Les pays qui abritent des systèmes US deviendront des cibles pour la Russie si les États-Unis quittent l’INF

 

État-Major de la Défense de RussieTASS5.12.2018

 

« La déclaration de Donald Trump sur les intentions US de sortir du traité sur le contrôle des armes affectera négativement la stabilité stratégique mondiale, » a déclaré Valery Gerassimov.

 

 

Système de lancement vertical M41

© wikimedia.org/Hpeterswald

 

« Les pays qui abritent des systèmes de missiles US deviendront des cibles pour la Russie si les USA cessent de respecter le traité INF (Intermediate-Range Nuclear Force) », a déclaré mercredi le Chef d’État-Major russe Valery Gerassimov, lors d’une séance d’information destinée aux attachés militaires.

 

« Puisque des représentants officiels d’agences militaires étrangères se trouvent ici présents, je veux envoyer un message à leurs gouvernements, à savoir que si le traité INF est violé, nous ne laisserons pas la chose sans réponse ».

« En tant que militaires professionnels, vous comprenez certainement que ce n’est pas le territoire des États-Unis, mais celui des pays qui abritent des systèmes US de missiles à courte et moyenne portée qui deviendront la cible des mesures de représailles russes. »

 

Pour Gerassimov, la déclaration de Trump sur les intentions US de faire fi du traité de contrôle affectera négativement la stabilité stratégique mondiale.

 

« Nous voyons cela comme une démarche très dangereuse, qui peut influencer à la fois la sécurité de l’Europe et la sécurité stratégique en général. »

 

Le général Gerassimov a insisté sur le fait que les USA rendent la Russie responsable du viol du traité INF, mais que la situation est radicalement différente.

 

« Les accusations contre la Russie sont une tentative de camoufler la situation réelle. »

« La situation réelle, c’est que, depuis 2000, la Russie n’a cessé d’en appeler à Washington, pour qu’il soit mis fin à la pratique d’utiliser des missiles-cibles et de simuler le lancement de missiles balistiques à courte ou moyenne portée lors des tests de systèmes d’anti-missiles balistiques. Ces pratiques sont interdites par le traité. »

 

Le système de lancement vertical US MK 41 déployé en Roumanie et en Pologne peut lancer des missiles de croisière à moyenne portée, ce qui est une « violation flagrante » des obligations impliquées par le traité INF, a précisé Valery Gerassimov.

En octobre dernier, le président US Donald Trump a annoncé que Washington allait se retirer du traité, en prétendant que celui-ci serait violé par la Russie.

Le traité INF a été signé le 8 décembre 1987 et a pris effet le 1er juin  1988. Il s’applique aux missiles terrestres déployés ou non-déployés à moyenne portée (1.000 à 5.000 kilomètres) et à courte portée (500 à 1.000 kilomètres). Au cours des dernières années, Washington a constamment accusé la Russie de violer le traité. Moscou a catégoriquement réfuté l’accusation, s’élevant en revanche de façon répétée contre son non-respect par Washington.

 

Source : http://tass.com/defense/1034395

 

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

Décembre 2018

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *