Memento Mori * – Pensées impopulaires sur le coronavirus

 Craig Murray – UNZ – 7.3.2020

 

 

 

 

J’ai toujours beaucoup aimé cette photo, pour des raisons qui doivent paraître évidentes. Nous sommes là, de gauche à droite, Celia, Stuart, Neil, Craig et toute notre enfance, nous avons vraiment été aussi proches et aussi heureux que cela. La raison pour laquelle je mets aujourd’hui cette photo en ligne est que ma mère m’a toujours dit qu’elle n’en revenait pas que nous y ayons l’air aussi en forme, alors qu’elle a été prise à un moment où nous n’allions pas à l’école parce que nous avions la grippe de Hong Kong.

La grippe de Hong Kong de 1968/69 fut la dernière pandémie sérieuse à balayer le Royaume Uni. Ces phénomènes semblent être extraordinairement réguliers – à vrai dire, les épidémies de 1919, 1969 et 2020 ont été bien plus régulières que les trains (même si je triche un peu en sautant la « grippe asiatique » de 1958). Aujourd’hui, on connaît la « Grippe de Hong Kong » sous le nom de H3N2. L’évaluation des morts qu’elle a causées dans le monde va de 1 à 4 millions. Au Royaume Uni, on estime qu’elle a tué 80.000 personnes.

.

 

Morts au Royaume Uni attribuées aux différents déclenchements de virus

 

 

Si le coronavirus était apparu en 1968, on l’aurait tout simplement appelé « grippe », probablement « grippe de Wuhan ». Le COVID-19 peut ne pas être ainsi catalogué aujourd’hui, mais, dans ma jeunesse, nous l’aurions assurément appelé grippe. La grippe de Hong Kong a été très semblable au déclenchement actuel en ce qu’elle a été extrêmement contagieuse, mais avec un taux de mortalité plutôt bas. On estime que 30% de la population du Royaume Uni a été infectée par le virus de la grippe de Hong Kong. Le taux de mortalité a été de 0,5%, touchant principalement des gens âgés ou des personnes déjà en mauvaises conditions physiques.

Mais il n’y a pas eu de panique massive, âs d’hystérie .médiatique seconde par seconde, à propos de la grippe de Hong Kong. Permettez-moi de commencer à devenir impopulaire. 3Un octogénaire déjà pas en très bonne santé meurt de la grippe » n’est pas et ne devrait pas être l’ob jet d’un gros titre à la une. Ce genre d’annonces est abusif, intrusif, déséquilibré et a pour but de provoquer de l’hystérie.

Prenez en considération ceci : 100% de ceux qui contractent le coronavirus vont mourir. 100% de ceux qui ne contractent pas le coronavirus vont mourir aussi. La différence d’espérance de vie moyenne entre les deux groupes s’avérera être très marginale. Ceci vient du fait que la grande majorité de ceux qui mourront du coronavirus touchent à la fin de leur vie ou ont déjà d’autres problèmes de santé.

.Laissez-moi vous dire quelque chose d’important. J’écris ces lignes avec un cœur et des poumons déjà endommagés pas en trop bon état, suite à plusieurs embolies pulmonaires bilatérales qui ont failli me tuer en 2004, mystérieusement apparues juste au moment où les gouvernements du Royaume Uni et des USA essayaient désespérément de se débarrasser de moi comme ambassadeur, quelques semaines à peine après que j’eusse été lavé des fausses accusations portées contre moi par le gouvernement britannique pour me faire tomber dans un piège. J’ai été dans le coma pendant des jours, à la suite de quoi les médecins m’ont donné un maximum de trois ans à vivre (lisez Meurtre à Samarcande, si vous voulez connaître toute l’histoire). Si j’attrape le COVID-19 , je m’attends à être assez vite expédié verts mes aventures suivantes.

Mais je ne m’en fais pas pour ça. J’ai vécu une vie incroyablement pleine et satisfaisante. Je n’ai aucunement envie de mourir – j’ai une femme et des enfants que j’aime profondément et il y a encore d’importantes batailles politiques en perspective, que je voudrais livrer. Mais les êtres humains ne sont pas supposés vivre toujours, et tôt ou tard mon heure viendra.

Ce qui me préoccupe, dans la réaction actuelle au coronavirus, c’est qu’elle semble refléter la croyance que la mort est une aberration plutôt qu’une partie de l’ordre naturel des choses. Alors que l’espèce humaine continue d’augmenter exponentiellement tout en continuant à éteindre négligemment les autres espèces, il est inévitable que l’excessive surpopulation humaine devienne la proie de maladies.

Alors que nous voyons l’effet catastrophique des humains sur leur environnement, sur les autres espèces et sur le climat, je me demande avec de plus en plus de perplexité quelles sont les hypothèses sous-jacentes et les objectifs de l’espèce humaine. Croyons-nous réellement que la science médicale peut et doit éliminer toutes les maladies ? Il y a de nombreux  scientifiques médicaux richement financés qui travaillent très dur, dans le domaine de la recherche, sur l’idée que le vieillissement est un processus qui peut être évité. Parce que c’est une idée qui plaît énormément aux riches occidentaux, on dépense beaucoup plus d’argent pour prévenir le vieillissement que pour combattre la malaria et d’autres maladies tropicales. Où tout cela doit-il finir ? Voulons-nous vraiment un monde – ou du moins un monde riche – où tout le monde deviendra centenaire ? Quels en seront les effets sur l’ensemble de la  population, sur les démographies, sur l’économie et sur la répartition de ressources qui ne sont pas infinies, y compris la nourriture et le logement ?

L’hystérie de masse autour du coronavirus actuel est poussée par le rejet sociétal de la notion que l’espèce humaine fait partie d’une écologie plus vaste et que la mort et la maladie sont des faits inévitables, avec lesquels il devrait être normal pour l’espèce humaine de s’accorder. Laissez-moi offrir une pensée réconfortante à ceux d’entre vous qui se sont laissés happer par l’hystérie : je n’ai aucun doute sur le fait qu’on exagère la mortalité due au coronavirus. Les chiffres sont basés sur l’extrapolation des cas qui ont été testés, mais il existe un très grand nombre de gens dans le monde qui ont ou qui ont eu le coronavirus, et dont les symptômes ont été ceux d’un rhume ou même n’ont pas existé, et qui ne se sont pas mis en avant pour se faire tester. La grippe de Hong Kong a eu un taux de mortalité de 0,5% et je crois qu’en définitive, le COVID-19 s’avèrera très similaire. Exactement comme la grippe ordinaire quand on l’attrape, avec la seule différence qu’elle est plus contagieuse, donc que davantage de gens l’attraperont.

Cela dit, lavez-vous les mains, jetez vos kleenex dans la poubelle, veillez à tout tenir propre, ne traînez pas en compagnie de quelqu’un qui a la grippe. Servez-vous de tout ce qu’offre la médecine moderne pour vous soulager. Mais ne soyez pas trop choqués à l’idée qu’il y a des gens qui vont mourir, surtout s’ils sont vieux. Nous ne sommes pas des dieux, nous sommes mortels. Il faut nous réconcilier avec cette idée.

Toutes les morts humaines sont des tragédies individuelles. Je souhaite consolation et réconfort à ceux d’entre vous qui sont dans la peine et je ne veux nullement minimiser la douleur causée à personne par la perte de quelqu’un de n’importe quel âge (il n’y a pas longtemps que j’ai perdu ma mère) ni le fait que même un très petit nombre de morts d’enfants seront terriblement douloureuses. Mes plus profondes et sincères condoléances vont à tous les endeuillés et mes plus chaleureux égards aux malades et aux angoissés. Mais la perspective d’un endroit plus vaste pour la vie humaine dans le cosmos  peut être une aide aux affligés. Le but de ce blog n’est pas de se dérober devant ce qui risquerait d’être impopulaire. J’espère que les gens vont commencer à envisager le COVID-19 d’une manière plus mesurée.

____________________________

*Souviens-toi que tu vas mourir.

 

Craig Murray, ex-ambassadeur de Grande Bretagne s’est rendu célèbre pour avoir dénoncé, alors qu’il était en poste en Ouzbékistan, les pratiques sanguinaires du tyran au pouvoir, qui avait pour coutume de bouillir vivants les opposants. On se rappellera que les gouvernements britannique et US, dont le sanguinaire ouzbek était un client chouchouté, n’ont eux-mêmes reculé devant rien pour se débarrasser de celui qui avait mis aussi inconsidérément les pieds dans le plat. C’est allé des campagnes de calomnies aux accusations mensongères, en passant par les tentatives d’élimination pure et simple « à la Chavez », sans que Candide diplomate soit jamais accusé, toutefois, d’avoir baisé sans capote des agentes israéliennes de passage en Suède. Mais qu’on se rassure, l’arsenal est inépuisable. Hélas, la cible a réussi à survivre, à se laver des accusations téméraires et, ne voulant rien comprendre à rien, continue à sévir.

 

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

Source : https://www.unz.com/article/momento-mori-unpopular-thoughts-on-corona-virus/

Source d’origine : CraigMurray.org .

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/memento-mori-pensees-impopulaires-sur-le-coronavirus/

 

 

 

 

 

Mars 2020

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *