndicat garantissant la formation d’un socialisme autogestionnaire correspondant au niveau d’éducation atteint par la société. Mais les intellectuels révisionnistes, qui avaient auparavant développé des contacts étroits avec les élites occidentales, ont réussi à profiter de l’inexpérience politique des grévistes pour acquérir une influence sur la direction de Solidarnosc et devenir les intermédiaires obligés du pouvoir. Lequel pouvoir tentait de rétablir un minimum de confiance et d’ordre pour négocier avec les puissances capitalistes. Puissances qui ponctionnaient les richesses de la Pologne, tombée alors dans la spirale de l’endettement, tandis que les cercles réactionnaires occidentaux profitaient de la tension pour tenter de délégitimer le marxisme avec l’appui des gauches anticommunistes.

Ces objectifs contradictoires firent tomber le pays dans une instabilité pour laquelle la direction de Solidarnosc porte une grande responsabilité, ce qui a entraîné la proclamation de la loi martiale et cassé le syndicat en perte de légitimité. Sous couvert d’aide au syndicat réprimé, les partisans de la guerre froide ont pu financer et récupérer les structures résiduelles de Solidarnosc et ses dirigeants se sont alignés sur la logique néolibérale au moment où la nomenklatura postcommuniste envisageait de stabiliser sa domination en intégrant les réseaux de pouvoir mondialisés, ce qui déboucha sur les accords de la « table ronde » qui ont fait basculer la Pologne dans le capitalisme.

Bruno Drweski

Historien, politologue, enseignant-chercheur spécialiste de la Pologne et de l’Europe médiane à l’INALCO, ancien rédacteur en chef de La Pensée et Recherches internationales, membre du Conseil national de l’ARAC. Les éditions Delga avaient déjà publié son ouvrage La Nouvelle Russie est-elle de droite ou de gauche ?

 

Pour commander le livre :

http://editionsdelga.fr/produit/une-solidarite-qui-a-coute-cher/

 

 

 

 

 

La Pologne de l’espérance autogestionnaire à la sauvagerie capitaliste. Entretien avec Bruno Drweski

 

Jacques Kmieciak  – Investig’action – 13.2.2020

 

 

 

 

Dans son dernier opus Une solidarité qui a coûté cher ! Histoire populaire de Solidarnosc*, l’historien Bruno Drweski nous plonge au cœur d’une décennie-charnière de l’histoire de la Pologne. En 1981, le syndicat Solidarnosc mobilise dix millions de Polonais autour d’un programme autogestionnaire d’« amélioration du socialisme ». Dix ans plus tard, convertis au néolibéralisme, les dirigeants de cette organisation engagent le pays dans la voie de la restauration du capitalisme, avec le soutien d’une partie de l’appareil du Parti ouvrier unifié polonais (POUP) et les encouragements de l’Occident ! En cette fin de siècle, Leszek Balcerowicz, ministre des Finances, impose la « thérapie de choc » aux allures de « choc de la thérapie » pour les citoyens polonais. Des grandes grèves d’août 1980 à la proclamation de l’état de siège de décembre 1981, jusqu’à la « table ronde » de 1989, prélude au changement de régime, Bruno Drweski analyse les ressorts d’une évolution sociétale avortée et les mécanismes qui ont conduit à la restauration d’un capitalisme pur et dur. Rencontre.

Lire la suite…

Source : https://www.investigaction.net/fr/la-pologne-de-lesperance-autogestionnaire-a-la-sauvagerie-capitaliste-entretien-avec-bruno-drewski/

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/une-solidarite-qui-a-coute-cher/

 

 

 

 

 

Et si on parlait un peu cinéma pour changer ?

 

À l’occasion de deux articles de Rosa Llorens

 

 

 

 

Théroigne – LGO – 24.2.2020

 

On commence par vous les présenter. Ce n’est pas tous les jours que Rosa Llorens livre deux articles dans la même semaine. Et ses critiques, comme toujours, sont profondément politiques, dans le meilleur sens du terme.

Mais elles donnent aussi à réfléchir sur des réalisateurs qu’on aime et sur d’autres qu’on aime moins.

Ceci n’est rien d’autre qu’un aparté oiseux de votre servante, que vous pouvez sauter sans dommage.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/et-si-on-parlait-un-peu-cinema-pour-changer/

 

 

 

 

Jeune pape, nouveau pape : bis repetita non placent. 

 

Rosa Llorens – LGS – 16.2.2020

 

 

 

Toni Servilio, acteur-fétiche de Paolo Sorrentino, dans La Grande Bellezza

 

 

Dans Youth, Paolo Sorrentino mettait dans la bouche de Jane Fonda, refusant un rôle dans le film en projet d’un des héros, une apologie des séries : les films, c’est ringard, et les séries télé payent beaucoup mieux. C’était un plaidoyer pro domo, puisque le cinéaste devait déjà négocier, ou avoir signé, avec Canal Plus. Si Sorrentino y a sans doute économiquement gagné, le spectateur peut-il se féliciter de cette nouvelle donne ? Y a-t-il quelque chose à attendre des séries ?

The Young Pope avait suscité de grandes attentes, et le générique du moins était très excitant, avec la marche triomphale de Jude Law, en parallèle avec la course de la météorite qui finissait par renverser de façon jouissive le pape Wojtyla, en référence à l’œuvre de Maurizio Cattelan. La question qu’on se posait, c’était : Sorrentino a-t-il quelque chose d’audacieux, de subversif à nous dire ? Certes, la réponse était écrite d’avance : une série grand public (et pour public payant) ne peut qu’être consensuelle. Et, de fait, pour nous convaincre que son pape était anticonformiste, Sorrentino n’a trouvé que de pauvres astuces, comme d’en faire un fumeur ou un amateur de Cherry Coke Zero.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/jeune-pape-nouveau-pape-bis-repetita-non-placent.html

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/jeune-pape-nouveau-pape-bis-repetita-non-placent/

 

 

 

 

 

Lettre à Franco sur le séparatisme

 

Rosa Llorens – LGS – 21.2.2020

 

 

 

 

 

Le film d’Alejandro Amenabar Lettre à Franco est, au point de vue divertissement, un très bon film historique, sur une période toujours actuelle, puisqu’en Espagne on n’a jamais tourné la page du fascisme. Mais il faut se demander où est au juste l’actualité du film, ce qui amène à analyser la position de l’auteur sur son sujet.

Le film s’ouvre sur un drapeau en noir et blanc, qui semble donc bicolore (foncé, clair, foncé) ; puis, pendant le générique, il se colore, et on découvre le drapeau républicain espagnol tricolore : rouge, jaune, violet. On est toujours surpris de trouver, sur la période 1931-36 ou 37 (avant que la guerre impose sa propre logique) une normalité républicaine, avec des drapeaux tricolores flottant sur toutes les mairies, dont, ici, celle de Salamanque. Le film concerne en effet la période de transition entre République et dictature, avec une scène cruciale où le drapeau de la monarchie (qui est toujours celui de l’Espagne) remplace le drapeau républicain, sur une initiative de Franco. C’est aussi la période des hésitations du grand intellectuel espagnol Miguel de Unamuno, conservateur humaniste, entre appui au soulèvement militaire et dénonciation du fascisme.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/lettre-a-franco-sur-le-separatisme.html

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/lettre-a-franco-sur-le-separatisme/

 

 

 

 

  

 

 

 

Certes, il n’est question, ici, de cinéma, que corollairement. C’est à la faune à la mode des Me Too et autres lesbiennes déguisées en justicières que s’en prend Brighelli, mais il en profite pour dire tout le mal qu’il pense d’un certain cinéma féminin. Et il se trouve qu’on partage, dans certains cas, son allergie…

 

Regard de femme

 

Jean-Paul Brighelli – Bonnet d’äne – 23.2.2020

 

 

 

 

 

 

Avertissement liminaire, à l’intention des crétins et crétines, de plus en plus nombreux dans le ciel français depuis qu’on les met en orbite : ce qui suit est une interview fictive, qui m’a été inspirée par une émission écoutée samedi 22 février sur France-Inter. Natacha Polony y était opposée à Iris Brey, à propos de la sortie du livre de cette dernière, le Regard féminin – une révolution à l’écran (Editions de l’Olivier). Ce que j’ai entendu m’a incité à interviewer — ou à faire semblant d’interviewer — cette dame, dont les positions sur le cinéma sont d’une imbécillité si consternante que je me demande encore comment Polony a fait pour garder un ton de voix uni et poli, face à la Bêtise à front de taureau.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/regard-de-femme/

 

 

 

 

 

Dernière minute :

 

La très belle Monica Bellucci : Magritte d’honneur 2020

Deux mini-interviews

 

 

 

Ses derniers films (piqués à Wikipedia) :

 

 

Pour le cas où vous l’ignoreriez, Kaouther Ben Hania est une nana.

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 25 février 2020

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *