Deuxième vague

(On n’ose même pas dire seconde !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais … first things first !

 

 

Lettre de Nicolas Maduro aux peuples du monde 

 

Venezuela infos – 11 octobre 2020

 

 

 

 

 

 

Lire la suite …

Source : https://venezuelainfos.wordpress.com/2020/10/11/lettre-de-nicolas-maduro-aux-peuples-du-monde/

 

 

 

 

La politisation de la science sonne-t-elle son glas ?

 

Norman Lewis – Entelekheia – 9 octobre 2020

 

Paru sur RT sous le titre The death knell of science is being sounded, not by politicians but by partisan scientists themselves

 

 

 

 

Aux USA, une frange de scientifiques armés de « faits » se lancent en politique. Est-ce une bonne idée ? Faut-il la reproduire en France ? Quel en serait le prix pour la démocratie et le pays ?

 

La campagne visant à élire des scientifiques à des postes politiques aux États-Unis peut bien remporter des victoires rapides, mais elle est dangereusement illusoire car elle dépolitise la politique tout en politisant la science – ce qui sape totalement son autorité.

Pendant la pandémie de Covid-19, les rôles des scientifiques et des politiciens se sont imbriqués comme jamais auparavant. L’élévation des épidémiologistes au niveau des présidents et des premiers ministres dans les médias a attiré une énorme attention sur le rôle des experts et leur relation avec la prise de décision politique.

Suivre « la science » et être dirigé par des experts sont devenus des mantras, une nouvelle vérité du 21e siècle que peu d’entre nous osent remettre en question ou critiquer. Et lorsqu’ils le font, comme l’a fait Trump non seulement sur le Covid-19 et le port de masques, par exemple, mais surtout sur le changement climatique, la colère et la fureur de l’élite politique et médiatique sont dignes du Vésuve.

Lire la suite…

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/10/09/la-politisation-de-la-science-sonne-t-elle-son-glas/

 

 

 

 

Allemagne…

 

SUR :

 

Covid 19 & tests PCR : rapport d’enquête par le docteur Reiner Fuellmich (Allemagne)

(Vidéo STF mise en ligne par Fils de Pangolin)

 

Transcription : Elo & Zerah

Traduction : Zerah

 

 

 

 

Transcription :

Bonjour, je m’appelle Reiner Fuellmich et je suis admis au barreau en Allemagne et en Californie depuis 26 ans. J’ai pratiqué le droit principalement en tant qu’avocat plaidant contre des sociétés frauduleuses telles que la Deutsche Bank, autrefois l’une des plus grandes banques du monde et des plus respectées, aujourd’hui l’une des organisations criminelles les plus toxiques au monde. VW, l’un des constructeurs automobiles les plus importants et les plus respectés au monde, aujourd’hui connu pour sa fraude géante sur le diesel et Kuehne and Nagel, la plus grande compagnie maritime du monde, que nous poursuivons dans une affaire de corruption de plusieurs millions de dollars. Je suis également l’un des quatre membres de la commission d’enquête allemande sur le Corona.

Depuis le 10 juillet 2020, ce comité écoute un grand nombre de témoignages de scientifiques et d’experts internationaux pour trouver des réponses aux questions sur la crise du Corona, que de plus en plus de personnes dans le monde entier se posent.

Tous les cas de corruption et de fraude commis par les entreprises allemandes mentionnés ci-dessus sont dérisoires en comparaison de l’ampleur des dommages que la crise du Corona a causés et continue de causer. Cette crise du Corona, selon ce que nous savons aujourd’hui, doit être rebaptisée “scandale du Corona”. Et les responsables de cette crise doivent être poursuivis pénalement et pour dommage civil. Sur le plan politique, tout doit être fait pour que plus jamais personne ne soit en position de pouvoir tromper l’humanité ou tenter de nous manipuler avec ses programmes corrompus.

C’est pourquoi je vais maintenant vous expliquer comment et où un réseau international d’avocats plaidera la plus grande affaire de délit civil de tous les temps : le scandale de la fraude Corona, qui s’est entre-temps transformée en probablement le plus grand crime contre l’humanité jamais commis. Les crimes contre l’humanité ont été définis pour la première fois dans le cadre des procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire lorsqu’ils ont concerné les principaux criminels de guerre du troisième Reich. Aujourd’hui, les crimes contre l’humanité sont régis par l’article 7 du code pénal international.

Les trois grandes questions auxquelles il faut répondre dans le cadre d’une approche judiciaire du scandale du Corona sont les suivantes :

 

1/ Y a-t-il une pandémie de Corona ou seulement une pandémie de test PCR ? Plus précisément, un résultat positif au test PCR signifie-t-il que la personne testée est infectée par le Covid-19 ou cela ne signifie-t-il absolument rien en rapport avec l’infection par le Covid-19 ?

2/ Les mesures dites anticorona telles que le confinement, les masques faciaux obligatoires, la distanciation sociale et les règlements de quarantaine servent-ils à protéger la population mondiale contre le Corona ? Ou ces mesures ne servent-elles qu’à faire paniquer les gens pour qu’ils croient, sans se poser de questions, que leur vie est en danger, afin qu’en fin de compte, les industries pharmaceutiques et technologiques puissent générer d’énormes profits grâce à la vente des tests PCR, tests antigènes et anticorps et vaccins, ainsi qu’à la récolte de nos empreintes digitales génétiques ?

Et 3/ Est-il vrai que le gouvernement allemand a fait l’objet d’un lobbying massif ? Plus que tout autre pays, les principaux protagonistes de cette soi-disant pandémie de Corona, M. Drosten, virologiste à l’hôpital de la Charité à Berlin, M. Wheeler, vétérinaire et chef de l’équivalent allemand du CDC, le RKI, et M. Tedros, chef de l’organisation mondiale de la santé ou OMS, ont fait savoir que l’Allemagne était un pays particulièrement discipliné et qu’elle devait donc devenir un modèle pour le reste du monde pour son respect strict, et bien sûr réussi, des mesures de lutte contre le Corona.

 

Fils de Pangolin  :

Pour ceux qui arrivent suite à l’article de « fact-checking » de cet organe de propagande qu’est l’AFP , je vous invite à regarder mon tout dernier doublage, vous pourrez justement y voir et entendre Kary Mullis, l’inventeur même du PCR et prix Nobel de chimie, donner un tout autre son de cloche sur cette histoire de PCR, qui est son invention, tout de même 😗

Écoutez Kary Mullis au sujet de la PCR : https://www.youtube.com/watch?v=57YQjM5_30E

Article AFP : https://factuel.afp.com/attention-cette-video-denoncant-une-fraude-corona-et-des-crimes-contre-lhumanite-comporte-plusieurs

 

Pendant que vous y êtes, cliquez donc ici : #FilsDePangolin #coronavirus

 

Et tout le reste

 

https://les7duquebec.net/

 

 

 

 

 

La commission d’enquête extra-parlementaire allemande sur la COVID-19 lance un recours collectif contre les criminels du Coronavirus

 

Peter Koenig – Mondialisation.ca – 9.10.2020

 

 

 

 

 

L’Allemagne est à nouveau en première ligne dans la lutte contre les mesures relatives au Coronavirus, qui sont dévastatrices, injustifiées, illégales, destructrices pour l’économie, affadissantes pour les personnes et carrément génocidaires. La commission d’enquête extra-parlementaire allemande COVID-19 (en allemand : ACU, acronyme allemand de Ausserparlamentarischer Corona Untersuchungsausschuss) prévoit de lancer un recours collectif non seulement contre les gouvernements et les fonctionnaires, mais aussi et surtout contre les fabricants du fameux test PCR. Le PCR – Polymerase Chain Reaction (photo en vedette) – est une technique utilisée pour « amplifier » de petits segments d’ADN qui, selon de réputés virologues du monde entier, est absolument inadapté pour  dépister la COVID-19. En fait, l’Allemagne n’a même pas été autorisée à effectuer de tels tests.

 

Néanmoins, le test PCR a été et est toujours vanté et promu par l’OMS – et par d’autres institutions sanitaires de premier plan dans le monde occidental, comme le NIAID / NIH et le CDC des États-Unis, ainsi que par des chercheurs du Centre allemand de recherche sur les infections (DZIF) à l’hôpital Charité de Berlin. C’est le Dr Christian Drosten, directeur de l’Institut de virologie de la Charité, qui a fait la promotion de ce test. Le PCR a finalement été adopté par les autorités gouvernementales et sanitaires allemandes qui en ont fait une véritable solution miracle pour tester et compter les « cas » – principalement pour manipuler les statistiques.  Les médias utilisent ensuite le nombre de « cas » pour effrayer la population.

Lire la suite…

Source : https://www.mondialisation.ca/la-commission-denquete-extra-parlementaire-allemande-sur-la-covid-19-lance-un-recours-collectif-contre-les-criminels-de-la-corona/5649906

 

 

 

 

 

Grande Bretagne…

Et alors ?

 

 

 

 

 

 

Hexagone…

 

Didier Raoult à Morandini : « Vous avez assisté à la plus grande escroquerie que j’aie vue de ma vie ! »

 

d’après Moutons rebelles – 14.10.2020

 

« Vous avez assisté à la plus grande escroquerie que j’aie vue de ma vie, avec la toxicité de l’hydroxychloroquine », s’est exclamé, sur l’antenne de CNews le professeur Didier Raoult. Une imposture qui conduit l’infectiologue marseillais à s’alarmer de la fabrique étatique du mensonge. [C’est nous qui soulignons. NdGO]

 

« Ça devrait vous faire vous poser la question de savoir, mais attendez, est-ce qu’on me ment ? Est-ce qu’il n’y a que là-dessus qu’on me roule dans la farine ? Je suis sidéré qu’on ne se la pose pas! Ça n’est jamais arrivé, un truc pareil ! Jamais ! »

[…]

« Vous vous rendez compte, il y a des gens […] qui ont réussi à faire croire à des gouvernements et à l’OMS, qu’un médicament qui a 70 ans, qui est un des deux médicaments les plus prescrits de l’Histoire de l’Humanité, tuait 10% des gens à qui on le donnait »

[…]

« Comment un journal comme le Lancet, qui devait avoir trois ou quatre éditeurs, cinq rewiers, a-t-il pu laisser passer un truc pareil est quelque chose qui doit amener à réfléchir sur l’état de notre société »

 

 

 

Source : https://lesmoutonsrebelles.com/video-le-professeur-raoult-denonce-la-plus-grande-escroquerie-quil-a-jamais-vue-de-sa-vie/

 

 

 

 

 

N’oubliez pas :

 

Aux ConVidiot(e)s de la Terre qui attendent LE vaccin…

 

Jo Busta Lally – jbl 1960 –

 

 

 

Pardon aux innocentes pécores qui n’ont pas de libre-arbitre, elles ! LGO

 

https://jbl1960blog.wordpress.com/2020/08/31/aux-convidiotes-de-la-terre-qui-attendent-le-vaccin/

 

 

Et tout le reste

 

https://jbl1960blog.wordpress.com/

 

 

 

 

 

« Un pays qui se tient sage » : un documentaire nécessaire mais trop sage

 

Rosa Llorens – LGS – 14.10.2020

 

 

 

 

 

Le film de David Dufresne fait alterner les images de violence policière captées par les smartphones des Gilets Jaunes avec les témoignages de victimes de ces violences et les réflexions de divers intellectuels, journalistes ou spécialistes du droit. Pour le premier aspect, le but du réalisateur était de rassembler et construire des images qu’on n’avait vues que de façon ponctuelle pour en faire un document historique. Curieusement, la situation française fait ainsi apparaître la même nécessité que celle du Chili : le film de Patricio Guzmán, La Cordillère des songes, donnait aussi la parole à un vidéaste qui s’était fixé comme mission de filmer les violences policières lors des manifestations qui se sont succédé à Santiago depuis le retour d’un certain ordre démocratique au Chili. Mais le deuxième aspect, théorique, apparaît assez faible en regard des images.

 

On voit donc une anthologie des images qui ont marqué l’année et demie d’actions massives des GJ : le rassemblement autour de l’Arc de Triomphe, les vitres brisées du Fouquet’s, le « Gitan de Massy », Christophe Dettinger, qui boxe (à mains nues) le bouclier d’un gendarme, les collégiens agenouillés, mains sur la tête, de Mantes la Jolie, avec le commentaire du policier qui, très fier, a filmé et diffusé ce haut fait, et donne son titre au film (« Voilà une classe qui se tient sage »), et les images, tristement caractéristiques du mouvement des GJ, de lanceurs de LBD et de mains arrachées et d’éborgnages. Bien que Dufresne soit très sobre, ces images sanglantes sont si fortes, de même que les témoignages de victimes, que les discours que les intellectuels plaquent dessus, accumulant les termes d’un jargon abstrait, ne leur apportent pas grand-chose ; loin de changer le monde, ces ratiocinations ne l’expliquent même pas, elles le déréalisent.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/un-pays-qui-se-tient-sage-un-documentaire-necessaire-mais-trop-sage.html

 

 

 

 

 

Deux coup sur coup ? Festin.

 

La grippe au temps d’Agatha Christie… et aujourd’hui

 

Rosa Llorens – LGS – 12.10.2020

 

 

 

 

On nous a convaincus que le Covid 19 était une maladie sui generis, et que cette épidémie était quelque chose d’inouï. Pourtant, en relisant, pour se détendre un peu, Agatha Christie, on reconnaît ici et là des notations familières.

 

La grippe revient souvent dans ses romans, et il y a à cela de bonnes raisons : elle-même en a souffert, et elle a été contemporaine de la plus terrible épidémie de grippe qui ait frappé l’Europe depuis le Moyen-Age, cette grippe « espagnole » qui fit, à travers le monde, de 50 à 100 millions de morts.

C’est ainsi qu’on lit dans son Autobiographie : « cette année-là [1915-16], j’attrapai une mauvaise grippe, qui tourna en congestion pulmonaire et me tint éloignée de l’hôpital [où elle travaillait comme infirmière volontaire] pendant trois semaines ou un mois ». Ou bien, dans La Maison du péril, la victime potentielle raconte que son père « a été blessé pendant la guerre et rapatrié, puis il a attrapé une pneumonie et il est mort en 1919 » : même si Agatha Christie ne la nomme pas, c’est bien là cette grippe « espagnole », qui tua de la même façon le poète Apollinaire.

Après l’épidémie, la grippe – bien que sous des formes moins virulentes – continue à sévir, en tout cas dans l’œuvre de notre auteur. Ainsi, dans Drame en trois actes, de 1935, on peut lire : « Tollie avait eu une mauvaise grippe au printemps dernier. Son goût et son odorat s’en sont trouvés amoindris » : c’est déjà cette agueusie-anosmie dont on a voulu faire la marque du Covid19 ! (dans l’histoire, elle vient compliquer l’enquête, car même si on avait mis de la nicotine pure dans sa boisson, il aurait pu ne pas en détecter l’amertume).

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/la-grippe-au-temps-d-agatha-christie-et-aujourd-hui.html

 

 

 

 

Vous souvient-il du temps pas si lointain où les notables d’Arras venaient déverser des pots de peinture sanguinolente au pied du buste de l’Incorruptible, offert par la Société des études robespierristes que présidait alors le grand Albert Soboul, et où quiconque souhaitait voir et photographier ce buste planqué au fond de l’Hôtel de Ville se voyait opposer une pateline fin de non-recevoir ?

 

 

À Arras, dans sa ville natale, Robespierre aura (enfin ?!) son musée

Jacques Kmieciak – LGS – 13.10.2020

 

 

 

 

La municipalité d’Arras (Pas-de-Calais) projette, à l’horizon 2026, l’ouverture d’un musée consacré à Maximilien Robespierre (1758 – 1794). Il s’agit d’une revendication trentenaire de l’association Les Amis de Robespierre pour le bicentenaire de la Révolution française.

 

Pourfendeur des guerres d’agression et de l’inégalité des races, favorable à l’abolition de l’esclavage, au suffrage universel, rousseauiste dans l’âme, Maximilien Robespierre est l’une des figures de proue de la Révolution française de 1789. Membre du Comité de salut public dès la fin juillet 1793, il y militera, avec le soutien du peuple de Paris, pour l’abolition des droits féodaux, une juste répartition des richesses, et mènera une lutte acharnée contre la Réaction, jusqu’à son exécution le 28 juillet 1794. Personnage emblématique de la Révolution, mais aussi son incarnation la plus controversée, Maximilien Robespierre est né en mai 1758, à Arras destiné à devenir le chef-lieu du département du Pas-de-Calais. Après des études de droit à Paris, il revient en Artois pour y exercer la profession d’avocat.

 

Un engagement trahi par la social-démocratie

En 1990, sous l’impulsion de Marcel Roger, un dirigeant du PCF local, la municipalité fait l’acquisition de la modeste maison où vécut Robespierre avec sa sœur Charlotte et son frère Augustin, de 1787 à avril 1789 et son départ aux États-Généraux à Versailles. Elle se situe dans l’actuelle rue Robespierre, près du théâtre en centre-ville. L’association Les Amis de Robespierre pour le bicentenaire de la Révolution française (ARBR) réitère sa proposition d’un lieu consacré à l’Incorruptible dans sa ville natale. Elle imagine alors obtenir rapidement gain de cause. D’autant que la Ville a acheté cette demeure « en vue de la création d’un musée » ! Léon Fatoux, le maire (PS), trahira pourtant son engagement. Il préfèrera louer ce lieu en piteux état aux Compagnons du tour de France. Certes, ceux-ci procèderont à sa restauration, mais cet espace ne sera que parcimonieusement ouvert au public. De surcroît, « seuls quelques objets évoqueront Robespierre au grand dam des touristes », rappelle Alcide Carton, le président de l’ARBR. Au départ des Compagnons en 2016, l’ARBR est plus que jamais convaincue que l’ « inventeur avec d’autres de la République, méritait, ici, un endroit qui évoque sa vie et son action ». À cette époque, Alcide Carton soumet au maire Frédéric Leturque une pétition en ce sens, riche de 7 000 signatures.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/a-arras-dans-sa-ville-natale-robespierre-aura-son-musee.html

 

 

 

 

Pendant qu’on y est…

 

 

 

 

FREXIT, Belarus, Bolivie, Arménie-Azerbaïdjan, Enthoven… tout est à lire !

 

C’est là :

https://www.initiative-communiste.fr/  

 

 

 

 

 

Belgique…

 

 

 

 

 

 

 

 

Orbis Terrae…

 

 

 

 

Toutes les formes d’emprisonnement politique recensées au jour le jour

 

https://secoursrouge.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 14 octobre 2020

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *