GUERRE ET PAIX

 

 

 

 

 

 

Gabriel Boric :

 

Le plus jeune président du Chili et l’un des plus jeunes dirigeants au monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ULTIMATUMS

 

La paix ou gare à vos fesses !

 

 

 

 

 

 

L’art de la guerre

 

 

 

« Manoeuvre agressive » russe : Moscou propose la paix

 

La Fédération de Russie propose aux États-Unis un traité et un accord pour désamorcer les tensions entre les deux parties.

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 21.12.2021

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

 

La Fédération Russe a remis aux États-Unis d’Amérique, le 15 décembre, le projet d’un Traité et d’un Accord pour désamorcer la croissante tension entre les deux parties. Les deux documents ont été rendus publics, le 17 décembre, par le Ministère des Affaires étrangères russe. Le projet de traité prévoit, à l’Article 1, que chacune des deux parties « n’entreprenne pas d’actions qui aient une incidence sur la sécurité de l’autre partie », et, à l’Article 2, qu’elle « cherchera à garantir que toutes les organisations internationales et alliances militaires auxquelles elle participe adhérent aux principes de la Charte des Nations Unies ».

 

À l’Article 3, les deux parties s’engagent à « ne pas utiliser les territoires d’autres États dans le but de préparer ou effectuer une attaque armée contre l’autre partie ». L’Article 4 prévoit, donc, que « les États-Unis n’établiront pas de bases militaires dans le territoire des États de l’ex-URSS qui ne sont pas membres de l’OTAN », et « éviteront l’adhésion d’États de l’ex-URSS à l’OTAN, en empêchant une ultérieure expansion à l’Est ». Dans l’Article 5, « les parties s’abstiennent de déployer leurs forces armées et leurs armements, y compris dans le cadre d’alliances militaires, dans les aires où ce déploiement peut être perçu par l’autre partie comme une menace à sa propre sécurité nationale ». Ainsi « elles s’abstiennent de faire voler des bombardiers équipés avec des armements nucléaires ou non nucléaires et de déployer des navires de guerre dans les aires, hors de l’espace aérien et des eaux territoriales nationaux, d’où ils puissent attaquer des objectifs dans le territoire de l’autre partie ».

 

À l’Article 6, les deux parties s’engagent à « ne pas utiliser de missiles terrestres à portée intermédiaire ou courte en dehors de leurs territoires nationaux, ni dans les zones de leurs territoires d’où de telles armes puissent attaquer des objectifs sur le territoire de l’autre partie ». L’Article 7, enfin, prévoit que « les deux parties s’abstiendront de déployer des armes nucléaires hors de leurs territoires nationaux et ramèneront dans leurs territoires les armes déjà déployées en dehors » et qu’« elles n’entraîneront pas de personnel militaire et civil de pays non nucléaires à l’utilisation d’armes nucléaires, ni ne conduiront de manoeuvres qui prévoient l’usage d’armes nucléaires ».

 

 Le projet d’Accord stipule les procédures de fonctionnement du Traité, fondées sur l’engagement que les deux parties « résoudront toutes les controverses dans leurs relations par des moyens pacifique » et « utiliseront les mécanismes des consultations et informations bilatérales, y compris des lignes téléphoniques directes pour des contacts d’urgence ». Le ministère des Affaires étrangères russe communique que la partie étatsunienne a reçu des explications détaillées sur la logique de l’approche russe et espère que, dans un avenir proche, les États-Unis entameront de sérieux entretiens avec la Russie sur cette question critique.

 

Pour le moment la partie étatsunienne se tait. Mais se fait entendre La Voix de l’Amérique, mégaphone multimédia de Washington, qui parle dans plus de 40 langues à des centaines de millions de personnes dans le monde entier : elle dit que « de nombreux experts sont préoccupés par cette manoeuvre de la Russie, qui veut exploiter l’échec de la négociation comme prétexte pour envahir l’Ukraine ». Se tait pour le moment l’OTAN, dans l’attente des ordres de Washington. Se tait l’Italie qui, bien que n’étant pas destinataire directe de la proposition russe, est en cause : parmi les armes nucléaires que les USA déploient hors de leur propre territoire il y a les bombes B-61 installées à Ghedi et Aviano, sous peu remplacées par les plus mortelles B61-12, à l’usage desquelles est entraîné notre personnel militaire, bien que l’Italie soit officiellement un pays non nucléaire. Et les USA se préparent à installer en Italie, aussi, des nouveaux missiles nucléaires à portée intermédiaire. 

 

Pendant que les médias se couchent dans une quasi totale chape de silence sur la proposition russe, les groupes parlementaires l’ignorent comme si elle n’avait rien à voir avec l’Italie, exposée à des dangers croissants en tant que base avancée des forces nucléaires USA contre la Russie. Qu’ils trouvent au moins le temps de lire en quelques minutes le projet que la Russie a remis aux USA pour ouvrir les tractations, et qu’ils aient le courage politique d’exprimer publiquement leur jugement. S’il est négatif, qu’ils expliquent pourquoi il est en opposition avec notre Constitution (1) et notre sécurité.

[Les italiques sont de nous. L.G.O.]

 

__________________    

(1) Note pour la version française :

Article 11 de la Constitution italienne (janvier 1948) : « L’Italie répudie la guerre en tant qu’instrument d’atteinte à la liberté des autres peuples et comme mode de solution des conflits internationaux ; elle consent, dans des conditions de réciprocité avec les autres États, aux limitations de souveraineté nécessaires à un ordre qui assure la paix et la justice entre les Nations ; elle suscite et favorise les organisations internationales poursuivant ce but ».

Source : édition de mardi 21 décembre 2021 d’il manifesto

https://ilmanifesto.it/mossa-aggressiva-russa-mosca-propone-la-pace/ 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/manoeuvre-agressive-russe/

 

 

Depuis que Manlio Dinucci a écrit sa chronique, l’OTAN, en la personne du brillant Stoltenberg, a envoyé les Russes se faire foutre.

 

 

 

(Il ne fait aucun doute que Stoltenberg se prend – ou feint de se prendre – pour un gouvernement puissant.)

 

 

Un peu de sérieux svp.

Premièrement, réaction de Mme Bechet-Golovko, qui est un excellent baromètre de ce que ressentent et pensent une bonne partie de la société russe… et une bonne partie de la société française.

 

 

L’OTAN rejette le principe de toute négociation avec la Russie : le temps de la diplomatie prend fin

 

Karine Bechet-Golovko – Russie-Politics – 20.12.2021

 

 

 

 

Alors que les États-Unis avaient un certain temps envisagé une conférence OTAN-Russie, que Peskov déclare sur tous les tons que les rapports entre Biden et Poutine sont respectueux et qu’ils envisagent une rencontre en réel, Stoltenberg rejette cette conférence et Biden oublie ses déclarations passées. Toute négociation concernant un non-élargissement de l’OTAN vers l’Est est catégoriquement exclu, l’on voit à quel point la conversation Poutine-Biden a été fructueuse. Comme le déclare Stoltenberg, « Comment voulez-vous négocier quoi que ce soit dans ce contexte?« . Le « contexte » est celui de la fameuse « agression russe en Ukraine ». Manifestement, l’OTAN attend la reddition de la Russie pour entamer des « négociations ». L’on ne peut pas faire de la diplomatie, quand votre interlocuteur refuse le dialogue.

 

L’impasse des relations entre l’OTAN et la Russie n’a rien de surprenant. Le rapport des forces consécutif à la Seconde Guerre mondiale a changé, la Russie n’est pas l’URSS et elle a du mal à défendre son héritage, incompatible avec le cours décidé de l’intégration dans la globalisation économique. Les répétions successives rappelant que la Russie ne veut pas intervenir en Ukraine sont interprétées en Occident comme de la faiblesse et non pas de la sagesse ; le suivisme russe dans la furie covidienne affaiblit le pouvoir à l’intérieur du pays. Dans ce contexte, les tenailles peuvent être resserrées sur le pays, ce qui se passe actuellement, notamment en utilisant l’Ukraine.

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2021/12/lotan-rejette-le-principe-de-toute.html

 

 

 

 

Déjà le 10 décembre, Dmitry Orlov avait eu quelque chose à en dire

 

 

Le crime et le châtiment de Washington

 

Dmitry Orlov – Club Orlov – 10.12.2021

 

via hervek  – Le Saker francophone – 21.12.2021

 

 

 

 

Hier encore, le ministère russe des Affaires étrangères a publié deux documents que les gens s’efforcent d’interpréter depuis lors, sans grand résultat. Je voudrais proposer ma propre explication de la signification de ces documents, qui sera probablement très différente de la plupart des autres explications que vous êtes susceptibles d’entendre. Le temps nous dira à quel point elles sont proches de la vérité ; pour l’instant, je suis heureux de simplement ajouter à l’éventail d’idées disponibles.

 

Les deux documents décrivent en détail ce que Washington doit faire pour éviter les conséquences de la rupture de l’accord verbal conclu avec Mikhaïl Gorbatchev de ne pas étendre l’OTAN à l’est vers les frontières de la Russie – en fait, de geler les forces de l’OTAN là où elles étaient en 1997, avant que l’OTAN ne s’étende plus à l’est. Les documents abordent également d’autres aspects de la désescalade, tels que le retrait de toutes les armes nucléaires américaines de territoires étrangers et le confinement des forces américaines dans des eaux et un espace aérien à partir desquels elles ne peuvent pas menacer le territoire de la Russie.

Lire la suite…

Source : https://lesakerfrancophone.fr/le-crime-et-le-chatiment-de-washington

 

 

 

 

Après le NIET euronouille, il nous a semblé intéressant de rapporter ici (traduit par le Saker francophone) la réflexion qu’avait suscitée chez le Saker l’initiative de Vladimir Poutine.

 

 

La Russie a posé un ultimatum à l’Occident

 

Le Saker – The Saker’s Blog – 19.12.2021

 

Publié par Wayan – Le Saker francophone – 20.12.2021

 

 

 

 

 

Pour comprendre ce qui vient de se passer [La proposition d’accord faite par la Russie sur l’OTAN et la sécurité européenne, NdT], nous devons examiner deux choses : la façon dont la Russie a choisi de communiquer ses exigences, puis le contenu des exigences elles-mêmes. Toutefois, avant de le faire, je tiens à recommander deux autres points de vue, tous deux très utiles, à mon avis :

Je vous recommande de les lire avant de poursuivre. Ceci étant dit, examinons plus en détail ce qui s’est passé.

Premièrement, il s’agit clairement d’un ultimatum. Deuxièmement, il s’agit d’un ultimatum exposé publiquement.

 

Ce deuxième point est absolument crucial, car il marque, à tout le moins, une rupture totale avec la pratique diplomatique russe (et soviétique) normale.

Il est également assez évident que la forme et le fond de cet ultimatum seraient inacceptables pour les États-Unis et les colonies américaines en Europe.

Ce qui soulève la question suivante : qu’est-ce que les Russes essaient d’obtenir ici ?

Lire la suite…

 

Source : https://lesakerfrancophone.fr/la-russie-a-pose-un-ultimatum-a-loccident

Source d’origine : https://thesaker.is/russias-ultimatum-to-the-west/

 

 

 

 

Et même de vous donner à lire, en français, l’article de Martyanov recommandé par Le Saker

 

 

Réminiscence du futur…

Si Vis Pacem, Para Vinum

 

Pour 9,60 €, c’est donné.

 

Les gens demandent. Je réponds. À la va-vite.

 

Blog d’Andrei Martyanov – 18.12.2021

 

Traduction : c.l. pour L.G.O.

 

 

 

 

Rappelez-vous, je m’escrime à visser cette idée depuis longtemps : seuls les forts lancent des ultimatums. Les faibles ne peuvent pas lancer d’ultimatums qui aient la moindre signification.

 

1/ La Russie a lancé un ultimatum à tout l’Occident. Les projets de cadre pour un nouvel accord de sécurité entre la Russie et l’Occident (OTAN) ne sont qu’une petite partie d’un ultimatum plus large. Bien que cet ultimatum soit également formulé dans les déclarations des hauts fonctionnaires du ministère russe des Affaires étrangères, comme celle du vice-ministre des Affaires étrangères, Grushko :

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/15961-2/

 

 

 

 

« Quand elles s’y mettent elles sont pires que les mecs. »

Michel Cattier

 

 

S’est-on assez plaints de Frau Milka ! Elle n’est plus là, mais elle a deux successîtres : l’une à la Guerre, l’autre aux Affaires étrangères. Ce doit être du vice, mais on ne se résigne pas à vous en priver

 

 

Réminiscence du futur…

Si Vis Pacem, Para Vinum

 

 

Dernières nouvelles : Poutine est fichu, la Russie rédige les articles de sa reddition à l’Allemagne.

 

Blog d’Andrei Martyanov – 19.12.2021

Traduction : c.l. pour L.G.O.

 

 

 

 

 

 

La ministre allemande de la Défense vient de prendre les sanctions les plus sévères et les plus mortelles contre Poutine en personne. On le transporte, au moment où je tape ces lignes, à la clinique du Kremlin, pour être réanimé après qu’il ait entendu cette horrible nouvelle.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/dernieres-nouvelles-poutine-est-fichu/

 

 

 

 

Voilà l’autre :

 

Comme un air de ressemblance

 

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu – 21.12.2021

 

 

 

 

 

 

 

 

Baerbock, retenez bien ce nom. Avec la nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères, les euronouilles semblent s’être trouvé une Victoria Nuland bien de chez nous, une gorgone qui, à peine arrivée, menace déjà de sanctions en Europe même !

 

Écologiste de son état, la dame est une Young Global Leader, programme fondé par le créateur du Forum de Davos, à ne pas confondre avec les Young Leaders tout court qui fleurent bon la CIA, même si on imagine aisément que tout ce joli monde se fait moultes mamours…

 

Déjà remarquée pour ses prises de position fermes contre la Russie et la Chine, pour le plus grand bonheur de Washington, elle veut maintenant sanctionner un certain Milorad Dodik, leader serbe de Bosnie.

 

Ce nom n’est pas tout à fait inconnu des fidèles lecteurs des Chroniques, nous en parlions il y a un peu plus de deux ans :

Lire la suite…

Source : https://www.chroniquesdugrandjeu.com/2021/12/comme-un-air-de-ressemblance.html

 

 

 

 

 

Nouvelles plus dernières encore

Le Saker vient d’ajouter une réflexion à sa précédente

 

 

Que pourrait-il se passer si les États-Unis rejettent l’ultimatum russe ?

 

Le Saker – Ther Saker’s blog – 21.12.2021

 

Publié par  WayanLe Saker Francophone – 22.12.2021

 

 

 

 

 

Il y a beaucoup de discussions en cours sur ce que la Russie pourrait faire si l’Occident ignore l’ultimatum russe. Tout ce que je me propose de faire ici, c’est de partager quelques réflexions avec vous. Il ne s’agit pas d’une analyse approfondie, mais seulement de quelques réflexions sur ce que j’entends à ce sujet.

 

Premièrement, Poutine est à la fois très prévisible et, en même temps, très imprévisible. Ce qui est prévisible chez Poutine, c’est qu’il n’utilise la force que lorsqu’il n’y a plus d’autre option. Ce qui est très imprévisible chez Poutine, c’est comment et où il est prêt à utiliser la force. Il n’est pas intervenu dans le Donbass, ce que tout le monde attendait, et il n’a pas permis à la LDNR de prendre ne serait-ce que Marioupol, sans parler du reste de l’Ukraine. Mais lorsqu’il a envoyé une force opérationnelle spéciale en Syrie, personne ne l’a vu venir. Idem pour la décision de protéger la Crimée d’une invasion ukrainienne. Lorsque nous évaluons les prochaines étapes possibles de Poutine, nous devons garder à l’esprit ce paradoxe selon lequel il est à la fois prévisible et imprévisible. Ainsi, déplacer des armes nucléaires vers Kaliningrad et/ou le Belarus n’est pas la seule option pour la Russie.

 

Deuxièmement, il est impossible que la Russie déclenche simplement une guerre, ni contre l’Ukraine, ni contre l’UE ou l’OTAN, ni contre les États-Unis. Seul un imbécile ignorant déclencherait délibérément une situation qui pourrait aboutir à un holocauste nucléaire planétaire. Mais la Russie a beaucoup d’autres options.

Lire la suite…

Source : https://lesakerfrancophone.fr/que-pourrait-il-se-passer-si-les-etats-unis-rejettent-lultimatum-russe

Source d’origine : https://thesaker.is/what-could-happen-next-if-the-usa-rejects-the-russian-ultimatum/

 

 

 

 

Londres et Berlin travaillent sur le développement de soldats augmentés

 

Alexandre LemoineMondialisation.ca – 19 .12.2021

 

Source d’origine : Observateur continental

 

 

 

 

 

 

Au printemps 2021, les ministères de la Défense britannique et allemand ont signé un document curieux. Il s’appelle « Augmentation de l’être humain : émergence d’un nouveau paradigme » (Human Augmentation – The Dawn of a New Paradigm) et il est consacré aux possibilités technologiques d’amélioration des capacités humaines afin d’améliorer les fonctions opérationnelles des soldats.

 

Le document en question a été préparé dans le cadre du programme dans le domaine des technologies du ministère britannique de la Défense Global Strategic Trends: The Future Starts Today et Strategic Trends Programme: Future Operating Environment 2035, qui a été lancé en 2018.

 

Les États-Unis travaillent également dans ce secteur. Une étude spéciale préparée pour l’armée de l’air américaine en 1962 avait déjà évoqué l’augmentation des capacités humaines à des fins militaires.

 

Trois types d’amélioration interconnectés sont généralement cités : physique, cognitif et biologique.

 

L’amélioration physique concerne le travail sur des prothèses et des accessoires tels que des exosquelettes et des capteurs sensoriels.

 

Suivie par l’amélioration cognitive. Cela fait référence à des interfaces cérébrales informatiques invasives et aux dispositifs de neurostimulation, qui provoquent des changements directement dans le cerveau (à l’aide d’impulsions électriques, de champ magnétique et d’ultrasons).

 

L’amélioration biologique porte sur la rédaction de gènes, des produits pharmaceutiques et de nouveaux types de vaccin.

 

La « mise à jour » supposée de l’homme pour être exploité à des fins militaires, selon l’idée des militaires britanniques et allemands, inclut le recours aux interfaces cérébrales, aux produits pharmaceutiques et à la thérapie génique. Selon le rapport, les gens doivent être considérés comme une « plateforme », des moyens de transport, des avions, des navires, et sur ces « plateformes humaines » il faut travailler avec trois éléments: physique, psychologique et social.

 

Le rapport germano-britannique définit l’augmentation du potentiel humain comme une « application de la science et des technologies pour une augmentation temporaire ou permanente de la productivité de l’homme ». Puis il fait la distinction entre l’optimisation de l’homme, qui pourrait « augmenter la productivité de l’homme jusqu’à la limite des capacités biologiques sans ajouter de nouvelles capacités », et l’augmentation d’un être humain qui pourrait faire franchir les « limites du potentiel biologique » de l’homme.

Lire la suite…

Source : https://www.mondialisation.ca/londres-et-berlin-travaillent-sur-le-developpement-de-soldats-augmentes/5663347

 

 

Où est-il le temps où ils se contentaient de fabriquer des porcs avec des côtes en plus ? Mais on se demande quand même pourquoi ils s’affolent à ce point… Avec Parly à la Guerre en France et Baerbock en Allemagne, on est parés, non ? Les Russes ne passeront jamais !

 

 

 

 

Mais on vous parie notre dernière chemise que quand ils rencontreront ces hommes non améliorés, ils se feront ratatiner. Question de motivation voyez-vous…

 

 

 

COVIDHOLOCAUSTE

 

 

 

 

 

 

On ne perd jamais son temps chez Ron UNZ. Il s’y trouve tellement de choses qu’on voudrait pouvoir traduire !

Nous vous présentons ci-dessous deux extraits d’un très long article (trop pour nos maigres forces), suivi de l’article lui-même, in extenso, en anglais – texte et images.

 

La royauté de Washington pourrait-elle fomenter un « coup » de palais ?

 

Robert Kennedy Jr. défend la santé et (un semblant de) liberté contre le profit et le pouvoir pandémiques

 

Greg Klein  – The UNZ Review – 18.12.2021

 

Traduction : c.l. pour L.G.O.

 

 

 

 

The Real Anthony Fauci; Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health
Robert F. Kennedy Jr.
Skyhorse

[En cours de publication en français sur Résistance 71   à suivre au jour le jour. ]

 

 

Pendant qu’Ottawa attend les instructions, la question qui brûle maintenant l’establishment américain doit être : « Comment allons-nous marginaliser un Kennedy ? »

Selon la durée de leur survie, les autres dissidents subissent une transition où ils sont ignorés, ridiculisés, calomniés, censurés, diabolisés, harcelés, licenciés et criminalisés. Ou pire encore, bien que cela puisse ne pas se produire dans ce cas-ci, pour éviter au gêneur le martyre conféré à son père et à son oncle.

Il reste cependant le fait que pas moins de 17 dirigeants et ministres de la santé africains ont été tués au cours des 12 mois précédant février 2021, pour s’être opposés aux expériences de vaccination menées par Big Pharma sur leurs peuples.

Ce qu’il n’y a pas encore eu, pas à un degré significatif, c’est la moindre réfutation. Mais si seulement une fraction de ce que dit Robert Kennedy Jr.  est exacte – et son livre abondamment documenté donne une absolue impression de crédibilité – la manipulation à laquelle cette pandémie a donné lieu, et peut-être l’existence même de cette pandémie, signifie une attaque totalitaire contre la liberté. Les principaux coupables sont un réseau qui relie entre eux le gouvernement (branches militaires et d’espionnage comprises), l’industrie pharmaceutique, le corps médical et les médias.

 

 Et si ces derniers ont permis une quelconque critique de la réponse officielle au COVID-19, cela a été uniquement pour prétendre que les gouvernements n’étaient pas préparés. Ils étaient tout sauf prêts. Or… ce livre affirme que des décennies de planification, de préparation et de répétitions ont précédé la Nouvelle Normalité.

 

Les « vaccins » sont dangereux, dit Kennedy. L’Hydroxychloroquine et l’Ivermectine marchent.

La critique que les médias ne permettront à aucun prix, bien sûr, concerne les « vaccins ». Comme l’a démontré Kennedy, les preuves montrent déjà, à ce stade, qu’ils sont non seulement inefficaces mais dangereux. Ce qui reste à découvrir ultérieurement, ce sont les effets secondaires encore inconnus de ces substances non testées.

La propagande des vaccins a désespérément besoin de ridiculiser les remèdes réels comme l’Ivermectine et l’Hydroxychloroquine. Kennedy cite des experts médicaux qui ont constaté qu’ils fonctionnent bien, en particulier pour la prévention et le traitement précoce.

[…]

 

Kennedy décrit les dizaines d’années d’entraînement qui ont préparé une suppression de la liberté par le moyen d’une pandémie

Bien avant cette occurrence, le partenariat Fauci-Gates s’était déjà « métastasé pour inclure des sociétés pharmaceutiques, des planificateurs de l’armée et des services d’espionnage, ainsi que des agences sanitaires internationales, qui tous ont collaboré pour promouvoir des pandémies et des vaccins armés et une nouvelle forme d’impérialisme d’entreprise enracinée dans l’idéologie de la biosécurité. Ce projet allait rapporter à M. Gates et au Dr Fauci des aubaines sans précédent en termes de richesse et de pouvoir, et allait avoir des conséquences catastrophiques pour la démocratie et pour l’humanité ».

 

 

 

Pendant vingt ans, des simulations de pandémies ont comporté un entraînement militaire visant à réprimer l’opposition et les troubles.

 

 

La planification remonte au moins à 1999. Des fonds et des investissements provenant de la fortune de Gates et des agences de Fauci ont permis de financer vingt ans d’exercices de simulation, dont certains sous la direction personnelle de Gates. Prétendument pour se préparer à une guerre biologique telle qu’une attaque à l’anthrax ou à la variole, les simulations, véritables grandes manœuvres guerrières, devaient expérimenter la meilleure manière d’utiliser les pouvoirs de police pour arrêter les citoyens et les maintenir en confinement, comment appliquer la loi martiale, comment contrôler les messageries électroniques par un large déploiement de propagande, comment utiliser la censure pour réduire les dissidents au silence, comment rendre obligatoires les masques, les quarantaines et les vaccinations coercitives et comment exercer, enfin, une surveillance de type « track-and-trace » au sein de populations potentiellement rétives.

Plus d’une douzaine de ces « jeux de microbes » ont précédé le COVID, plusieurs avec une participation internationale et chacun utilisant une projection de pandémie mondiale, en guise de « répétition ou exercice d’entraînement pour un programme occulte visant à coordonner le démantèlement mondial de la gouvernance démocratique ».

[…]

 

URL de ces deux extraits : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-royaute-de-washington-pourrait-elle-fomenter-un-coup-de-palais/

Source : https://www.unz.com/article/could-washington-royalty-lead-a-palace-coup-robert-kennedy-jr-defends-health-and-some-semblance-of-liberty-against-pandemic-profit-and-power/

Reproduit avec la permission de VancouverZeitgeist.ca.

(Republié de The Occidental Observer avec la permission de l’auteur ou de son représentant)

 

Aux grands maux…

 

 

 

 

 

 

En anglais :

 

Could Washington Royalty Lead a Palace Coup ?

 

Robert Kennedy Jr. defends health and (some semblance of) liberty against pandemic profit and power

 

Greg Klein  – The UNZ Review – 18.12.2021

 

 

The Real Anthony Fauci; Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health
Robert F. Kennedy Jr.
Skyhorse

 

While Ottawa waits for instructions, the question now burning through the American establishment must be: “How do we marginalize a Kennedy?”

Depending how long they survive, other dissenters undergo a transition of being ignored, ridiculed, slandered, censored, demonized, harassed, fired and criminalized. Or worse—although that might not happen in this case to avoid the martyrdom bestowed on his father and uncle.

There remains, however, the possibility that as many as 17 African rulers and government health ministers have been killed in the 12 months up to February 2021 for opposing Big Pharma vaccination experiments on their people.

What hasn’t yet happened, not to a significant degree, is any rebuttal. But if a fraction of what Robert Kennedy Jr. says is accurate—and his extensively footnoted book gives every impression of credibility—the manipulation of this pandemic, and possibly the very existence of the pandemic, comprises a totalitarian attack on freedom. The main culprits consist of a network linking government with its military and espionage branches along with the pharmaceutical industry, medical establishment and media.

 

And if the latter have allowed any criticism of official response to COVID-19, it’s only to claim that governments were unprepared. They were anything but. Decades of planning, preparation and rehearsal preceded the New Normal, this book maintains.

 

The “vaccines” are dangerous, Kennedy says. Hydroxychloroquine and Ivermectin work

Criticism that the media won’t allow, of course, regards the “vaccines.” As substantiated by Kennedy, evidence already shows them not only ineffective but dangerous. What remains to be seen are further side effects from these untested substances.

Vaccine propaganda requires desperate ridicule of actual remedies like ivermectin and hydroxychloroquine. Kennedy cites medical experts who’ve found they do work well, especially for prevention and early treatment.

Read on…

Source : https://www.unz.com/article/could-washington-royalty-lead-a-palace-coup-robert-kennedy-jr-defends-health-and-some-semblance-of-liberty-against-pandemic-profit-and-power/

Reposted with permission from VancouverZeitgeist.ca.

(Republished from The Occidental Observer by permission of author or representative)

 

 

 

 

Enfin, puisqu’on est là, autant se rendre utiles

 

 

Non, on n’en parlera jamais trop ! Jamais assez !

 

 

 

L’acharnement contre Julian Assange ne laisse aucun refuge au journalisme honnête

 

 

Jonathan Cook – L.G.S. – 21.12.2021

 

 

 

 

 

Le message envoyé aux journalistes ne pourrait être plus clair ni plus effrayant : ce qui est arrivé à Assange peut aussi vous arriver.

 

Ce n’est pas un hasard si Julian Assange, le journaliste et militant de la transparence numérique qui a fondé Wikileaks pour aider les lanceurs d’alerte à nous dire ce que les gouvernements occidentaux font vraiment dans l’ombre, a passé dix ans à disparaître progressivement dans cette même ombre.

 

Son traitement est un crime similaire à ceux que Wikileaks a dénoncés lorsqu’il a publié, il y a un peu plus de dix ans, des centaines de milliers de fuites – des documents que nous n’étions jamais censés voir – détaillant les crimes de guerre commis] par les États-Unis et la Grande-Bretagne en Irak et en Afghanistan.

 

Ces deux pays occidentaux ont tué des non-combattants et pratiqué la torture non pas, comme ils l’ont prétendu, dans le cadre de la légitime défense ou de la promotion de la démocratie, mais pour imposer leur contrôle sur une région stratégique et riche en ressources.

 

Le fait que le sort juridique et physique d’Assange soit entre les mains de deux États qui ont le plus à perdre en lui permettant de recouvrer sa liberté et de publier davantage de vérités qu’ils veulent garder cachées constitue un paradoxe ultime et terrible. En redéfinissant son journalisme comme de l’« espionnage » – le fondement de la demande d’extradition des États-Unis – ils sont déterminés à garder le génie dans la boîte.

 

Détourner l’attention

 

Lire la suite…

Source : L’acharnement contre Julian Assange ne laisse aucun refuge au journalisme honnête — Jonathan COOK (legrandsoir.info)

 

 

 

 

Sur la promotion de la langue française et la promotion de la francophonie internationale

 

 

Georges Gastaud – L.G.S. – 20.12.2021

 

 

 

 

 

 

Alors que la campagne présidentielle 2022 est lancée et que les médias des milliardaires et de son régime Macron saturent les ondes et les unes de leur haine xénophobe pour faire diversion, il est un sujet qui mérite un débat urgent : celui de la diversité linguistique alors que le globish du Wall Street English est imposé partout pour mieux faire primer l’idéologie de l’impérialisme des États-Unis. C’est pourquoi les communistes du PRCF, parmi les 30 mesures d’urgence qu’ils proposent pour 2022 ne font pas l’impasse sur la promotion de la langue française et la promotion de la francophonie internationale.

 

En violation de l’article II de la Constitution qui dispose que « la langue de la République est le français », et de la loi Toubon de 1994 qui stipule que le français « est la langue du travail, de l’enseignement, des échanges commerciaux et des services publics », le tout-globish promu par le MEDEF, l’Union européenne (et tout particulièrement ces derniers temps, par le Parquet européen, la Cour des comptes européenne et la Commission européenne) et les traités néolibéraux transatlantiques, avance à pas de géant en France dans le cadre d’une inavouable politique générale de substitution de l’anglo-américain managérial à la langue française. Tous les domaines sont contaminés : publicités, enseignes et produits, communication interne et externes des grandes entreprises, système éducatif de la maternelle au troisième cycle universitaire, voire communication des collectivités territoriales, des services publics (SNCF, Poste, EDF…) et même des ministères. Dans le même temps, la France officielle désinvestit sur tous les plans (économique et culturel notamment) l’espace francophone mondial, notamment africain, pourtant riche de près de 900 millions de personnes parlant ou comprenant peu ou prou notre langue commune.

 

Lire la suite…

Source : Sur la promotion de la langue française et la promotion de la francophonie internationale — Georges GASTAUD (legrandsoir.info)

 

Et si on commençait par refuser et activement BOYCOTTER l’orthographe inclusive écrite et parlée ? Vous n’en avez pas marre, vous des « Celles et ceux » ? Alors, dites-le, et refusez de lire tout ceux (et celles) qui massacrent votre langue.

Grève de lecture au finish !

 

 

 

 

Et si on finissait l’année en compagnie de quelqu’un dont la langue fut, justement, insurpassable ?

 

 

 

 

 

(Que veut dire « radical » derrière révolutionnaire et avec un point d’interrogation en plus ? Français de feuille de chou !)

 

 

 

Rendons à Banksy et à Gaza ce qu’on leur a fauché le temps d’un post.

 

 

 

 

Actualité oblige…

Mis en ligne le 23 décembre 2021

 

 

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *