La royauté de Washington pourrait-elle fomenter un « coup » de palais ?

 

 

Robert Kennedy Jr. défend la santé et (un semblant de) liberté contre le profit et le pouvoir pandémiques

 

 

Greg Klein  – The UNZ Review – 18.12.2021

 

Traduction : c.l. pour L.G.O.

 

 

 

 

 

 

The Real Anthony Fauci; Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health
Robert F. Kennedy Jr.
Skyhorse

 

[En cours de publication en français sur Résistance 71 — à suivre au jour le jour ]

 

 

 

 

Pendant qu’Ottawa attend les instructions, la question qui brûle maintenant l’establishment américain doit être : « Comment allons-nous marginaliser un Kennedy ? »

Selon la durée de leur survie, les autres dissidents subissent une transition où ils sont ignorés, ridiculisés, calomniés, censurés, diabolisés, harcelés, licenciés et criminalisés. Ou pire encore, bien que cela puisse ne pas se produire dans ce cas-ci, pour éviter au gêneur le martyre conféré à son père et à son oncle.

Il reste cependant le fait que pas moins de 17 dirigeants et ministres de la santé africains ont été tués au cours des 12 mois précédant février 2021, pour s’être opposés aux expériences de vaccination menées par Big Pharma sur leurs peuples.

Ce qu’il n’y a pas encore eu, pas à un degré significatif, c’est la moindre réfutation. Mais si seulement une fraction de ce que dit Robert Kennedy Jr.  est exacte – et son livre abondamment documenté donne une absolue impression de crédibilité – la manipulation à laquelle cette pandémie a donné lieu, et peut-être l’existence même de cette pandémie, signifie une attaque totalitaire contre la liberté. Les principaux coupables sont un réseau qui relie entre eux le gouvernement (branches militaires et d’espionnage comprises), l’industrie pharmaceutique, le corps médical et les médias.

 

Et si ces derniers ont permis une quelconque critique de la réponse officielle au COVID-19, cela a été uniquement pour prétendre que les gouvernements n’étaient pas préparés. Ils étaient tout sauf prêts. Or… ce livre affirme que des décennies de planification, de préparation et de répétitions ont précédé la Nouvelle Normalité.

 

Les « vaccins » sont dangereux, dit Kennedy. L’Hydroxychloroquine et l’Ivermectine marchent.

La critique que les médias ne permettront à aucun prix, bien sûr, concerne les « vaccins ». Comme l’a démontré Kennedy, les preuves montrent déjà, à ce stade, qu’ils sont non seulement inefficaces mais dangereux. Ce qui reste à découvrir ultérieurement, ce sont les effets secondaires encore inconnus de ces substances non testées.

La propagande des vaccins a désespérément besoin de ridiculiser les remèdes réels comme l’Ivermectine et l’Hydroxychloroquine. Kennedy cite des experts médicaux qui ont constaté qu’ils fonctionnent bien, en particulier pour la prévention et le traitement précoce.

 

[…]

 

Kennedy décrit les dizaines d’années d’entraînement qui ont préparé une suppression de la liberté au moyen d’une pandémie

Bien avant cette occurrence, le partenariat Fauci-Gates s’était déjà « métastasé pour inclure des sociétés pharmaceutiques, des planificateurs de l’armée et des services d’espionnage, ainsi que des agences sanitaires internationales, qui tous ont collaboré pour promouvoir des pandémies et des vaccins armés et une nouvelle forme d’impérialisme d’entreprise enracinée dans l’idéologie de la biosécurité. Ce projet allait rapporter à M. Gates et au Dr Fauci des aubaines sans précédent en termes de richesse et de pouvoir, et allait avoir des conséquences catastrophiques pour la démocratie et pour l’humanité ».

 

 

Pendant vingt ans, des simulations de pandémies ont comporté un entraînement militaire visant à réprimer l’opposition et les troubles.

 

 

La planification remonte au moins à 1999. Des fonds et des investissements provenant de la fortune de Gates et des agences de Fauci ont permis de financer vingt ans d’exercices de simulation, dont certains sous la direction personnelle de Gates. Prétendument pour se préparer à une guerre biologique telle qu’une attaque à l’anthrax ou à la variole, les simulations, véritables grandes manœuvres guerrières, devaient expérimenter la meilleure manière d’utiliser les pouvoirs de police pour arrêter les citoyens et les maintenir en confinement, comment appliquer la loi martiale, comment contrôler les messageries électroniques par un large déploiement de propagande, comment utiliser la censure pour réduire les dissidents au silence, comment rendre obligatoires les masques, les quarantaines et les vaccinations coercitives et comment exercer, enfin, une surveillance de type « track-and-trace » au sein de populations potentiellement rétives.

Plus d’une douzaine de ces « jeux de microbes » ont précédé le COVID, plusieurs avec une participation internationale et chacun utilisant une projection de pandémie mondiale, en guise de « répétition ou exercice d’entraînement pour un programme occulte visant à coordonner le démantèlement mondial de la gouvernance démocratique ».

 

[…]

 

Source : https://www.unz.com/article/could-washington-royalty-lead-a-palace-coup-robert-kennedy-jr-defends-health-and-some-semblance-of-liberty-against-pandemic-profit-and-power/

Reproduit avec la permission de VancouverZeitgeist.ca.

(Republié de The Occidental Observer avec la permission de l’auteur ou de son représentant)

URL de ces deux extraits : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-royaute-de-washington-pourrait-elle-fomenter-un-coup-de-palais/

 

 

 

 

Décembre 2021

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *