On a un faible pour les polémistes, dont Jean-Paul Brighelli fait partie. Mais s’ils sont souvent sans peur, ils sont rarement sans reproche. Ainsi, dans l’article ci-dessous, râlant contre l’actuelle mode imbécile de l’antiracisme de la 11e heure et de la repentance made in les pires sous-couches de la crétinerie fière d’elle et dominatrice US, se croit-il obligé de s’écrier :

 

« L’essentiel des actes racistes, rapportés à ce que représentent en proportion les diverses composantes du tissu français, ce sont les Juifs, comme d’habitude, qui les encaissent. »

 

Mais encore ?

Le sionocompatible qu’il est ne se rend-t-il pas compte ou fait-il semblant de ne pas voir l’origine holocaustique de ce qu’il déplore avec tant de raison ? Ne voit-il pas que les revendications victimaires les plus échevelées d’aujourd’hui n’ont pas d’autre origine que le sport pratiqué depuis la fin de la guerre par ceux qui l’hébergent et qu’il ménage en feignant qu’il n’y a pas de différence entre « juifs » et « sionistes » ?

Que ces derniers s’obstinent à le prétendre dans le canard à Finkie, c’est de bonne guerre. Mais il y a des limites au respect humain acceptable et il y a un moment où il faut admettre que les barricades n’ont que deux côtés (Elsa Triolet, si je ne m’abuse) et qu’on ne peut pas camper sur les deux à la fois, surtout quand il faut tirer.

Et ce n’est pas la seule chose à lui reprocher, si on veut pinailler…

Bien sûr qu’il y a du lumpenproletariat noir – pourquoi n’y en aurait-il pas ? – et, bien sûr qu’il est aussi à plaindre et insupportable que les autres.

Bien sûr les Arabes ont pratiqué l’esclavage, comme tous les peuples sans exception depuis la préhistoire, et ce n’est pas non plus, bien sûr, de la judéophobie d’admettre qu’en Europe, des millions d’esclaves slaves ont été émasculés – dont 4 sur 5 mouraient (plaque tournante : Verdun) – par des esclavagistes hébreux ou Khazars qui les vendaient ensuite à qui en avait l’usage, éventuellement des Arabes mais pas que, qu’est-ce que vous croyez ?

Et peut-être est-il vrai que quelque allumé du Vietcong ait coupé le bras d’un compatriote parce que vacciné par les Yankees. Ce sont les généralisations qui font le racisme, quelle que soit sa forme.

Bon. Brighelli râle. Moi aussi.

Théroigne

 

 

 

 

 

Iconoclasme

  

Jean-Paul Brighelli – Bonnet d’âne – 12.6.2020

 

 

Chacun (sauf le CRAN, le PIR, tous ceux qui les soutiennent et mettent un genou à terre pour s’excuser des crimes supposés de leurs ancêtres, et Virginie Despentes, qui est à la Culture ce qu’un poisson est à une bicyclette) — chacun donc sait que le fondement de l’iconoclasme, que ce soit au VIIIe siècle, quand les chrétiens de Léon III tentèrent de se faire aussi bêtes que les Arabes qui leur étaient frontaliers, au IXe quand les sujets de Léon V récidivèrent, ou au XVIe, quand les Protestants, non contents d’adhérer à une religion qui interdisait pratiquement le plaisir, détruisirent les églises et les cathédrales partout où ils passèrent, est essentiellement religieux. Persuadés de prêcher la vraie foi, les barbares se déchainèrent contre tout ce qui leur était hostile — l’Art et la Culture au premier chef.

 

Le mouvement de destruction des statues, amorcé déjà depuis quelques années au nom de la lutte contre le colonialisme (il faudra m’expliquer en quoi massacrer Cecil Rhodes en effigie

 

 

 

 

légitime les massacreurs noirs qui ont pris le pouvoir au Zimbabwe depuis qu’il ne s’appelle plus Rhodésie) ou le racisme — et la destruction des statues de Schoelcher à la Martinique

 

 

 

 

est un sommet d’inculture et de méconnaissance historique : ça me rappelle ces Viêt-Congs qui coupaient le bras de leurs concitoyens vietnamiens sous prétexte que des médecins américains les avaient vaccinés.

La nouvelle religion de ces nouveaux barbares s’appelle l’antiracisme — ou, si vous préférez appeler les choses par leur nom, le racisme anti-Blancs, avec un codicille spécial antisémitisme. Ce qui explique que le souvenir de la traite soit à sens unique — l’Atlantique — et ne tienne pas compte du nombre bien plus élevé de Noirs vendus à d’autres Noirs — ou aux marchands d’esclaves arabes. Intersectionnalité des luttes oblige.

Nancy Pelosi, qui dirige la minorité démocrate au Sénat, a ainsi fait acte de contrition en public.

 

 

 

 

Une pure descendante d’émigrés italiens venus s’installer aux Etats-Unis au début du XXe siècle doit forcément se faire pardonner la traite négrière et le massacre des Indiens, auxquels ni elle ni ses ancêtres n’ont pris aucune part. Romain Gary racontait déjà dans Chien blanc le sentiment de culpabilité, vis-à-vis des « Native Americans », développé à Hollywood par des acteurs d’origine juive est-européenne… À l’époque, il en riait. Aujourd’hui, nous sommes sommés de nous flageller publiquement en gardant notre sérieux.
Il y a quelques années, un élève noir m’a lancé : « Ouais, vous me mettez de mauvaises notes parce que je suis black » — à quoi je répondis que je le sanctionnais parce qu’il était nul — et de surcroît, ajoutai-je, bête à bouffer du foin. J’ai dans l’idée que par les temps qui courent, Castaner me révoquerait directement.
Heureusement que je ne dépends pas du « premier flic de France », l’homme qui a tenté de faire croire que tous les policiers étaient des racistes impénitents. C’est peut-être lui qu’il faudrait révoquer ?

Lui et pas mal d’autres. Entre ceux qui s’excusent de ne pas être des femmes, afin de mieux se sentir violés à chaque pas, les transgenres qui accusent J.K. Rowlings d’être transphobique, les voyous qui ont découvert que hurler au racisme leur assure l’impunité auprès des lecteurs de Libé, et tous les communautaristes qui prennent en marche le train de la bêtise universelle, cela finit par faire du monde. Mais nous le savions : quand il s’agit des connards, leur nom est légion.

Entendons-nous : des racistes, il y en a — et les plus à craindre ne sont pas les supporters français du Ku-Klux-Klan, qui se comptent sur les doigts d’une main. L’essentiel des actes racistes, rapportés à ce que représentent en proportion les diverses composantes du tissu français, ce sont les Juifs, comme d’habitude, qui les encaissent. Ils ont le désavantage d’être Blancs, une bonne excuse chez certains (il faut entendre les discours de Louis Farrakhan et de sa Nation of Islam aux États-Unis, ou de ses épigones européens) pour les accuser de tous les crimes.
Nous n’avons pas à nous excuser d’être ce que nous sommes, Blancs, Noirs, Jaunes ou Métis, hommes ou femmes, homos ou hétéros — j’en oublie sûrement, l’une des beautés du communautarisme contemporain est de fragmenter en sous-groupes, puis encore en sectes ou en bandes. Ni de ce qu’ont fait nos ancêtres — je ne suis pas de ceux qui croient que les fautes des pères doivent retomber sur la tête des fils. Nous ne sommes comptables ni des exactions ni des souffrances de nos aïeux : ni les unes ni les autres ne nous octroient un quelconque droit ou devoir.

Parce que nous sommes ce que nous faisons, nous sommes la somme de nos actes, et des gens qui renversent des statues ou décapitent Joséphine de Beauharnais

 

 

$

 

 

parce qu’on leur a fait croire des sornettes sont juste des crétins patentés. Je me fiche pas mal que mon interlocuteur soit Noir, juif, ou pastafarien. La seule question intéressante est : « Que fait-il ? » « Que vaut-il » — étant entendu que la valeur humaine en soi est une affirmation théorique, en démocratie, mais que la vraie qualité se déduit de ce que l’on réalise. En soi, mon frère, tu ne vaux pas plus que la somme de tes actes — et c’est sur cette base que je te jugerai, pas sur la couleur de ta peau, ta pratique religieuse ou le fait que tu sois l’heureux bénéficiaire d’un vagin ou d’un phallus.

Source : Bonnet d’âne

 URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/11447-2/

 

 

 

 

 Juin 2020

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *