« Et justice pour tous »

même pour les mâles

[les Grosses Orchades ne sont pas sectaires]

 

 

 

 

En l’honneur de notre sainte patronne, la titanide Thémis (qu’on voit ici interrogée par Égée), l’idée (capricieuse ?) nous est venue de mettre à l’honneur quelques hommes qui ont fort peu de chances de l’être ces temps-ci par les LGBT (LGBTI, LGBTA, LGBTQ ou LGBTP, LGBTQI, Femen, MeToo, Balance ton… ce qu’elles veulent, etc.,  et il y en a qu’on ne connaît pas).

[Pour ceux qui ne sont pas de la famille : Thémis, fille d’Ouranos et de Gaia, est à la fois la tante et la deuxième femme de Zeus. Par un autre de ses maris, Japet, elle est la mère de Prométhée. Elle est aussi la seule de toutes les déesses sur qui, selon les Grecs, le maître des dieux et des hommes n’avait aucun pouvoir.]

 

 

 

Il nous est revenu que des chanteuses (?) belges ou domiciliées pas assez loin de Bruxelles peut-être, font un tabac chez les zombies avec des disques de… euh… comment dire ?…« mise au pas » des habitants masculins du plat pays, de l’Eur..euh… Union européenne, enfin, par là.

Il y en a deux : le premier, c’est « Balance ton quoi… », l’autre semble concerner le voile que vous savez.

Comme à l’âge canonique qui est le nôtre – et qu’en plus elles n’articulent pas (Arletty, où es-tu ?) – nous faisons partie des « malentendants » qui n’ont compris les paroles d’aucune des deux simili-chansons. C’est peut-être tant pis pour vous si vous entendez clair…

 

Elle, c’est Angèle

https://www.youtube.com/watch?v=Hi7Rx3En7-k&feature=youtu.be

 

Les autres, on ne sait pas

https://www.youtube.com/watch?v=7Xs-EkCW7Ik&feature=youtu.be

 

 

 

Passons vite aux quelques hommes paraissant dignes de ce nom qui ont retenu notre attention cette semaine. On vous les présente dans le désordre.

 

 

Isadora Duncan (un homme en dépit de son nom), journaliste sans carte et youtubeur condamné à ne plus sévir dans certains quartiers de Paris ni s’approcher des médias… recrute.

 

 

 

 

Marrant qu’il faille un évêque pour expliquer la loi de 1905…

 

Mgr Bestion, évêque de Tulle

interviewé par France 3 Nouvelle Aquitaine

 

 

 

 

Et un Malien pour énoncer aux descendants de Chamfort ce qu’ils devraient tous penser…

 

Patrice Quarteron : j’ai un message aux deux otages libérés…

 

 

 

 

Mais, puisqu’on était plus ou moins dans la musique, restons-y :

 

Leonid Kharitonov, vous connaissez ?

 

Les bateliers de la Volga et les chœurs de l’Armée Rouge

 

 

La jeune cosaque aux yeux sombres

 

 

 

Il est mort depuis 2017 ? Et alors ? Nous, on ne rajeunit pas non plus.

 

 

 

 

Ceci, en revanche, s’est passé cette semaine. M. Ramzan Kadyrov a laissé pousser sa barbe et elle est rousse, mais il fait toujours autant notre joie.

 

 

 

Sur Russia Insider :

 

M. Ramzan Kadyrov, président de la République tchétchène, a pris la tête d’une procession montée de 1200 cavaliers vêtus de costumes traditionnels, qui ont traversé à sa suite la chaîne de montagnes Terskiy dans le Caucase.Les cavaliers tchétchènes viennent ainsi d’établir le record mondial de la plus grande procession montée.Sa préparation a pris des semaines, car tous les cavaliers ont non seulement dû apprendre à se tenir correctement en selle mais aussi à s’occuper des chevaux : les préparer à cette longue marche, les soigner, les étriller, etc.À cette occasion, M. Kadyrov a déclaré : « J’aime vraiment les chevaux. Aujourd’hui, nous avons créé un événement qui ne s’était jamais produit dans le monde. Nous l’avons fait en l’honneur du fils du prophète Suleiman et des traditions de nos ancêtres. »Sur le haut d’une butte, on a pu voir un couple (un homme et une femme) exécuter la danse montée Lezginka.Au cours de la fête qui a suivi, les participants ont exécuté des chants et des danses traditionnels, dont les thèmes principaux étaient l’amitié, l’honneur et l’amour de la Patrie.

Le reportage-vidéo est d’Artur Mustaev.

Source : https://russia-insider.com/en/head-chechnya-ramzan-kadyrov-leads-1200-horse-cavalry-charge/ri26968

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

 

C’était en 2016

(mais ça n’a pas une ride)

 

Le groupe US de heavy metal Metallica venait se produire à Bogota, Colombie. Un de leurs albums s’appelle « And justice for all » et, on ne sait pourquoi, ils ont rebaptisé « Doris » notre Thémis, que les autres Zuniens appellent, eux, Lady Justice.

Ce soir-là, leurs fans colombiens leur ont offert une statue géante de « Doris », qui s’est amenée pendant le concert et s’est mise à faire du crowdsurfing…

 

Doris, dans l’atelier de ses constructeurs

 

En allant dans Instagram, on peut la voir marcher sur la tête des gens :

https://www.instagram.com/p/BMS0ylIjj7a/?hl=fr

 

 

 

 

tandis que les ultra metal chantaient :

 

Atlas rise !

 

 

 

Et pendant ce temps-là, d’autres fans de Bogota, qui sont décidément doués, avaient fait de leur album du street art :

 

“And Justice for all”

 

 

 

 

 

 

Revenons au sexe sinon à la justice et au respect des lois…

Des hommes (des vrais), il y en a aussi chez les Gilets Jaunes, qui en douterait ? Chez les poulets de grain et dans les merdias… pas si sûr.

 

 

 

 

La Bac, le commissaire, le juge, la presse, les Gilets Jaunes et Pyrrhus…

 

Fiasco d’une machination policière contre un gilet jaune à Toulouse

 

Maxime VIVAS – L.G.S. – 11 mai 2019

 

 [Mais ils peuvent en esquinter beaucoup, ndGO]

 

L’expression« victoire à la Pyrrhus » (je donne cette précision indispensable pour être compris des agents de la BAC) fait référence aux pertes subies par l’armée du roi Pyrrhus d’Épire face aux Romains au 3ème siècle avant notre ère, pendant les batailles d’Héraclée et d’Ausculum. Il en sortit vainqueur, mais si affaibli qu’il aurait dit : « Encore une victoire comme celle-là et je rentrerai seul en Épire ! ». Bref, il est des combats qui vous sont coûteux, même quand on les gagne.

Actualisons.
Coluche ironisait sur les grévistes qui, après une longue grève, font annuler des mesures antisociales. « On a gagné !  » s’écrient-ils. « Sauf les 3 semaines qu’on a perdues  », ajoutait l’humoriste.

En avril 2011, le site Le Grand Soir a fait l’objet de la pire attaque possible (accusation de rouge-brunisme=antisémitisme. Et ça, ça tue) sur un site aujourd’hui disparu (j’ai repris deux fois des moules) par une pseudo journaliste que nous avions refusé d’embaucher et qui a, elle aussi disparu, avec le site qu’elle avait créé (j’ai repris trois fois des moules).
Victoire du site Le Grand Soir ! Sauf que nous avons passé des jours à construire un contre-argumentaire, à investiguer (avec d’heureuses trouvailles) sur nos calomniateurs et sur ceux qui colportaient leurs dires sans plus de vérification : Rue89, aujourd’hui vendue à l’Obs et Charlie Hebdo, idéologiquement vendu à l’OTAN (1).

Le lundi 6 mai à Toulouse, la justice a blanchi mon fils cadet, Raphaël, cueilli au petit bonheur la chance dans la manif des Gilets Jaunes le samedi 4. Les coups tordus, les manigances, le cynisme, les mensonges éhontés, l’arrogance des assermentés, vous savez tous que ça existe au cinéma et à la télé, dans les séries policières. Dans les livres aussi, les polars. Ou au Chili de Pinochet. Mais quand on vous en raconte des vrais, dans la France de maintenant, vous soupçonnez illico une part de fiction. Non ?

Bref résumé d’un coup monté (pour ceux qui découvrent aujourd’hui notre site).
Raphaël est à la manif des Gilets Jaunes avec quelques copains. Il est tête nu, il n’a pas de foulard, de cagoule, de masque. Tout juste des lunettes de piscine (aux verres transparents, donc). Pourquoi ces lunettes ? Pour se protéger. Parce que tous les samedis, TOUS, la police gaze la manif toulousaine, n’importe où, n’importe quand, sans qu’on comprenne pourquoi. Parfois, semble-t-il, pour la scinder afin de mieux la contrôler. Tout ce dont on est sûrs, c’est qu’il faut courir et s’échapper par une rue adjacente qui ne serait pas barrée par des policiers. Personnellement, j’ai utilité tous les samedis d’un masque d’infirmerie dont je m’assure toujours qu’il est dans ma poche quand je vais manifester (c’est nouveau, ça date de novembre 2018).

Donc, mon fils court, comme tous les autres, tandis qu’une pluie de grenades s’abat. La rue est blanche. Il donne un coup de pied sur un palet de grenade (un plot résiduel) et l’envoie vers le caniveau. Un nervi de la BAC est là, qui cherche aventure et que la hargne en ces lieux a attiré. Qui te rend si hardi de toucher ce résidu, dit cet animal plein de rage ? Tu seras châtié de ta timidité.
Ces loups sont-ils payés au rendement ? Je l’ignore. Sauraient-ils faire un autre métier ? Je crois que non. Aiment-ils quelqu’un qui ne leur soit soumis ? J’en doute.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/fiasco-d-une-machination-policiere-contre-un-gilet-jaune-a-toulouse.html

 

 

Et, bien entendu, puisqu’on parle d’hommes, on ne peut pas oublier Julian Assange

 

 

 

 

 

Mis en ligne le   mai, 2019

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *