Mettre Jérôme Bosch dans notre galerie des « hommes-qui-comptent » ? Oui. Mille fois oui. Mais Jeff Koons et son lapin ? Ne mélangeons pas tout. Une petite vente aux enchères très ordinaire chez Christie’s New York a fait virer le sang au noir dans les veines d’Anatole Atlas.

 

L’Œuvre au Rouge

 

Jérôme Bosch – spherisme.be – 18.5.2019

 

 

 

 

Il n’est d’art que bâtard…

Toute vision globale a racines et fruits, sources et rivages disséminés sur de multiples continents dans l’espace et le temps…

Fils du Moyen-âge et des Temps modernes, autant que de l’aube des âges et de l’avenir lointain, j’ai préfiguré les bombes du XXe siècle il y a cinq cents ans, sur le panneau latéral droit du Jardin des Délices

On m’y voit qui regarde et m’adresse aux mortels de vos temps convulsifs. Humaniste et chrétien comme athée fidèle au Tout-Monde, j’ai relié la foi et la raison par l’imagination ; l’illumination et la conviction par l’inspiration ; révélation prophétique et réflexion philosophique par l’intuition poétique, en invoquant la Sphère…

Mon Grand-Œuvre est donc moins le Solve et Coagula qui transmute la matière et l’esprit pour quérir une pierre philosophale, que voyage dans l’Œil imaginal. C’est en ce refuge que j’accueille aujourd’hui les pèlerins d’une carriole de saltimbanques tirée par un âne, dont les errances ont pour guide Gilgamesh, le héros de la première épopée…

S’il m’est nécessaire de briser le silence en saluant leur équipée, c’est que vient de se produire un événement d’une portée symbolique dont il n’est pas certain que les vivants prennent la mesure : une ordure métallique aurait été adjugée aux enchères en Amérique 100 millions de votre principale unité monétaire, qui équivaut au salaire journalier pour la moitié de l’humanité. Soit, 300.000 ans du travail d’un paysan d’Afrique : temps qui le sépare de notre plus vieil ancêtre commun…

Que la pègre propriétaire du marché mondial se consume en  orgies destructrices à l’intérieur d’enclos sécurisés ne concerne que son destin de néant. Mais que des nullités gonflées par le négoce du faux luxe, dont les plus-values sont indexées sur pillage et saccage du monde, imposent le critère des banques à la promotion d’immondices au rang de suprêmes fétiches artistiques, relève de l’attentat terroriste ! Cette babiole vaut moins que le porte-clefs du coffre suisse d’où elle fut sortie pour y retourner, le temps d’une opération spéculative ayant fait couler le sang sur tous les continents.

                                                                Jérôme BOSCH

pcc. Anatole ATLAS

www.spherisme.be

 

 

 

 

 

 

Un lapin de Jeff Koons vendu 91,1 millions de dollars

 

 

 

 

Une sculpture du plasticien américain Jeff Koons a été vendue mercredi 91,1 millions de dollars, soit 81,27 millions d’euros lors d’enchères organisées par la maison Christie’s à New York, un record pour un artiste vivant. Le « Rabbit », qui représente un moulage en acier d’un lapin gonflable, a battu d’un souffle le tableau « Portrait of an Artist (Pool with Two Figures) » du peintre britannique David Hockney, qui avait atteint 90,3 millions de dollars (soit 80,56 milliards d’euros) mi-novembre, déjà chez Christie’s à New York.

Source : http://www.leparisien.fr/#xtor=AL-1481423430

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 19 mai 2019

 

 

2 Responses

  • « j’ai préfiguré les bombes du XXe siècle il y a cinq cents ans, sur le panneau latéral droit du Jardin des Délices… »
    Mais c’est dans la partie supérieure de ce panneau droit !

    Répondre
  • admin7511

    Cher Jérôme,
    Le XXIe siècle aura décidément tout fait en matière de crimes, y compris vous raccourcir !
    Notre confusion n’a d’égale que notre contrition
    S’il vous plaît, acceptez nos excuses.
    Les Grosses Orchades

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *