Confinements et quarantaines

 

 

 

 

 

Le Diamond Princess dans le port de Yokohama

 

 

Confinements et quarantaines

 

 

 

 

Un conte de Carême

 

 

 

Le Corona, la peur et la pauvreté

 

Israël Adam Shamir – Entre la plume et l’enclume – 26.3.2020

Traduction : Maria Poumier

 

 

 

 

 

En ces temps de Corona, j’écoute souvent le conseil des Monty Python : « Prends la vie du bon côté ». Ce nuage noir est bordé d’un liseré d’argent. Tandis que le virus rôde au dehors, les ados daignent passer plus de temps avec leurs parents; les épouses sont à la maison et vous mijotent des petits plats au lieu de traîner avec de beaux étrangers dans des cafés classe, nous n’avons pas à planifier des vacances chères sur des îles lointaines, il y a plus de temps pour lire ou pour jouer aux dames avec les gosses. Les habitudes forcément plus modestes (pas de resto, pas de soirée) s’accordent avec le Carême, cette sombre période qui précède Pâques. On peut tenir un bon moment avec ce Carême calme à la maison, style année 1956.

 

Malgré mon âge, la maladie ne me fait pas peur du tout. On ne meurt qu’une fois, et c’est inévitable. C’est l’interférence des gouvernements à la main lourde, ce qui nous pèse vraiment sur la nuque. C’est le confinement, et non la maladie ce que je redoute. Considérez l’exemple d’Israël, ce projet pilote des Maîtres du discours.

En Israël, comme dans un petit nombre d’autres pays, le confinement le plus sévère a été ordonné : les gens n’ont pas le droit de quitter leurs appartement sauf pour aller acheter à manger. Même une promenade solitaire au bord de la mer ou dans le jardin public : interdit, tout ça, et il y a la police et l’armée pour faire respecter l’ordre. Le temps exquis, la Méditerranée toute bleue, les collines toutes vertes, mais il faut rester enfermés. Cette recommandation de rester à la maison et de bien le prendre peut nous sembler louche; cet emprisonnement des citoyens est une étape qu’aucun tyran n’avait pu envisager jusque là.

  Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/le-corona-la-peur-et-la-pauvrete/

 

 

 

 

 

 

Maintenant que M. Jacques Attali a rejoint, et même dépassé, l’âge de l’euthanasie, peut-on espérer qu’il va demander à sa nurse de bien vouloir lui servir sans tarder son bouillon d’onze heures ?

 

 

 

 

 

COVID 19 : procédure de référé liberté devant le Conseil d’État

 

Régis de Castelnau – Vu du droit – 26.3.2020

 

 

 

 

Les carences de l’État et de son gouvernement dans la conduite d’une stratégie cohérente de lutte contre la pandémie due au Covid19 sont absolument éclatantes. La prise en compte de l’importance de la menace a été beaucoup trop tardive, et les mesures préconisées sont insuffisantes quand elles sont appliquées ce qui n’est pas toujours le cas. L’Assemblée nationale transformée en chambre d’enregistrement du pouvoir exécutif en violation de la séparation des pouvoirs empêche la mise en cause de la responsabilité du gouvernement.

 

Dans ces conditions, compte tenu de la gravité sans précédent de cette situation et de l’urgence il ne reste aux citoyens que la voie de l’action devant la justice administrative, à savoir le Conseil d’État.

Vu Du Droit met à la disposition de ceux qui le souhaitent un projet de requête devant la section du contentieux du Conseil d’État statuant en matière de référé liberté. Tous les citoyens sont recevables à saisir la juridiction puisqu’ils sont victimes des carences de l’État et du gouvernement. Le ministère d’avocat n’est pas obligatoire.

Il est possible de réaliser un copier coller à partir de ce texte, de le compléter et de l’adresser au conseil d’État soit par courrier recommandé au 1 Place du Palais Royal, 75001 Paris. On peut également utiliser la voie électronique en allant sur ce lien : https://citoyens.telerecours.fr/#/authentication

Ceux qui le souhaitent peuvent se regrouper, mais il faut impérativement faire apparaître les noms et l’État civil complet de chaque requérant.

 

 

CONSEIL D’ÉTAT

SECTION DU CONTENTIEUX

JUGE DES REFERES

REFERE-LIBERTE

(article L 521-2 du Code de justice administrative)

CORONAVIRUS

POUR :                       

  1. M. / Mme [prénom]

  [nom]

                                      De nationalité [à compléter]

                                      Né le [à compléter]

                                      [adresse]

                                      [profession]

                                      Représentant unique des parties au sens de l’article R 751-3 du Code de justice administrative

  1. M. / Mme [prénom] [nom] 

                                      De nationalité [à compléter]

                                      Né le [à compléter]

                                      [adresse]

                                      [profession]

  1. M. / Mme [prénom] [nom] 

                                      De nationalité [à compléter]

                                      Né le [à compléter]

                                      [adresse]

                                      [profession]

 

FAITS

En France, les premiers malades du coronavirus, qui avaient séjourné à Wuhan, ont été recensés le 24 janvier 2020. Des foyers de circulation du virus se forment dans un premier temps en Haute-Savoie, l’Oise, le Morbihan, le Haut-Rhin. L’épidémie est désormais répartie sur tout le territoire national, outre-mer compris.

Lire la suite…

Source : https://www.vududroit.com/2020/03/covid19-procedure-de-refere-liberte-devant-le-conseil-detat/

 

 

 

 

 

Faut-il des explications supplémentaires

 

Pandémie et carences de l’État : les voies judiciaires pour en demander raison 

 

Régis de Castelnau – Vu du droit – 27.3.2020

 

 

 

 

La responsabilité juridique personnelle des décideurs publics est une question essentielle. Depuis une trentaine d’années, les lois et la jurisprudence ont cerné les conditions dans lesquelles élus et fonctionnaires pouvaient être poursuivis devant les juridictions pénales.

Face à la crise dramatique que traverse notre pays, et devant l’évidence de la carence, de la désinvolture et de l’irresponsabilité qui ont caractérisé et caractérisent toujours l’action des gouvernants et des hauts fonctionnaires, il est indispensable de clarifier aujourd’hui quelles sont les voies judiciaires qui seront ouvertes aux victimes et aux citoyens pour demander raison.

 

Beaucoup d’initiatives ont lieu actuellement, Atlantico m’a demandé d’essayer de clarifier un peu afin d’éviter la confusion. On pourra retrouver l’interview directement sur leur site.

Sans utiliser d’argument d’autorité, je vais simplement rappeler que cette matière a fait partie de mon cœur de compétence professionnelle. Nourrie d’une pratique trentenaire assidue, de la rédaction de plusieurs ouvrages et d’un enseignement à l’université de Paris II.

Lire la suite…

Source : https://www.vududroit.com/2020/03/pandemie-et-carences-de-letat-les-voies-judiciaires-pour-en-demander-raison/

 

 

 

 

 

Pourquoi la France cache un remède anti-virus bon marché et testé (Asia Times)

 

Pepe Escobar – LGS – 26.3.2020

 

 

 

 

Le gouvernement français aide sans doute les grandes entreprises pharmaceutiques à tirer profit de la pandémie de Covid-19

Ce qui se passe dans la cinquième plus grande économie du monde fait sans doute penser à un scandale de collusion majeur dans lequel le gouvernement français aide les grandes entreprises pharmaceutiques à tirer profit de l’expansion de Covid-19. Les citoyens français informés sont absolument furieux à ce sujet.

 

Ma première question à une source parisienne sérieuse et irréprochable, la juriste Valérie Bugault, portait sur les liaisons dangereuses entre le macronisme et Big Pharma et surtout sur la mystérieuse « disparition » – plus probablement le vol pur et simple – de tous les stocks de chloroquine en possession du gouvernement français.

Le respecté professeur Christian Perronne a parlé de ce vol en direct sur l’une des chaînes d’information en continu françaises : « La pharmacie centrale des hôpitaux a annoncé aujourd’hui qu’ils étaient confrontés à une rupture totale des stocks, qu’ils étaient pillés ».

Grâce à la contribution d’une autre source anonyme, il est maintenant possible d’établir un calendrier qui met en perspective les actions récentes du gouvernement français.

Commençons par Yves Levy, qui a été à la tête de l’INSERM – l’Institut national de la santé et de la recherche médicale – de 2014 à 2018, lorsqu’il a été nommé conseiller d’État extraordinaire pour l’administration Macron. Seulement 12 personnes en France ont atteint ce statut.

Levy est marié à Agnès Buzyn, qui était jusqu’à récemment ministre de la santé sous Macron. Buzyn a essentiellement reçu une « offre que vous ne pouvez pas refuser » du parti de Macron de quitter le ministère – en pleine crise du coronavirus – et de se présenter à la mairie de Paris, où elle a été impitoyablement battue au premier tour le 16 mars.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/pourquoi-la-france-cache-un-remede-anti-virus-bon-marche-et-teste-asia-times.html

 

 

 

 

 

Conte de Pâques

 

Jean-Paul Brighelli – Bonnet d’âne – 25.3.2020

 

 

 

 

 

Un affidé de Bonnet d’âne m’envoie le conte ci-après. Ma foi, il pourrait faire un codicille intéressant aux Chroniques de Patrick Rambaud, que je salue si par hasard il me lit. Alors, et bien que de toute évidence il ait germé dans le cerveau d’un adversaire résolu de Not’Bon Maître, sur lui la paix et la bénédiction, et parce que « Raoul de Massalia » dont il chante indûment les louanges a été mon condisciple, avec un léger décalage, au lycée Saint-Charles de Marseille, je le propose à la Communauté du Bonnet, qui vaut bien celle de l’Anneau… JPB

 

Or doncques, il advint que le royaume du jeune et sémillant monarque Manu-Henri III et de la reine-mère Catherine de Macaron fut frappé par la peste venue des Indes et du Royaume de Siam. Les sujets de Sa Majesté n’en mouraient pas tousse, mais tousse étaient frappés.

Le couvre-feu fut bientôt déclaré sans que cela ralentît la diffusion du fléau : en effet, dans les faubourgs des grandes cités du royaume, les jeunes revêtus de houseaux Nike et portant un chaperon en guise de couvre-chef continuaient à circuler en toute impunité pour se livrer à leurs activités favorites — pillages, commerce de poudre du Levant, incendie de carrosses et lapidation de la maréchaussée — sous l’œil paternel et bienveillant des magistrats.

Comme le royaume manquait de gantelets et de heaumes pour se protéger des miasmes mortels, le nombre des victimes s’accroissait chaque jour, surtout parmi les vieillards déjà affaiblis par le jeûne consécutif à la baisse des retraites décidée par Sa Majesté, dans sa grande sagesse.

Devant l’urgence de la situation, le royaume réagit comme il l’avait toujours fait : on convoqua les États Généraux des carabins chargés de nommer commissions et sous-commissions afin d’aboutir à la constitution d’un collège d’experts qui rendrait un rapport préliminaire d’ici 2 à 3 ans.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/conte-de-paques/

 

 

 

 

 

 

COVID et Confinement chez les Belges

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 27.3.2020

 

 

Conséquences prévisibles et, faut-il le dire, souhaitables de la pandémie en cours

 

 

 

 

 

Conséquences prévisibles et, faut-il le dire, souhaitables de la pandémie en cours

 

(du moins de notre point de vue, qui n’est pas celui de M. Attali)

 

 

À suivre au jour le jour les développements de la crise, et toutes considérations personnelles mises à part (après tout, on peut encore, vous et moi et bien d’autres, en mourir) il est de plus en plus évident que le camp multipolaire est en train de ramasser les piles de jetons de haute dénomination que fait inexorablement glisser vers lui le râteau du croupier… euh… céleste ?… évolutif ?… historique ?… géopolitique ?… remplissez les blancs vous-mêmes.

Il ne faudrait cependant pas croire qu’il s’agit là d’un caprice de la Providence (qui, théoriquement, n’en a pas), d’Allah (béni soit-il), ou de la grande Tyché Sōter soi-même. Il s’agit bien de quelque chose d’inéluctable, que les cerveaux à la Poutine ont pu voir venir, au besoin un peu aidé en chevauchant adroitement le Titan Typhon, mais non causé ni entièrement dirigé. Ce qui est en train de se produire, par la grâce d’une mortelle pandémie, est le résultat de mille choix et de mille actes, les uns bénéfiques, les autres maléfiques, les uns s’opposant aux autres, jusqu’à ce que l’avalanche dévale, ou que le tsunami submerge si vous préférez.

L’actualité en plein élan impétueux nous montre l’hyperbolique incurie de ce qu’Observatus Geopoliticus appelle « les Euronouilles », qui auraient dû être balayées depuis longtemps comme fétus de paille si les populations d’Europe ne souffraient, sans exception, d’une passivité et d’un manque d’imagination qu’on peut qualifier de fatals et sans doute de – pour l’instant – rédhibitoires.

Pour abréger, disons que, quand nous lisons ou entendons dire qu’après cette « crise », rien ne sera plus jamais pareil, nous nous permettons de quelque peu en douter quand même. La preuve en est que les valeureux Gilets Jaunes n’en finissent pas d’aller, depuis deux ans, courageusement et sempiternellement au casse-pipe, sans jamais s’être assis en rond pour tenter d’élaborer quelque stratégie ou tactique (peu importe) CONCRÈTE, quelque idée d’ACTION capable d’infliger des coups au lieu d’en recevoir.

Les choses sont en train de changer, c’est vrai, mais les populations européennes n’y sont pour rien, sauf peut-être l’italienne, en dépit de son actuelle ordalie. Deux choses la poussent dans ce sens : 1/ l’Italie est le pays le plus politisé d’Europe (les autres ne l’étant plus du tout) ; 2/ le peuple italien, à travers les pires épreuves, depuis bien avant Mussolini, n’a jamais cessé de produire des œuvres d’art de premier plan dans tous les domaines, quelle qu’ait été sa déréliction. Que l’Italie soit, depuis 1943, militairement occupée, son territoire entier n’étant qu’une base US et une décharge à ciel ouvert pour déchets nucléaires également US, quelque chose comme la Cuba d’avant Castro, il n’empêche. Ni la corruption, ni les mafias, ni les crimes en tous genres n’ont eu raison de ce qu’il faut bien appeler créativité, vitalité qui défie les siècles, comme la devise des carabiniers (« Nei Secoli Fedele – Fidèle dans les siècles »). Il n’y a pas jusqu’au PCI qui ne se soit effondré moins fort et moins irrémédiablement que le PCF. Il y avait donc là matière à sursauts (et sursauts il y a eu) alors que les chaînes étaient beaucoup plus lourdes qu’ailleurs.

Ce n’est pourtant pas de là, des populations d’Europe, nous semble-il, que le secours peut venir pour nous tirer de la profonde ornière où nous pédalons, de l’Atlantique à pas loin de l’Oural, c’est, que cela nous plaise ou pas, de l’extérieur. Et c’est là que la pandémie s’avère être le grain de sable qui grippe la machine ou l’aile du papillon au Brésil qui… vous connaissez la formule.

 

 

 

 

Reconnaissons-le la situation était bloquée, malgré le fameux discours de Munich de Vladimir Poutine. Les peuples et les gouvernements qui avaient conservé quelques principes en matière de morale publique, avaient eu beau se conduire internationalement de façon irréprochable, montrer l’exemple urbi et orbi, les merdias aux ordres (tous) veillaient et les foules ataraxiques, trop contentes de se laisser paralyser, avaient vaillamment regardé ailleurs.

Les exemples pourtant pleuvaient : non seulement celui des remontées spectaculaires de la Russie et de la Chine, mais celui des résistances surhumaines de l’Iran à huit ans de guerre et à des actes de brigandage baptisés « sanctions », qui la mettent depuis des décennies à feu et à sang, sans même parler des résistances palestinienne et libanaise qui défient elles aussi les décennies, et de la Syrie. Mais que dire des pays d’Amérique Latine et de leur parcours, depuis la mort du Che, derrière l’exemple cubain ? Qu’ils aient subi des défaites en Argentine, au Brésil, au Honduras, en, Bolivie et que le Venezuela se batte le dos au mur, on le sait, mais la messe n’est pas dite, une bataille n’est pas la guerre et ils continuent de se battre.

Alors qu’en Europe…

Et voilà que débarque un méchant virus (quand et comment reste à éclaircir). Autrement dit, si, comme tout le laisse supposer, la pandémie n’est pas partie de Chine en février 2020 mais bien plus tôt, d’ailleurs, c’est elle qui, désormais, mène la danse.

Si des petites bêtes se sont échappées (en 2019 ? avant ?) des laboratoires où les USA touillent les brouets de leurs armes biologiques, nous ne le saurons peut-être jamais. Dans un pays où il n’y a pas, du tout, de système de santé publique, à quoi ont pu rimer quelque milliers de morts afroaméricains, hispaniques, asiatiques ou tout simplement pauvres ? On n’entendra parler de fléau aux USA que lorsque des célébrités ou des super-riches en seront frappés. Qu’est-ce qui nous fait penser que les indécrottables Zuniens ont pu saupoudrer quelques pays ennemis de leurs bestioles d’élevage ? Juste qu’ils sont coutumiers du fait et totalement dépourvus des principes moraux les plus élémentaires. Que ce soit par accident ou par boomerang, quand on joue avec ces choses-là, on joue presque toujours à l’apprenti sorcier.

Mais pourquoi l’Europe – où, par exemple, la France est un des pays les plus riches du monde – se retrouve-t-elle du jour au lendemain dans une situation plus catastrophique que des pays d’Asie ou d’Afrique pauvres et surpeuplés ? Parce qu’elle s’est laissé gouverner depuis plus ou moins la fin de la guerre par des parasites qui l’ont rongée de fond en comble. Le bradage, à ses petits copains, des fleurons de l’industrie nationale par le dénommé Macron (pas le premier de la bande mais peut-être un des derniers) et la destruction systématique des institutions civiles, des tribunaux aux hôpitaux en passant par l’Éducation nationale n’ont pu se faire que parce que les victimes ont laissé faire et récoltent aujourd’hui ce qu’elles ont laissé semer, qu’elles méritent.

Dire aujourd’hui qu’après tout ça « rien ne sera plus jamais pareil », c’est croire au père Noël et faire des papouilles au Père Fouettard.

L’aide ne viendra hélas pas de nous – nous en mettrions notre tête à couper – mais de l’extérieur, et sans aucun doute indépendamment de notre volonté.

Ce que la Chine et la Russie auraient mis des lustres à accomplir, le coronavirus vient de le leur servir sur un  plateau. Ceux qui en éprouveront un sentiment de fraternité, comme le président serbe Vucic, auront certes raison, mais l’aide des pays frères sera un plan Marshall en sens inverse non dépourvu de contraintes et ce sera de bonne guerre. Ce qu’il faut espérer, c’est que la dépendance envers l’Est permettra aux populations européennes, contrairement à leur dépendance envers l’Ouest, de se reconstruire (les contraintes servant de corset plutôt que de Vierges de Nuremberg), de se rebâtir un système éducatif moins inégalitaire et moins sinistrement aberrant, une magistrature assise et pourquoi pas debout plutôt que couchée sur le ventre, un système de santé publique qui n’aura pour se régénérer qu’à puiser dans son histoire passée et où les populations laborieuses auront assez d’énergie pour se débarrasser des syndicats seulement capables de les vendre, et se réorganiser, fût-ce en repassant pas les temps préhistoriques ou en réinventant les communes du Moyen-Âge.

Quoi qu’il en soit, ébahissons-nous d’avoir vu, avant-hier, neuf Iliouchine II-76 se poser au milieu des B-32 furtifs « Spirit », sans qu’aucun ose décoller pour les détruire ou leur faire la chasse.

Le dimanche 22 mars 2020 fut un dimanche historique.

 

 

 

 

Italexit ? Serpskexit ? Quel sera le premier à lancer l’effet dominos ?

 

 

Des Italiens retirent le drapeau de l’Union Européenne et hissent le drapeau de la République Populaire de Chine

 

Strategika 51 – 24.3.2020

 

 

 

Cette scène s’est passée à l’entrée d’un hôtel et se répète sur l’ensemble de la péninsule italienne. Des gens retirent le drapeau de l’Union Européenne et certains officiels l’on brûlé avant de le remplacer par le drapeau rouge de la République Populaire de Chine. Plus rien ne sera plus comme avant en Italie et les services de renseignements US estiment que la situation politique dans la péninsule italienne est similaire à celle de l’après-guerre mondiale de 1945-1955 lorsque les communistes avaient failli devenir l’une des principales forces politiques du pays et forcé les services spéciaux US à trafiquer les élections et à déstabiliser durablement le système politique italien. Ce n’est plus le cas aujourd’hui où les Italiens, toutes tendances politiques et idéologiques confondues, refusent absolument tout lien avec l’Union européenne et sont prêts à prendre les armes pour s’en libérer (les incidents armés en cours dans le sud de la péninsule italienne et dont un impliquant une base militaire de l’OTAN abritant des armes nucléaires préfigurent ce que sera l’Europe des années à venir).

 

 

 

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/24/des-italiens-retirent-le-drapeau-de-lunion-europeenne-et-hissent-le-drapeau-de-la-republique-populaire-de-chine/

 

 

 

 

Image du jour : les généraux russes et italiens planifiant des opérations à Bergame depuis la base de Pratica di Mare près de Rome

 

Strategika 51 – 25.3.2020

 

 

 

 

Le général major Sergueï Kikot, commandant en second des forces russes de défense radiologique, chimique et biologique planifiant avec l’état-major italien le déplacement des troupes russes de la base Pratica di Mare près de Rome jusqu’à Bergame dans le nord de la péninsule italienne.

 

La Russie considère la crise connue sous le nom du COVID-19 comme une guerre biologique et chimique. L’envoi de forces russes spécialisées dans le combat NBCR (Nucléaire, Biologique, Chimique et Radiologique) en Italie sous le commandement d’un général-major indique l’extrême importance que Moscou accorde à ce type de menaces.

Les forces russes stationnées sur la base de Pratica di Mare près de Rome planifient avec l’état-major italien une « marche » de 600 kilomètres qui devrait leur faire atteindre Bergame où se trouve l’un des foyers de contamination COVID-19.

Outre la lutte contre le vecteur biologique (le SRAS-nCov-2), les spécialistes militaires russes ont pour objectif de déterminer si oui ou non d’autres vecteurs chimiques ou biologiques auraient pu aggraver la situation sanitaire au nord de la péninsule italienne. Les russes suspectent l’usage d’un vecteur chimique aggravant sous couvert de pandémie.

La Pologne fait tout son possible pour entraver le couloir établi par les forces aérospatiales russes vers l’Italie. Des avions de combat de l’OTAN multiplient les tentatives d’interception des avions cargo russes vers l’Italie.

Le monde a définitivement changé. Cela se passe en Italie, un pays de l’OTAN où se trouvent des bases militaires US disposant de dizaines de têtes nucléaires.

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/25/image-du-jour-les-generaux-russes-et-italiens-planifiant-des-operations-a-bergame-depuis-la-base-de-pratica-di-mare-pres-de-rome/

 

 

 

 

Des convois militaires de lutte CBRN russes en Italie

 

Strategika 51 – 25.3.2020

 

 

 

 

Des scènes totalement inconcevables il y a un mois : des convois militaires russes emportant des équipes et du matériel de lutte contre les menaces CBRN (Chimiques, Biologiques, Radiologiques et Nucléaires) sur les autoroutes italiennes en direction du Nord de la péninsule.

L’abandon de l’Italie par l’Union Européenne et l’OTAN a contraint le gouvernement italien à demander l’assistance de la Chine, de Cuba et de la Russie.

En Espagne, Madrid a officiellement demandé l’aide humanitaire de l’OTAN. Un abandon de l’Espagne à son sort achèvera la plus vieille alliance militaire contemporaine. La crise du COVID-19 a déjà pulvérisé le mythe de l’Union Européenne et dévoilé l’extrême faiblesse intrinsèque de pays comme la Grande Bretagne et la France.

 

 

 

 

Mais qui sait ?… Quand même pas un Frenchexit ?

 

Coronavirus : des députés français demandent à Philippe d’appeler Cuba et ses médecins à l’aide

 

RT français – 25.3.2020

 


 

 

Une vingtaine de députés français de tous bords ont rédigé une lettre au Premier ministre Édouard Philippe, lui enjoignant de solliciter sans délai le gouvernement cubain pour que la France bénéficie de l’aide médicale réputée du pays socialiste.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/international/73105-coronavirus-deputes-francais-demandent-philippe-appeler-cuba-medecins-a-l-aide

 

 

 

 

La Belgique qui râle… Une fois n’est pas coutume

 

 

LIÈGE – Un médecin urgentiste : « je ne supporte pas les gens qui applaudissent les soignants »

 

Le Vif/L’Express – 20-21.34.2020

 

 

 

Carte blanche

 

Depuis mercredi, les Belges sont appelés à applaudir, tous les soirs à 20 heures, le personnel soignant, en première ligne dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Face à ce soutien populaire, un médecin urgentiste liégeois a voulu pousser un « coup de gueule ».

 

Je pense que je suis aigri, en mode lendemain de garde (24h d’affilée en ayant peu dormi). Mais globalement je ne supporte pas les gens qui applaudissent : les hôpitaux n’ont pas attendu le Covid-19 pour être dans la galère, en surbooking permanent.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/9114-2/

 

 

 

 

 

Vous avez Buzyn, on a De Bock…

 

La Belgique a détruit son stock de masques FFP2 en février 2019… sans le remplacer 

« Économie, économie, Horatio… »

 

RTBF.be  – 23.3.2020

 

 

Maggie De Bock, ministre belge de la Santé, des Affaires Sociales, de la Politique d’Asile et des Migrations, le 20 mars 2020 à Bruxelles

 

 

L’an dernier, la Belgique a procédé à la destruction d’un stock stratégique de plusieurs millions de masques de protection de type FFP2 qui étaient parvenus à leur date de péremption, mais sans procéder à leur renouvellement par souci d’économie, rapporte lundi Le Vif sur son site internet.

 

Ces quelque six millions de masques FFP2 avaient été acquis à l’occasion de l’épidémie de grippe H1N1 en 2009.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/9123-2/

 

Pas de masques, pas de masques… vous avez essayé la burqa ?

 

 

 

 

 

Chez nos voisins, ce n’est pas franchement la joie non plus…

 

 

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ?

 

Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout

 

Daniel Mermet – Là-Bas si j’y suis – 20.3.2020

 

 

 

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital.

Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale

Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/9136-2/

 

 

 

 

 

Primate… Givré… Hélicoquéquettomane,… Philosophe de Prisunic… Canard sans tête… Grand Échassier Raton-Laveur… Bande de détraqués aux abois…  Oufti, n’en jetez plus !

 

Confinement : Mathieu est de mauvaise humeur

 

Mathieu Morel – Vu du droit – 25.3.2020

 

 

« Mathieu Morel, confinement oblige, semble être de mauvaise humeur

Mathieu est toujours de mauvaise humeur. »

 

Confinement jour 8

Clemenceau ?

« Il va falloir vous habituer à voir le président de la République au contact sur le terrain : C’est Clemenceau dans les tranchées» : telle est la réponse de l’Élysée à ceux qui s’inquiètent de voir Emmanuel Macron ne portant pas de masque lors de ses apparitions publiques, comme l’a rapporté ce 23 mars Loïc Signor, journaliste de CNews en charge de l’Élysée ».

C’est ça…

Après De Gaulle terrassant la bête immonde devant la pyramide sur l’Ode à la joie, le voilà désormais Clemenceau dans les tranchées. Il fallait vraiment un croquemitaine comme l’épicière de Montretout pour effrayer au point qu’on s’obstine à se soumettre à l’escroquerie d’un enfant-roi désinhibé, mégalomane et narcissique, alors qu’il présentait, de toute évidence, au moins autant de dangers – et réels, ceux-là, contrairement à l’épicière qui aurait été promptement stérilisée (ce qui n’aurait été, c’est vrai, que reculer pour mieux sauter, or il fallait bien, à un moment ou un autre, se décider à sauter puisque nous étions au bord du gouffre) – pour la paix civile et la pérennité de ce qu’il nous restait de lambeaux d’une démocratie dont on ne savait même plus ce qu’elle recouvrait tant, occupés à en vénérer les rituels, nous avions oublié d’en protéger les principes.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/9146-

 

 

 

 

On n’a guère d’atomes crochus avec Élisabeth Lévy – son islamophobie militante et son sionisme ne sont pas notre tasse de lait – mais quand elle dit des choses qu’il faut dire, on ne va pas la bâillonner (manquerait plus que ça !)

 

Et mes libertés c’est du poulet ?

Journalistes, politiques, scientifiques réclament en chœur un durcissement du confinement

 

Élisabeth Lévy – Causeur – 22.3.2020

 

 

 

 

 

L’unanimisme a quelque chose d’effrayant.

L’information continue, a dit le président. C’était classe, ce souci de ne pas suspendre la discussion démocratique. Je n’avais pas compris qu’il s’agissait d’un ordre de réquisition au service de l’effort de guerre. Bref, que l’information, devait, sous l’injonction de civisme, se muer en propagande. L’entretien donné par le président au JDD de ce jour est un modèle du genre.

Bien entendu, l’un des rôles des médias est de diffuser abondamment les consignes gouvernementales – lavez-vous les mains et tenez-vous à distance, et je rigole tant que ce n’est pas interdit mais c’est sérieux. À ce sujet, Oliver Véran a déclaré samedi 21 mars que « la désinvolture et la légèreté » n’étaient pas de mise. Pour la désinvolture, d’accord, mais pour la légèreté, il me semble que nous en avons toujours besoin et que s’il m’en reste encore dans six semaines, vous serez bien contents que je vous en donne un peu.

Si les journaux continuent à paraître et les médias audiovisuels à diffuser, ce n’est pas pour faire la claque du gouvernement

 

Lire la suite…

Source : https://www.causeur.fr/confinement-liberte-information-medias-174326

 

 

 

 

 

Alors, t’as aimé ? Fais bisou *

 

Théophraste R – LGS – 24.3.2020

 

 

 

 

 

Depuis qu’on m’a dit qu’un battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut déclencher une tornade au Texas et qu’un soupir d’un pangolin en Chine peut provoquer une pénurie de PQ en France, je me demande si les indécents applaudissements nocturnes de policiers éclairés par leurs gyrophares devant des hôpitaux peuvent lancer des cohortes jaunes contre l’hôtel de Beauvau, siège du ministère de l’Intérieur où Christophe Castaner dispose d’un appartement de fonction.

 

Théophraste R. Chef de chantier, démolitions, enlèvement des détritus imbibés de vodka.

__________________

*Comme disent les violeurs à leur victime avant d’aller leur acheter un bouquet de fleurs.

Source : https://www.legrandsoir.info/alors-t-as-aime-fais-bisou.html

 

 

 

 

Les lecteurs se posent des questions :

 

Infos-Wikipedia

 

Nous, on n’avait jamais remarqué. Vous, si ?

C’est une de nos lectrices qui nous écrit des Cévennes :

 

« est-il habituel que You Tube place sous les vidéos de Russia Today le bandeau que l’on voit sur la pj (concernant le financement de RT) ? »

 

La PJ… la voilà :

 

 

 

La même lectrice nous en envoie ensuite une autre. Il ne s’agit pas cette fois de RT mais de France-Inter :

 

 

 

 

Ah, bon, ben.. pas confondre « gouvernement russe » et « service public français », hein…

Et, tiens, oui, du coup, on se rappelle avoir vu passer il y a deux ou trois jours, quelque chose (vidéo ?) où quelqu’un (était-ce Campagnol ?) disait qu’il serait grand temps qu’on supprime aux merdias le financement gouvernemental, vu que tout ça ne sert à rien qu’à nous enfumer avec nos propres sous de contribuables…

Nous ce qu’on dit, on dit rien, d’ailleurs on n’est pas Français, même si c’est pareil de ce côté-ci du Quiévrain…

 

 

 

 

Confinés et cons finis

La France coupée en deux ?

 

Philippe David – Causeur – 24.3.2020

 

 

Le professeur Didier Raoult de Marseille

 

 

Le moins qu’on puisse dire est que le drame du coronavirus aura au moins eu le mérite de mettre en avant nombre d’incuries françaises qui durent et perdurent au fil des années et que le fameux « nouveau monde » n’aura pas fait disparaître.

 

Charles Buzyn et Agnès Pasqua

Commençons par le commencement, lorsque le 21 janvier Agnès Buzyn a affirmé que « le risque d’introduction en France – du virus – est faible mais ne peut pas être exclu, d’autant qu’il y a des lignes directes avec Wuhan » (épicentre de l’épidémie à l’époque). Charles Pasqua, sors de ce corps ! Ce bis repetita du nuage de Tchernobyl s’arrêtant à la frontière française faute de visa pouvait amuser venant d’un ancien directeur commercial chez Ricard. Il est totalement pathétique venant d’un médecin.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/9157-2/

 

 

 

 

On ne sait pas, mais, on dirait que le confinement n’a pas que des adeptes en Italie non plus…

 

« Je vous enverrai les Carabiniers avec des lance-flammes ! » …

« Vous n’êtes pas Will Smith avec son chien dans Je suis une Légende ! » …

 

 

Des officiels italiens perdent leur sang-froid devant la persistance des gens à sortir leurs chiens et à faire du sport en plein confinement

 

Strategika 51 – 25.3.2020

 

 

 

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/25/je-vous-enverrai-les-carabiniers-avec-des-lance-flammes-vous-netes-pas-will-smith-avec-son-chien-dans-le-film-je-suis-une-legende-des-officiels-italiens-perdent-leur-sang-froid-deva/

 

 

 

 

 

 

Psychose Pulmonaire sur Mode Coronavirus au Parfum Chimérique de Chauve-Souris avec un Zeste de VIH… et une Pincée d’Ebola

 

C’est un des titres que consacre Jo Busta Lally, l’infatigable, à la « pandémie de Wuhan ». Elle n’y croit pas plus que nous (à Wuhan). Mais elle va chercher ses informations et ses preuves dans des endroits et chez des gens que nous ne connaissons pas ou pas aussi bien qu’elle. Abondance de biens nuirait-elle ? Puisque vous êtes confinés vous avez le temps de lire. (On ne retrouve pas la vidéo où la reine Mathilde conseille à ses compatriotes de profiter de l’occasion pour se désencrasser les méninges). Nous vous avons cité ce titre, parce que c’est celui qui nous plaît davantage (ou l’esthétisme va se nicher !). Mais il y en a beaucoup d’autres.

Comme, par exemple :

 

CoV19 : À propos d’un Nouveau Pearl-Harbor neurotoxique !

 

Ou encore :

 

Psychose, Macronavirose, Vaccinose et Pot Aux Roses ; Xochi, le 22 mars de l’An 02 des Gilets Jaunes

 

On avait le choix ou de tout lire ou de nous escrimer sur notre propre mise en ligne d’abord… on lira après.

C’est très simple : vous allez là :

https://jbl1960blog.wordpress.com/

 

et vous lisez en descendant. Une vraie caverne d’Ali Baba ! (non, pas celui où Mme De Bock vient d’acheter quelques  masques en dépit des restrictions budgétaires pour que les médecins et les infirmières de Belgique ne tombent pas comme des mouches, le vrai).

Bien entendu, Jo B. L. ne croit pas plus que nous à la fable pompeotrumpienne :

 

 

Délégation US aux « Jeux militaires de Wuhan – Octobre 2019

 

 

Oui, vous avez bien lu ! Les Chinois sont attaqués de mille et une façons par leurs pires ennemis, qui sont ceux du genre humain, et ils s’amusent à les inviter à des « jeux militaires » sur leur territoire ! Ils n’ont pas la lumière à tous les étages ou quoi ?

 

 

 

 

Ou bien il y en a qui sont plus éclairés que d’autres…

 

Droit de réponse chinois : dix questions sur le coronavirus posées aux USA

 

Entelekheia – 23.3.2020

 

 

 

 

Ici, nous n’avons accès qu’à la version occidentale des faits sur le nouveau coronavirus, mais comme personne ne peut librement tirer de conclusion sans écouter les deux parties, voici un droit de réponse non-officiel de la Chine.

 

À rebours de ses décennies de diplomatie courtoise, discrète et invariablement souriante, la Chine – et ce n’en est que plus frappant – a récemment attaqué les USA dans plusieurs tweets et articles de presse, dont celui-ci où elle les accuse d’avoir délibérément propagé des virus, dont le coronavirus Covid-19, sur le territoire chinois.

Note : Pour parer à toute suspicion de « mensonge » de la part des Chinois, toutes les informations données dans ce texte publié sur le site de la chaîne multilingue d’informations télévisées détenue par Pékin CGTN ont été vérifiées. Voir les notes et références en bas de page.

 

Cet article a été publié pour la première fois sur un compte officiel du réseau social chinois WeChat dénommé Gong Yi Kan Shi Jie, et repris sous forme résumée sur CGTN sous le titre 10 questions for the U.S.: Where did the novel coronavirus come from? 

 

Étant donné que certains grands médias et politiciens américains ont affirmé sans preuves que le nouveau coronavirus est originaire de Chine, ont blâmé et calomnié la Chine, et ont même demandé à la Chine de faire des excuses, j’ai toutes les raisons de poser mes propres 10 questions sur son origine nord-américaine. Mieux encore, contrairement aux États-Unis, j’ai fait beaucoup de recherches et je fonderai mes questions sur la couverture médiatique internationale du COVID-19.

Question 1

Lire la suite…

 

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/03/23/droit-de-reponse-chinois-dix-questions-sur-le-coronavirus-posees-aux-usa/

 

 

 

 

Géopolitique d’après…

 

Richard Labévière – Comité Valmy – 23.3.2020

 

 

 

 

 

Inédite, cette pandémie n’est vraisemblablement pas la fin du monde, mais signe assurément la fin d’« un » monde : celui de la mondialisation libérale, néo-libérale et ultra-libérale ; en dernière instance, celui du village planétaire de Marshall McLuhan. En 1967, dans son ouvrage Le Médium est le message (1), le sociologue canadien (1911 – 1980) affirmait que les médias de masse fonderaient l’ensemble des micro-sociétés en une seule et même « famille humaine », un « seul village » où « l’on vivrait dans un même temps, au même rythme et donc dans un même espace ».

 

On sait – au moins depuis le sommet de la terre de Rio de 1992 – qu’on va droit dans le mur si l’on continue à détruire la planète (exploitation exponentielle des ressources naturelles, rejets massifs des gaz à effet de serre et autres vecteurs de réchauffement climatique, extinction de la biodiversité), et on y va sûrement… mais à un rythme lent, étalé dans le temps. De la même inexorable manière, l’actuelle pandémie nous fait basculer dans l’inconnu, mais c’est tout de suite, brusquement, globalement – ici et maintenant -, sans que l’on sache très bien comment tout cela va se terminer et si cela va se terminer vraiment… dans la mesure où plus rien ne pourra être comme avant !

 

Darwinisme social « compressé »

À Beyrouth, Walid Charara écrit dans le quotidien Al-Akhbar qu’on savait depuis longtemps que « les mécanismes du capitalisme libéral induisent un darwinisme social généralisé rendant les plus pauvres toujours plus pauvres, les plus faibles toujours plus faibles, allant jusqu’à disparaître pour laisser place aux plus riches et aux plus forts. Cette implacable logique suivait le rythme lent des cycles économiques, alors qu’aujourd’hui la pandémie provoque un darwinisme social “compressé”,  brutal et d’une violence décuplée ».

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11761

 

 

 

 

Mais il n’y a pas que le coronavirus dans la vie…

 

Un regard franchement communiste sur l’héritage gaulliste

 

Georges Gastaud – LGS23.3.2020.

 

 

 

 

2020 est une année symbole des Anniversaire(s) de la naissance (1890), de la mort (1970) de Charles De Gaulle et de l’Appel du 18 juin (1940). l’occasion pour les communistes de tirer un bilan de ce qu’est, 50 ans après, l’héritage gaulliste dans la France de 2020 et, ce, alors que les hagiographies, de l’édition au cinéma, font florès.

C’est ce que Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, invite à faire dans cette tribune.

 

Quand Charles De Gaulle décéda brusquement le 9 novembre 1970, René Andrieu, dirigeant communiste et ancien résistant F.T.P.F., écrivit sobrement ceci dans l’éditorial qui devait paraître dans L’Humanité du lendemain : « L’héritage du général De Gaulle n’est pas le nôtre », mais il n’en était pas moins « un grand homme d’État, le plus grand sans doute qui soit sorti des rangs de la bourgeoisie française à notre époque ». Telle est, à rebours de tout manichéisme, la complexité dialectique du jugement que portent les communistes sur l’héritage politique du chef de la France libre, devenu tout à la fois, en mai 1958, le président autocrate de la Ve République… et la « bête noire » de Washington et de certains milieux oligarchiques de l’Hexagone !

 

Grandeur et servitude du patriotisme bourgeois.

Lire la suite…

 

Source : https://www.legrandsoir.info/un-regard-franchement-communiste-sur-l-heritage-gaulliste.html

 

 

 

 

Revenons à l’international

 

Le basculement du monde a commencé

 

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/24/le-basculement-du-monde-a-commence/

 

 

 

 

Poutine déchaîne un enfer stratégique sur les États-Unis

 

Nous vous l’avions promis pour bientôt. Le voilà, traduit par le Saker F. sous le titre :

 

Aïkido stratégique – Poutine ouvre les portes de l’enfer devant les États-Unis

 

Tom Luongo – Strategic Culture Foundation – 15.3.2020

Traduit par jj pour Le Saker francophone

 

 

 

 

 

Je suis un grand joueur de jeux de société. Je ne suis pas trop pour les classiques comme les échecs ou le go, préférant les plus modernes. Mais, quoi qu’il en soit, en tant que personne qui apprécie le délicat équilibre entre stratégie et tactique, je dois dire que la maîtrise des horloges par le président russe Vladimir Poutine m’impressionne.

 

Car s’il y a jamais eu un moment où Poutine et la Russie pouvaient infliger un maximum de souffrance aux États-Unis via leur talon d’Achille, les marchés financiers et leur soif inextinguible de dette, c’est ce mois-ci, juste au moment où le coronavirus atteignait ses côtes.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/poutine-dechaine-un-enfer-strategique-sur-les-etats-unis/

 

 

 

 

L’Italie reçoit l’aide chinoise, cubaine, russe et vénézuélienne

 

Joël Périchaud – PARDEM – 24.3.2020

 

 

 

 

Chine, Cuba, Venezuela, Russie (communistes et ou ex-communistes n’en déplaisent à nos dirigeants), ces quatre pays régulièrement qualifiés par l’Union européenne de « dictatures » sont aujourd’hui aux côtés de l’Italie alors que les « alliés européens » en tête desquels la France et l’Allemagne, sont absents et sourds. Le constat est là : chaque pays gère la crise sanitaire comme il le peut sur le mode « sauve qui peut », légifère nationalement. Un point commun tragique cependant : les systèmes hospitaliers ont tous subi la même saignée néolibérale au nom de la réduction de la dette publique (supprimer des fonctionnaires, diminuer les moyens et le matériel, fermer des lits) et de la directive services de 2009 !

 

Ces quatre pays donc ont décidé de répondre favorablement à l’appel de la Lombardie et d’envoyer du matériel et des spécialistes en Italie, une solidarité saluée par le peuple italien comme le prouve la standing ovation dans un aéroport à l’arrivée des médecins cubains en Italie (http://www.wftucentral.org/italie-lusb-salue-et-remercie-les-medecins-et-le-gouvernement-de-cuba/?lang=fr). Ces médecins sont réputés pour avoir lutté contre le virus Ebola. Même attitude de la Russie, la Chine et le Venezuela qui envoient depuis la fin de semaine dernière des spécialistes, des équipements pour venir en aide à l’Italie.

 Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/litalie-recoit-laide-chinoise-cubaine-russe-et-venezuelienne/

 

 

 

 

 

Dommages collatéraux :

 

L’aide chinoise à l’Italie détournée en République Tchèque par le MOSSAD israélien

 

Strategika 51 – 23.3.2020

 

 

 

 

Le Mossad israélien ne chôme pas en cette période de pandémie de COVID-19. Une de ses équipes a réussi à détourner une partie de l’aide chinoise destinée à l’Italie en République Tchèque tandis qu’une autre équipe a réussi à intercepter et à récupérer des kits de dépistage chinois destinés aux Emirats Arabes Unis et un autre lot de molécules fabriquées en Chine destinées à l’Arabie Saoudite.

 

Jusqu’ici ce genre d’activités était considéré comme une routine. Ce qui ne l’est pas en revanche est la course effrénée pour obtenir le degré d’avancement des recherches sur le SRAS-nCoV-2 en Chine et même aux États-Unis. Le MOSSAD israélien est impliqué dans toutes les opérations visant à récupérer le maximum d’équipements, de kits et de traitements expérimentaux et à les diriger vers Israël.

Au 23 mars 2020, 3030 personnes travaillant dans le domaine de la santé ont été mises en quarantaine en Israël dont 814 médecins et 893 soignants. 42 professionnels de la santé ont été contaminés par le COVID-19.

Dans l’enclave assiégée de Gaza, deux cas de contamination au COVID-19 ont été recensés par l’autorité palestinienne en se basant sur une information fournie par le gouvernement autonome de Gaza.

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/23/laide-chinoise-a-litalie-detournee-en-republique-tcheque-par-le-mossad-israelien/

 

Strategika ne cite malheureusement pas sa source. On ne sait donc pas ce qu’il en est exactement non seulement des interventions du MOSSAD, mais des chiffres relatifs aux personnes contaminées en Israël, et moins encore de la situation véritable à Gaza et des mesures prises ou pas prises pour protéger la population palestinienne, confinée depuis des décennies

 

 

 

 

 

Mais non, mais non, nous ne sommes pas confinés sur un volcan, qu’allez-vous imaginer là…

 

 

L’Art de la guerre

Le Docteur Folamour veille sur notre santé

 

Manlio Dinucci il manifesto 24.3.2020

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

 

 

 

« Face au Coronavirus » –  déclare l’US European Command (Commandement Européen des États-Unis) – « notre première préoccupation est de protéger la santé de nos forces et de nos Alliés ». Il annonce ainsi avoir redimensionné en nombre de soldats l’exercice Defender Europe 20 (Défenseur de l’Europe 2020). Mais celui-ci continue.

Le 16 mars, le Commandement précise que « depuis janvier l’US Army a déployé à partir des États-Unis en Europe 6.000 soldats », avec 12.000 pièces d’équipement (allant des armements personnels aux chars d’assaut), et qu’a été « complété le mouvement de soldats et équipements depuis divers ports jusqu’aux aires d’entraînement en Allemagne et Pologne ». En plus de ceux-ci, « 9.000 soldats USA basés en Europe » participent aussi à l’exercice.

Le but déclaré des USA est de « déployer une force crédible de combat en Europe en appui à l’OTAN », évidemment contre « l’agression russe ». Le but réel – écrivions-nous il y a deux mois et demi sur il Manifesto (le seul journal qui à ce moment-là donnait l’information du Defender Europe 20)- est de semer une tension et de nourrir l’idée de l’ennemi.

Le scénario déclaré de l’exercice ne pourrait jamais se vérifier, notamment parce qu’un affrontement armé entre OTAN et Russie serait inévitablement nucléaire. C’est là le vrai scénario auquel s’entraînent les forces USA en Europe. Ce que confirme le général Tod D. Wolters, chef du Commandement Europe des États-Unis et, comme tel, Commandant Suprême Allié en Europe. Dans une audition au Sénat des États-Unis, le 25 février 2020, il déclare que « les forces nucléaires, suprême garantie de la sécurité des Alliés, soutiennent toute opération militaire USA en Europe ». Cela signifie que le Defender Europe 20 est un exercice non seulement de forces conventionnelles (non-nucléaires), mais de forces nucléaires.

Le 18 mars, il a été communiqué que deux bombardiers B-2 Spirit d’attaque nucléaire, faisant partie de la task force arrivée des USA le 9 mars, ont décollé de Fairford en Angleterre pour s’entraîner au-dessus de l’Islande et de l’Atlantique-Nord avec trois chasseurs F-35 norvégiens. Ces deux types d’avion sont préparés pour l’utilisation des nouvelles bombes nucléaires B61-12, que les USA vont déployer sous peu en Italie et autres pays européens à la place des actuelles B-61.

Le rôle des forces nucléaires USA en Europe est clarifié par Wolters dans son audition au Sénat. Quand le sénateur Fischer lui demande ce qu’il pense de la non-première-utilisation des armes nucléaires, le général répond : « Sénateur, je soutiens une politique flexible de la première utilisation. » Celui qui a entre les mains les armes nucléaires USA/OTAN en Europe déclare ainsi officiellement soutenir, sur la base d’un critère « flexible », leur première utilisation pour le first strike, l’attaque nucléaire par surprise.

Face à une déclaration d’une telle gravité, qui pousse les généraux russes à mettre le doigt sur la gâchette nucléaire, silence complet des gouvernements, des parlements et des grands médias européens. Dans la même audition, le général Wolters affirme que « depuis 2015 l’Alliance a mis surtout l’accent sur le rôle des capacités nucléaires » et que « le Commandement Européen des États-Unis soutient pleinement les recommandations, contenues dans la Nuclear Posture Review 2018, de déployer le missile balistique à faible puissance W76-2 ». La tête nucléaire à faible puissance W76-2, déjà installée sur des missiles lancés depuis un sous-marin (annonce faite par le Pentagone le 4 février), peut être installée aussi sur des missiles balistiques avec base à terre au bord du territoire ennemi. Elle est particulièrement dangereuse. « Des armes nucléaires de puissance mineure – préviennent aussi des experts étasuniens notoires –augmentent la tentation de les utiliser en premier, et peuvent amener les commandants à faire pression pour que, dans une attaque, on utilise la bombe nucléaire, sachant que la retombée radioactive serait limitée ». Ce serait au contraire comme jeter une allumette en feu dans une poudrière.

 

Édition de mardi 24 mars 2020 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/alla-nostra-salute-ci-pensa-il-dottor-stranamore/  

 

 

 

 

Mis en ligne le 25.3.2020

 

 

 

 

Coronavirus, Connards et Criminelsrécidivistes

 

 

 

 

 

 

 

Coronavirus,

Connards et

Criminelsrécidivistes

 

 

Il en manquait deux à notre précédent post, et sans doute bien davantage, on n’arrive même pas à lire tout ce qui paraît et qui est digne de réflexion. Réparons au moins cette double lacune. Pardon aux autres

Sont-ils bêtes parce que méchants ou méchants parce que bêtes et en tous cas malfaisants ? « Connards », dit Lordon.

 

 

 

 

« Les connards qui nous gouvernent »

 

Frédéric Lordon – Le Monde diplomatique – 19.3.2020

 

 

Jan Matejko. — « Stańczyk », 1862.

 

 

Bien sûr ça n’est pas moi qui le dis — ça non. C’est Claude Askolovitch. Plus exactement, Claude Askolovitch rapporte les propos d’un « ami pneumologue ». En même temps, on sent qu’il les endosse un peu. Ça n’est pas exactement lui qui le dit mais un peu comme si quand même. En tout cas, tous les papiers de la respectabilité sont dûment tamponnés : un journaliste de France Inter et d’Arte, on pourra difficilement plus en règle. Et donc tout d’un coup, sans crier gare, le voilà qui parle, ou laisse parler, de nos gouvernants comme de « connards ».

 

On se demande ce qui l’a piqué — en même temps il faut admettre : quand une vidéo appelée à demeurer dans la mémoire collective montre Agnès Buzyn, ci-devant ministre de la santé, déclarer fin janvier qu’évidemment le virus restera à Wuhan et qu’il n’y a aucune chance que nous en voyions jamais la couleur ; quand, jusqu’au 12 mars après-midi, le ministre Blanquer assène qu’il n’y a aucune raison de fermer les écoles (moi aussi, comme Claude Askolovitch, j’ai un ami : dans la classe de sa fille, sept cas positifs, mais pourquoi embêter les parents avec d’inutiles soucis de garde ?), et que le soir même la fermeture générale est annoncée ; quand, dans un tweet à ranger sur la même étagère que la vidéo de Buzyn, Macron, comme un hipster du 11e arrondissement qui aurait fait l’atelier poésie au collège, nous invite — le 11 mars –- : « Nous ne renoncerons à rien, surtout pas à rire, à chanter, à penser, à aimer, surtout pas aux terrasses, aux salles de concert, au fêtes de soir d’été, surtout pas à la liberté », pour le 12 fermer les écoles, le 14 laisser son premier ministre annoncer un début de confinement général, et le 16 morigéner la population qui continuait sur la lancée de l’exemple qu’il lui donnait depuis des semaines ; quand on se remet sous les yeux le tableau d’ensemble de ces ahurissements, on se dit en effet que tous ces gens se sont fait prendre soit par surprise, soit par connerie. Et que l’hypothèse de la surprise étant à l’évidence exclue, il ne reste que celle de la connerie — qui n’est pas une surprise.

Mais l’établissement des archives ne serait pas complet si l’on n’y ajoutait cette séquence, éloquente et synthétique entre toutes, de l’intervention de Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP au journal de France 2 samedi soir : « Je supplie l’ensemble des Français d’appliquer les mesures annoncées ». Martin Hirsch, passé sans transition de la démolition à la supplication.

 

On s’est beaucoup moqué des soviétiques, de Tchernobyl et du socialisme réel, mais vraiment, le capitalisme néolibéral devrait prendre garde à ne pas faire le malin.

 

La Supplication, c’est le titre d’un livre de Svetlana Alexievitch. Sur la catastrophe de Tchernobyl. Et c’est vrai qu’il y a du Tchernobyl dans l’air. Il va y avoir des « nettoyeurs ». C’est le nom qu’on donnait aux sacrifiés, ceux qu’on envoyait muni d’un linge sur la bouche et d’une paire de bottes, pelleter les gravats vitrifiés de radioactivité. Une aide-soignante sur Twitter publie le patron qui circule pour fabriquer « soi-même à la maison » des masques avec du tissu. On s’est beaucoup moqué des soviétiques, de Tchernobyl et du socialisme réel, mais vraiment, le capitalisme néolibéral, qui a déjà oublié son Three Mile Island et son Fukushima, devrait prendre garde à ne pas faire le malin. À l’hôpital en France en 2020, il y a pénurie de gel et de masques pour le personnel soignant — alors que des fractions considérables de la population devraient y avoir accès. Et l’on n’a sans doute encore rien vu : que se passera-t-il d’ici quelques semaines quand les hospitaliers laissés démunis, contaminés, vont commencer à tomber comme des mouches, et toute la structure du soin menacer de s’effondrer sur elle-même, les soignants devenant à-soigner — mais par qui ? Mais zéro-stock, zéro-bed : c’était la consigne efficace des lean-managers — les zéro-managers. À qui ne reste plus que la supplication.

Il y a les zéro-managers et, donc, il y a les epsilon-journalistes : ceux qui commencent à crier aux « connards » quand la catastrophe est là. C’est-à-dire un peu tard. D’autres gens criaient aux « connards », depuis longtemps même, mais, Dieu toute cette radicalité ! Toute cette violence  ! La démocratie c’est le débat apaisé et loin des extrêmes (qui se touchent). À France Inter, sur Arte, au Monde et à Libération, la raison est le nom de la mission : la violence, c’est pour la populace bornée en ses passions jaunasses, ou les fous furieux de « l’ultra-gauche ». Et puis tout d’un coup, un jour : « connards ».

Lire la suite…

Source : https://blog.mondediplo.net/les-connards-qui-nous-gouvernent

 

 

 

 

Celui-ci aussi manquait… où il nous est opportunément rappelé pourquoi les Iraniens meurent si vite et en aussi grand nombre : les criminels en série ou en masse changeant rarement de modus operandi, cette attaque à l’arme biologique (arrêtons de pinailler sur les hypothèses !) est la deuxième (on n’ose pas dire la seconde) qu’ils ont à subir aux mains sales et sanguinolentes des mêmes, en moins de 40 ans..

 

 

COVID-19 : propagande et manipulation

 

Thierry Meyssan – Réseau Voltaire – 20.3.2020

 

 

Revenant sur l’épidémie de Covid-19 et sur la manière dont les gouvernements y réagissent, Thierry Meyssan souligne que les décisions autoritaires de l’Italie et de la France n’ont aucune justification médicale. Elles contredisent les observations des meilleurs infectiologues et les instructions de l’Organisation mondiale de la Santé.

 

 

Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, venu diriger les opérations à Wuhan et rétablir le « mandat céleste », le 27 janvier 2020.

 

 

Apparition de l’épidémie en Chine

Le 17 novembre 2019, le premier cas de personne infectée par le Covid-19 a été diagnostiqué dans la province de Hubei, en Chine. Au départ, les médecins ont tenté de communiquer sur la gravité de cette maladie, mais se sont heurtés aux autorités régionales. Ce n’est que lorsque le nombre de cas s’est multiplié et que la population en a vu la gravité que le gouvernement central est intervenu.

Cette épidémie n’a pas d’importance statistique significative. Elle tue très peu, même si ceux qu’elle tue passent par une terrible détresse respiratoire.

Depuis l’Antiquité, dans la culture chinoise, le Ciel donne un mandat à l’Empereur pour gouverner ses sujets [1]. Lorsqu’il le retire, une catastrophe s’abat sur le pays : épidémie, tremblement de terre, etc. Bien que nous soyons à l’époque moderne, le président XI s’est senti menacé par l’incurie du gouvernement régional de Hubei. Le Conseil d’État a donc pris les choses en main. Il a contraint la population de la capitale du Hubei, Wuhan, à rester confinée chez elle. Il a construit en quelques jours des hôpitaux ; a envoyé des équipes dans chaque maison prendre la température de chaque habitant ; a emmené toutes les personnes possiblement infectées à se faire tester dans des hôpitaux ; a traité les personnes infectées au phosphate de chloroquine et a renvoyé les autres chez elles ; et enfin a soigné les personnes gravement malades en réanimation avec de l’interféron Alfa 2B recombiné (IFNrec). Cette vaste opération n’avait aucune nécessité de Santé publique, sinon de prouver que le Parti communiste bénéficie toujours du mandat céleste.

 

 

Lors d’une conférence de presse sur le Covid-19, le ministre adjoint iranien à la Santé, Iraj Harirchi (à gauche), apparaît contaminé.

 

 

Propagation en Iran

L’épidémie se propage de Chine en Iran à la mi-février 2020. Ces deux pays sont très liés depuis l’antiquité. Ils partagent de nombreux éléments culturels communs. Cependant, la population iranienne est la plus fragile sur le plan pulmonaire au monde. La quasi totalité des hommes de plus de soixante ans souffre de séquelles des gaz de combat US utilisés par l’armée iraquienne durant la première guerre du Golfe (1980-88), comme les Allemands et les Français après la Première Guerre mondiale. Tout voyageur qui s’est rendu en Iran a été frappé par le nombre de malades graves des poumons. Lorsque la pollution de l’air s’accroît à Téhéran au-dessus de ce qu’ils peuvent supporter, on ferme les écoles et les administrations et la moitié des familles partent à la campagne avec leurs grands-parents. Cela arrive plusieurs fois par an depuis trente-cinq ans et paraît normal. Le gouvernement et le Parlement sont presque exclusivement composés d’anciens combattants de la guerre Iraq-Iran, c’est-à-dire de personnes extrêmement fragiles au regard du Covid-19. Aussi lorsque ces groupes ont été infectés, de nombreuses personnalités ont développé la maladie.

Compte-tenu des sanctions US, aucune banque occidentale ne couvre les transports de médicaments. L’Iran s’est trouvé incapable de traiter les personnes infectées et de soigner les personnes malades jusqu’à ce que les Émirats arabes unis brisent l’embargo et lui envoient deux avions de matériel médical. Des personnes qui ne souffriraient pas dans d’autre pays décèdent dès les premières toux compte tenu des blessures de leurs poumons. Comme à l’habitude, le gouvernement a fermé les écoles. En outre, il a déprogrammé plusieurs événements culturels et sportifs, mais n’a pas interdit les pèlerinages. Certaines régions ont fermé les hôtels pour éviter les déplacements de malades ne trouvant plus d’hôpitaux disponibles à proximité de chez eux.

Lire la suite…

Source : https://www.voltairenet.org/article209499.html

 

 

 

Et pendant qu’on y est :

 

Coronavirus : la Corée a endigué l’épidémie sans confiner les villes comme en Chine et en Italie

 

Park Chan-KyongConflits  – 16 mars 2020

 

 

 

 

La Corée du Sud est l’un des pays qui a été le plus infecté par le Covid-19 mais aussi celui où le taux de mortalité est le plus faible. Le pays a endigué l’épidémie sans confinement ni mesures coercitives. Une autre voie a été choisie : l’hygiène, la détection systématique des malades, l’information et les soins individualisés.

 

Un article du South China Morning Post, traduit par la revue Conflits.

 

Le taux d’infection de la Corée du Sud diminue sans que les villes ne soient verrouillées comme en Chine et en Italie. La Corée du Sud comptait 7 513 cas de Covid-19 à la date du lundi 9mars, les infections quotidiennes chutant pour le quatrième jour consécutif. Les fonctionnaires attribuent cette diminution aux tests de masse, à l’amélioration de la communication publique et à l’utilisation de technologies avancées

La Corée du Sud a connu une diminution constante des nouveaux cas de coronavirus pendant quatre jours consécutifs, bien qu’elle soit l’un des pays les plus touchés en dehors de la Chine, même si l’attention mondiale s’est portée sur les épidémies en Italie et en Iran. Le pays a connu une moyenne de plus de 500 nouvelles infections par jour au cours des deux dernières semaines, mais vendredi dernier, ce nombre est tombé à 438, puis à 367 samedi et 248 dimanche.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a noté lundi la « tendance au ralentissement » des nouvelles infections dans son pays, mais a mis en garde : « Nous ne devons pas du tout nous reposer sur nos lauriers ».

Lire la suite…

Source : https://www.revueconflits.com/coronavirus-coree-du-sud-traitement-epidemie/#ligne

Source d’origine : https://www.scmp.com/week-asia/health-environment/article/3074469/coronavirus-south-korea-cuts-infection-rate-without

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/coronavirus-la-coree-a-endigue-lepidemie-sans-confiner-les-villes-comme-en-chine-et-en-italie/

 

 

 

 

 

Brut de décoffrage ! On n’a pas encore réussi à le lire mais on va….

 

Coronavirus : crise économique mondiale et pandémie

L’économie financiarisée et mondialisée

 

Robert Bibeau – Les 7 du Québec – 14.3.2020

 

 

    

https://les7duquebec.net/archives/253280

 

 

 

 

Une histoire de poulets

 

Un agriculteur chinois « arrange » 4.000 poulets pour rendre hommage aux médecins

Sputniknews – 21.3.2020

 

 

 

 

Un agriculteur chinois a rendu hommage aux personnels de santé qui luttent contre le coronavirus dans le pays à l’aide de milliers de poulets.

 

Shang Yukang, éleveur de poulets dans la province du Gansu, dans le nord-ouest de la Chine, est devenu célèbre le mois dernier pour avoir «arrangé» des milliers de poulets pour soutenir les médecins.

 

 

Près de 100 kg de nourriture ont été éparpillés sur le sol pour dessiner un professionnel de santé. Shang envoie ses messages d’encouragement depuis février, mais il a également contribué en faisant un don de 3.000 œufs aux médecins faisant face au coronavirus à Wuhan.

Source : https://fr.sputniknews.com/insolite/202003211043348386-un-agriculteur-chinois-arrange-4000-poulets-pour-rendre-hommage-aux-medecins/

 

 

 

 

 

 

 

 

Solidarité à géométrie variable

Europe vs Cuba

 

 

Le Président tchèque Milos Zaman remercie la Chine pour son aide face au COVID-19

 

Strategika 51 – 21.3.2020

 

 

 

 

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/21/le-president-tcheque-milos-zaman-remercie-la-chine-pour-son-aide-pour-faire-face-au-covid-19/

 

 

 

Mais… (obéissant aux ordres de Washington) fait bloquer l’aide chinoise destinée à l’Italie à Prague

 

Strategika 51 – 21.3.2020

 

 

 

 

 

La République Tchèque a pris la décision de retourner vers l’envoyeur un lot de 101 600 masques médicaux offert par la République Populaire de Chine à l’Italie. Prague rejoint ainsi la liste des pays européens qui ont répondu aux pressions de Washington pour entraver l’aide chinoise partout ou c’est possible de le faire.

 

La Chine ne compte nullement baisser les bras et a déclaré vouloir aider 82 pays à affronter le COVID-19.

Washington continue à vouloir détourner l’attention sur la situation délabrée du système de santé US en accusant la Chine d’être responsable de la pandémie du COVID-19 et voit d’un très mauvais œil l’activisme chinois à travers le monde.

Le Choc des Titans continue. Un média chinois influent a souligné aujourd’hui qu’il était inévitable que les médias des deux pays « se rentrent dedans » en espérant que les dirigeants sauront garder leur sang-froid.

Source : https://strategika51.org/2020/03/21/blocage-de-laide-chinoise-destinee-a-litalie-a-prague/

 

 

 

 

 

Détournement tchèque de l’aide humanitaire chinoise destinée à l’Italie ? Prague réagit

RT français  – 22.3.2020

 

Encore plus sordide que ce qu’on croyait :

https://francais.rt.com/international/72954-covid-19-detournement-tcheque-aide-humanitaire-destinee-italie-prague-reagit

 

 

 

 

Crise COVID-19 : Des équipes médicales cubaines à la rescousse

 

Strategika 51 – 22.3.2020

 

 

Des brigades médicales cubaines arrivant à Kingston, Jamaïque

 

 

En dépit des sanctions inhumaines et du très long blocus imposé à l’île par Washington, Cuba a réussi à développer un système médical unique au monde en dehors de la mainmise des grands groupes pharmaceutiques mondiaux. Le système médical cubain a pu non seulement développer ses propres molécules thérapeutiques mais exporte avec succès et sans aucune contrepartie ses personnels soignants dans les Caraïbes, en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie.

La crise du COVID-19 a démontré encore une fois l’efficience d’un système médical basé sur une approche alternative excluant le profit et le monopole lucratif mais basé sur une solide formation scientifique, l’exploration des médecines traditionnelles et anciennes, l’esprit d’initiative et la solidarité.

C’est la coopération technique entre les médecins cubains et chinois qui a eu raison de la propagation du SRAS-nCov-2 dans les provinces chinoises de Fujian, du Xinjiang et du Hebei dans un premier temps puis dans toutes les provinces chinoises.

 

 

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/22/crise-covid-19-des-equipes-medicales-cubaines-a-la-rescousse/

 

 

 

 

M à J de dernière minute :

Même le Venezuela, du fond de sa misère, envoie de l’aide à l’Italie. Et, bien entendu, la Russie.

 

 

Le premier avion militaire russe transportant de l’aide médicale se pose en Italie

 

Sputniknews – 22.3.2020

 

 

 

 

 

Le premier des neuf avions envoyés par la Russie en Italie pour aider ce pays à endiguer la propagation du coronavirus s’est posé dimanche 22 mars à la base aérienne italienne de Pratica di Mare.

 

L’avion Iliouchine Il-76 transporte des spécialistes en virologie et des équipements médicaux.

Le ministère russe de la Défense a publié une vidéo de l’arrivée des premiers avions des Forces aérospatiales russes, avec « From Russia with love » (« De Russie avec amour ») écrit sur certains matériels.

 

 

 

 

La séquence montre un camion avec un autocollant sur la portière. La phrase est écrite en russe, en anglais et en italien. On y voit aussi deux cœurs aux couleurs nationales russes et italiennes.

Groupe aérien russe

Le ministère russe de la Défense a ordonné d’envoyer neuf avions militaires avec des brigades de virologues et de l’équipement. Le sixième avion vient de décoller de l’aérodrome de Chkalovsky près de Moscou, a signalé aux journalistes le ministère.

Des avions Il-76 des Forces aérospatiales russes débarquent sur la base de l’armée de l’air italienne Pratica di Mare, située à 30 kilomètres au sud-ouest de Rome

 

Source : https://fr.sputniknews.com/international/202003221043358720-from-russia-with-love-les-avions-avec-laide-russe-debarquent-en-italie–video/

 

 

 

 

 

 

Et on en restera là pour aujourd’hui.

Merci à notre lectrice Sémimi, qui a exprimé dans les « commentaires » exactement ce que nous ressentons.

 

 

 

 

Mis en ligne le 22 mars 2020

 

 

Coronavirus, vous êtes sûrs ? Peut-être.

 

 

 

 

 

 

 

Coulé ! Bateau de pêche à Gaza.

 

 

Coronavirus, vous êtes sûrs ? Peut-être.

 

 

 

 

Pendant que la destruction systématique de la Palestine et des Palestiniens se poursuit, y compris par voie de pandémie assistée ou non, la seule chose dont on soit, ici, absolument sûrs, c’est de l’absence totale de sollicitude des gouvernements d’Europe à l’égard de la santé de leurs peuples. Les gouvernements chinois et iranien, oui. Le gouvernement cubain, mille fois oui. Les nôtres ? Non, mille fois non. Alors, de quoi est-il question au juste ? Qu’essaient-ils d’empêcher ou au contraire de provoquer ? On ne sait pas. On n’est pas Madame Soleil. On fait comme tout le monde, on regarde et on cherche à comprendre. Et on a glané pour vous quelques articles qui nous ont paru intéressants.

 

 

 

 

 

 

 

 

Question de Béotiens : Et les gens qui dorment dans la rue ? Il leur arrive quoi ? On les tue préventivement pour qu’il ne leur arrive rien ? Ceux qui dorment, par exemple, depuis des décennies, autour de la gare du Midi à Bruxelles, dans les déjections et les odeurs (pas que) d’urine ? Si c’est de l’urine de chiens, bon, ça va, pas de danger, mais si c’est de l’urine d’humains ? Et comme il semble qu’on vire ceux qui sont malades d’autre chose de certains centres de soins pour faire de la place aux coronavirés qu’on attend, ce n’est pas là non plus qu’on va les mettre, les SDF et autres Sans-Abri. Alors ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien entendu : first things first !

 

Dans l’Europe du virus 

arrivent les bombardiers USA 

d’attaque nucléaire

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 17.3.2020

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

 

 

Bombardier furtif B-32 « Spirit »

 

 

À cause du Coronavirus les American Airlines et autres compagnies aériennes étasuniennes ont supprimé de nombreux vols pour l’Europe. Mais il y a une « compagnie » USA qui, au contraire, les a augmentés : l’US AIR FORCE. 

Ces jours-ci elle a « déployé en Europe une task force de bombardiers furtifs (stealth) B-2 Spirit ». L’annonce vient du US European Command de Stuttgart, le Commandement Européen des États-Unis. Il est sous les ordres d’un général, actuellement Tod D. Wolters de la US AIR FORCE, qui est en même temps à la tête des forces OTAN en tant que Commandant Suprême Allié en Europe. L’US European Command précise que la task force, composée d’un nombre non précisé de bombardiers provenant de la base Whiteman au Missouri, « est arrivée le 9 mars à Lajes Field dans les Açorres, au Portugal ».

Le bombardier stratégique B-2 Spirit, l’avion le plus cher du monde dont le coût dépasse les 2 milliards de dollars, est l’avion USA le plus avancé d’attaque nucléaire. Chaque engin peut transporter 16 bombes thermonucléaires B-61 ou B-83, avec une puissance maximale totale équivalant à plus de 1.200 bombes d’Hiroshima. Du fait de sa conformation, de son revêtement et de ses contremesures électroniques, le B-2 Spirit est difficilement repérable par les radars (et de ce fait dit « avion invisible »).

Même s’il a déjà été utilisé en guerre, par exemple contre la Libye en 2011, avec des bombes non-nucléaires de grande puissance à guidage satellite (il peut en transporter 80), il est projeté pour pénétrer à travers les défenses ennemies  et effectuer une attaque nucléaire de surprise. Ces bombardiers, précise l’US European Command, « opèreront depuis diverses installations militaires dans l’aire de responsabilité du Commandement Européen des États-Unis ». Cette aire comprend toute la région européenne et toute la Russie (partie asiatique incluse). Ceci signifie que les plus avancés bombardiers USA d’attaque nucléaire opèreront, depuis des bases en Europe, aux abords de la Russie. Si l’on inverse le scénario, c’est comme si les plus avancés bombardiers russes d’attaque nucléaire opéraient depuis des bases à Cuba aux abords des États-Unis.

L’objectif poursuivi par Washington est évident : accroître la tension avec la Russie en utilisant l’Europe comme première ligne de la confrontation. Cela permet à Washington de renforcer son leadership sur les alliés européens et d’orienter la politique étrangère et militaire de l’Union Européenne, dans laquelle 22 des 27 membres appartiennent à l’OTAN sous commandement USA. 

 Cette stratégie est facilitée par la crise provoquée par le Coronavirus. Aujourd’hui plus que jamais, dans une Europe en grande partie paralysée par le virus, les USA peuvent faire ce qu’ils veulent. Comme le confirme le fait qu’ils y transfèrent leurs bombardiers les plus avancés pour l’attaque nucléaire avec le consensus de tous les gouvernements et parlements européens et de l’Union européenne même, dans le silence complice de tous les grands médias européens. Même silence tombé sur le Defender Europe 20, le plus grand déploiement de forces USA en Europe depuis la fin de la Guerre Froide, dont les médias ont parlé seulement quand l’US European Command a communiqué que, à cause du Coronavirus, il réduira les soldats USA participants à l’exercice de 30.000 à un nombre non précisé, conservant en tous cas « nos objectifs de plus haute priorité ».

Dans le cadre d’un véritable psy-op (opération psychologique militaire) divers organes d’« information », y compris en Italie, ont attaqué « les canulars sur l’exercice Defender Europe » (La Repubblica, 13 mars), et, à travers les réseaux sociaux, s’est répandu le bruit que l’exercice a pratiquement été supprimé. Nouvelle tranquillisante, renforcée par l’assurance, donnée par l’US European Command, que, « notre principale préoccupation est de protéger la santé de nos forces et celle de nos alliés ». Justement en remplaçant en Europe un nombre non précisé de soldats USA par un nombre non précisé de bombardiers USA d’attaque nucléaire, chacun d’une puissance destructrice équivalente à plus de 1.200 bombes d’Hiroshima.

Édition de mardi 17 mars 2020 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/nelleuropa-del-virus-i-bombardieri-usa-da-attacco-nucleare/ 

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/dans-leurope-du-virus-arrivent-les-bombardiers-usa-dattaque-nucleaire/

 

Et n’oublions pas que les bombinettes que ces machins transporteront et largueront se trouvent stockées chez nous. Si jamais les attaqués voulaient s’assurer qu’il n’en reste plus trop dans les réserves, nous serions les premiers à le savoir, même si pas pendant longtemps.

 

 

 

 

Des soldats polonais infectés par un coronavirus au cours d’exercices de l’OTAN

 

AviaPro – 20.3.2020

 

 

 

 

 

Des centaines de soldats polonais ont contracté le coronavirus COVID-19 lors d’un exercice de l’OTAN.

 

Les exercices militaires de l’OTAN, dont la formation a été menée à la frontière avec la Russie, n’ont pas abouti à une démonstration de la force de l’Alliance de l’Atlantique Nord, mais à l’infection massive de l’armée polonaise par le coronavirus COVID-19. Selon les chiffres officiels. Il y a déjà 150 soldats polonais infectés en quarantaine, et plus de 280 selon des sources officieuses.

Lire la suite…

Source : http://avia-pro.fr/news/sotni-polskih-voennosluzhashchih-zarazilis-koronavirusom-na-ucheniyah-nato

 

 

 

 

 

Ceci va sans dire, mais beaucoup mieux en le disant :

 

Coronavirus, attention danger… mais pas celui que vous croyez.

 

Professeur Gilbert Deray – Comité Valmy – 15.3.2020

 

 

.

 

 

Depuis 30 ans, de mon observatoire hospitalier, j’ai vécu de nombreuses crises sanitaires, HIV, SRAS, MERS, résurgence de la tuberculose, bactéries multi-résistantes, nous les avons gérées dans le calme et très efficacement.

 

Aucune n’a donné lieu à la panique actuelle. Je n’ai jamais vécu un tel degré d’inquiétude pour une maladie infectieuse et d’ailleurs pour aucune autre.

Et pourtant, Je ne suis pas inquiet quant aux conséquences médicales du Coronavirus. Rien dans les chiffres actuels sur la mortalité et la diffusion du virus ne justifie la panique mondiale sanitaire et surtout économique. Les mesures prises sont adaptées et efficaces et elles permettront le contrôle de l’épidémie. C’est déjà le cas en Chine, foyer initial et de loin le plus important de cet agent infectieux, ou l’épidémie est en train de s’éteindre.

L’avenir proche dira si je me suis trompé.

Par contre,

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11746

 

 

 

 

Et mieux encore en le prouvant…

 

Sanctions et châtiments à l’ère du Grand Jeu

 

Strategika 51 – 19.3.2020

 

 

 

 

Washington, via le Secrétaire d’État Mike Pompeo, a redoublé les sanctions économiques et financières visant l’Iran et exercé une immense pression sur le Fonds Monétaire International (FMI) suivant la demande d’aide de l’Iran et du Venezuela pour faire face au COVID-19. Les deux pays ont demandé chacun un prêt de cinq millions de dollars US au FMI pour pouvoir répondre à l’urgence sanitaire.

 

Mais… l’Iran et le Venezuela sont sur la liste des pays de l’axe du mal de Washington et, par conséquent, ce refus peut – à la limite – s’expliquer par la tension géopolitique opposant ces pays à l’Empire. Mais qu’en est-il des pays de l’Union européenne ?

Des informations de plus en plus confirmées font état du refus délibéré de pays comme l’Allemagne et la France de venir en aide à l’Italie, et ce refus ne s’explique pas uniquement par la décision d’interdire l’exportation de matériel et d’équipements médicaux indispensables intérieurement en cas de pandémie, mais encore une fois par des pressions émanant de Washington, afin que l’aide chinoise ne puisse parvenir en Italie en transitant par des pays de l’Union européenne. De facto, l’Allemagne et la France bloquent les équipements médicaux chinois destinés à l’Italie qui devraient transiter sur leur territoire.

Cette situation hallucinante renforce la conviction d’une immense exploitation de la crise du COVID-19 à des fins géostratégiques, économiques et financières dans le cadre d’un jeu de refus obsessionnel de perte d’hégémonie mondiale. Une grande partie de l’opinion italienne est désormais très en colère contre une Union Européenne qui non seulement ne sert à rien mais contribue à les assassiner bien mieux que n’importe quel virus mortel.

Lire la suite…

URL de cet article  : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/sanctions-et-chatiments-a-lere-du-grand-jeu/

 

 

 

 

Et pour le reste…

Commençons par la pandémie d’infoconneries et son champion toutes catégories :

 

 

 

 

 

Chaque fois, l’on se dit que l’inepte propagande de la presstituée impériale américaine a atteint le fond du ridicule et chaque fois l’on est surpris par son regain d’énergie pour tomber toujours plus bas.

 

On se rappelle que l’abominable Poutine des neiges avait déjà été accusé, entre autres choses, de militariser des pieuvres géantes, d’attaquer la démocratie américaine à coups de Pokémon (CNN !) et de manipuler les campagnes de vaccination. Sans compter, ne riez pas, la subversion de nos enfants par les dessins animés, l’instrumentalisation de la persuasion Jedi ou encore l’empoisonnement d’Hillary Clinton herself. Chers amis, l’ogre a passé un cap supérieur et va, tenez-vous bien, désormais utiliser… le coronavirus pour semer la discorde parmi les Américains !

Eh oui, c’est l’héroïque New York Times qui nous l’apprend. Les « arguments » sont certes quelque peu poussifs (et jetés en toute fin d’article) : l’épidémie coïncide avec la campagne électorale, elle est déjà l’objet de théories du complot et Trump l’a mal gérée. On ne voit pas trop le rapport avec Moscou mais notre bonne presse libre et démocratique ne s’arrête pas à ces futiles détails. Tremble, bon peuple américain, l’ours est là qui rôde, s’apprêtant à s’engouffrer dans la brèche virale. Heureusement, nos glorieux journalistes veillent..

 

 

 

.

On a trouvé ça sous la plume d’Observatus Geopoliticus, chez les Chroniques du Grand jeu, le 17 de ce mois : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/03/point-godwin.html

Et on en profite pour rappeler la règle d’or du nazisme : toujours accuser l’autre de ce qu’on a l’intention de lui faire, qu’on est en train de lui faire ou qu’on lui a déjà fait.

 

 

 

 

 

Coronavirus : arrogance et condescendance des USA, ressentiment des autres

 

Brian Cloughley – Entelekheia – 19.3.2020

 

 

 

 

Paru sur Strategic Culture Foundation sous le titre Arrogance and Condescension Cause Resentment and Blowback

 

Nous voyons beaucoup le mot virus ces jours-ci, ainsi que divers adjectifs en référence aux causes et à la nature du Covid-19, le nom donné à la nouvelle maladie à coronavirus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et désormais utilisé dans le monde entier pour désigner la crise sanitaire qui s’est abattue sur notre planète. Ce nom est utilisé par presque tout le monde, à quelques exceptions près, notamment le Secrétaire d’État américain, l’apparemment jovial mais en réalité profondément toxique Mike Pompeo, et par divers politiciens républicains déterminés à détourner l’attention des efforts massifs déployés par la Chine pour contenir, contrôler et au bout du compte, éradiquer la maladie.

 

Dans l’esprit des obsédés de « La Grandeur de l’Amérique » emmenés par le président Trump, qui portait une absurde casquette avec l’inscription « Keep America Great » lors de sa visite au Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de Floride le 8 mars, il n’y a pas de plus haute priorité que de maintenir l’ascendant militaire et économique des États-Unis dans le monde, et l’une des façons de le faire est de dénigrer, de harceler et d’insulter ceux qui ne suivent pas la ligne de Washington. Pompeo est un champion dans ce domaine, et il perd rarement une occasion de renforcer ce qu’il imagine être l’ascendant des États-Unis.

Lire la suite…

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/03/18/coronavirus-arrogance-et-condescendance-des-usa-ressentiment-des-autres/

 

 

 

 

 

Vous croyez que la « poussée » est sans rapport avec les microbes ? Oh, mais pas du tout ! Même si c’est M. Poutine qui a commencé.

 

Pétrole et poussée chinoise : ça se précise

 

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu – 18.3.2020

 

 

 

 

Deux de nos billets parmi les plus récents annonçaient certaines tendances lourdes de conséquences pour l’avenir géopolitique mondial. Il n’a fallu que quelques jours pour que celles-ci se confirment voire s’amplifient.

 

L’or noir n’en finit pas de dégringoler et le schiste américain est au bord du gouffre ou, comme le dit poétiquement un analyste de Forbes, « se noie dans le sang et les larmes ». des coupes claires dans les investissements et les budgets ont déjà commencé et ce n’est que le début…

Lire la suite…

Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/03/petrole-et-poussee-chinoise-ca-se-precise.html

 

 

 

 

 

La preuve :

 

L’amour au temps du Corona

 

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu –  14.3.2020

 

 

 

 

Si Gabriel García Márquez était encore parmi nous, c’est peut-être ainsi qu’il aurait appelé son chef-d’œuvre. Avis aux émules du grand écrivain… Le lecteur, lui, ne trouvera point ici de considérations médicales/scientifiques/philosophiques/sociales sur la fameuse pandémie mais une petite analyse de ses conséquences géopolitiques.

 

Zhao Lijian, porte-parole du MAE chinois, a jeté un pavé dans la mare jeudi dernier en affirmant que le coronavirus pourrait avoir été apporté en Chine par l’armée US lors des Jeux mondiaux militaires de Wuhan en octobre. Il s’appuie notamment sur les déclarations du directeur du Centers for disease control and prevention américain qui a révélé, devant le Congrès, que plusieurs patients que l’on croyait morts d’une simple grippe étaient en réalité porteurs du coronavirus. 

Notre bonne presse qui, pendant des années, a traqué sans relâche les sombres conspirations que les abominables Russes ne manquaient pas d’ourdir sur les élections américaines, hurle cette fois sa douleur devant ce cas patenté de « complotisme » qui met en cause la tête impériale. Dans les salles de rédaction, la théorie du complot, c’est comme le chasseur des Inconnus : il y a la bonne et la mauvaise…

Elle a toutefois raison sur un point : à ce stade, il est évidemment impossible d’apporter le moindre début de preuve à la thèse de l’ami Zhao qui ne reste, pour l’instant, que simple conjecture. Mais cet esclandre a au moins le mérite de montrer que, pandémie ou pas, l’affrontement titanesque entre Pékin et Washington n’est jamais très loin.

Lire la suite…

Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/03/l-amour-aux-temps-du-corona.html

 

 

 

 

Et les Chinois, pourtant si durement attaqués – car ce lâcher de petites bêtes n’est qu’un des actes de guerre, sanglants, économiques et autres, infligés aux deux pays-cibles – mettent en pratique leurs principes de morale publique (mais vous verrez qu’on va leur reprocher le « retour sur investissement » qu’ils ont des chances d’en retirer)…

 

 

La Chine passe à la contre-offensive généralisée : des experts de la province chinoise du Zhejiang dépêchés en Italie pour lutter contre le COVID-19

 

Strategika 51 – 18.3.2020

 

 

 

 

 

 

La province chinoise de Zhejiang envoie des experts médicaux en Italie.

 

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/18/la-chine-passe-a-la-contre-offensive-generalisee-des-experts-de-la-province-chinoise-du-zhejiang-depeches-en-italie-pour-lutter-contre-le-covid-19/

 

 

 

 

 

Mais avant d’aller plus loin et puisqu’il était question de Vladimir Poutine, nous tenons à vous signaler un très important article de Tom Luongo, hélas pas encore traduit, donc en anglais, mais dont la traduction prendra place ici dès qu’elle existera quelque part.

 

Putin Unleashes Strategic Hell on the U.S.

Putin understands that a world awash in debt is one that cannot withstand the currency needed to repay that debt rising sharply.

 

Tom Luongo TheDuran – 16.3.2020

 

 

 

 

I am an avid board game player. I’m not much for the classics like chess or go, preferring the more modern ones. But, regardless, as a person who appreciates the delicate balance between strategy and tactics, I have to say I am impressed with Russian President Vladimir Putin’s sense of timing.

Because if there was ever a moment where Putin and Russia could inflict maximum pain on the United States via its Achilles’ heel, the financial markets and its unquenchable thirst for debt, it was this month just as the coronavirus was reaching its shores.

Read more…

Source : https://theduran.com/putin-unleashes-strategic-hell-on-the-u-s/

Source d’origine : https ://www.strategic-culture.org/news/2020/03/15/putin-unleashes-strategic-hell-on-us/

 

Comme promis, le voici en français :

 

 

Poutine déchaîne un enfer stratégique sur les États-Unis

 

 

 

 

Retour aux microbes et à leurs victimes…

 

Pandémie COVID-19 : mutineries et évasion massive de détenus en Afghanistan, au Brésil et en Italie

 

 

Strategika 51 – 17.3.2020

 

 

 

 

Un climat délétère se répand dans un nombre croissant de pays à cause de la peur du COVID-19.

 

Ainsi en Afghanistan, plus de cinquante personnes détenues à Herat suite à des suspicions de COVID-19 ont réussi à s’évader.

 

Au Brésil, plus de 1.350 détenus sont parvenus à s’échapper d’un centre pénitentiaire près de Sao Paulo après une mutinerie et une prise d’otage.

Vidéo

https://videos.files.wordpress.com/AlwWcAHe/669_hd.mp4

 

En Italie, la plupart des prisons de la péninsule sont en mutinerie ou en rébellion.

Des prisons en Iran, pays soumis à des sanctions US inhumaines, connaissent des troubles similaires.

En Jordanie, des mutineries dans des prisons de ce royaume ont été violemment réprimées dans le sang. Le nombre de tués est gardé secret même si les médias ont évoqué un premier bilan « officiel » de deux morts.

Aux États-Unis, le monde carcéral, le plus important au monde, est sous extrême tension et des mutineries ne sont pas à écarter.

Plus que le SRAS-nCov-2, la panique et l’effondrement du système économique commencent à exercer une pression sociale dans un nombre croissant de pays.

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/17/pandemie-covid-19-mutineries-et-evasion-massive-de-detenus-en-afghanistan-au-bresil-et-en-italie/

 

 

 

 

Il crève les yeux que la crise dite du coronavirus, en révélant sa criante responsabilité et sa non moins criante incapacité à maîtriser ce genre d’événements, annonce le début de la fin de la mondialisation triomphante.

 

L’ordre libéral mondial s’effondre sous la pression du coronavirus

 

Paul Antonopoulos – Infobrics18.3.2020

Via TheDuran

 

 

 

 

Le coronavirus permet à Trump de pousser encore plus loin son isolationnisme

 

La décision du Président US Donald Trump d’annuler les vols entre l’Europe et son pays, à l’exception de ceux en provenance du Royaume Uni, et d’imposer une quarantaine de 14 jours à qui veut entrer a été une surprise déplaisante pour l’Europe, d’autant que Washington a annoncé cette décision sans l’en avoir au préalable informée et sans aucune coordination. Ces restrictions ont été introduites pour une période initiale de 30 jours et ont pour cause la pandémie de coronavirus déclarée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Bien que jugeant cette action excessive, l’Union Européenne a totalement échoué à affronter le problème du coronavirus, et de telles actions sont tout à fait de l’ordre des mesures prises par de nombreux pays, y compris Israël et l’Australie. En Israël, quiconque arrive de l’étranger est soumis à une quarantaine de deux semaines à son domicile, les autorités ne permettant pas les séjours à l’hôtel – effectivement, il n’y a pas de tourisme. Quoique, de son côté, l’Australie ait imposé une quarantaine de 14 jours à l’arrivée, les séjours à l’hôtel y sont autorisés.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/8939-2/

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

 

 

Ils savent ce qu’il leur reste à faire…

 

L’eau des canaux de Venise de nouveau claire avec le confinement

 

Sputnik.fr – 19.3.2020

 

Pour la première fois depuis 60 ans, l’eau des canaux de Venise est redevenue propre à cause de la quarantaine en Italie due à la pandémie de coronavirus dans le monde.

Sur la photo: un oiseau de mer sur un canal de Venise, le 17 mars 2020.

 

 

 

 

 

Diaporama

https://fr.sputniknews.com/photos/202003191043323986-coronavirus-venise-quarantaine-ecologie/

 

 

 

 

 

 

La principale victime du coronavirus ? 30 ans d’idéologie dominante…

 

La pandémie de coronavirus met notre pays, et d’autres comme l’Italie, sens dessus dessous.

 

Philippe DavidCauseur – 18.3.2020

 

 

 

 

 

Rues vides, bars et restaurants fermés, usines à l’arrêt au point de faire basculer le pays dans la récession, Bruno Le Maire annonçant une croissance à -1% pour 2020 (même causes mêmes effets pour la zone euro)… Il y a pourtant des tonnes d’enseignements à tirer sur cette crise sanitaire qui va créer une crise économique dont les conséquences risquent d’être pires que celles de 2008.

 

Si la France manque de tests de dépistage et de masques de protection, ce qui ne manque pas de sel dans un pays où la dépense publique atteint 56,5% du PIB, elle ne manque pas de politiciens dont les échecs sont les seules choses qui resteront d’eux dans les livres d’histoire

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-principale-victime-du-coronavirus-30-ans-dideologie-dominante/

 

 

 

 

 

Il y en a pourtant qui se méfient. Qui osera dire qu’ils ont tort ?

 

La Russie néolibérale : le coronavirus et la numérisation à marche forcée de l’enseignement

 

Karine Bechet Golovko – Russie Politics – 18.3.2020

 

 

L’Université d’État de Moscou (Lomonossov)

 

 

Alors que le corps enseignant, de l’école à l’Université, résistait aux tentatives diverses et variées d’intégrer de plus en plus de numérique sous la pression du clan néolibéral, le coronavirus semble être l’occasion rêvée pour d’un coup de matraque, suspendre l’enseignement classique, comme l’ont fait beaucoup d’autres pays. L’on notera l’intervention assez surprenante en ce sens de deux oligarques russes, ayant de très sérieux problèmes avec la justice américaine. Surprenante, car ils ne se prononcent habituellement pas sur des questions politiques. Et le culte numérique n’est pas neutre, il est l’incarnation même de l’image de ces sociétés fantasmées dans les classiques de la littérature de sciences fictions. Ce fantasme qui doit devenir réalité.

 

Le calendrier politique n’est pas un calendrier comme les autres, il fixe le temps sur des plans différents et concurrents. Ainsi, la Russie ayant la mémoire de la fin des années soviétiques avec ses restrictions et ses files d’attente, ses manques psychologiques, ne s’est pas immédiatement lancée dans la furie de l’enfermement, mais a pris un certain nombre de mesures efficaces qui ont permis de maintenir à un niveau extrêmement bas la propagation du virus. 114 cas hier pour tout le pays, dont 56 à Moscou – sur une population intramuros d’environ 13 millions d’habitants.

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2020/03/la-russie-neoliberale-le-coronavirus-et.html

 

 

 

 

Pendant qu’en France, à titre privé, d’aucuns ne perdent pas le nord :

 

Offre spéciale

Chers amis,

Afin de s’occuper intelligemment pendant cette période de confinement, ou même de faire l’école à la maison pour vos enfants, j’ai décidé de proposer l’intégralité de mes cours en ligne à moitié prix. 

Une bonne occasion de se plonger dans notre belle histoire de France, et de la transmettre !

Pour profiter des – 50 %, liens directs ci-dessous

Bon apprentissage, et surtout prenez soin de vous !

CL

 

Bien entendu, le programme du bon apôtre n’est pas neutre.

 

 

 

Vous ne voudriez quand même pas qu’il vous propose l’Histoire de Voltaire et du Chevalier de la Barre, de la Grande Révolution, de Valmy, de 1830, de 1848, de la Commune, des Fusillés pour l’exemple de 1917 et quoi-z-encore ?

 

 

 

 

Mais toute plaisanterie mise à part, elle a raison, Karine Bechet Golovko : nulle part les malfaisants responsables de tant de catastrophes n’ont dit leur dernier mot.

 

Jacques Attali : une pandémie permettra la mise en place des bases d’un véritable gouvernement mondial [Vidéo]

 

 

 

 

Il fallait Jacques Attali pour y penser ! Dans sa rubrique du magazine « L’Express du 6 mai 2009 » (au sujet de la grippe A), l’ancien sherpa de François Mitterrand dévoilait quelques fantasmes intimes du monde oligarchique. En bref : là où le krach financier a jusqu’ici échoué, une bonne petite pandémie pourrait précipiter nos dirigeants à accepter la mise en place d’un gouvernement mondial !

 

 

 

 

[Tiens, une pandémie… en 2009… Et dire que le cher Saker pense que l’idée de se servir d’armes biologique ne peut pas venir à des politiques parce que…. (Coup d’œil sur l’aspect militaire de la guerre biologique) – NdGO]

 

 

« L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur : elle met alors d’abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique ».

 

Pour Attali, « La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes », car elle fera surgir, « mieux qu’aucun discours humanitaire ou écologique, la prise de conscience de la nécessité d’un altruisme, au moins intéressé ».

 

« Et, même si, comme il faut évidemment l’espérer, cette crise n’est pas très grave, il ne faudra pas oublier, comme pour la crise économique, d’en tirer les leçons, afin qu’avant la prochaine – inévitable – on mette en place des mécanismes de prévention et de contrôle, ainsi que des processus logistiques de distribution équitable des médicaments et de vaccins. On devra, pour cela, mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial ».

« C’est d’ailleurs par l’hôpital qu’a commencé en France, au XVIIe siècle, la mise en place d’un véritable État », avance-t-il pour conclure.

Source : Wikistrike

 

La mise en place d’un véritable état français au XVIIe siècle ?

Et Philippe le Bel exterminant, avec l’Ordre du Temple, un cancer banquier supranational ?

Et Louis XI combattant, bien avant Saint-Just, « toutes les factions » ?

Et Louis XII et François Ier faisant de l’État un début d’empire en envahissant l’Italie ? Et on ne parle pas de la conquête du Canada…

Pauvre histoire de France ! Sont toujours à lui mettre des papillotes ou des bigoudis…

 

 

 

 

Enfin, last mais pas least, on peut difficilement parler guerre biologique sans évoquer les Casques Blancs…

 

LE SYNDROME LAWRENCE D’ARABIE
OU L’ÉTRANGE DISPARITION DU CRÉATEUR DES « CASQUES BLANCS »…

 

Richard Labévière – Comité Valmy – 16.3.2020

 

 

 

 

Le 16 février dernier, Arte a rediffusé Lawrence d’Arabie, le film réalisé par David Lean en 1962 avec Peter O’Toole et Omar Sharif, film qui a grandement participé à la construction de la légende et du mythe. La saga hollywoodienne commence par l’accident fatal de moto. Mais, la séquence ne correspond pas aux faits, tels que rapportés par l’enquête de police.

 

Le lundi 13 mai 1935, Thomas Edward Lawrence (1888 – 1935) se rend à moto, comme toujours sans casque, à la poste du camp de Bovington1 pour y retirer un courrier urgent. Sur le chemin du retour, alors qu’il roule à quelques 70/90 kilomètres/heure, il passe le sommet d’une côte et se retrouve derrière deux cyclistes qui roulent dans le même sens que lui. En les dépassant, il perd le contrôle de sa machine et fait une chute spectaculaire. Transporté dans un état comateux à l’hôpital militaire de Bovington, il meurt le 19 mai 1935 de « traumatismes cérébraux ». L’enquête conclut à l’accident. Un témoin – le soldat de 1ère classe Ernest Catchpole – déclare avoir vu une camionnette noire roulant en sens inverse, qui aurait pu gêner le dépassement et causer l’accident (Dorset Daily News des 16 et 21 mai 1935 et The Times du 22 mai 1935). Cette déposition conduit deux amis de la victime – John Bruce et Henry Williamson – à soupçonner un acte criminel, un complot d’assassinat, piste que les autorités britanniques auraient tenté d’étouffer2.

Lire la suite…

Source : http ://www.comite-valmy.org/spip.php ?article11748

 

 

 

 

Confirmation, s’il en fallait, de ce qui précède :

 

Les ministres de la défense du Royaume-Uni et de la Turquie ont pénétré clandestinement à Idlib pour superviser les moyens militaires mis en place par les deux pays pour défendre les rebelles syriens

 

Strategika 51 – 17.3.2020

 

 

 

 

Le Secrétaire britannique à la Défense Ben Wallace en compagnie de son homologue turc Hulusi Akar dans un poste militaire avancé turc dans la province syrienne rebelle d’Idlib.

Voir la suite…

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/17/les-ministres-de-la-defense-du-royaume-uni-et-de-la-turquie-ont-penetre-clandestinement-a-idlib-pour-superviser-les-moyens-militaires-mis-en-place-par-les-deux-pays-pour-defendre-les-rebelles-syriens/

 

 

 

 

 

Dernière minute :

 

Guerre CHINE – USA, à la lumière des derniers développements et par Pepe ESCOBAR

 

La Chine engagée dans une guerre hybride avec les États-Unis

 

Pepe Escobar – Comité Valmy – 19.3.2020

 

 

 

 

Les retombées de l’épidémie de Covid-19 mettent Pékin et Washington sur une trajectoire de collision.

Parmi la myriade d’effets géopolitiques du coronavirus, un est déjà évident. La Chine s’est repositionnée. Pour la première fois depuis le début des réformes de Deng Xiaoping en 1978, Pékin considère ouvertement les États-Unis comme une menace, comme l’a déclaré il y a un mois le Ministre des Affaires Étrangères Wang Yi lors de la Conférence de Munich sur la Sécurité, au plus fort de la lutte contre le coronavirus.

 

Pékin façonne prudemment et progressivement le récit selon lequel, dès le début de l’attaque du coronavirus, les dirigeants savaient qu’ils étaient sous le coup d’une attaque de guerre hybride. La terminologie de Xi est un indice majeur. Il a dit, pour mémoire, que c’était la guerre. Et, comme contre-attaque, une « guerre du peuple » devait être lancée.

De plus, il a décrit le virus comme un démon ou un diable. Xi est un confucianiste. Contrairement à certains autres penseurs chinois, Confucius répugnait à discuter des forces surnaturelles et du jugement dans l’au-delà. Cependant, dans le contexte culturel chinois, diable signifie « diables blancs » ou « diables étrangers » : guailo en mandarin, gweilo en cantonais. C’est ainsi que Xi a prononcé en code une déclaration très forte.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11755

 

 

 

 

 

Avec tout ça…

 

On ne vous avait même pas parlé de la manif des femmes (et sans doute de quelques hommes) contre l’ouverture de la PMA sans père et de la GPA, le 8 mars, devant l’Assemblée Nationale.

Honte sur nous !

Les voilà,  en deuil comme il se doit et en bonnets phrygiens, avec des caddies pleins d’enfants-marchandise, juste devant le poulailler aux aigles qui prétendent gouverner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 20.3.2020

 

 

 

Pendant que les USA, l’OTAN et les Euronouilles jouent à la guéguerre (sans masque antivirus) la vraie guerre a du vent dans les voiles

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant que les USA, l’OTAN et les Euronouilles jouent à la guéguerre (sans masque antivirus) la vraie guerre a du vent dans les voiles

 

 

 

 

La guerre du pétrole est lancée

 

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu – 10.3.2020

 

 

 

 

 

Tout a commencé vendredi, lorsque l’entente qui régnait depuis trois ans entre l’Opep et la Russie a volé en éclats, Moscou s’opposant à une réduction de la production de pétrole pour enrayer la baisse des cours due au coronavirus. L’Opep+ n’est plus et les délégués pétromonarchiques présents à la réunion en étaient abasourdis tandis que le cours du baril dégringolait de 10%.

N’assiste-t-on qu’à une énième guéguerre de prix et de quotas ? Rien n’est moins sûr… Selon un bon connaisseur, Moscou a décidé de dire « Stop » et de lancer une contre-attaque générale contre l’empire pour toutes les avanies subies récemment (blocage du Nord Stream II, sanctions, Syrie). En le punissant là où ça fait mal : le secteur financier et la dette.

Le schiste US vit au-dessus de ses moyens depuis des années et avait déjà eu très chaud au milieu de la dernière décennie. Dans un billet intitulé L’ours, l’aigle et le chameau, nous en décryptions les tenants et les aboutissants :

Lire la suite…

Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/03/la-guerre-du-petrole-est-lancee-0.html

 

 

 

 

 

Tandis qu’elle les ferme aux victimes de ses rapines…

 

Dans l’Europe fermée à cause du virus,

l’UE ouvre ses portes à l’armée USA

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 11.3.2020

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

 

 Effondrement du viaduc de Gênes : 37 ans de négligence envers les civils

 

 

Les ministres de la Défense des 27 pays de l’UE, dont 22 sont membres de l’OTAN, se sont rencontrés les 4-5 mars à Zagreb, en Croatie. Le thème central de la réunion (à laquelle a participé pour l’Italie le ministre Guerini du PD) n’a pas été comment affronter la crise du Coronavirus qui bloque la mobilité civile, mais comment développer la « mobilité militaire ». Le test décisif est l’exercice Defender Europe 20 (Défenseur de l’Europe 2020), en avril et mai. Le secrétaire général de l’OTAN Stoltenberg, qui a participé à la réunion UE, le définit comme « le plus grand déploiement de forces USA en Europe depuis la fin de la Guerre froide ».

Sont en train d’arriver des USA en Europe – communique l’US Army Europe (Armée USA en Europe) – les 20.000 soldats qui, avec 10.000 autres déjà présents et 7.000 d’alliés OTAN, « se répandront à travers la région européenne ». Les forces étasuniennes amènent avec elles 33.000 pièces d’équipement militaire, allant des armements personnels aux chars d’assaut Abrams. Il faut donc des infrastructures adéquates pour leur transport. Mais il y a un problème, mis en évidence dans un rapport du Parlement Européen (février 2020) : « Depuis les années 90 les infrastructures européennes ont été développées uniquement pour des objectifs civils. La mobilité militaire est cependant redevenue une question clé pour l’OTAN. Comme l’OTAN manque d’outils pour améliorer la mobilité militaire en Europe, l’Union Européenne, qui a les outils législatifs et financiers pour le faire, joue un rôle indispensable ».

Le Plan d’action sur la mobilité militaire, présenté par la Commission européenne en 2018, prévoit de modifier « les infrastructures non adaptées au poids ou aux dimensions des véhicules militaires ». Par exemple si un pont ne peut pas résister au poids d’une colonne de chars d’assaut, il doit être renforcé ou reconstruit. Sur la base de ce critère, le test de charge du nouveau pont, qui à Gênes remplacera le pont Morandi écroulé, devrait être fait avec des chars Abrams de 70 tonnes. Ces modifications, inutiles pour les usages civils, comportent de fortes dépenses à charge des pays membres, avec une « possible contribution financière UE ».

La Commission européenne a prévu à cet effet une première allocation de 30 milliards d’euros, argent public sortant de nos poches. Le Plan prévoit en outre de « simplifier les formalités douanières pour les opérations militaires et les transport de marchandises dangereuses de type militaire ».

L’US Army Europe a demandé l’institution d’une « Zone Schengen militaire », avec la différence que ce ne sont pas des personnes qui circuleraient librement mais des chars d’assaut.

L’exercice Defender Europe 20 – a-t-on dit à la rencontre de Zagreb – permettra de « repérer dans la mobilité militaire tout obstacle, que l’UE devra enlever ».

Le réseau des transports UE sera ainsi testé par 30.000 soldats USA, qui « se répandront à travers la région européenne », exemptés des normes sur le Coronavirus. On en a la confirmation avec la vidéo de l’US Army Europe à l’arrivée en Bavière, le 6 mars, des 200 premiers soldats USA : alors qu’en Lombardie, à quelques petites centaines de Km de distance, sont en vigueur les plus sévères normes, en Bavière – où a été constaté la première contagion européenne de Coronavirus – les soldats USA, descendus de l’avion, serrent les mains des autorités allemandes et embrassent leurs camarades sans aucun masque. Question spontanée : seraient-ils déjà vaccinés contre le Coronavirus ? On se demande en outre quel objectif a « le plus grand déploiement de forces USA en Europe depuis la fin de la Guerre froide » officiellement pour « protéger l’Europe de toute menace potentielle » (avec référence claire à la « menace russe »), au moment où l’Europe est en crise à cause de la menace du Coronavirus (il y a un cas même au quartier général de l’OTAN à Bruxelles). Et puisque l’US Army Europe communique que « des mouvements de troupe et équipements en Europe dureront jusqu’en juillet », on se demande si tous les 20.000 soldats USA rentreront dans leur patrie ou si une partie restera par contre ici avec ses armements. Le Défenseur serait-il l’Envahisseur de l’Europe ?

 

Édition de mardi 10 mars 2020 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/coronavirus-macche-la-ue-apre-alle-manovre-usa/

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/dans-leurope-fermee-a-cause-du-virus-lue-ouvre-ses-portes-a-larmee-usa/

 

Plan nazi pour une Europe Unie… pas si mal vu.

(Tiens, on ne voit l’URSS nulle part…)

 

 

 

 

 

Où va l’Italie ?

 

Coronavirus : confiné avec sa sœur décédée, un acteur italien appelle à l’aide

 

L’acteur de « Gomorra », Luca Franzese, a diffusé une vidéo après le décès de sa sœur dû au coronavirus. « Les institutions nous ont abandonné. »

 

RTL – 11.3.2020

https://www.rtl.fr/actu/international/coronavirus-confine-avec-sa-soeur-decedee-un-acteur-italien-appelle-a-l-aide-7800233919

 

La sœur de Luca Franzese n’est pas morte du coronavirus, ni peut-être de la vraie grippe ou de dieusait quoi. Elle est morte faute de soins. Et ce n’est pas le coronavirus qui en est la cause, c’est l’aboutissement du système libéral déchaîné.

 

 

 

 

 

 

En V.O. par manque de temps

 

Un autre acteur italien interdit de travail pour cause de vous savez quoi

 

11.3.2020

 

 

NEWSLETTER DI ALESSIO LEGA #34

Marzo 2020

 

 

…non temete, non me ne vado allegramente a zonzo per il Naviglio di Milano, mentre immagino che molti di voi siano in isolamento più o meno auto-imposto. È un’immagine di nostalgia e di speranza nel ritorno. Sono anch’io chiuso in una casa, a Lecce.

L’infuriare sempre più minaccioso del Corona virus mi ha colto in tournée, da oltre un mese lontano dalla Lombardia. A fine febbraio, dopo la prima a Livorno di un travolgente spettacolo di canzoni per bambini dedicato ai cento anni di Gianni Rodari, ho visto come tutti bloccarsi l’intero circuito della musica e del teatro. Ho vissuto lo shock di tutti i miei colleghi, ho percepito quello, se si può, ancora più pesante di chi oltre al fermo di ogni attività deve continuare a pagare affitti, spese.

Sento una qualche forma di imbarazzo nello scrivere queste righe, perché sono pensate per tenervi informati di un’attività che si svolge nel perpetuo incontro, nel viaggio, nella relazione: tutte cose interdette allo stato attuale. Non sono virologo, immunologo, mi fido del parere di alcuni esperti che ho sentito e rispetto le ragioni e le preoccupazioni dei più deboli. Ho concepito la mia intera vita professionale come attenzione e cura dell’altro: non sopporterei, nemmeno potendo, di mettere chicchessia in pericolo. Colgo però anche l’ombra pesante che giorno per giorno si proietta sul futuro della musica e del teatro italiano.

Non so quando ci rivedremo, ma lo faremo quando saremo certi di infettarci solo di amore e di libertà.

[incipit della mia XXXIV newsletter, la prima senza concerti da segnalare]

 

Lauréat d’un prix, mais qui ne sait ni quand ni s’il pourra le recevoir…

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/un-autre-acteur-italien-interdit-de-travail-pour-cause-de-vous-savez-quoi/

 

 

 

 

 

Bombes atomiques US arrivées en Pologne

 

Rod Renny – The Duran – 10.3.2020

 

 

 

 

Les tensions entre la Turquie et la Syrie continuent à échapper à tout contrôle. L’escalade des affrontements entre les forces turques et syriennes sur fond d’offensive gouvernementale syrienne menace à tout instant de tourner au conflit total entre les deux états voisins et peut-être même de faire voler en éclats l’alliance forgée entre la Turquie et la Russie.

Afin d’empêcher qu’une guerre totale dans la région devienne une guerre nucléaire, les USA ont décidé de retirer leurs armes atomiques de Turquie. Le fait que ces munitions soient enlevées du pays a été très largement commenté par les médias turcs.

Les médias turcs rapportent que cinq C-17A Globemasters III sont arrivés à Incerlik AB en provenance de la base de Ramstein et ont emporté la totalité des bombes en Allemagne, en Pologne et dans un des États baltes.

Dans le cadre de mon enquête de journaliste d’investigation, j’ai demandé au bureau des Affaires Publiques du US European Command de bien vouloir me donner des informations complémentaires, mais M. Mark Mackowiak de l’ECPA a refusé de me répondre, en se retranchant derrière la politique US.

 

 

 

 

Un officiel du Air Mobility Command, qui a souhaité conserver l’anonymat, dit que les munitions nucléaires sont arrivées à Powidz, Pologne, au début de mars 2020.

De cette façon, les tensions vont monter en Europe : les plus grandes manœuvres US en Europe depuis la guerre froide, plus des munitions atomiques, ne peuvent manquer de provoquer des réactions de la Russie.

Moscou a déjà fait savoir que la Russie prendra toutes les mesures appropriées rn réponse à l’actuel déploiement militaire massif et aux exercices conduits par les USA dans de multiples pays qui ont des frontières avec la Russie.

La Russie ne peut pas ignorer ce qui est en train de se produire, qui est très préoccupant : elle annonce qu’elle y répondra de manière à ne pas créer de risques inutiles.

Il est à remarquer que tout ce que fait la Russie pour répondre aux menaces que font peser sur elle les membres de l’OTAN, elle le fait exclusivement sur son propre territoire. De même que toutes les armes nucléaires russes se trouvent sur son propre territoire, contrairement aux armes américaines.

 

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

Source : https://theduran.com/us-nukes-reported-delivered-to-poland/

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/un-autre-acteur-italien-interdit-de-travail-pour-cause-de-vous-savez-quoi/

 

 

 

Comme on ne se lasse pas du coronavirus…

 

CoronaPanic…

 

Georges Stanechy – À contre-courant – 9.3.2020

 

 

Dans un pays vraiment touché : l’Iran

 

 

 

« Il ne s’agit même pas de savoir s’il est bel et bon que l’espèce survive, nous ne savons même pas si elle survivra.

Mais il paraît certain que si elle doit survivre, sa survie implique une transformation profonde du comportement humain. »

Henri Laborit  (*)

 

 

Coronavirus par ci… Coronavirus par là…

Epidémie ?… Pandémie ?… Une certitude : la panique s’organise.

Les médias en raffolent ; leur raison d’être : divertir le public dans l’abrutissement ou l’anesthésier dans les brumes anxiogènes. Avec le Coronavirus, ils ont un os à ronger pour plusieurs semaines, avec roulements de tambours et sonneries de trompettes.

Les gouvernants s’en délectent.

Le rêve : que leurs concitoyens se terrent dans leur trou !… Tétanisés de peur. En mode « survie », neurones en hibernation absolue. Loin des questions qui fâchent : injustices sociales et économiques, répressions sauvages, guerres dévastatrices ; et, spoliations méthodiquement programmées, chez eux et surtout chez les autres.

Le Docteur Eric Berg, qui fait autorité en matière de santé publique, mondialement connu et reconnu – son « vlog » Youtube réunit plus de 3,560 millions d’abonnés – dans une récente vidéo, brève et remarquable synthèse, remet en perspective cette hystérie collective.

En premier lieu, par rapport aux grandes pandémies de notre Histoire, et leurs causes à présent connues : la Grande Peste ou la Peste Noire du milieu du XIV° siècle, et la Grippe Espagnole de 1918.

Ensuite, par rapport aux autres ravages qui affectent la santé publique dans nos sociétés, en particulier nos sociétés dites « développées ». Il donne l’exemple des USA, où l’impact du Coronavirus se révèle infinitésimal au regard d’autres pathologies ancrées depuis des décennies dans le silence des responsables de la santé publique.

Rappelons qu’en France chaque année nous enregistrons, en moyenne,  une hécatombe de 60.000 morts de tabagisme et 60.000 morts d’alcoolisme. Soit une moyenne annuelle de 120.000 morts.

Dans l’indifférence totale de nos politiciens et « spécialistes de l’information » de tous bords. L’Education Nationale bloquant même toutes les tentatives de campagnes de sensibilisation à la prévention de ces pathologies ravageuses auprès des jeunes scolarisés (la priorité doit être donnée, paraît-il,  au « genre » et au « sexe »…).

« Cigarettiers » et « Alcooliers », il est vrai, ont les poches aux profondeurs insondables et labyrinthiques : des couloirs de l’UE à Bruxelles, aux ministères, en passant par les caisses électorales des uns et des autres …

Echappent au Coronavirus comme à beaucoup d’autres, énonce clairement le Docteur Berg,  tous ceux qui ménagent, entretiennent, leur système immunitaire par une alimentation « saine », d’où les excès de glucose sont bannis ; une alimentation variée, à base de légumes frais et une exposition au plein air avec du soleil pour nous procurer l’apport en vitamine D, essentiel à notre protection contre les virus.

Si on fume comme un pompier, en se bourrant de sucres, de graisses et de sodas chimiques, tout est en place pour livrer notre organisme au moindre virus un tant soit peu actif.  Ecoutons-le :

 

 

_______________

*.  Henri Laborit, Eloge de La Fuite, Folio, p. 72.

 

Source : http://stanechy.over-blog.com/2020/03/coronapanic.html

 

 

 

 

Petits effets collatéraux bienvenus :

 

Coronavirus, RN, séparatisme : si les Français ne vont pas aux urnes dimanche…

Trois questions à Dominique Reynié

 

Martin PimentelCauseur –11.3.2020

 

 

 

 

Le politologue Dominique Reynié (directeur de la Fondapol) tente d’évaluer les incidences de la crise du coronavirus sur les élections municipales. Premier tour étrange, prévu dimanche.

 

Martin Pimentel. Les élections municipales des 15 et 22 mars prochains se présentent dans un contexte de grande inquiétude liée au coronavirus. Sans sortir votre boule de cristal, quelles répercussions du virus sur le scrutin imaginez-vous ? Un report de ces élections est-il envisageable ?

Dominique Reynié. La première répercussion qu’on peut imaginer sans spéculer exagérément, est une baisse de la participation, dans la mesure où il y a une invitation générale à ne pas trop sortir de chez soi ou à ne pas se rendre dans des lieux publics lorsque cela n’est pas indispensable. Ces consignes sont martelées matin et soir sur radios et télévisions, donc il va nécessairement y avoir un repli. Et ce qu’on observe déjà dans l’économie, on va l’observer dans la politique.

Le report des élections municipales me paraît en revanche impossible, même si l’on passait en phase 3 ou en cas de scénario à l’italienne dans les tous prochains jours. J’imagine que si on reportait le scrutin, ça ne serait pas de 15 jours, ni même de trois mois.

Lire la suite…

Source : https://www.causeur.fr/municipales-2020-coronavirus-separatisme-173842

 

 

 

Qui a dit « on a les gouvernements qu’on mérite » ?

 

Les antiviraux cubains derrière la disparition du COVID-19 dans les provinces chinoises de Anhui, Fujian et du Xinjiang, sur fond de guerre du pétrole

 

Strategika 51 – 9.3.2020

 

 

 

 

 

La Chine a eu recours aux antiviraux cubains pour lutter contre le nouveau coronavirus SRAS-nCov-2, responsable de l’épidémie de COVID-19 et le résultat des traitements cubains seraient très encourageants puisque les provinces chinoises d’Anhui, de Fujian et du Xinjiang ont été déclarées zones blanches, c’est-à-dire avec zéro cas de contamination grâce aux antiviraux cubains.

 

En dépit du blocus affectant lourdement l’économie et la médecine cubaine, cette dernière est parvenue à se développer en dehors des grands circuits de ce que l’on appelle le Big Pharma et est parvenue à produire des traitements alternatifs basés sur des molécules produites localement avec les moyens de bord. Le système de santé cubain que l’on croyait moribond a pu produire d’excellents médecins et praticiens qui s’exportent dans une douzaine de pays dans le cadre de missions médicales. Très peu connus et fort souvent méprisés par les médias occidentaux, les médicaments cubains s’avèrent plus économiques et surtout assez efficaces en comparaison avec les traitements disponibles mis à disposition par les grandes firmes pharmaceutiques mondiales.

En dépit de six décennies de blocus et d’une économie à terre, Cuba est devenu le premier pays disposant d’une des meilleures médecines au monde en termes de gratuité et de résultat. Les Chinois ont essayé tous les traitements disponibles sur le marché international avant de recourir aux molécules cubaines. Et le résultat serait encourageant selon bon nombre d’experts chinois, qui précisent toutefois que de nouvelles mutations du coronavirus exigent une réadaptation continuelle des traitements.

Du côté du Département Américain de la Santé, on estime que le COVID-19 deviendra vite une maladie saisonnière comme la grippe avec laquelle les humains devront s’accommoder pour très longtemps.

À condition qu’il n’y ait pas de mutations trop brusques ou d’une intervention humaine dans le matériel génétique du coronavirus car les nouvelles en provenance d’Italie et de Grande-Bretagne ne sont pas très bonnes. De nouvelles souches du SRAS-nCov-2 y sont à l’œuvre.

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/09/les-antiviraux-cubains-derriere-la-disparition-du-covid-19-dans-les-provinces-chinoises-de-anhui-fujian-et-du-xinjiang-sur-fond-de-guerre-du-petrole/

 

 

 

 

Xi Jinping visite l’épicentre de l’épidémie COVID-19 à Wuhan en compagnie de responsables militaires

 

Strategika 51 – 10.3.2020

 

 

 

 

L’utilisation d’antiviraux cubains commence à porter des résultats tangibles en Chine : l’épidémie du COVID-19 est jugulée mais non éradiquée. Les personnes guéries ressentent une très grosse fatigue continuelle semblable à celle qui affectait les gens vivants près des marais insalubres.

 

Forte de son expérience avec le COVID-19, la Chine a décidé d’envoyer des missions médicales en Iran et en Irak pour aider ces pays à faire face au nouveau coronavirus. D’autres pays comme l’Algérie et L’Égypte ont évoqué vouloir faire appel à l’aide médicale chinoise.

Des études chinoises sur le point d’être publiées indiquent cependant que le SRAS-nCov-2, le septième coronavirus connu et responsable de la présente épidémie COVID-19 pourrait cacher des variantes distinctes dont les séquences génomiques sont modifiées par les différents traitements appliqué.

 

 

Xi Jinping aux travailleurs médicaux : « Vous êtes les plus aimés dans mon coeur ».

 

 

Source : https://strategika51.org/2020/03/10/xi-jinping-visite-lepicentre-de-lepidemie-covid-19-a-wuhan-en-compagnie-de-responsables-militaires/

Source d’origine : CGTN

 

 

 

 

Hexagone

 

Interdits de manifestation (pour lutter contre le virus)

 

 

 

 

Les Gilets Jaunes ne méritent pas le leur, mais ils se battent bien seuls…

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 12 mars 2020

 

 

 

Invasion – enfin officielle ! – de l’Europe par les troupes américaines

 

 

 

 

 

USS Vella Gulf Is First Warship to Escort Military Convoy to Europe Since 1986

 

 

Invasion – enfin officielle ! – de l’Europe par les troupes américaines

 

Dédié à feu Manuel de Diéguez

 

 

 

 

Pour quoi faire ? Attaquer la R… pardon, nous défendre d’une invasion russe, of course.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais commençons par un rappel historique :

 

L’Énigme du bateau « La Coubre »

 

Hernando CALVO OSPINA LGS – 3.3.2020

 

 

 

 

 

Documentaire : Il y a 60 ans, le bateau français La Coubre qui transportait des armes belges pour la défense de la toute jeune Révolution cubaine explosa dans le port de La Havane. Cette explosion fit plus de 100 morts et 200 blessés, dont 6 marins français. Qui sont les responsables de ce crime ?

 

Le 4 mars 1960 le navire français « La Coubre » explosa dans le port de La Havane au moment du déchargement de 525 caisses contenant 25.000 grenades acquises par Cuba à la Belgique. Selon les recherches de Calvo Ospina, un Décret Royal en avait accepté la vente par la Fabrique Nationale d’Armes de Guerre, et ce malgré les pressions exercées par le gouvernement étasunien, qui agressait la toute récente révolution et dont les plans comprenaient déjà une invasion militaire (qui aura lieu un an plus tard par la Baie des Cochons).

Outre les caisses de grenades, 967 caisses de munitions dont 29 offertes, furent aussi chargées sur La Coubre.

La terrible explosion blessa environ 200 personnes et en tua 70, dont 6 marins français.

Lire la suite…

URL de ce »t article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/lenigme-de-la-coubre/

 

 

 

 

 

 

Et allons-y…

 

L’art de la guerre

30.000 soldats arrivent en Europe sans masque

 

Manlio Dinucciil manifesto – 4.3.2020

Via Réseau Voltaire

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

 

 

 

Les États-Unis réalisent une manifestation de leur force en organisant le plus vaste transfert de leurs troupes en Europe à l’occasion des exercices Defender Europe 20. Ce pays qui, il y a quelques années, sacrifiait sans les informer ses soldats pour des expériences nucléaires, ne prendra aucune précaution pour ses soldats face à l’épidémie de coronavirus.

 

Les États-Unis ont haussé l’alerte au coronavirus pour l’Italie au niveau 3 (« éviter des voyages non essentiels »), en le portant à 4 pour la Lombardie et la Vénétie (« ne pas voyager »), même niveau que pour la Chine. Les compagnies aériennes American Airlines et Delta Air Lines ont suspendu tous leurs vols entre New York et Milan. Les citoyens états-uniens qui vont en Allemagne, en Pologne et dans d’autres pays européens, au niveau 2 d’alerte, doivent « prendre des précautions accrues ».

Mais il y a une catégorie de citoyens états-uniens qui est exemptée de ces normes : les 20 000 soldats qui commencent à arriver des États-Unis dans les ports et aéroports pour l’exercice Defender Europe 20 (Défenseur de l’Europe 2020), le plus grand déploiement de troupes US en Europe des 25 dernières années. Avec ceux qui sont déjà présents, y participeront en avril et en mai environ 30 000 soldats US, avec à leurs côtés 7 000 autres de 17 pays membres et partenaires de l’Otan, dont l’Italie.

La première unité blindée est arrivée du port de Savannah aux USA à celui de Bremerhaven en Allemagne. Au total 20 000 pièces d’équipement militaire arrivent des USA dans 6 ports européens (en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Lettonie et en Estonie). 13 000 autres sont fournies par les dépôts pré-positionnés par l’US Army Europe (Armée de Terre US en Europe), principalement en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique.

Ces opérations, informe l’US Army Europe, « requièrent la participation de dizaines de milliers de militaires et civils de nombreuses nations ». En même temps arrive des USA dans 7 aéroports européens le gros du contingent des 20 000 soldats. Parmi ceux-ci 6 000 de la Garde Nationale provenants de 15 États : dont l’Arizona, la Floride, le Montana, New York et la Virginie. Au début de l’exercice en avril —communique l’US Army Europe— les 30 000 soldats US « se répandront à travers la région européenne » pour « protéger l’Europe de toute menace potentielle », avec une claire référence à la « menace russe ». Le général Tod Wolters —qui commande les forces US en Europe et en même temps celles de l’Otan comme Commandant Suprême allié en Europe— assure que « l’Union européenne, l’Otan et le Commandement européen des États-Unis ont travaillé ensemble pour améliorer les infrastructures ». Cela permettra aux convois militaires de se déplacer rapidement le long des 4 000 km de voies de transit.

Des dizaines de milliers de soldats traverseront les frontières pour effectuer des exercices dans dix pays. En Pologne, dans 12 zones d’entraînement, ce sont 16 000 soldats US qui arriveront avec environ 2 500 véhicules. Des parachutistes US de la 173ème Brigade basée en Vénétie et italiens de la Brigade Folgore basée en Toscane iront en Lettonie pour un exercice conjoint de lancement.

Le Defender Europe 20 est effectué pour « accroître la capacité de déployer rapidement une grande force de combat en Europe depuis les États-Unis ». Il se déroule donc selon des temps et procédures qui rendent pratiquement impossible de soumettre des dizaines de milliers de soldats aux normes sanitaires face au coronavirus et empêcher que, durant leurs heures de repos, ils n’entrent en contact avec les habitants. De plus l’US Army Europe Rock Band donnera en Allemagne, en Pologne et en Lituanie une série de concerts avec entrée libre qui attireront une grand public.

Les 30 000 soldats US, qui « se répandront à travers la région européenne », sont de fait exemptés des normes préventives face au coronavirus qui par contre s’appliquent aux civils. L’assurance donnée par l’US Army Europe suffit : « nous tenons sous surveillance le coronavirus » et « nos forces sont en bonne santé ».

Est ignoré en même temps l’impact environnemental d’un exercice militaire d’une telle portée. Vont y participer des chars US Abrams, pesant 70 tonnes avec des blindages d’uranium appauvri, qui consomment 400 litres de carburant aux 100 km en produisant une forte pollution pour fournir la plus grande puissance.

Dans cette situation, que font les autorités de l’Union européenne et nationales, que fait l’Organisation Mondiale de la Santé ? Ils se mettent le masque, non seulement sur la bouche et le nez, mais aussi sur les yeux.

Manlio Dinucci

Édition de mardi 3 mars 2020 de il manifesto 

https://ilmanifesto.it/30mila-soldati-dagli-usa-in-europa-senza-mascherina/ 

Notre source : https://www.voltairenet.org/article209405.html

 

 

 

 

 

Mais à quoi bon lésiner ?

 

« Je suis fan de la politique flexible d’utilisation de l’arme nucléaire en premier (first strike) »

Commandant en chef pour l’Europe de l’OTAN

 

 

 

 

 

 

Quand le Commandant en chef de l’OTAN pour l’Europe déclare, jeudi passé et avec jubilation, être « un fan de l’utilisation flexible de l’arme nucléaire en premier (first strike) »,

 

quand les États-Unis déploient les premières « mini-nukes », sensées rendre l’utilisation de l’arme nucléaire plus « acceptable »,

quand la Russie déploie ses premiers missiles nucléaires hypersoniques, présentés comme « pratiquement invincibles »,

quand après avoir dénoncé l’accord sur le nucléaire Iranien, les USA font de même avec le traité FNI, qui marquait la fin de la course aux armements nucléaires en Europe,

quand la situation et le respect du droit international ne cessent de se dégrader et que plus de la moitié des jeunes de 20 à 35 ans pensent qu’ils vivront un conflit nucléaire dans la décennie

 

C’est qu’il est grand temps d’éliminer les armes nucléaires avant qu’elles ne nous éliminent !

C’est ce que demande la majorité des citoyens, tout comme l’écrasante majorité d’États (122) qui ont adoptés le nouveau Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) … que la Belgique et la France n’ont toujours pas signé !

Rejoignez la campagne pour le retrait et l’interdiction des armes nucléaires en Belgique, visitez :

www.nonukes.be

…et en France :

Ican France

 

Merci de diffuser à vos listes et sur vos réseaux sociaux…

»» https://www.youtube.com/watch++cs_INTERRO++v=KUMqQFZNvcY

Source :  https://www.legrandsoir.info/je-suis-fan-de-la-politique-flexible-d-utilisation-de-l-arme-nucleaire-en-premier-first-strike-commandant-en-chef-pour-l-europe.html

 

And we are fans of our foot on your mug, General !

 

 

 

 

Là où il y a déjà la guerre…

 

 

Erdogan a perdu la bataille,
mais la guerre est loin d’être terminée

 

Le SakerComité Valmy – 7.3.2020

Envoyé et présenté par Dominique Delawarde

 

 

 

 

Sous le titre : « Erdogan a perdu la bataille, mais la guerre est loin d’être terminée », l’auteur nous livre les détails de l’accord et nous explique très clairement en quoi il représente une victoire pour la coalition Syrie-Russie-Iran et ce qu’il faut en attendre.

 

Je pense, pour ma part que cet accord, très favorable à la Syrie légale, a permis à Erdogan de sauver la face, mais qu’il ne tiendra pas longtemps.

Il insiste sur l’intégrité du territoire Syrien qui, tôt ou tard, reviendra aux autorités légales du pays.

On ne peut que s’en réjouir, même si, quelque part, il s’agit d’une défaite humiliante pour l’OTAN, dont le but initial consistait à renverser Bachar El Assad, et à redessiner ensuite la carte du Moyen Orient au profit d’Israël et au détriment de l’Iran.

La France aura beaucoup de mal à rétablir une quelconque influence dans cette partie du Moyen-Orient. Sa politique étrangère, totalement inféodée aux USA et à Israël, s’y est avérée désastreuse….

Bonne lecture

Dominique Delawarde

 

 

 

Jeudi 5 mars, après 6 heures d’éreintantes négociations, dont des négociations directes entre Poutine et Erdogan, les parties ont finalement convenu de ce qui suit :

Lire la suite…

Source :

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/erdogan-a-perdu-la-bataille/

 

 

 

 

 

Tartuferie occidentale sur la Syrie

 

Bruno Guigue – LGS – 6.3.2020

 

 

 

 

Combien de temps encore allons-nous assister au spectacle de cette tartuferie qui se déverse dans les médias occidentaux à propos du drame syrien ? Quel crédit accorder aux larmes de crocodile de dirigeants véreux et dele sort de populations civiles qu’ils ont eux-mêmes livrées à l’engeance terroriste ? Le gouvernement français, qui interdit la livraison de matériel médical au peuple syrien, a-t-il encore un soupçon de déshonneur à coller sur sa figure ?

 

En laissant agir un envahisseur turc complice du terrorisme, que veulent les Occidentaux, sinon prolonger une guerre dont le peuple qu’ils prétendent défendre est la principale victime ? Suffit-il d’un chantage à l’immigration pour que le nouveau sultan obtienne un blanc-seing en Syrie, et que l’agression perpétrée contre son voisin passe comme une lettre à la poste ? Lorsque le gouvernement syrien reprend le contrôle d’une portion du territoire national occupée par des forces étrangères, n’est-il pas dans son droit ? Pourquoi parler de « forces pro-régime », alors qu’il s’agit d’une armée nationale qui défend la patrie au prix de lourds sacrifices ? Pourquoi ce vocabulaire insidieux, ces amalgames grotesques, ces mots-valises qui sont le masque répugnant de la complicité avec le crime ?

Jusqu’à quand va-t-on s’asseoir sur le droit international comme s’il était une option parmi d’autres, à sortir du placard quand les capitales occidentales y ont intérêt ? Combien de temps encore va-t-on mentir de façon aussi caricaturale, s’accorder toutes les compromissions, fouler aux pieds toutes les règles dès qu’il s’agit de la Syrie ?

Quel privilège de droit divin autorise ces puissances étrangères à s’y conduire comme en pays conquis ? Qu’est-ce qui justifie la bonne conscience de ces donneurs de leçon aux mains tachées de sang, cette arrogance verbeuse qui trahit ceux qui habillent l’impérialisme en cause humanitaire ? S’ils veulent mettre fin aux souffrances du peuple syrien, qu’attendent-ils pour rapatrier leurs forces spéciales d’un pays où elles n’auraient jamais dû mettre les pieds, couper les vivres aux mercenaires qui leur servent de chair à canon, et quitter un pays qui, heureusement, finira par triompher et se reconstruira sans eux ?

Source : https://www.legrandsoir.info/tartuferie-occidentale-sur-la-syrie.html

 

 

 

 

 

Sur le front de la guerre des microbes

 

 

Qui a fabriqué le coronavirus ? Les USA, Israël ou la Chine elle-même ?

 

Philip Giraldi – Strategic Culture – 5.3.2020

Via UNZ Review

 

 

 

 

Le compte rendu médiatique le plus souvent rapporté sur la genèse du Coronavirus suggère qu’il est dérivé d’un micro-organisme d’origine animale trouvé dans une chauve-souris sauvage consommée par un membre d’une ethnie présente à Wuhan. Mais il semble exister au contraire des preuves que, dans des provinces chinoises voisines, où les chauves-souris sauvages sont plus nombreuses, il n’y ait pas eu apparition notable de la maladie. À cause de cela et d’autres facteurs, il y a eu pas mal de spéculations sur la possibilité que le coronavirus ne soit pas apparu de manière naturelle, par mutation, mais qu’il ait été plutôt produit en laboratoire, éventuellement même qu’il soit une arme biologique..

Plusieurs rapports suggèrent qu’il existe des composants du virus, apparentés au VIH, qui ne pourraient pas être apparus naturellement. S’il est bien exact que le virus se soit développé voire ait été produit pour servir d’arme, cela suggérerait en outre que sa « fuite » de l’Institut de virologie de Wuhan, vers les populations animale et humaine, pourrait avoir été accidentelle. Les techniciens qui travaillent dans ce genre d’endroits savent que des « fuites » se produisent fréquemment dans les laboratoires.

 

Le coronavirus sert-il d’arme ?

 

 

 

Trancription :

… Des opportunistes ont sauté sur l’occasion de s’en servir pour faire passer des actes politiques.

… La France a décidé d’interdire tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes « pour  arrêter la propagation du virus ».

… Sont-ils réellement préoccupés par la maladie ou s’en servent-ils pour casser le mouvement des Gilets Jaunes ?

… Trump a temporairement interdit tout voyage vers ou en provenance de l’Iran.

… La Chine est le foyer réel du coronavirus, l’Iran n’est qu’un ennemi politique.

… Le FMI offre 12 milliards de dollars [en réalité 50 milliards , dont les 10 premiers à taux 0 ; c’est la Banque Mondiale qui a mobilisé 12 milliards de dollars, NdT] pour « aider » les gouvernements à « lutter » contre la propagation de la maladie.

… De nombreuses conférences internationales ou forums, comme le sommet de l’ASEAN, ont été annulés.

… La peur de l’épîdémie crée la panique nécessaire à faire accepter des mauvais coups politiques.

… Beaucoup de politiciens, de par le monde, voient dans ce nouveau virus, des tas d’occasions à saisir.

 

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/qui-a-fabrique-le-coronavirus/

 

 

 

 

Memento Mori * – Pensées impopulaires sur le coronavirus

 

Craig Murray – UNZ – 7.3.2020

 

 

 

 

J’ai toujours beaucoup aimé cette photo, pour des raisons qui doivent paraître évidentes. Nous sommes là, de gauche à droite, Celia, Stuart, Neil, Craig et toute notre enfance, nous avons vraiment été aussi proches et aussi heureux que cela. La raison pour laquelle je mets aujourd’hui cette photo en ligne est que ma mère m’a toujours dit qu’elle n’en revenait pas que nous y ayons l’air aussi en forme, alors qu’elle a été prise à un moment où nous n’allions pas à l’école parce que nous avions la grippe de Hong Kong.

La grippe de Hong Kong de 1968/69 fut la dernière pandémie sérieuse à balayer le Royaume Uni. Ces phénomènes semblent être extraordinairement réguliers – à vrai dire, les épidémies de 1919, 1969 et 2020 ont été bien plus régulières que les trains (même si je triche un peu en sautant la « grippe asiatique » de 1958). Aujourd’hui, on connaît la « Grippe de Hong Kong » sous le nom de H3N2. L’évaluation des morts qu’elle a causées dans le monde va de 1 à 4 millions. Au Royaume Uni, on estime qu’elle a tué 80.000 personnes.

 

 

Morts au Royaume Uni attribuées aux différents déclenchements de virus

 

 

Si le coronavirus était apparu en 1968, on l’aurait tout simplement appelé « grippe », probablement « grippe de Wuhan ». Le COVID-19 peut ne pas être ainsi catalogué aujourd’hui, mais, dans ma jeunesse, nous l’aurions assurément appelé grippe. La grippe de Hong Kong a été très semblable au déclenchement actuel en ce qu’elle a été extrêmement contagieuse, mais avec un taux de mortalité plutôt bas. On estime que 30% de la population du Royaume Uni a été infectée par le virus de la grippe de Hong Kong. Le taux de mortalité a été de 0,5%, touchant principalement des gens âgés ou des personnes déjà en mauvaises conditions physiques

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/memento-mori-pensees-impopulaires-sur-le-coronavirus/

 

 

 

 

 

 

 

Pour suivre le « procès » ubuesque de Julian Assange au jour le jour avec le même Craig Murray, c’est ici :

 

https://www.legrandsoir.info/

 

[Qui se souviendra de Frédéric Pottecher et des procès du FLN ?]

 

 

 

 

Guerres picrocholines hexagonales

 

 

Les mots (et les images) sont des pistolets chargés…

 

Polanski, Céline, dissocier l’homme de l’artiste ?

 

Maxime Vivas – LGS – 3.3.2020

 

 

 

 

En 2002, j’ai publié « La cathédrale au fond du jardin », roman basé sur une histoire vraie et méconnue : le projet d’assassinat de Louis-Ferdinand Céline par Roger Vailland.

Mon livre posait la sempiternelle question qui vient de resurgir à l’occasion de la cérémonie des César.

Le livre a été primé, loué par la critique (1), les droits ont été vendus à un producteur de cinéma et… sa carrière s’est arrêtée tout net pour cause de faillite de l’éditeur et de saisie par un huissier de tous les exemplaires.
En voici le début du chapitre 6 (sur 14). Les quelques passages entre crochets ne figurent pas dans le livre, je les rajoute pour la compréhension du lecteur qui ignore les 5 chapitres précédents.

MV.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/polanski-celine-dissocier-l-homme-de-l-artiste.html

 

 

 

« Le mots (et les images) sont des pistolets chargés »

 

Vraiment ?

 

Théroigne – LGO – 8.3.2020

 

 

 

 

L’ « affaire Polanski » fait vraiment couler beaucoup d’encre.

Roman Polanski étant juif et descendant d’une victime de la guerre, les sites sionistes ou siono-compatibles le défendent, au nom de la victime qu’il ne fut pas lui-même, en enjambant gaillardement les vraies victimes de ses actes, au prétexte que ses accusatrices d’aujourd’hui sont de consternantes nunuches qui donneraient de l’urticaire post mortem aux plus déterminées féministes d’hier, et transforment leur plaidoirie de défense en acte d’accusation de ses maladroites procureuses. Le tout, en se servant, dans cette affaire de morale publique, de projectiles présumés artistiques qui n’ont rien du tout à y voir.

Que les adeptes hexagonales d’un puritanisme amerlock dévoyé aient tort de s’en prendre aux œuvres artistiques du Polanski d’aujourd’hui au nom de ses œuvres comportementales du passé est indéniable. Que d’autres aient tort de minimiser ses actes au nom de ses œuvres ne l’est pas moins. Bref, cela grouille dans tout Landerneau de conneries volontaires ou involontaires et on n’est pas sortis de l’auberge.

 

Et voilà que Maxime Vivas, ne voulant ou ne se souciant peut-être pas de plonger dans une bagarre qu’eût adoré illustrer Dubout, profite de cette occasion pour recasser un sucre dont la date de péremption n’est même plus lisible sur le dos du seul et inusable bouc-émissaire que reste, au bout de trois quarts de siècle, Céline. Soit Maxime Vivas est un peu bête, soit il est d’une mauvaise foi crasse. Ou les deux mongénéral.

Ah, bon ?

Ben, oui. Voyez plutôt :

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/vraiment/

 

 

 

 

 

Et puisque c’était ce dimanche pluvieux la journée mondiale des gonzesses, même si on publie lundi…

On va laisser à Maria Poumier le soin de commémorer-célébrer ou vitupérer, au choix :

 

8 mars, journée des monstres

 

Maria Poumier – Entre la plume et l’enclume – 8.3.2020

 

 

 

 

 

Tous les ans, avant le 8 mars, on se demande ce qu’on va bien pouvoir dire d’intelligent ou de pas tout à fait trivial. Personnellement, c’est à cette date que je m’énerve, pas tellement contre les hommes, contre les femmes. Mais cette année, il y a des hommes qui passent vraiment les bornes. Tel un certain Andrés Kogan Valderrama, qui écrit ceci: « Certes, la masculinisation aura été un processus qui, avec l’occidentalisation du monde, depuis 1492 jusqu’à aujourd’hui, a acquis un formatage à l’échelle globale; mais la crise climatique actuelle nous ouvre une possibilité de nous repenser comme êtres vivants, et c’est le moment de rendre visible et de connecter des notions et des expériences qui puissent être des alternatives réelles pour le moment actuel, et non pas de simples solutions conçues par les élites et pour celles-ci; il s’agit des cités intelligentes, de l’économie verte, de la géo-ingéniérie, de l’éco-modernisme, du trans-humanisme, entre autres ».

Lira la suite…

Source : https://plumenclume.org/blog/537-8-mars-journee-des-monstres

Elle n’y va pas avec le dos de la cuiller, Maria… Que vos dieux y reconnaissent les leurs 

 

 

 

 

 

Mais pendant qu’on y est…

Voici ce que, pour sa part, en dit Karine Bechet-Golovko :

 

Touche pas à ma Cendrillon, ma fille est une fille et je suis une femme 

 

Karine Bechet-Golovko – Russie Politics – 6.3.2020

 

 

 

 

 

Des petits génies, qui iront loin, ont eu l’idée grandiose, même si pas très originale aujourd’hui, de repenser le conte classique de Cendrillon, au regard des dogmes idéologiques de l’époque. Bref, d’en faire une bouillie « non-genrée ». Au nom de la « liberté » de l’enfant de sortir du carcan idéologique des adultes, ils cherchent à imposer un nouveau carcan, le leur, encore marginal, sans aucune liberté finalement.

Le réalisateur Kay Cannon a décidé de s’attaquer à Cendrillon, en faisant de la marraine un être non-genré, incarné évidemment par un acteur noir (pour l’instant le « non-coloré » n’est pas à la mode), Billy Porter. L’on trouvera même des noms connus, notamment Pierce Brosnan. Quelle chance.

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2020/03/billet-du-jour-touche-pas-cendrillon-ma.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+RussiePolitics+%28Russie+politics%29

 

 

 

 

 

Nous terminerons par un homme – il n’y a pas de raison – qui en a ras la coiffe des violées a posteriori ou par procuration. Vous ne savez pas qui est Taylor Swift ? Nous non plus. C’est en anglais, mais, si vous êtes curieux, faites un petit effort…

 

Taylor Swift Loses The Plot

TheDarkMan TheDuran –5.3.2020

 

 

 

 

If English is your first language or even if it isn’t, you have surely heard of Taylor Swift, but if she is nothing more than a name to you, here is a quick summary:

She was born in 1989, and while still in her teens she hit the big time as a singer-songwriter. She has now recorded a total of seven studio albums, writing or co-writing the bulk of her output, and last year was estimated to be worth around $360 million dollars.

The daughter of a stock broker, she wanted for nothing as a child, and to cap it all, she won the genetic lottery, she is a fairly tall, stunningly attractive blonde with charisma, the complete package, the ultimate trophy wife if she ever gets hitched, which is by no means certain because let’s face it, whoever she chooses as a soulmate will have to be at least her equal, and there aren’t that many men who could impress her.

Indeed, after her latest release, it seems that the man who could impress her hasn’t yet been born, and his mother is dead. If you haven’t heard The Man, the video can be found on YouTube where it ran up a staggering 22+ million views in 6 days, but as she has over 37 million subscribers, that is not too surprising.

The Man was co-written with producer Joel Little, and lyrically it includes

 

“I’m so sick of running

As fast as I can

Wondering if I’d get there quicker

If I was a man”

 

The entire song is in the same vein, and unfortunately it can’t be dismissed as tongue-in-cheek, because it echoes her real world pronouncements. While no reasonable person would dispute she deserves her success, this song begs the question how much easier does she think it should have been to become an A List celebrity and one of the biggest music stars in the world ?

Taylor may be an enormous talent, but there are a lot of other talented people out there in the arts and other fields who receive only a fraction of her recognition if any.

Dani Clay is “world famous in Brentwood”. Who outside of Brentwood has ever heard of her ? Michael Chapman is another singer-songwriter, a man in case you were wondering. Now 79, he has recorded no fewer than forty albums, and is still performing, but few outside his genre will recognize him.

It would be easy to dismiss her as yet another case of female entitlement, but if Taylor Swift has a big ego, she also has a big heart coupled with at times questionable judgment. In 2017, she donated a quarter of a million dollars to false rape accuser Kesha Sebert, money that eventually went into the pockets of Dr Luke’s lawyers.  As for the contempt of men projected in her video, it may be she meets a lot of contemptible men in her line of work, but when she needs an electrician, a car mechanic, a plumber, it won’t be a woman who rings her doorbell at some unearthly hour. Women like Taylor may be eye candy and talented with it, but men run this world. They always have, and always will.

Ça, c’est une sottise aussi, mais on comprend qu’elle lui donne de l’urticaire.

Sourec : https://theduran.com/taylor-swift-loses-the-plot/

Pour les masos, voici (la voix de) la néo-philosophe en colère, dans son œuvre impérissable :

 

 

 

 

 

 

 

 

À l’année prochaine !

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 9 mars 2020

 

 

Quand la justice prend l’eau

 

 

 

 

 

 

 

Quand la justice prend l’eau

 

La France n’est plus un paradis, pas encore tout à fait un enfer, mais comme purgatoire… sans compter qu’il déborde sur ses colonies

 

 

Où il est rappelé, non sans pertinence, le rôle funeste joué dans le passé par François Hollande, par Le Canard enchaîné et par Mediapart… qui, pour sa part, continue.

 

Instrumentalisation politique de la Justice à la Réunion : la méthode coloniale 

 

Régis de Castelnau – Vu du droit – 2.2.2020

 

 

 

 

L’instrumentalisation politique de la justice a toujours existé. Simplement, avec le mandat de Nicolas Sarkozy qui en fut une cible particulière, et surtout la mise en place par François Hollande d’un véritable dispositif avec la création d’une véritable juridiction d’exception que constitue l’alliance entre le Parquet National Financier (créé par Hollande) et le Pôle d’instruction financier où figurent des magistrats militants qui n’ont en général rien à refuser au pouvoir socialiste et à celui qui en est aujourd’hui l’héritier Emmanuel Macron. Lorsque celui-ci est arrivé à la présidence, ravi de l’aubaine, il en a peaufiné l’organisation en la complétant avec le choix personnel qu’il fit du procureur de Paris et la mise en coupe réglée par Nicole Belloubet des parquets métropolitains à l’occasion de la crise des gilets jaunes. Nous l’avons dit à plusieurs reprises, l’appareil judiciaire a rallié Emmanuel Macron et le bloc élitaire qu’il représente. Aux côtés de la police et des médias, il constitue le principal outil de répression dont a besoin ce pouvoir minoritaire.

Implanté professionnellement depuis longtemps à l’île de la Réunion, nous avons eu l’occasion d’en connaître la vie politique. Aussi c’est avec stupéfaction que nous avons pu assister à un paroxysme d’instrumentalisation de la justice à des fins politiques, que l’on pourrait qualifier sans exagération de pratiques coloniales. LREM n’est pas implantée à la Réunion en tant que tel, mais un certain nombre d’opportunistes politiques ont abandonné leurs anciennes étiquettes ou simplement brutalement émergé afin de profiter de l’appui de Paris. En matière de manipulation, rien ne leur est refusé.

Quiconque en effet consulte sur Internet la presse réunionnaise est frappée par la suractivité médiatique et judiciaire à l’approche des élections municipales. La cartographie des élus dans le collimateur du combiné justice-média-réseaux sociaux doit peu de choses au hasard : elle reflète la guerre politique, qui oppose le président de la Région Réunion, ex-LR à une myriade d’adversaires centristes et encartés Les Républicains.

Un affrontement régi par des spécificités locales, où les étiquettes adoptées par les acteurs ne traduisent pas forcément des options idéologiques. Et également une géographie particulière qui fait que la Réunion à la fois Région et Département, peuplée d’un million d’habitants ne comprend que 24 communes, en général de grande taille.

À la manœuvre, Didier Robert, actuel président de la Région Réunion, maître d’ouvrage de l’immense chantier de la « Nouvelle route du littoral ».

Lire la suite…

Source : https://www.vududroit.com/2020/02/instrumentalisation-politique-de-la-justice-a-la-reunion-la-methode-coloniale/

 

 

 

 

Mieux vaut tard que pas du tout, même si ça ne servira à rien.

 

Jean-Christophe Lagarde et Fabien Roussel appellent à accorder l’asile à Julian Assange

 

RT  français – 24.2.2020

 

 

 

 

Ce 23 février, le patron de l’UDI et le député communiste se sont dits favorables à ce que la France accorde l’asile politique à Julian Assange. Cette prise de position intervient à la veille de l’examen de la demande d’extradition des Etats-Unis.

 

Faut-il accorder l’asile politique à Julian Assange ? Oui, répondent Fabien Roussel (PCF) et Jean-Christophe Lagarde (UDI), tous deux invités de l’émission Dimanche en politique sur France 3, ce 23 février.

Lire la suite…

Source :https://francais.rt.com/france/71510-jean-christophe-lagarde-fabien-roussel-appellent-accorder-asile-julian-assange

 

 

 

 

Pour suivre l’actualité au jour le jour sur Julian Assange, voir notamment  :

 

« Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux » (Republik) – Nils MELZER

 

Mettre fin à la torture et à la négligence médicale de Julian Assange (The Lancet) – Doctors For Assange

 

 

 

 

Et tout le reste ici : https://www.legrandsoir.info/

 

 

 

 

 

 

Ah, le préfet Grimaud !

 

L’indéfendable Benjamin Griveaux

 

Théophraste R – LGS – 15.2.2020

 

 

 

 

Militant du PS, Griveaux a été élu conseiller municipal, vice-président d’agglomération, vice-président de conseil général, membre d’un cabinet ministériel, le tout sous l’étiquette socialiste, celle de Jean Jaurès qui défendait les pauvres contre la finance et contre le grand patronat et qui parlait au peuple dans la rue.

Ainsi lancé en politique, Griveaux est devenu porte-parole de LREM, puis candidat à la mairie de Paris sous l’étiquette de ce parti dont le chef, qui vient de la banque, s’acharne à détruire tous les droits des travailleurs, fait tabasser, mutiler, emprisonner les protestataires et ne peut mettre le nez dehors sans la protection d’escouades pléthoriques de policiers casqués et armés.

Girouette, félon, fourbe, parjure, traitre, renégat, arriviste sans scrupule, Griveaux est moralement indéfendable.

Tout le reste, on s’en (sex)tape.

Théophraste R. (Qu’est-ce qu’ils deviennent, Valls et El Khomri ?).

Source : https://www.legrandsoir.info/l-indefendable-benjamin-griveaux.html

 

Nous, ce qu’on aime bien chez Théophraste, ce sont aussi les commentaires de ses lecteurs, comme ici, après sa brève suivante :

 

Avec Castaner, les Inconnus sont quatre

 

Théophraste R – LGS – 20.2.2020

 

 

 

 

La « légèreté » de Benjamin Griveaux ayant été regrettée par le secrétaire du PS, Olivier Faure, Christophe Castaner nous a assurés sur France Inter que les divorces de ce dernier ne nous-re-gar-dent-pas.

Théophraste R. Auteur du livre-enquête (refusé par tous les éditeurs) « Castaner, les truands marseillais, le poker et les shots de vodka ».

Les voir ici…

Source : https://www.legrandsoir.info/avec-castaner-les-inconnus-sont-quatre.html

 

Nous en extrayons celui-ci… Que celui qui n’a jamais lancé un  pavé…

 

Ellul – 20.2.2020

Ban je pense que la lettre du Préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, datée du 29 mai 1968, ne le regarde pas non plus…

.

https://www.legrandsoir.info/IMG/pdf/mgrimaud_lettre_29mai68.pdf

 

Souvenirs, souvenirs…

 

 

 

 

 

Évidemment, les gens qui fréquentent Twitter ont également vu ceci :

 

Florian Philippot

@f_philippot

J’imagine que Benjamin #Griveaux a aussi retiré sa candidature parce qu’il sentait que sa campagne ne prenait pas, qu’il risquait un très mauvais score.

 

Mais le fin du fin a été, pour les amis abonnés de Là-Bas si j’y suis en général et de Didier Porte en particuliertoujours à propos des remous Griveaux – l’explosion hilarante de Daniel Cohn Bendit sur « les résosocios » qu’il abomine.

 

 

 

 

 

 

Une affaire Skripal délocalisée ?

 

L’art de la guerre

Pandémie du virus de la peur

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 25.2.2020

Traduction : Marie-Age Patrizio

 

 

 

 

Giovanna Botteri, correspondante de la RAI, ici à Pékin (où elle a été transférée de New York), répand la peur du virus mortel chez les Italiens en se montrant sur Tg2 entièrement vêtue de noir, avec une capuche, des gants et un masque de la même couleur funèbre.

 

Étant entendu que le Coronavirus ne doit pas être sous-évalué et qu’on doit suivre les 10 règles préventives du Ministère de la Santé, il faut adopter une 11ème règle fondamentale : empêcher la diffusion du virus de la peur. Celui-ci est répandu surtout par la télévision, à commencer par la RAI qui consacre ses journaux télévisés quasi entièrement au Coronavirus. Le virus de la peur pénètre ainsi dans tous les foyers à travers les chaînes de télé.

Tandis que celles-ci lancent la plus grande alarme pour le Coronavirus, elles taisent le fait que la grippe saisonnière, épidémie beaucoup plus mortelle, a provoqué en Italie, pendant la 6ème semaine de 2020 – selon l’Institut Supérieur de la Santé –  en moyenne 217 décès par jour, dus aussi à des complications pulmonaires et cardiovasculaires liées à la grippe. Elles taisent le fait que – selon l’Organisation Mondiale de la Santé – meurent en Italie, en une année, du HIV/Aids, plus de 700 personnes (en moyenne deux par jour), sur un total mondial d’environ 770.000.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/pandemie-du-virus-de-la-peur/

 

 

 

 

 

 

 

L’ARMÉE FRANÇAISE DOIT QUITTER L’AFRIQUE SAHÉLIENNE !

 

PAS D’INGÉRENCES IMPÉRIALISTES EN NOTRE NOM !

 

Collectif communiste Polex – 20.2.2020

 

 

 

 

 

L’ensemble du Sahel africain, de la Mauritanie au Niger, du Mali au Burkina Faso, du désert aux fleuves, est parcouru par des troupes étrangères, notamment francaises. Le President Macron affirme qu’elles sont nécessaires pour combattre les  » djihadistes « , les integristes-islamistes, à la demande des peuples africains. .En fait, elles sont de plus en plus ressenties par ces peuples du Sahel comme des troupes occidentales d’occupation, inutiles ou nefastes, et ce discours « humaniste  » des dirigeants francais se revele chaque jour davantage un mensonge.

          1/ D’abord parce que le bilan de cette présence militaire étrangère massive ( 12 000 soldats sous le drapeau de l’ONU dits MINUSMA, 5 000 environ de « l’OPEX » francaise Barkhane, qui sillonnent le désert malien avec l’aide de drones US ) s’enlise en opérations inefficaces depuis des années: l’armée française a eu quelques tués, ce qui est fort regrettable. Mais ces pertes sont minimes à côté de conséquences chaque année plus dramatiques pour les Africains:

Les morts maliens, nigériens, et burkinabés, soldats et paysans, hommes, femmes et enfants, depuis le début de la présence militaire étrangère, se comptent en milliers, et des dizaines de milliers de civils ont dû fuir leurs villages au nord du Mali et à l’ouest du Burkina. Il se dit de plus en plus, de Bamako à Niamey, que les soldats français et autres ne sont là que pour protéger les sociétés minières occidentales, Areva qui exploite au Niger le minerai d’uranium NECESSAIRE aux centrales nucléaires françaises, et celles qui tirent de la region pétrole, or, ou voudraient bien le faire.

         2/ Tous ces pays du Sahel, au sud du désert saharien, sont d’anciennes colonies de la France, à qui De Gaulle a octroyé l’indépendance en 1960, à condition qu’ils signent des traités qui assurent depuis leur sujétion économique ( franc CFA, exploitation préférentielle des richesses ),

militaire ( plus de 50 interventions armées de la France en un demi-siècle ), et politique: ils n’ont de ce fait que très peu d’industries, et un Etat souvent corrompu et déficient, incapable d’assurer la sécurité grâce à la police et l’armée nationales, et un emploi aux jeunes: des milliers de diplômés ne survivent qu’en vendant ce qu’ils peuvent dans la rue. Ils sont une proie facile pour les passeurs de migrants, et les recruteurs de groupes armés clandestins, qui leur offrent un salaire comme ils n’en ont jamais eu ( 5 à 6 fois le revenu moyen au Mali ), et des armes leur permettant d’imposer leur volonté à la population.

            3/ Les groupes armés, séparatistes ou trafiquants plus que religieux, sont toujours plus présents et dangereux. Et le fanatisme islamiste-djihadiste, financé dans toute la sous-region par les monarchies pétrolières du Golfe Arabique, alliées de lOccident ( USA et Israel ) ne manque pas de moyens pour recruter des gens réduits à la misère et au chômage.

            4/ La présence des soldats étrangers s’est traduite en quelques années par la croissance du fanatisme religieux et de la xénophobie dans des pays comme le Mali ou le Burkina, dont l’Islam majoritaire était il y a 10 ans extrêmement tolérant. Dans tout ce secteur, les tueries à prétextes ethnicistes (entre Touaregs, Peuls, Dogons, etc) se sont multipliées depuis un an, faisant craindre les pires dérives.

­____________________

À l’inverse des discours claironnants d’Emmanuel Macron, la présence de troupes françaises au Sahel, dans la mesure où elle ajoute au discrédit et à l’impuissance des États africains, n’est pas le moyen d’éradiquer le djihadisme, l’insécurité et la pauvreté qui contraint par milliers chaque année des Africains à migrer au péril de leur vie. Elle en est même une cause essentielle.

 

 

 

 

IL EST TEMPS D’EXIGER DES DIRIGEANTS FRANÇAIS ET OCCIDENTAUX LE RETRAIT DU SAHEL DES TROUPES ÉTRANGÈRES ET NOTAMMENT FRANÇAISES.

 

LES INTÉRÊTS DES ACTIONNAIRES D’AREVA OU DE TOTAL NE PEUVENT JUSTIFIER DES MORTS OU DES DÉPLACÉS  EN AFRIQUE, QU’ILS SOIENT FRANÇAIS, MALIENS, BURKINABÉS OU NIGÉRIENS.

 

 

 

Visiter le site : http://www.collectif-communiste-polex.org/

Courriel : contact.polex@orange.fr

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/larmee-francaise-doit-quitter-lafrique-sahelienne/

 

 

 

 

Le sultan dans son labyrinthe

 

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu – 20.2.2020

 

 

 

 

Dans son palais présidentiel d’Ankara, Erdogan est peut-être en train de lire Le Général dans son labyrinthe, sombre tableau d’un Bolivar épuisé, malade, perdu dans ses souvenirs et l’échec de son projet. Si l’ambition du sultan est bien moins grandiose et désintéressée que celle du Libertador, le voilà peu ou prou dans la même situation, à ruminer sur ce qui n’a pas fonctionné.

Car rien ne marche comme prévu pour l’instant. Le bluff ottoman a de nouveau fait un flop et l’offensive turco-barbue de ce jour sur Nayrab s’est soldée par une fessée. L’aviation russe a châtié les « modérés » tandis que l’aviation syrienne a puni le soutien d’artillerie turc. Dans l’affaire, quelques soldats sultanesques supplémentaires sont morts (deux à quatre selon les sources).

Prise au dépourvu devant la réaction syrienne et l’intransigeance russe, la Turquie revient à ce qu’elle sait faire de mieux : couiner et demander la protection de tonton Sam. Les naïfs qui pensaient que, par ses mamours répétés, Poutine pourrait arracher Erdogan à la sphère atlantique en sont pour leurs frais, nous y reviendrons…

Lire la suite…

Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/02/le-sultan-dans-son-labyrinthe.html

 

 

 

 

 

 

 

Une solidarité qui a coûté cher

 

Bruno DRWESKI

Une solidarité qui a coûté cher

Préface de Jean-Pierre Page

Éditions DELGA – 2019

259 pages

19 €

Présentation de l’éditeur :

Les ouvriers polonais souhaitaient en août 1980 élargir les conquêtes sociales de la Pologne populaire et créer un syndicat garantissant la formation d’un socialisme autogestionnaire correspondant au niveau d’éducation atteint par la société. Mais les intellectuels révisionnistes, qui avaient auparavant développé des contacts étroits avec les élites occidentales, ont réussi à profiter de l’inexpérience politique des grévistes pour acquérir une influence sur la direction de Solidarnosc et devenir les intermédiaires obligés du pouvoir. Lequel pouvoir tentait de rétablir un minimum de confiance et d’ordre pour négocier avec les puissances capitalistes. Puissances qui ponctionnaient les richesses de la Pologne, tombée alors dans la spirale de l’endettement, tandis que les cercles réactionnaires occidentaux profitaient de la tension pour tenter de délégitimer le marxisme avec l’appui des gauches anticommunistes.

Ces objectifs contradictoires firent tomber le pays dans une instabilité pour laquelle la direction de Solidarnosc porte une grande responsabilité, ce qui a entraîné la proclamation de la loi martiale et cassé le syndicat en perte de légitimité. Sous couvert d’aide au syndicat réprimé, les partisans de la guerre froide ont pu financer et récupérer les structures résiduelles de Solidarnosc et ses dirigeants se sont alignés sur la logique néolibérale au moment où la nomenklatura postcommuniste envisageait de stabiliser sa domination en intégrant les réseaux de pouvoir mondialisés, ce qui déboucha sur les accords de la « table ronde » qui ont fait basculer la Pologne dans le capitalisme.

Bruno Drweski

Historien, politologue, enseignant-chercheur spécialiste de la Pologne et de l’Europe médiane à l’INALCO, ancien rédacteur en chef de La Pensée et Recherches internationales, membre du Conseil national de l’ARAC. Les éditions Delga avaient déjà publié son ouvrage La Nouvelle Russie est-elle de droite ou de gauche ?

 

Pour commander le livre :

http://editionsdelga.fr/produit/une-solidarite-qui-a-coute-cher/

 

 

 

 

 

La Pologne de l’espérance autogestionnaire à la sauvagerie capitaliste. Entretien avec Bruno Drweski

 

Jacques Kmieciak  – Investig’action – 13.2.2020

 

 

 

 

Dans son dernier opus Une solidarité qui a coûté cher ! Histoire populaire de Solidarnosc*, l’historien Bruno Drweski nous plonge au cœur d’une décennie-charnière de l’histoire de la Pologne. En 1981, le syndicat Solidarnosc mobilise dix millions de Polonais autour d’un programme autogestionnaire d’« amélioration du socialisme ». Dix ans plus tard, convertis au néolibéralisme, les dirigeants de cette organisation engagent le pays dans la voie de la restauration du capitalisme, avec le soutien d’une partie de l’appareil du Parti ouvrier unifié polonais (POUP) et les encouragements de l’Occident ! En cette fin de siècle, Leszek Balcerowicz, ministre des Finances, impose la « thérapie de choc » aux allures de « choc de la thérapie » pour les citoyens polonais. Des grandes grèves d’août 1980 à la proclamation de l’état de siège de décembre 1981, jusqu’à la « table ronde » de 1989, prélude au changement de régime, Bruno Drweski analyse les ressorts d’une évolution sociétale avortée et les mécanismes qui ont conduit à la restauration d’un capitalisme pur et dur. Rencontre.

Lire la suite…

Source : https://www.investigaction.net/fr/la-pologne-de-lesperance-autogestionnaire-a-la-sauvagerie-capitaliste-entretien-avec-bruno-drewski/

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/une-solidarite-qui-a-coute-cher/

 

 

 

 

 

Et si on parlait un peu cinéma pour changer ?

 

À l’occasion de deux articles de Rosa Llorens

 

 

 

 

Théroigne – LGO – 24.2.2020

 

On commence par vous les présenter. Ce n’est pas tous les jours que Rosa Llorens livre deux articles dans la même semaine. Et ses critiques, comme toujours, sont profondément politiques, dans le meilleur sens du terme.

Mais elles donnent aussi à réfléchir sur des réalisateurs qu’on aime et sur d’autres qu’on aime moins.

Ceci n’est rien d’autre qu’un aparté oiseux de votre servante, que vous pouvez sauter sans dommage.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/et-si-on-parlait-un-peu-cinema-pour-changer/

 

 

 

 

Jeune pape, nouveau pape : bis repetita non placent. 

 

Rosa Llorens – LGS – 16.2.2020

 

 

 

Toni Servilio, acteur-fétiche de Paolo Sorrentino, dans La Grande Bellezza

 

 

Dans Youth, Paolo Sorrentino mettait dans la bouche de Jane Fonda, refusant un rôle dans le film en projet d’un des héros, une apologie des séries : les films, c’est ringard, et les séries télé payent beaucoup mieux. C’était un plaidoyer pro domo, puisque le cinéaste devait déjà négocier, ou avoir signé, avec Canal Plus. Si Sorrentino y a sans doute économiquement gagné, le spectateur peut-il se féliciter de cette nouvelle donne ? Y a-t-il quelque chose à attendre des séries ?

The Young Pope avait suscité de grandes attentes, et le générique du moins était très excitant, avec la marche triomphale de Jude Law, en parallèle avec la course de la météorite qui finissait par renverser de façon jouissive le pape Wojtyla, en référence à l’œuvre de Maurizio Cattelan. La question qu’on se posait, c’était : Sorrentino a-t-il quelque chose d’audacieux, de subversif à nous dire ? Certes, la réponse était écrite d’avance : une série grand public (et pour public payant) ne peut qu’être consensuelle. Et, de fait, pour nous convaincre que son pape était anticonformiste, Sorrentino n’a trouvé que de pauvres astuces, comme d’en faire un fumeur ou un amateur de Cherry Coke Zero.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/jeune-pape-nouveau-pape-bis-repetita-non-placent.html

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/jeune-pape-nouveau-pape-bis-repetita-non-placent/

 

 

 

 

 

Lettre à Franco sur le séparatisme

 

Rosa Llorens – LGS – 21.2.2020

 

 

 

 

 

Le film d’Alejandro Amenabar Lettre à Franco est, au point de vue divertissement, un très bon film historique, sur une période toujours actuelle, puisqu’en Espagne on n’a jamais tourné la page du fascisme. Mais il faut se demander où est au juste l’actualité du film, ce qui amène à analyser la position de l’auteur sur son sujet.

Le film s’ouvre sur un drapeau en noir et blanc, qui semble donc bicolore (foncé, clair, foncé) ; puis, pendant le générique, il se colore, et on découvre le drapeau républicain espagnol tricolore : rouge, jaune, violet. On est toujours surpris de trouver, sur la période 1931-36 ou 37 (avant que la guerre impose sa propre logique) une normalité républicaine, avec des drapeaux tricolores flottant sur toutes les mairies, dont, ici, celle de Salamanque. Le film concerne en effet la période de transition entre République et dictature, avec une scène cruciale où le drapeau de la monarchie (qui est toujours celui de l’Espagne) remplace le drapeau républicain, sur une initiative de Franco. C’est aussi la période des hésitations du grand intellectuel espagnol Miguel de Unamuno, conservateur humaniste, entre appui au soulèvement militaire et dénonciation du fascisme.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/lettre-a-franco-sur-le-separatisme.html

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/lettre-a-franco-sur-le-separatisme/

 

 

 

 

  

 

 

 

Certes, il n’est question, ici, de cinéma, que corollairement. C’est à la faune à la mode des Me Too et autres lesbiennes déguisées en justicières que s’en prend Brighelli, mais il en profite pour dire tout le mal qu’il pense d’un certain cinéma féminin. Et il se trouve qu’on partage, dans certains cas, son allergie…

 

Regard de femme

 

Jean-Paul Brighelli – Bonnet d’äne – 23.2.2020

 

 

 

 

 

 

Avertissement liminaire, à l’intention des crétins et crétines, de plus en plus nombreux dans le ciel français depuis qu’on les met en orbite : ce qui suit est une interview fictive, qui m’a été inspirée par une émission écoutée samedi 22 février sur France-Inter. Natacha Polony y était opposée à Iris Brey, à propos de la sortie du livre de cette dernière, le Regard féminin – une révolution à l’écran (Editions de l’Olivier). Ce que j’ai entendu m’a incité à interviewer — ou à faire semblant d’interviewer — cette dame, dont les positions sur le cinéma sont d’une imbécillité si consternante que je me demande encore comment Polony a fait pour garder un ton de voix uni et poli, face à la Bêtise à front de taureau.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/regard-de-femme/

 

 

 

 

 

Dernière minute :

 

La très belle Monica Bellucci : Magritte d’honneur 2020

Deux mini-interviews

 

 

 

Ses derniers films (piqués à Wikipedia) :

 

 

Pour le cas où vous l’ignoreriez, Kaouther Ben Hania est une nana.

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 25 février 2020

 

 

L’Enfer au Paradis

 

 

 

 

 

Sur le lac de Srinagar, capitale du Cachemire

 

 

L’Enfer au Paradis

 

Si vous avez aimé le nazisme allemand et le sionisme israélien, vous adorerez l’hindouisme indien, Anschluss, Nakba et Apartheid incluses

 

 

 

 

 

 

Dans un article publié ici même en janvier 2019, K. Badhrakumar opposait à Narendra Modi la cohérence et le cran d’Imran Khan et croyait pouvoir dire que le président des USA, impressionné par celui qui avait osé lui tenir tête, allait se tourner vers le dirigeant pakistanais, tellement plus fiable que le dangereux Indien. Hélas, il semble qu’il se soit trompé dans ses prédictions ou qu’il ait prêté au président des États-Unis plus de cran et de cohérence qu’il ne possède.

 

 

 

 

Ses cheveux sont devenus gris mais elle est toujours là.

 

 

L’ascension de Modi et de l’extrême-droite hindoue

 

Arundahti Roy – I.C.H. – 2.1.2020

(Elle s’adresse ici aux Américains, on verra pourquoi)

 

 

 

 

Alors que les manifestations se propagent dans les rues du Chili, de la Catalogne, de Bolivie, de Grande Bretagne, de France, d’Irak, du Liban et de Hong Kong et qu’une nouvelle génération enrage contre ce qui a été fait à sa planète, j’espère que vous voudrez bien m’excuser de vous parler d’un endroit où quelque chose de très différent a pris possession des rues. Il fut un temps où la contestation était la meilleure exportation de l’Inde. Mais aujourd’hui, alors que  les vagues de protestation enflent en Occident, nos propres grands mouvement de protestation anticapitaliste et anti-impérialiste, pour la justice sociale et environnementale – les manifs contre les grands barrages, les privatisations et le pillage de nos rivières et de nos forêts, contre les déplacements de populations en masse et l’aliénation des territoires de nos populations indigènes – se sont presque entièrement tus. Le 17 septembre dernier, le Premier ministre Narendra Modi s’est offert en cadeau, pour son 69e anniversaire, le réservoir plein à ras bord du barrage de Sardar Sarovar, sur la rivière Narmada, tandis que des milliers de villageois qui s’étaient battus contre ce barrage pendant plus de 30 ans regardaient disparaître leurs foyers sous les eaux montantes. Ce fut un moment hautement symbolique.

En Inde aujourd’hui, un monde de ténèbres rampe vers nous en plein jour et il devient de plus en plus difficile de communiquer l’échelle de la crise, y compris à nous-mêmes : une description précise risquerait de passer pour de l’hyperbole. Et c’est ainsi qu’au nom de la crédibilité et des bonnes manières, nous faisons la toilette de la créature qui a planté ses crocs en nous, nous lissons ses poils et nous essuyons la bave qui dégoutte de ses babines, pour la rendre plus avenante en compagnie civilisée. L’Inde n’est pas, loin s’en faut, le pire ou le plus dangereux endroit du monde – du moins pas encore – mais peut-être la différence entre ce qu’elle aurait pu être et ce qu’elle est devenue n’en est-elle que plus tragique.

En ce moment même, sept millions de gens, dans la vallée du Cachemire, dont un nombre incalculable ne souhaitent pas être citoyens de l’Inde et se battent depuis des décennies pour leur droit à l’autodétermination, ont été mis sous blocus au moyen d’un siège digital et de l’occupation militaire la plus dense au monde. Simultanément, dans l’état oriental d’Assam, presque deux millions de gens qui  meurent d’envie d’appartenir à l’Inde ont découvert que leurs noms étaient absents du Registre National des Citoyens (RNC) et qu’ils risquaient de se retrouver apatrides. Le gouvernement indien a annoncé son intention d’étendre le RNC à la totalité de l’Inde. Un texte de loi est en route. Cela pourrait conduire à la formation d’une apatridie à une échelle jusqu’ici inconnue.

Dans les pays occidentaux, les riches procèdent à leurs propres arrangements pour faire face aux calamités climatiques futures. Ils se construisent des bunkers et y stockent des réserves de nourriture et d’eau potable. Dans les pays pauvres – et l’Inde, tout en étant la 5e économie mondiale, est encore, honteusement, un pays pauvre et affamé – une autre sorte d’arrangement est en cours. L’annexion du Cachemire par le gouvernement, le 5 août 2019, a autant à voir avec l’urgence qu’éprouve ce gouvernement de s’assurer l’accès aux 5 rivières qui coulent dans l’état de Jammu et Cachemire qu’avec n’importe quoi d’autre. Et le RNC qui va créer un système de citoyens à deux étages, où certains auront plus de droits que d’autres, fait aussi partie des préparatifs en vue du temps où les ressources deviendront rares. La citoyenneté, selon la formule célèbre de Hannah Arendt, c’est le droit d’avoir des droits.

Le démantèlement de l’idée de liberté, d’égalité et de fraternité, est déjà, en fait, la première victime de la crise climatique. Je vais essayer d’expliquer un peu en détail comment c’est en train de se produire. Et comment, en Inde, le système de « management », qui a émergé pour prendre en charge cette même crise moderne, s’est enraciné dans un odieux et dangereux élément de notre histoire.

La violence de l’inclusion et la violence de l’exclusion annoncent une convulsion qui pourrait altérer les fondements de l’Inde et modifier sa signification et sa place dans le monde. Notre constitution qualifie l’Inde de « République démocratique laïque socialiste ». Nous nous servons du mot « laïque » dans un sens légèrement différent du reste du monde. Pour nous, c’est un code pour désigner une société où toutes les religions ont le même statut aux yeux de la loi*. Dans la pratique, l’Inde n’a jamais été ni laïque ni socialiste. Elle a toujours fonctionné comme un état hindou de caste supérieure. Mais la prétention à la laïcité, si hypocrite qu’elle ait pu être, est le dernier fragment de cohérence qui rendait l’Inde possible. L’hypocrisie est ce que nous avons eu de mieux. Sans elle, l’Inde ne sera plus.

Dans son discours de victoire de Mai 2019, après que son parti ait remporté un second mandat, Modi a fanfaronné  qu’aucun politicien d’aucun parti n’avait osé faire campagne « sur la laïcité ». Le « réservoir » de la laïcité, a semblé dire Modi, est désormais vide. C’est donc officiel : l’Inde roule à vide. Et nous apprenons bien trop tard à chérir l’hypocrisie. Parce qu’elle implique au moins un vestige de décence.

L’Inde n’est pas vraiment un pays. C’est un continent. Plus complexe et plus divers qu’un pays, avec plus de langues – 780 au dernier comptage, dialectes exclus – plus de tribus et de religions indigènes, et peut-être plus de communautés qui se considèrent comme des nations séparées que toutes celles de l’Europe. Imaginez ce vaste océan, ce fragile et indiscipliné écosystème social se retrouvant tout à coup confisqué par une organisation hindouiste, suprémaciste, qui croit en la doctrine d’Une nation, Une langue, Une religion, Une constitution.

Je parle ici de la RSS, de la Rashtriya Swayamsevak Sangh [« Organisation Volontaire Nationale »] fondée en 1925 – navire-amiral du Bharatiya Janata Party (BJP) [« Parti indien du peuple »], au pouvoir. Ses pères fondateurs ont été très influencés par les fascismes allemand et italien. Ils ont assimilé les musulmans de l’Inde aux juifs d’Allemagne, et tenaient que les musulmans n’avaient aucune place dans une Inde hindoue. Aujourd’hui, la RSS, en typique parler caméléon RSS, prétend se distancier de ces vues. Mais son idéologie sous-jacente, en vertu de laquelle les musulmans sont portraiturés en sempiternels traîtres perfides, est la rengaine qui revient constamment dans les discours publics des politiciens du BJP et s’exprime ad nauseam dans les slogans vociférés par des foules déchaînées. Par exemple : “Mussalman ka ek hi sthan—Kabristan ya Pakistan” (« Une seule place pour les musulmans : la tombe ou le Pakistan »). En octobre dernier, Mohan Bhagwat, le leader suprême de la RSS a dit : « L’Inde est un rashtra hindou » – une nation hindoue – « Ceci n’est pas négociable ».

Cette idée change tout ce qui était beau dans l’Inde en vitriol.

Pour la RSS, présenter ce qu’elle est en train de combiner aujourd’hui comme une révolution par laquelle les hindous effaceraient enfin des siècles d’oppression musulmane, fait partie de son projet historique bidon. En réalité, des millions de musulmans, en Inde, sont les descendants de gens qui se sont convertis à l’Islam pour échapper au cruel système des castes de l’hindouisme.

Si l’Allemagne nazie est un pays qui a essayé de se dilater en imposant ses fantasmes à un continent (et au-delà), l’élan qui pousse l’Inde vers une domination RSS est, dans un certain sens, inverse, car il y a, ici, un continent qui essaie de rétrécir jusqu’à devenir une simple nation. Pas même une nation, d’ailleurs, mais une province. Une province primitive, ethno-religieuse. Ce processus s’avère être inimaginablement violent.

Aucun des groupes néo-nazis en plein essor dans le monde aujourd’hui ne peut se vanter de posséder l’infrastructure et la main-d’œuvre dont la RSS dispose. Elle dit qu’elle a 57.000 shakras – branches – à travers le pays et une milice armée de plus de 600.000 « volontaires ». Elle dirige des écoles où sont inscrits des millions d’étudiants et possède ses propres missions médicales, syndicats, organisations d’agriculteurs, médias et associations féminines. Récemment, elle a annoncé qu’elle allait ouvrir un centre d’entraînement pour ceux qui souhaitent entrer dans l’armée indienne. Sous son bhagwa dhwaj – son fanion safran -, une multitude d’organisations d’extrême-droite connues sous le nom de Sangh Parivar – la « famille » RSS – ont prospéré et multiplié. Ces organisations, équivalent politique des sociétés-écran, sont responsables d’attaques scandaleusement violentes contre des minorités dont, au cours des années, des milliers et des milliers de ressortissants ont été assassinés.

Le Premier ministre Narendra Modi est membre de la RSS depuis l’âge de 8 ans. Il est une création de la RSS. Quoique n’étant pas brahmane, il a fait davantage que n’importe qui d’autre pour en faire l’organisation la plus puissante de l’Inde.et pour en avoir écrit le plus fameux chapitre à ce jour. Il est assez exaspérant d’avoir à répéter constamment l’histoire de l’ascension de Modi au pouvoir, mais l’amnésie standardisée et cultivée qui l’entoure fait de cette répétition une espèce de devoir.

La carrière politique de Modi a démarré en octobre 2001, peu de semaines après les attaques du 11 septembre aux États-Unis, lorsque le BJP a destitué son ministre principal dans l’État du Gujarat pour l’y remplacer par Modi. Lequel n’était même pas, à l’époque, un membre élu de l’assemblée législative de cet État. Au bout d’à peine cinq mois de son premier mandat, il s’est produisit un odieux mais mystérieux incendie criminel, au cours duquel 59 pèlerins hindous furent brûlés vifs dans un train. En guise de « vengeance » des émeutiers de milices privées sauvages se livrèrent, dans tout l’État, à un saccage bien planifié. On estime que 2.500 personnes, presque toutes musulmanes, furent assassinées au grand jour. Les femmes furent violées collectivement dans les rues des villes et près de 150.000 personnes furent chassées de chez elles. Aussitôt après le pogrom, Modi réclama des élections. Il les remporta, non en dépit du massacre mais grâce à lui, et fut réélu ministre en chef pour trois mandats consécutifs. Pendant la première campagne électorale de Modi comme candidat du BJP au poste de Premier ministre – qui se distingua également par un massacre de musulmans, cette fois dans le district de Muzaffarnagar de l’État d’Uttar Pradesh, un journaliste de Reuters lui demanda s’il regrettait le pogrom de 2002 au Gujarat. Il répondit qu’il regretterait même la mort d’un chien tombé accidentellement sous ses roues. Pur et simple jargon RSS bien rodé.

Quand Modi prêta serment comme 14e Premier ministre de l’Inde, sa victoire ne fut pas célébrée que par sa base de supporters nationalistes hindouistes, mais aussi par la plupart des grands industriels et hommes d’affaires de l’Inde, par la plupart des libéraux, et par beaucoup de médias internationaux, comme une quintessence d’espoir et de progrès, comme un sauveur en costume safran, représentant le point de convergence de l’ancien et du moderne, du nationalisme hindou et du capitalisme de libre marché sans entraves.

Alors que Modi a répondu aux attentes sur le nationalisme hindou, il a salement trébuché sur le front du libre marché. Par toute une série d’erreurs, il a mis à genoux l’économie de l’Inde. En 2016, à un peu plus d’un an dans son premier mandat, il a annoncé à la télévision que, à dater de ce moment, tous les billets de 500 et de 1.000 roupies – c’est-à-dire plus de 80% de la monnaie en circulation – cessaient d’avoir cours légal. Rien de semblable n’avait jamais été fait, à cette échelle, dans l’histoire d’aucun pays. Ni le ministre des Finances, ni le conseiller économique en chef ne parurent avoir été consultés. Cette « démonétisation », selon le Premier ministre, était une « frappe chirurgicale » contre la corruption et le financement du terrorisme. Pur charlatanisme économique, remède de rebouteux appliqué à une nation de plus d’un milliard d’humains ! Il s’avéra rien moins que dévastateur. Mais il n’y eut pas d’émeutes. Pas de manifestations. Les gens firent docilement la queue devant les banques pendant des heures, pour déposer leurs billets, seule moyen qu’ils avaient de les racheter. Pas de Chili, pas de Catalogne, pas de Liban, pas de Hong Kong. Presque en l’espace d’une nuit, des emplois disparurent, l’industrie de la construction s’arrêta pile, les petites entreprises disparurent du jour au lendemain.

Certains d’entre nous s’imaginèrent follement que cet acte d’hybris inimaginable serait la fin de Modi. Comme nous nous trompions ! Les gens se réjouirent. Ils souffrirent mais se réjouirent. C’était comme si la douleur s’était métamorphosée en joie. Comme si leurs douleurs étaient celles d’un enfantement qui n’allait pas manquer de mettre au monde une Inde hindoue, glorieuse et prospère.

Mais ce qui était mauvais pour le pays s’avéra excellent pour le BJP. De 2016 à 2017, alors même que l’économie capotait, il devint l’un des partis politiques les plus riches du monde. Ses revenus augmentèrent de 81%, le rendant cinq fois plus riche que son principal rival, le Parti du Congrès, dont les revenus diminuèrent de 14%. Les partis politiques plus petits firent pratiquement faillite. Ce trésor de guerre fit remporter au BJP l’élection cruciale en Uttar Pradesh, et fit de l’élection de 2019 une course entre une Ferrari et quelques vieilles bicyclettes. Et, puisque les élections sont de plus en plus une affaire d’argent, nos chances de voir une élection libre et juste dans un futur proche sont à peu près inexistantes. Si bien que la démonétisation n’a peut-être pas été une erreur après tout.

Au cours du deuxième mandat de Modi, la RSS a intensifié son jeu. Elle n’est plus du tout un État-fantôme ou un État parallèle,elle est l’État. Jour après jour, nous voyons se multiplier les exemples de son contrôle sur les médias, la police, les services secrets, plus inquiétant encore, elle a l’air d’exercer une influence considérable sur l’armée aussi. On a vu les diplomates étrangers et les ambassadeurs frayer avec Mohan Bhagwat. L’ambassadeur d’Allemagne s’est même appuyé tout le chemin jusqu’au quartier général de la RSS à Nagpur pour y présenter ses respects.

 

 

Walter Lindner, ambassadeur d’Allemagne, présentant ses respects à Nagpur

 

 

En fait, les choses ont atteint le stade où un contrôle manifeste n’est même plus nécessaire. Plus de 400 chaînes de télévision émettant 24 h sur 24, des millions de groupes What’s App et de vidéos Tik-Tok maintiennent les populations, sous perfusion, dans un état de bigoterie frénétique.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/lascension-de-modi-et-de-lextreme-droite-hindoue/

Source   http://www.informationclearinghouse.info/52789.htm

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

 

Illustration :

 

Trump et Modi au stade de Houston

 

 

 

 

 

Voir aussi (en anglais) :

 

“How is it human ?” : India’s largest detention centre almost ready

Tawqeer Hussain – Al Jazeera – 2.1.2020

 

 

 

Lire et voir

 

https://www.aljazeera.com/news/2020/01/human-india-largest-detention-centre-ready-200102044649934.html

 

 

 

 

En français :

 

L’annexion du Cachemire par l’Inde s’inspire directement de la stratégie israélienne

Azad Essa – Middle East Eye – 9.8.2019

 

5 août 2019 – Soldat indien patrouillant sur un pont pendant le blocus du Jammu et Cachemire

 

https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/lannexion-du-cachemire-par-linde-sinspire-directement-de-la-strategie-israelienne

 

 

 

 

 

Et l’Inde créa 2 millions d’apatrides

The Conversation – 5.9.2019

 

 

 

Lire, voir écouter

http://theconversation.com/et-linde-crea-2-millions-dapatrides-122992

 

 

 

 

 

La police utilise un logiciel de reconnaissance faciale alors que les manifestations s’intensifient en Inde

Anurag Kotoki – Bloomberg

Les Crises – 24.1.2020

 

 

Défilé de protestataires lors d’une manifestation contre la nouvelle loi sur la citoyenneté à New Delhi le 24 décembre. Photographe : T. Narayan/Bloomberg

 

 

Le journal Indian Express a rapporté que la police indienne a commencé à utiliser un logiciel de reconnaissance faciale pour filtrer les grandes foules alors que les manifestations contre une nouvelle loi sur la citoyenneté fondée sur la religion s’intensifient, citant des personnes non identifiées.

Selon l’article, ce logiciel, acquis à l’origine en 2018 pour retrouver les enfants perdus, a été utilisé pour la première fois lors d’un rassemblement politique le 22 décembre, lorsque le Premier ministre Narendra Modi a défendu avec acharnement, à New Delhi, la loi controversée. La police de la capitale indienne a commencé à alimenter le logiciel avec des images des manifestations en cours afin de trier les « manifestants habituels » et les « éléments turbulents ».

Lire la suite…

Source : https://www.les-crises.fr/la-police-utilise-un-logiciel-de-reconnaissance-faciale-alors-que-les-manifestations-s-intensifient-en-inde/

 

 

 

 

 

Le poids des mots, le choc des photos ?

 

 

 Verrouillage d’un pays

 

 

« L’Inde assassine la démocratie »

 

 

 

Soldats indiens bloquant une rue au Jammu et Cachemire

 

 

Idem (photo Reporters sans frontières)

 

 

Forces du CRPF (ministère de l’Intérieur) en opération de bouclage et de perquisition à Srinagar

 

 

 

« Huit martyrs de plus, victimes des forces d’occupation au Cachemire »

 

 

Premier attentat au Cachemire : 37 morts

 

 

 

Ouvriers briquetiers en Inde

 

 

 

Ouvriers – des deux sexes et de tous âges – déchargeant du charbon

 

 

 

 

 

Manifestations hostiles au gouvernement Modi

 

Des Indiens de la Diaspora manifestant contre Modi autour du Houston Stadium

 

 

Une coalition [réunion temporaire de plusieurs partis, groupes politiques ou groupes de pression, NdT]  d’Indo-Américains a protesté contre la visite de Modi à Houston dimanche. Ils se sont élevés contre les violations des droits humains qui ont lieu aux États-Unis et en Inde. La coalition comprenait des groupes d’Indo-Américains sans distinction de religions, dont Hindous pour les Droits Humains (HfHR), Conseil Musulman Indo-Américain et Organisation pour les Minorités de l’Inde. Un certain nombre d’organisations américaines ont également apporté leur soutien à la protestation, Notamment Voix juives pour la Paix et Les Vies Noires Comptent. L’événement « Howdy, Modi » au stade NRG de Houston a été un des plus grands rassemblements jamais vus de la diaspora indienne, auquel ont participé plus de 50.000 Indo-Américains. C’était la première fois qu’un président US se joignait à un Premier ministre indien pour s’adresser à un rassemblement de la diaspora indienne.

 

 

 

 

 

Houston, Texas

 

 

Devant le Parlement britannique

 

 

 

 

Au Canada

 

 

 

Affiche de la Résistance au Cachemire

 

 

 

Hostiles ? Non, pas vraiment : la mano en la mano là aussi…

 

 

 

Sonia Gandhi à la tête d’une manifestation contre l’achat des Rafale à la France

 

 

 

Militants du parti communiste indien bloquant un train de voyageurs lors d’une action de protestation à Calcutta

 

 

 

 

 

On aura bien compris que, suite à la politique du führer newlook, l’Inde et le Pakistan sont sur le pied de guerre et que ces deux pays détiennent la bombe atomique.

 

 

 

 

India Can Defeat Pakistan in 7-10 Days, Claims Modi – ACE News – 29.1.2020

https://acenews.pk/india-can-defeat-pakistan-in-7-10-days-claims-modi/

 

Félicitations à tous les apprentis sorciers !

 

 

 

 

 

Question béotienne :

 

Que vont devenir les BRICS ? Comment la Fédération de Russie et la République Populaire de Chine vont-elles faire cohabiter les valeurs de leurs peuples respectifs avec ce nazo-sionisme à l’échelle d’un continent et d’un milliard d’êtres humains ?

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 15 février 2020

 

 

 

Vous avez dit « Plan de paix » ? Ah, ha, ha, ha, ha !

 

 

 

 

 

Le grand navire amphibie USS Batam sera de retour au Moyen-Orient. En 2002, il avait été utilisé par le secrétaire à la Défense Colin Powell pour abriter une prison secrète. Plusieurs milliers de combattants furent enlevés sur différents champs de bataille et torturés en eaux internationales pour y être conditionnés, puis relâchés.

 

 

Vous avez dit « Plan de paix » ? Ah, ha, ha, ha, ha !

 

 

 

L’attitude des États-Unis au Moyen-Orient : préparation à un désastre

 

Le Saker – Vineyard of the Saker  – 29.1.2020

Via The Unz Review

Traduction : Le Saker francophone

 

 

 

 

Mensonges, foutus mensonges et statistiques

Il s’avère que Trump et le Pentagone mentaient encore cette fois, sur le véritable impact de la contre-attaque iranienne sur les forces américaines en Irak. Ils ont d’abord affirmé qu’il n’y avait pas de personnel américain blessé, pour finalement devoir cracher le morceau que 34 soldats avaient subi une lésion cérébrale traumatique, que Trump a «reclassée» comme un «mal de tête». Ensuite, ils ont dû admettre que ce n’était pas vraiment 34, mais en fait 50 !

Selon certaines sources, tout le personnel américain ne se cachait pas dans des bunkers et certains ont été déployés pour défendre le périmètre de la base. Quoi qu’il en soit, cela ajoute une autre indication que la contre-attaque iranienne était beaucoup plus robuste que celle initialement rapportée par l’Empire. En fait, des sources iraniennes indiquent qu’après la frappe, un certain nombre de blessés ont été transportés par avion en Israël, au Koweït et en Allemagne. Encore une fois, nous ne découvrirons probablement jamais toute la vérité sur ce qui s’est passé cette nuit-là, mais deux choses sont maintenant certaines :

1 – L’attaque iranienne a été extrêmement efficace et il est indéniable que toutes les forces américaines / OTAN / israéliennes de la région sont désormais exposées comme des canards assis attendant la prochaine frappe iranienne.

2 – L’oncle Shmuel a dû considérablement sous-estimer l’ampleur et la nature réelles de la contre-attaque iranienne.

Maintenant, soyons clairs sur la qualité de l’avertissement du personnel américain. Nous savons maintenant au moins que les avertissements suivants ont été reçus :

Lire la suite…

:

Source : https://lesakerfrancophone.fr/bagatelles-pour-un-massacre

Sources d’origine :

https://thesaker.is/u-s-posture-in-the-middle-east-preparing-for-disaster/

https://www.unz.com/tsaker/u-s-in-the-middle-east-preparing-for-disaster/

 

 

 

 

P.S. des Grosses Orchades

On comprend que les mots « Bagatelles pour un massacre » se soient imposés à JJ à la lecture de cet article du Saker. Nous l’avons supprimé et remplacé par le titre original traduit par nous, pour les raisons suivantes :

– Ce titre n’est pas libre.

– Il appartient à un auteur et coiffe un texte qui sont interdits de publication.

– Il nous a paru assez violent de faucher son titre à un auteur interdit pour en coiffer autre chose de quelqu’un d’autre, quoique, nous en sommes sûrs, cela ait été fait sans mauvaise intention.

– Mais soyons clairs :

Il est inadmissible à nos yeux que quiconque se permette d’interdire qui que ce soit et quoi que ce soit. À quel titre ? De quel droit ? Quel est l’humain assez présomptueux pour se croire apte à juger de ce que pense et dit un autre humain ? Pour s’accorder à soi-même l’autorisation d’interdire à d’autres humains – censés adultes et dotés de libre arbitre – la lecture de qui et de quoi que ce soit ?

Si l’auteur de Bagatelles pour un massacre a pu subir des influences ou céder à des manies, ceux qui le lisent n’en sont pas exempts et le principe absolu doit être que celui qui lit est ou devrait être capable d’en juger par lui-même, sans l’aide non sollicitée ou les diktats de gens qui – pour ce qu’il en sait – sont peut-être de parfaits crétins et dans tous les cas des abusifs. On ne fait pas des gens des adultes en les infantilisant de force.

En résumé, nous ne reconnaissons à personne le droit d’interdire la publication des écrits de L.-F. Céline (ou d’autres) et nous considérons comme des lâches ou des vendus les éditeurs qui se soumettent à une telle aberration. Même sa femme n’en avait pas le droit – mémoire ou pas mémoire ! – sauf si elle était absolument sûre d’exprimer la volonté définitive de celui qui les avait écrits.

On commence comme ça, et on sait où ça finit…  à Belmarsh par exemple, ou sur le bûcher de Giordano Bruno. Que NON soit NON !.

 

 

 

 

Deux Israël Shamir d’un coup :

C’est que nous étions en retard pour le premier et que les deux sont exceptionnellement importants.

 

La bataille pour Auschwitz (II)

 

Israël Adam Shamir – Entre la plume et l’enclume – 26.1.2020

Traduction : Maria Poumier

 

 

 

 

 

Ces jours-ci, Jérusalem a pu rivaliser avec Davos et Bilderberg. Les personnages les plus éminents, les plus haut-placés et les plus puissants se sont réunis ici, pour le Forum d’Auschwitz, au mémorial de Yad-va-Shem, le Centre mondial pour la mémoire de l’Holocauste : rois, présidents, premiers ministres; une preuve vivante que les Juifs ont un certain ascendant sur le monde. 

La Cour britannique de St James était représentée par le prince Charles; la France par le président Macron; les puissants États-Unis avaient envoyé le vice-président Mike  Pence, cette réalisation suprême de l’Intelligence Artificielle (il a l’air presque humain, mais pas tout à fait). Il y avait le gouverneur général de l’Australie, le président de l’Autriche, le président de l’Albanie, le président de l’Argentine, le président de l’Arménie, le roi de Belgique, le président de la Bulgarie, le président de la Hongrie, le prince de Galles, le président de l’Allemagne, le président de la Grèce, le président de la Turquie , le président du Danemark, le président de l’Islande, le roi d’Espagne, le président de l’Italie, le gouverneur général du Canada, le président de Chypre, le grand-duc de Luxembourg, le président de la Macédoine du Nord, le président de la Moldavie, le roi des Pays-Bas, le prince héritier de Norvège, le président de la Roumanie, le président de la Serbie, le vice-président des États-Unis, le président de la Finlande, le président français, le président monténégrin, le Premier ministre suédois, le président du Conseil européen, le président du Parlement européen, le président de la Commission européenne…

Les hôtes avaient tiré tout le parti possible de l’occasion. M. Netanyahou, le Premier ministre intérimaire israélien, a comparé l’Iran à l’Allemagne nazie et a déclaré que la destruction de l’Iran aujourd’hui étaitt l’équivalent de la libération d’Auschwitz. Le président israélien, Reuven Rivlin, a déclaré qu’il n’y avait pas de différence entre antisémites et antisionistes; celui qui est un ennemi d’Israël est l’ennemi de tout le peuple juif, c’est aussi simple que cela.

Lire la suite…

Source : https://plumenclume.org/blog/528-la-bataille-pour-auschwitz-ii

Source d’origine : https://www.unz.com/ishamir/battle-for-auschwitz-ii/  

 

 

 

 

Les Assassins sont de retour !

 

Israël Adam Shamir – Entre la plume et l’enclume – 4.2.2020

Traduction : Maria Poumier

 

 

 

 

Ron Unz, notre intrépide perturbateur du dogme établi, vient de publier un long essai où il fait le lien entre plusieurs de ses textes précédents, sous l’intitulé Mossad Assassinations. J’aime son style naturel, l’absence de pathos et de dramatisation, dans ce qu’il écrit. Quand on le lit, on a l’impression de bavarder avec un agréable voisin, qui gagne à être connu. Dans un biopic, c’est Henry Fonda qui devrait jouer le rôle. Pour moi, la longueur de ses essais (celui-ci fait 27.000 mots) ne constitue pas un défaut mais un avantage, et j’en fais tout de suite un résumé. Il s’agit de le suivre dans sa lecture du gros volume de Ronen Bergman Rise and Kill First (750 p.), l’ouvrage qui vient de paraître sur les assassinats par le MOSSAD, à partir d’une enquête serrée [en français, c’est chez Grasset : « Lève-toi et tue le premier », de Ronen Bergman, Johan-Frédérik Hel Guedj]. Unz a fait le tri dans cette montagne, et il est resté sur sa faim, pour une excellente raison : Bergman a volontairement soumis son étude des assassinats commis par le MOSSAD à la… censure du MOSSAD. Une telle prudence a épargné à Bergman la fureur du Kidon, comme on appelle l’unité des assassinats du Mossad, mais cela a rendu l’énorme pavé bien moins utile. Un livre sur des assassins, corrigé par un comité d’assassins, est un exercice d’hagiographie, mais non une évaluation historico-critique. Unz s’en est allé fouiller dans les lacunes du livre de Bergman, les sombres histoires où l’on n’a pas entendu aboyer les chiens, et, tel un glosateur médiéval, il a ajouté sa compréhension inestimable à un texte qui sans lui resterait fort obscur (peut-être à dessein).

 

 

Pourquoi devrions-nous nous intéresser au sujet, au fait ? Unz donne une réponse aussi courte que tranchante. Le MOSSAD a assassiné plus de gens que tous les services spéciaux des autres pays (plus que le sinistre KGB, la CIA déchaînée et le MI6 de James Bond) mis ensemble. « Le comptage de cadavres (par le MOSSAD) est supérieur au total de celui des autres grands pays du monde. Je pense que toutes les révélations scabreuses sur la CIA létale ou les complots du KGB pendant la Guerre froide que j’ai vues commentées dans les récits des journaux  ne feraient guère qu’un chapitre ou deux dans le livre interminable de Bergman », écrit Ron Unz.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/les-assassins-sont-de-retour/

 

 

 

 

 

 

Victor OSTROVSKY – Claire HOY

By way of Deception : The Making of a Mossad Officer

Wilshire Press Inc – 1990 – 2002

 

 

En français :

Victor OSTROVSKY (et Claire HOY)

MOSSAD. Un agent des services secrets  israéliens parle

Presses de la Cité – 1.11.1990

323 pages

 

Victor OSTROVSKY

The Other Side of Deception : A Rogue Agent Exposes the Mossad’s Secret Agenda

Harper Collins, Australia, 1995

315 pages

_______________

 

Vladimir BARTOL

ALAMUT

Phébus – 1991

584 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vladimir BARTOL

ALAMUT

Libretto ­– (Nouvelle traduction) – 2012

592 pages

Présentation de Libretto

« … je partage l’humanité en deux catégories fondamentalement différentes : une poignée de gens qui savent ce qu’il en est des réalités et l’énorme majorité qui ne sait pas. »

Vladimir Bartol  

Retranché dans sa citadelle dominant la plaine, le grand maître Hassan Ibn Sabbâh mène, à la fin du XIe siècle, une guerre sainte en Iran. Il n’a que peu de soldats et seuls ses proches le connaissent intimement. Parti de presque rien, sans armée, sans terre et sans guère d’appuis à la cour, il dominera le monde. Des hommes seront prêts à mourir pour lui avec le sourire aux lèvres. Des foules entières se prosterneront sans combattre. Un millénaire plus tard, la manipulation des masses, telle qu’il la pratiqua, continue d’ébranler les empires modernes.   Mélange d’aventures et de philosophie politique, Alamut n’évoque la violence des complots d’alors que pour mieux renvoyer aux problèmes cruciaux des civilisations modernes.

Note des Grosses Orchades :

Ceci est un roman, écrit avent la IIe Guerre mondiale. L’histoire qu’il raconte n’a jamais été prouvée. Mais la réalité (d’aujourd’hui) peut dépasser la fiction (d’hier). C’est ce que pensent et disent Ron Unz et Israël Shamir.

 

 

 

 

Dernière minute :

 

L’art de la guerre

Plus liés encore au Pentagone avec Guerini

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 4.2.2020

 

 

Ecco il jolly italiano per l’Iraq. Il colloquio tra Guerini e il capo del Pentagono

 

 

« Relation historiquement privilégiée, qu’il faut renforcer le plus possible » : ainsi, dans sa visite à Washington (29-31 janvier), le ministre de la Défense Lorenzo Guerini (Pd) a défini le lien de l’Italie avec les États-Unis. Le secrétaire US à la Défense Mark Esper a qualifié l’Italie de « solide allié OTAN » qui, en hébergeant plus de 34.000 militaires et autres personnels du Pentagone, « joue un rôle vital dans notre projection de force en Europe, dans la Méditerranée et en Afrique du Nord ».

Le rôle de l’Italie est plus important que ne le dit même Esper. Le Pentagone peut lancer de notre territoire, à travers les commandements et les bases USA/OTAN, des opérations militaires dans une aire qui de l’Atlantique s’étend à la Russie et, au sud, à toute l’Afrique et au Moyen-Orient. Toujours avec l’accord et la collaboration de l’État italien. « Les deux pays -souligne le communiqué officiel du Pentagone- reconnaissent l’influence déstabilisante de l’Iran au Moyen-Orient et s’accordent pour continuer à opérer ensemble afin de contenir les activités iraniennes de plus en plus perturbatrices ».

Ainsi est effacée la position formelle assumée par le Gouvernement italien (et donc par Guerini aussi) qui, après le meurtre de Soleimani ordonné par Trump et la réaction iranienne, avait souligné la nécessité d’« éviter une escalade ultérieure et favoriser un apaisement de la tension par la diplomatie ». Confirmant que c’est Washington qui décide et non pas Rome, Guerini a déclaré, dans la conférence de presse au Pentagone, que l’« Italie a décidé de rester en Irak après une conversation téléphonique avec le secrétaire Esper ». Guerini – informe le ministère de la Défense – a été reçu aussi par le conseiller du président Trump, Jared Kushner, « promoteur du récent plan de paix pour le Moyen-Orient », c’est-à-dire du plan de créer un « État palestinien » sur le modèle des « réserves indiennes » créées par les USA au 19ème siècle. 

Le ministre Guerini s’est aussi fait un peu tirer les oreilles par Esper : l’Italie doit davantage s’engager pour porter sa dépense militaire (environ 70 millions d’euros par jour) à au moins 2% du PIB (environ 100 millions d’euros par jour) ; elle doit en outre limiter ou bannir l’usage de technologie chinoise 5G, notamment Huawei, qui « compromet la sécurité de l’Alliance ».

Mais immédiatement après, le ministre Guerini a eu sa plus grande satisfaction : le chef du Pentagone l’a remercié d’« avoir renforcé le rôle de l’Italie comme partenaire fondamental des États-Unis dans l’industrie de la Défense, et de son fort soutien au programme du chasseur F-35 dans lequel l’Italie, partenaire de second niveau, a fait d’importants investissements en recherche et développement ».

À Washington, lit-on dans un communiqué publié à Rome, le ministre Guerini a rencontré des « représentants de l’industrie italienne de la Défense et les principaux think tank du secteur ». Au premier rang, certainement, les dirigeants de la société Leonardo – la plus grande industrie militaire italienne, dont le Ministère de l’économie et des finances est le principal actionnaire – qui, aux États-Unis, fournit des produits et services aux forces armées et aux agences de renseignement, et en Italie gère le site de Cameri des chasseurs F-35 de Lockheed Martin.

Guerini a aussi rencontré à Washington les dirigeants de Fincantieri, contrôlée à plus de 70% par le Ministère de l’économie et des finances. Aux USA le Fincantieri Marine Group construit des navires de combat littoral pour l’US Navy. Quatre navires du même type sont maintenant construits par cette société Fincantieri pour l’Arabie Saoudite sur la base d’un contrat de 2 milliards de dollars stipulé par Lockheed Martin. 

En 2019, tandis que Fincantieri, contrôlée par le Gouvernement, signait le contrat de construction des navires de guerre pour l’Arabie Saoudite, la Chambre approuvait une motion, présentée par la majorité de gouvernement, qui demandait l’embargo sur la vente d’armements à l’Arabie Saoudite.

Édition de mardi 4 février 2020 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/con-guerini-ancora-piu-legati-al-pentagono/ 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/plus-lies-encore-au-pentagone-avec-guerini/

 

Soyons assurés que nos propres pays – France macronienne et Belgique sans gouvernement depuis un an en tête – le sont de même, sur les pas de Guerini ou devant lui.

 

 

 

 

 

Lire aussi, sur Réseau Voltaire :

 

Appel aux armes, l’OTAN mobilisée sur deux fronts

Manlio Dinucci – 18.1.2020

https://www.voltairenet.org/article208956.html

 

 

 

 

IDLIB à 7 km ! MAJ

 

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu – 4.2.2020

 

 

 

 

 

Il se passe actuellement des choses assez extraordinaires dans l’Idlibistan. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin après la prise de Maarat al-Numan, les loyalistes ont poussé leur avantage et sont maintenant aux portes du noeud stratégique de Saraqib. Développant leur offensive à l’ouest de la ville, ils ont coupé la M4 et établi leur position à sept petits kilomètres d’Idlib.

Lire la suite…

Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/02/idlib-a-7-km.html

 

Pendant qu’on y est :

Passage du Pr. Christian GREILING (Observatus Geopoliticus) chez Frédéric Taddéi, pour la sortie de son livre Le Grand Jeu, aux éditions Héliopoles.

 

 

 

 

Mis en ligne le 5 février 2020

 

 

Anatole Atlas au Chili

 

 

 

 

 

 

 

ANATOLE ATLAS

AU CHILI

 

Théroigne – Les Grosses Orchades – 22.1.2020

 

Nous ne pouvons mieux amorcer l’évocation de cette péripétie dans la saga d’Atlas (alias Jean-Louis Lippert) qu’en reproduisant tel quel un article paru dans La libre Belgique en 2001, mais qui n’a pas une ride.

 

 

 

Souvenirs parricides : un entretien avec l’écrivain Jean-Louis Lippert

 Éric de Bellefroid – La Libre-Culture – 12.4.2001

 

 

 

Qui a osé dire que les rebelles étaient des gens tristes? Que celui-là aille tout de go visiter Jean- Louis Lippert dans sa campagne du Brabant flamand et il reviendra métamorphosé. Parce que, comme diraient les publicitaires, Lippert, c’est un caractère. Une grande figure de la contestation depuis qu’il osa toiser Lacan, impromptu, un jour que celui-ci tenait un séminaire extraordinaire à Louvain l’ancienne.

On était en octobre 1972. Il a 21 ans et vit dans le vieux Louvain. Mais certainement pas pour y étudier; en vérité, il bricole dans des maisons collectives, profitant de sa toute fraîche liberté, lui qui a été brimé dès l’enfance au Congo dont il conserve une indéfectible affection pour les opprimés et a vécu toute son adolescence «cloîtré» dans un pensionnat catholique.

Ce jour-là, Jean-Louis Lippert cherche un copain à travers la ville. Pour lui parler, peut-être, de «l’être-ensemble» situationniste ou de «l’imminence d’un bouleversement radical des rapports sociaux». Dans un bistrot, on lui désigne l’auditoire où il pourra le retrouver. Il s’y rend de ce pas et trouve là une foule dense, pour ainsi dire hypnotisée. La psychanalyse, à ce moment- là, est devenue une institution. La société vit un peu ce que Prigogine nomme «la fin des certitudes» : certaines particules instables, en déséquilibre, proches du chaos, se mettent à innover. Au plus intime de la matière inerte, se reproduisent des phénomènes semblables à de la vie. «C’était là l’état d’esprit du moment, rappelle Jean-Louis Lippert. On était en situation de particules instables.»

Lippert savait déjà qu’il ne ferait jamais partie de la classe des dominants. «Je suis entré, j’ai vu le Maître parler. Il était impossible de ne pas se laisser aller à la provocation.» L’échange est frontal. Le jeune effronté interpelle Lacan: «Est-ce que vous ne trouvez pas bizarre que ces futurs cadres grattent la parole de leur Maître?» Le psychanalyste, interdit, acquiesce calmement: «Oui, effectivement, je trouve ça bizarre.» Lui qui avait toujours refusé d’être filmé l’est ce jour-là exceptionnellement par la RTB.

Avançant peu à peu vers Lacan, soudain fébrile, celui qui se fera connaître sous le nom de code d’Anatole Atlas le double de Lippert en personne poursuit son invective et déverse soudain la cruche d’eau de l’orateur sur ses feuilles rendues illisibles. «Il s’agissait de construire une situation. Moi qui voulais écrire et noircissais des carnets contre l’art et le roman, j’étais en train d’écrire en actes.»

Jean-Louis Lippert entendait signifier, par cet étrange happening, par un geste dont il salue la théâtralité, que l’homme n’a pas besoin de psychanalystes, que c’est la société bourgeoise tout entière qui est malade, dominée par l’avoir au point d’en occulter l’être. «La psychanalyse agissait comme un lubrifiant du système social et était donc destinée à la bourgeoisie. Il était vain de croire que les psychanalystes pouvaient réparer les maux de l’être humain en faisant l’économie d’une psychanalyse du corps social tout entier.» Le maudit gredin se souvient qu’il avait aussi trempé dans l’eau, «pour la perturber», une pâtisserie: on est en plein attentat pâtissier! Tandis que de nombreuses filles, comme des groupies au bord de l’hystérie, buvaient les paroles du Maître, dont la cravate voire même le cigare allaient être à leur tour éclaboussés. «Il fallait peut-être souiller le symbole qu’était Lacan en tant que détenteur du verbe, et donc du pouvoir.»

Près de trente ans plus tard, Jean-Louis Lippert confesse sans manière son respect et sa sympathie pour le plus surréaliste des psychanalystes. «Une époque a les maîtres qu’elle mérite. Où sont les maîtres d’aujourd’hui? Les maîtres de la parole? On mesure l’abîme» Il vit lui-même à l’écart de la ville, dans une apparente dialectique de sérénité et d’exaltation. «J’ai toujours fait des boulots de merde parce que, par principe, je refuse de gravir des échelons dans la société.» Situationniste de coeur, ami fervent de Raoul Vaneigem, héraut de 68, il reste obsédé par «l’acte d’écriture». Il y cultive une démarche d’interrogation qui n’a pas cessé depuis sa célèbre intervention. Et qu’il se refuse obstinément à clore par une réponse. D’ailleurs, il s’est mis aussi à écrire des romans.

Né en 1951 à Kisangani (ex- Stanleyville), Anatole Atlas se considère toujours congolais. Il n’a pas oublié les petits enfants noirs qui, en 1957, sont entrés à l’école en même temps que lui. Et il garde brûlante la marque de la chicote qu’il avait un jour reçue pour avoir joué avec ces mêmes enfants d’une autre couleur.

Source : https://www.lalibre.be/culture/livres-bd/souvenirs-parricides-un-entretien-avec-l-ecrivain-jean-louis-lippert-51b871d6e4b0de6db9a5a9a9

 

 

 

Or donc, à l’origine de tout ceci, il y eut, le 13 octobre 1972,  une conférence de Jacques Lacan à l’Université (Catholique) de Louvain, où le maître fut interrompu par un jeune homme de 21 ans : Lippert futur Atlas.

La conférence fut filmée et, bien entendu, l’interruption aussi.

Pour les admirateurs de Jacques Lacan ou les simples curieux, voici le film qu’en fit Françoise Wolff, future star du JT de la RTBF. Il s’intitule « Lacan parle ». C’est une version presque intégrale de la conférence, parce que Françoise Wolff n’a pas eu tout à fait assez de bande pour filmer jusqu’au bout.

 

Lacan parle

 

 

Et voici l’interruption qui en est extraite :

 

 

 

 

À l’âge d’être grand-père – il va, croyons-nous, sur ses 69 ans -, Lippert, qui justement s’est mis à signer Atlas en mémoire d’un sien grand-père, n’a rien abdiqué de sa fougue interventionniste ni de ses idées, qu’il n’a pas cessé, au contraire, d’affiner et de préciser avec le temps. Bref, il persiste et signe.

Dire que cela ne le met pas en odeur de sainteté auprès de ceux que M. Serge Halimi appelle, je crois, « les chiens de garde », serait vraiment très peu dire. Et nous sommes en Belgique vous savez…

Comme il met ses actes en concordance avec ses paroles, Anatole est pauvre. Ce détail va jouer un rôle dans l’épisode évoqué ci-dessous.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en 2017, un jeune universitaire chilien, Rodrigo Gonzalez [« Instructor adjunto y Doctorante en Psicoanalisis » (UNAB)] a écrit et publié un livre consacré à son historique interruption de Lacan.

 

Rodrigo GONZALEZ,

Lacan Y Un Situacionista : Intervencion Performativa De Su Encuentro Pifiado
Editorial: Polvora Editorial – 2017

161 páginas

ISBN: 9789569441141

La anécdota es relativamente conocida… la interrupción pr parte de un estudiante de la conferencia que dicta Lacan en la universidad belga de pronto exhibe y compromete una escena sobre psicoanálisisn a la que sobreviene un encuentro político, no sólo por la irrupción siempre traumática, de una circunstancia que disloca la situación, haciéndola fallar, haciendo que no marche según la expectativa que trama el discurso universitario que inevitablemente la enmarca.

 

 

 

 

En conséquence de quoi, au Chili, deux colloques furent  convoqués :

 

… l’un, intitulé « DESTINO ESTELAR DE LA PALABRA », par l’Université Andrès Bello de Santiago du Chili, pour le (vendredi !) 13 décembre, auquel devaient participer, outre l’interrupteur Lippert et l’auteur du livre, MM. Felipe Larrea, Docteur en Philosophie (+Esthétique et Théorie de l’Art), et Juan Pablo Bustamante, Psychanalyste de la Nouvelle école lacanienne et diplômé en, psychologie,

 

 

 

 

… l’autre, intitulé « SITUATIONNISME, CONJONCTURE ET NOTES SUR LA SITUATION AU CHILI – Colloque sur l’art, la politique et la psychanalyse, avec la participation de l’écrivain belge Jean-Louis Lippert ». pour le lundi 16, par la « Faculdad de Humanidades y Educacion » de  l’Université de Valparaiso.

 

 

 

 

… dans un Chili agité par les convulsions que l’on sait, même si nos merdias s’appliquent à les minimiser.

 

Tout cela était fort intéressant et même attrayant, mais… pour aller au Chili, il faut un billet d’avion. Or, comme tous ceux (si rares !) qui mettent leurs actes en accord avec leurs paroles, Atlas-Lippert est irrémédiablement pauvre. Que faire, sinon demander une aide logistique aux pouvoirs publics (car aussi pauvre qu’on soit on paie toujours, quand même, des impôts, qui sont censés servir à ces choses). Que croyez-vous que lui répondirent les dits pouvoirs (ministériels, universitaires, « culturels » et autres), dans leur ineffable langue de bois bureaucratique ? Ils lui répondirent « va te faire foutre ». Laissons de côté les mécènes qui avaient déjà Greta Thunberg sur les bras. Il a donc failli ne pas pouvoir s’y rendre. Quand, heureusement, le Centre Wallonie-Bruxelles (qui siège à Paris) a décidé de ne pas laisser faire à son pays aussi grotesque figure, et puisé dans sa petite caisse. Il faut croire que le fait d’officier depuis des années hors des frontières a contribué à les civiliser. Pour les autres : voyez Baudelaire.

 

Mais répétons-le, ce qui n’était pas prévu, c’est que l’invité tomberait dans un pays en pleine ébullition révolutionnaire. Ce qui fait que le colloque de Santiago ne s’est pas tenu à l’Université du tout, mais dans un parc public, au milieu de 50.000 personnes, dont l’une a fait cadeau à l’invité de cette bannière mapuche, qui deviendra – qui est déjà – un de ses fétiches.

 

 

 

 

De retour dans sa marâtre patrie (qui est prophète en son pays ?), Anatole s’est mis en devoir de coucher ses souvenirs et ses réflexions par écrit, et de les offrir à spherisme.be

Nous les y avons cueillis pour vous, dans l’ordre où ils apparaissent. Qui s’étonnera d’y trouver Pablo Neruda, Julio Cortazar et Salvador Allende aux côtés de Jacques Lacan ?

 

CHILI

Santiago de Chile

« J’entre au vrai royaume des enfants de Cham. »

 

Dans l’anthropocide en cours, qui prête l’attention qu’elle mérite à la voix de l’Ancêtre Cham, cette ombre tutélaire de l’humanité ? J’entre au vrai royaume des enfants de Cham, nous avait lancé Rimbaud. Combien pourtant cette voix millionnaire en années se lamente sur la cécité de notre troisième œil et l’occlusion de nos anciennes facultés imaginales ! Combien déplore-t-elle notre soumission à l’impitoyable colonisation des zones psychiques où se joue notre dignité !…
À l’aube de l’ère bourgeoise, Emmanuel Kant osait une définition de la dignité dont la prise en considération ferait exploser Kapitotal et la tour Panoptic : « ce qui est supérieur à tout prix et n’admet pas d’équivalent »…
Depuis trente ans que la propagande enrobe de prestiges idéels une très matérielle ouverture des marchés, la tyrannie de Kapitotal est une absolue négation de sa dignité pour la plus immense part de l’espèce humaine, murmure l’Ancêtre Cham. Comment ne pas l’écouter quand il ajoute que cette société ouverte équivaut à une fermeture de l’esprit, cadenassé par les verrous de la tour Panoptic ?…

S’il est un lieu où sa voix bientôt se fera entendre, ce sera Santiago de Chili. C’est lui qui inspira Destino estelar de la Palabra !

Lire la suite…

 Source : http://www.spherisme.be/Texte/Santiago.htm

 

 

 

CHILI

Graal de l’Œil imaginal

 

L’invisible main du marché s’est emparée de tous les crânes.

Deux doigts surgissant par les orbites, un pouce par la bouche, replient leurs serres sur l’unité monétaire faisant fonction d’hostie sacrificielle au Moloch, dont les commandements sont exclusive transcendance…

Il saute aux yeux que la scène fut une Cène ; et que les miettes versées par un hirsute gueux des rues dans la cruche du conférencier le furent ainsi qu’en un ciboire, à l’effroi des fidèles groupés autour du Grand-Prêtre pour une communion rituelle. Mais pourquoi l’officiant parla-t-il, après la fuite précipitée du profanateur dans un auditoire universitaire de Louvain, ce lointain soir d’octobre 1972, de « Jérusalem céleste » ?…

 

 

 

 

La moitié de l’establishment culturel belge était alors présente, l’autre moitié ne s’en souvient plus. Le gueux des rues marchait déjà dans les débris d’un Graal que nous crûmes à portée de la main : celui du rêve d’une chose dont parlait Marx, que Rimbaud précisa, faisant briller l’œil d’un rare éclat ces années-là. Mais il y eut loin de la coupe aux lèvres. Blasphématoire transmutation de l’archaïque chaudron magique, puis du calice de la Sainte Table en la corne d’abondance néocapitaliste : récipients prometteurs d’une plénitude explosant en gerbes de sang tirées aux veines de tous les continents — singulièrement au Chili !… Par quelle intuition l’orateur évoqua-t-il une Jérusalem céleste, où selon sa mystique resplendirait le divin calice ? Débris qui seraient héritage, à propos duquel il faudrait s’expliquer un jour à Santiago du Chili…

 

 

 

 

Car un cri primal comparable à celui de la naissance, il arrive qu’on le pousse à 20 ans. Telle soirée d’octobre 1972, le souvenir en resta gravé sur pellicule, images et sons circulant depuis par la grâce des électrons. Ces éclats de voix vieux d’un quasi demi-siècle, parvenus au pays voisin de la Terre de Feu, le philosophe Rodrigo González en tirerait un livre : Lacan y un situacionista

Lire la suite…

 Source : http://www.spherisme.be/Texte/Graal.htm

 

 

 

CHILI

Destino estelar de la Palabra

 

« Qu’est l’homme, sinon une âme tenant vertical un cadavre. »
Malcolm Lowry, Uppon the Volcano

 

Toute Parole rend un culte à la Trinité, mon propos tentera de le montrer. La psychanalyse utilise un opérateur à trois termes (Es, Ich, Über-Ich) pour explorer les modalités de la formation du sujet. Ces figures peuvent s’interpréter comme celles d’un récit. Mon hypothèse est que, comme les figures de toute autre forme de récit, ces trois termes de la psychanalyse ont un lien avec la trinité grammaticale fondamentale : Je – Tu – Il

Avant d’aller plus loin, je voudrais poser la question :

Qu’a-t-il fallu pour que je vous parle en cet instant ?

Le chemin que je vous invite à suivre conduit aux lointaines origines de l’activité littéraire. Quelle plus haute mission l’écriture assume-t-elle que de plonger à la source même des conditions de naissance du sujet de la langue ? Un texte, s’il a pour objet cette naissance, ouvre sur une co-naissance. Mais aussi sur une re-naissance. À connaître et renaître convie la littérature, si elle n’est pas oublieuse de ses origines orales…

Je reviens à la question : Qu’a-t-il fallu pour que je vous parle ?.

Des bibliothèques entières nous documentent, sous formes théologiques, anthropologiques et mythologiques, sur les mystères entourant la Parole. Mais je voudrais vous convier à vivre l’expérience du temps d’avant le premier mot. N’existent, pour les grands singes de l’Est africain, voici X millions d’années (je ne me soucie pas ici de datation précise), que nature physique, ici-bas fini, pure immanence d’une existence biologique et organique. Un long apprentissage des outils, grâce à l’activité des mains libérées de leur seule fonction locomotrice, a favorisé les connexions neuronales du cerveau qui permettront de faire jaillir le feu…

Lire la suite…

Source : http://www.spherisme.be/Texte/Palabra.htm

 

 

 

CHILI

Trump & tramp

 

 

Je n’ai jamais écrit que mon testament, lequel dilapide un héritage riche en reconnaissances de dettes. Ainsi voici tout juste 100 ans, le 23 janvier 1920, lors de la première matinée littéraire organisée par les fondateurs de la revue Littérature André Breton, Philippe Soupault et Louis Aragon, sous les vociférations suraiguës de Tristan Tzara, s’amorçait une émeute intellectuelle et spirituelle dont la culture occidentale ne se purgerait qu’au prix du double stratagème de l’occultation, puis de la récupération. Les surréalistes salueraient bientôt la rébellion contre l’impérialisme et le colonialisme engagée dans le Rif par Abd el Krim. Que dénonçaient-ils, sinon ce moteur à explosions qu’est un capitalisme faisant des peuples réduits en bouillie son carburant ? Dans le même temps, où donc était passée l’essence humaine ? La vieille Europe a-t-elle depuis jamais cessé de distiller d’épaisses fumées de confusion obscurcissant les consciences et saturant l’air du poison mortel de la guerre, agrémenté de déodorants pacifiques, humanistes et démocratiques ?

Le sort de la planète n’était pas encore un enjeu médiatique planétaire quand naquit la dernière avant-garde littéraire de la modernité sous le nom de Sphère Convulsiviste, voici 40 ans. Tout être humain devrait être considéré comme un axe du monde portant le globe sur ses épaules et assurant une relation vivante entre terre et ciel : ce postulat convulsiviste, qui me fit adopter l’hétéronyme d’Atlas en 1979, était une conséquence logique de l’insurrection surréaliste fomentée un demi-siècle plus tôt.

 

 

Lire la suite…

 

Source : http://www.spherisme.be/Texte/Tramp.htm

 

 

 

CHILI

Las Tres Casas de Pablo Neruda (I)

Botella en el Mar desde l’Isla Negra

 

 

Les rochers de l’Isla Negra n’ont pas oublié la voix de Pablo Neruda…
Dans leur mémoire séculaire sont gravées les images de son assassinat par la soldatesque chilienne de Kissinger, le 23 septembre 1973…

Sur la plage en contrebas, les mouettes parlent aux algues du Canto General en une langue ancestrale que traduisent les murs de Santiago. J’envoie le talisman de leur message comme une bouteille à la mer contenant une carte au trésor que l’humanité n’a pas fini de déchiffrer :

« En la cosmovision andina, los ojos estan en la espalda y la mirada hacia al pasado. »
     (Selon la cosmovision andine, les yeux sont dans le dos et le regard est tourné vers le passé.)

Aux yeux des bourgeoisies coloniales d’Amérique du Sud, les peuples indigènes sont toujours un vieux film qu’on n’a pas choisi de voir ou choisi de ne pas voir. La question du regard pour le pouvoir ne se pose donc jamais que via les caméras et les écrans de la tour Panoptic…

Implantées dans les têtes comme dans les poches du prolétariat, ces bouillies d’images et de mots frelatés l’éloignent de lui-même comme un film distillant les fausses consciences nécessaires à Kapitotal. *

 

 

48 ans plus tard…

 

Souvent le destin m’a pris pour un autre…

Lire la suite…

 

Source : http://www.spherisme.be/Texte/Botella.htm

 

 

 

CHILI

Las Tres Casas de Pablo Neruda (II)

Septième Étage à Santiago

 

 

J’avoue que j’ai vécu : ces Mémoires, si l’on envisage la sphère entière des missions séminale, racinienne, florale, fruitière et chorale (voix des oiseaux ivres de l’alcool du fruit) confiées à un livre, sont les plus riches en sève jamais offertes à l’humanité pour se rassasier corps et âme…

Tu l’ignorais encore apercevant le bonhomme assis sur ce banc comme un paisible retraité. Sifflets, tambours, trompettes, manifestants juchés sur des statues équestres peinturlurées de slogans dénonçant tortures et assassinats depuis des heures t’avaient mené vers cette maison, phare en surplomb de Santiago. Les paupières du type étaient trop lasses pour qu’il ne te considérât pas de ses yeux mi-clos, presque avec indifférence ; à ceci près que, dans sa paume ouverte, fumait un morceau de braise ardente, qu’il te tendit comme du feu à un passant…
Ce visage glabre et rond sous la casquette et ces yeux globuleux : pouvait-il connaître la fin de ton dernier message, une citation d’Aragon t’enjoignant de souffler sur les charbons pour dire ce qui est à voir ? Le nom de cette maison devenue musée – la Chascona – référait à la chevelure de Matilde Urrutia. Flammes ébouriffées. Tout feu n’est-il pas une convocation de l’esprit des morts ? S’il n’est pas de plus haut devoir pour les vivants que de les faire s’esclaffer, l’humour est leur forme d’expression la plus raffinée quand ils s’adressent aux mortels. Sur la façade bleue deux graffitis : Piñera dictador, Neruda violador

 

 

Lire la suite…

 

Source : http://www.spherisme.be/Texte/7eEtage.htm

 

 

 

CHILI

Las Tres Casas de Pablo Neruda (III)

Bal céleste à Valparaiso

 

 

« … sur une place de Valparaiso, un soir de chaleur et de tristesse,
j’ai lu assis sur un banc ton
Espagne au cœur …  »

Julio Cortázar, préface à l’édition française de Residencia en la Tierra (1972)

 

 

Le ciel de Valparaiso s’affairait à son crépuscule, faisant jouer toutes les couleurs du monde aérien pour être digne des explosions criardes et sensuelles dont le prolétariat de la ville a vêtu ses habitations. Tableau vertical épousant les collines que cette ville où la montagne plonge dans l’océan. Cette abstraction picturale recouvre un sens du concret dont nul ne parle mieux que le penseur Emilio Guzmán. Pour l’heure je ne le connais pas encore, ni n’ai revu le philosophe Rodrigo González – l’un et l’autre organisateurs du colloque* prévu ce soir à l’université – mais je gravis la côte au pourcentage de col alpin menant à la maison locale de Pablo Neruda…

Déambuler seul, parfois sans un rond, toujours très peu fortuné, dans une ville inconnue : cette expérience poétique absolue, je l’ai vécue sur tous les continents excepté l’Océanie (nom fabuleux qui devrait plutôt servir à désigner l’Atlantide). Ici vous dépassez à pied des bus poussifs qui ne montent pas jusqu’en haut de la côte. Au sommet du bien nommé quartier Bellavista, dont la vue plonge vers le port et ses lions de mer, le soleil est une chair pantelante que reflètent les hautes voiles rouges de la Sebastiana, demeure en forme de navire de l’aède chilien. Je m’attendais à retrouver le spectre de don Pablo, mais un poète peut-il aimer la routine ? D’autres urgences devaient le requérir dans l’autre monde, et je m’adresse à un passant (pourquoi la formule Alguien que anda por ahi te vient-elle en tête ?) pour le prier de bien vouloir prendre une photo sur son téléphone portable…
Un grand oiseau blanc fit des ronds dans le ciel au-dessus des mats de la Sebastiana. Quel signe y lire ? Ces lettres que je trace afin d’éterniser l’instant de la photographie spectrale prise par l’inconnu, ne passeront pas de l’état de larves à celui de lucioles sans la métamorphose opérée par l’œil d’un lecteur éventuel. Encore faudrait-il que celui-ci n’ait pas été réduit à l’état de cloporte, et qu’il envisage possible que certaines Fleurs du Mal aient fait condamner leur auteur moins pour de supposés poèmes licencieux qu’en raison de cette impardonnable insulte à la bourgeoisie représentée par l’Albatros, toujours le même, dont les ailes déployées tournoient autour du navire aérien de l’aède Neruda, pour ouvrir j’ignore encore quel bal dans le ciel de Valparaiso

 

 

 

Lire la suite…

 

Source : http://www.spherisme.be/Texte/Valparaiso.htm

 

 

 

 

 

Un Manifeste de  la Sphère convulsiviste

 

1848 a eu son Manifeste du parti communiste, par la grâce de Karl Marx et de Friedrich Engels. D’une mémorable matinée littéraire du  23 janvier 1920, par celle d’André Breton, de Philippe Soupault et de Louis Aragon, est né, en 1924, le Manifeste du surréalisme.  Ce 23 janvier 2020 (c’est nous qui sommes en retard), le Manifeste de la Sphère convulsiviste a vu le jour, sous le titre Destin stellaire de la Parole.

 

 

 

 

 

Qui reprend l’essentiel de ce qui précède, dans un autre ordre et complété de manière à en faire ce que John Cowper Powys appelait une « borne d’histoire terrestre ».

Vous, chers lecteurs, ne pourrez cependant pas le voir, sauf si…

 

Petit extrait :

« Ensemble ils m’inspirèrent l’idée d’imiter Zo d’Axa. Parmi les lecteurs de sa revue L’En Dehors, seuls ceux qui lui envoyaient une lettre assez motivée pour le convaincre avaient une chance d’acquérir ses livres. »

 

En un mot comme en cent, Destin stellaire de la parole ne sera pas rendu public avant le mois d’avril prochain. Il le sera en même temps qu’un autre livre en gestation et à des conditions que nous ne connaissons pas encore. Mais notre petit doigt (celui de Mercure) nous dit que ceux qui, d’ici là, le demanderaient à spherisme, pourraient bien le recevoir en cadeau.

On peut déjà voir en couverture que l’auteur a emprunté à sa bannière mapuche ce qui est devenu chez lui l’étoile rouge du communisme, le croissant vert de l’Islam et le soleil noir de la mélancolie. Ce n’est pas par caprice et c’est très loin d’être gratuit.

 

À suivre…

 

Source : spherisme.be

 

 

 

 

Mis en ligne le 26 janvier 2020